Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Blog1 .pdf



Nom original: Blog1.pdf
Auteur: LENOVO

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/11/2018 à 02:43, depuis l'adresse IP 41.108.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 71 fois.
Taille du document: 990 Ko (23 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Datation par généalogie de Christ

-Introduction
-Historique de la méthode
-Les deux généalogies combinées de Jésus-Christ
-Généalogie de Christ, selon dans Matthieu, complétée par Hamid Simon
-Formulation générale de datation par méthode généalogique
-Présentation de la méthode de datation par généalogie de Christ
-Arguments, applications et confirmation de l’histoire biblique des Israélites
La méthode physique de datation par généalogie de Christ, est établie par
« Hamid Simon » un chercheur en chimie, en physique, en science de la
matière, et dans le domaine de la Bible du coté scientifique réel (non
concordiste).
L’étude détaillée, est publiée chez Amazon dans son ouvrage, en numérique et
en papier, qui a pour titre : « Chiffres de la Bible et datation par généalogie de
Christ ».

Introduction
La datation par carbone quatorze (14C), est une méthode physique basée sur la
désintégration de cet isotope, qui commence dès la mort de l’espèce vivante
(faune, flore, être humain, etc.). Mais comme la fossilisation des espèces
vivantes ne se réalise pas souvent, et les vestiges antiques ne se conservent pas
toujours, cette méthode de datation reste restreinte, ainsi :
La présence des Israélites en Egypte et leur Exode réel vers la terre de Canaan,
ne sont pas écrits dans l’histoire égyptienne ; car les Egyptiens de l’époque des
Pharaons n’écrivaient pas l’histoire des Esclaves, et l’archéologie n’a trouvé

aucune trace de ce peuple en Egypte et à Sinaï ; soit sur sa présence dans ce
pays, soit sur son Exode réel. Mais cela ne confirme pas que les Israélites
n’avaient pas séjourné en Egypte et leur Exode réel ne se réalisa pas.
Pour une histoire écrite ou conservée oralement par un peuple, et que
l’archéologie n’a pas pu la confirmer, on doit chercher d’autres méthodes pour
vérifier si elle est réelle ou non.
Comme la désintégration d’un isotope, est un phénomène physique du noyau
atomique ; le phénomène de reproduction humaine est normalement aussi
physique :
Concernant le phénomène physique de la reproduction humaine, pour chaque
génération, chaque engendré lors d’une date bien définie, engendre son fils
après un temps bien déterminé, et meurt par la suite, et le processus
continuera.
La méthode de datation basée sur ce phénomène physique, fut appelée
« datation par méthode généalogique », par Hamid Simon. Et comme il n’y a
que la généalogie de Jésus-Christ, qui est ancienne, longue et complète ; il l’a
utilisé pour établir cette méthode de datation qu’il l’appela « datation par
généalogie de Christ ».
C’est une méthode de datation excellente qui a permis de déterminer les dates
moyennes de naissance des rois de Juda, à partir de Jéchonias (Yoyakîn) à
David ; et celles de leurs ascendants jusqu’à Tarah père d’Abraham (voir table
1) ; et aussi celles de leurs contemporains tels que : Moïse, Josué, etc.
Cette méthode de datation a confirmé aussi les événements bibliques tels que
l’Exode réel; et elle a déterminé la durée réelle de séjour des Israélites en
Egypte; car les données numériques de la Bible, sont souvent fictives et ne
donnent pas de valeurs exactes.
La datation par généalogie de Christ a affirmé aussi les périodes de règne de
certains Pharaons, et rois du Moyen-Orient antique.
Les résultats trouvés par cette méthode concernant les rois de Juda, ont été
vérifiés par comparaison avec ceux déterminés par, William Foxwell Albright,
Edwin Richard Thièle, et Gershon Galil. Comme ils ont été vérifiés par
comparaison avec les résultats réels pour les longues généalogies des rois de
l’Europe, qui sont : L’archiduc de l’Autriche, le roi de la Belgique, le roi du
Danemark, le roi de l’Espagne, la reine de la Grande Bretagne, le roi de la
Norvège, et le roi de la Suède.

Cette méthode de datation est utile surtout pour les archéologues et les
historiens ; et elle est en faveur des chrétiens, des juifs et des musulmans.

Historique de la méthode
Hamid Simon a commencé à lire et à étudier la Bible en 1988. La première
chose qui lui a surpris, c’est que Jésus-Christ possède deux généalogies
différentes ; dont l’une est citée au début de l’Evangile de Matthieu (Mt1, 116), et l’autre est dans celui de Luc (Lc3, 23-38). Celle qui est dans l’Evangile de
Matthieu comprend seulement 27 descendants à partir du roi David,
contrairement à celle qui est dans l’Evangile de Luc, et qui comprend 42
descendants de ce roi.
En outre, les ascendants de Jésus, qui sont cités dans l’Evangile de Matthieu,
sont descendants du roi Salomon fils du roi David ; or ceux qui sont dans
l’Evangile de Luc, sont descendants du prince Nathan fils du roi David.
Quelques mois après, il a trouvé un ami évangéliste, qui lui a donné un livre en
arabe, qui explique ces deux généalogies différentes de Jésus-Christ. Selon
l’auteur de ce livre, une généalogie appartient à Joseph père adoptif de Jésus,
et l’autre est à Marie. Il s’est adressé aux catholiques, ils lui ont donné la même
réponse.
Cette explication ne l’a pas convaincu ; tout de même il a classé sa question, et
il a continué à lire et à étudier la Bible. Il a trouvé dans le Deutéronome, le
passage suivant :
« Lorsque deux frères habitent ensemble et l’un d’eux meurt sans laisser de
fils , la femme de celui qui est mort, ne doit pas épouser un étranger qui est en
dehors de la famille ; mais le frère de son mari, ira vers elle et la prendra pour
femme*…+Le premier fils qu’elle mettra au monde, sera au nom du frère
défunt ; ainsi son nom ne sera pas effacé d’Israël (Dt25, 5-6) ». Ce passage
biblique est aussi cité partiellement dans l’Evangile de Marc (Mc12, 19).
Lorsque Hamid Simon revu ces deux généalogies de Jésus, il a remarqué que
« Mathan » qui est dans l’Evangile de Matthieu, engendra Jacob qui engendra
joseph l’époux de Marie (Mt1, 15) ; et dans l’Evangile de Luc, « Matthat »
engendra Heli qui engendra Joseph l’époux de Marie (Lc3, 23-24). Il s’est dis
qu’il est possible que Mathan qui est dans l’Evangile de Matthieu, c’est Matthat

qui est dans celui de Luc, et qui possède deux pères : Eléazar et Levi, dont l’un
est le mari défunt de sa mère, et l’autre est son père biologique ?
Lorsqu’il a comparé la généalogie de Christ qui est dans l’Evangile de Matthieu,
avec sa généalogie issue du roi Salomon, qui est dans le premier livre des
chroniques (1Ch3, 10-17) , Il a trouvé que selon Matthieu (Mt1, 6-12) : Salomon
engendra Roboam , Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa, Asa engendra
Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Osias, Osias engendra
Joatham , Joatham engendra Achaz, Achaz engendra Ezéchias, Ezéchias
engendra Manassé, Manassé engendra Amon, Amon engendra Josias, Josias
engendra Jéchonias .Et selon le premier livre des Chroniques (1Ch3, 10-17) qui
est en accord total avec les deux livres des Rois : Salomon engendra Roboam,
Roboam engendra Abiya, Abiya engendra Asa, Asa engendra Josaphat, Josaphat
engendra Yoram, Yoram engendra Akhazias, Akhazias engendra Joas, Joas
engendra Amasias, Amasias engendra Azarias, Azarias engendra Yotam, Yotam
engendra Akhaz, Akhaz engendra Ezéchias, Ezéchias engendra Manassé,
Manassé engendra Amon, Amon engendra Josias, Josias engendra Yoyakim,
Yoyakim engendra Yekonya.
Lorsqu’il a comparé ces deux parties de la généalogie de Jésus, il a trouvé que
dans la partie citée dans l’Evangile de Matthieu, les rois Akhazias, Joas,
Amasias et yoyakim, sont absents. Et cela lui a prouvé que la généalogie de
Jésus, qui est dans l’Evangile de Matthieu est abrégée.
En outre, Il a remarqué aussi que les noms de certains ascendants dans ces
deux parties généalogiques considérées, ne sont pas écrits de la même façon ;
ainsi :
Abia, Joram, Osias, et Joatham, dans l’Evangile de Matthieu, s’appellent Abiya,
Yoram, Azarias et yotam, dans le troisième chapitre du premier livre des
Chroniques. Et cela lui a confirmé que Mathan qui est dans Matthieu, c’est
Matthat qui est dans celui de Luc.
Comme il est connu que la postérité royale est toujours parfaite ; le nombre de
descendants du prince Nathan fils du roi David, qui est dans l’Evangile de Luc,
est exact ; car l’auteur de cet Evangile n’a donné aucun commentaire sur elle.
Par contre l’auteur de l’Evangile de Matthieu, précise par le chiffre quatorze
(Mt1, 17) qui n’a aucun sens spirituel, que la généalogie qui est dans le
premier chapitre de son Evangile est abrégée. Et comme ces descendants du
roi Salomon et de son frère Nathan, avaient vécu dans les mêmes conditions

selon leurs époques comme tout le monde, le nombre de descendants du roi
David jusqu’au Christ est pratiquement 42, soit dans l’Evangile de Luc ou dans
celui de Matthieu.
Hamid Simon a vérifié cela par la généalogie de l’archiduc d’Autriche, et celle
du roi d’Espagne, aussi par les généalogies des trois rois scandinaves, et même
par celles de la reine de la grande Bretagne, et du roi de la Belgique.
Dans cette étude, Hamid Simon a complété la généalogie abrégée de JésusChrist, qui est l’Evangile de Matthieu, en se basant sur le premier livre des
Chroniques, les livres des rois, et l’Evangile de Luc. Il a réussi à avoir 37
descendants du roi David au lieu de 27, toujours dans la généalogie de JésusChrist selon Matthieu. Malheureusement, il en reste 5 pour compléter la liste
qui est de 42.
A partir de cette généalogie complétée du Christ, Hamid Simon a établi « la
méthode physique de datation par généalogie de Christ », et l’a publié en détail
chez Amazon, dans la première partie de son ouvrage appelé « Chiffres de la
Bible et datation par généalogie de Christ ».

1. les deux généalogies combinées de Jésus-Christ
Jésus Christ était adopté par Joseph mari de sa mère Marie. Et comme chez les
juifs l’adopté possède aussi la postérité de l’adoptant de la même manière que
le fils biologique ; Jésus-Christ est alors fils de Joseph (Mt1, 1-21).
Joseph père adoptif de Jésus-Christ, possédait deux généalogies qui étaient
conservées par sa famille juive bien avant la naissance du Christ. Puis après,
elles furent insérées dans le Nouveau Testament de la Bible, par l’auteur de
l’Evangile de Matthieu et de celui de Luc, afin de montrer que Jésus-Christ est
de la famille royale de David.
Les deux généalogies combinées de Jésus-Christ, selon Hamid Simon sont
présentées par le schéma ci-dessous :

Les deux généalogies combinées de Jésus-Christ, selon l’étude de Hamid Simon
Abraham

12, (13) générations

David
Selon Matthieu

Selon Luc

Salomon

Nathan

21 générations

36 générations

Eléazar

Levi

Mathan ou Matthat

Heli

Jacob

Joseph

Jésus-Christ

Fig.1. Schéma des deux généalogies combinées de Jésus-Christ

Sur le schéma (fig1), représentant la généalogie de Jésus-Christ à partir
d’Abraham, on voit que Mathan (selon Matthieu), ou Matthat (Selon Luc)
possède deux pères : l’un c’est Eléazar descendant de Salomon, et l’autre c’est
Lévi descendant de Nathan frère de Salomon.
De même que Joseph père adoptif de Jésus-Christ, qui a aussi deux pères :
Jacob et Heli, qui sont tous les deux fils de Mathan (selon Matthieu) qui est
Matthat (selon Luc).
Chez les juifs, cela n’est pas bizarre , car dans le Deutéronome , on lit :
« Lorsque deux frères habitent ensemble et l’un d’eux meurt sans laisser de
fils , la femme de celui qui est mort, ne doit pas épouser un étranger qui est en
dehors de la famille ; mais le frère de son mari, ira vers elle et la prendra pour
femme*…+Le premier fils qu’elle mettra au monde sera au nom du frère
défunt ;ainsi son nom ne sera pas effacé d’Israël »(Dt25, 5-6 ; Mc12, 19). Cette
loi est aussi une ancienne coutume chez les israélites (Gn38, 1-9). Donc selon
cette loi qui est aussi une ancienne coutume ; un garçon juif peut avoir deux
généalogies : L’une est de son père biologique, et l’autre est de son oncle qui
était mari de sa mère, et qui est mort. D’où Eléazar ou l’un de ses descendants
(la généalogie selon Matthieu est abrégée), et Levi, peuvent être des frères
maternels (la notion de demi frère, n’existe pas chez les juifs) dont l’un mourut
et l’autre épousa sa femme qui eut Mathan (nommé Matthat dans Luc) qui
s’est trouvé donc avec deux généalogies.
Selon le livre biblique de Ruth ; lorsque un juif meurt en laissant sa femme sans
garçon ; un autre juif de la famille de son mari, doit l’épouser pour relever le
nom du défunt sur son patrimoine. Alors, le garçon qui naîtra de cette femme,
aura donc aussi deux généalogies : Dans ce cas, Eléazar ou l’un de ses
descendants, et Levi, peuvent être des cousins proches ou lointains ; et lorsque
l’un mourut en laissant sa femme sans fils, l’autre l’épousa et elle lui donna
Mathan (Matthat dans Luc) qui se trouva avec deux généalogies.
Dans le premier chapitre de l’Evangile de Matthieu, on voit que d’un coté son
auteur reconnait que Jésus-Christ n’a pas de père humain, et naquit de Marie
qui fut enceinte par action du Saint-Esprit (Mt1, 18-21) ; et de l’autre coté
(toujours dans le même texte), cet auteur attribua à Jésus-Christ la généalogie
de Joseph son père adoptif (Mt1, 1-17). Cela prouve donc que chez les juifs, le
père adoptif donne sa généalogie au garçon qui l’adopte, et dans ce cas, ce

garçon peut posséder deux généalogies : L’une de son père biologique et
l’autre de son père adoptif ; ainsi :
A propos d’Eléazar ou l’un de ses descendants, et Levi : L’un d’eux peut être
aussi le père adoptif de Mathan (Matthat) et l’autre son père biologique. (voir
Lc2, 27- 33 ; 2, 41 ; 2, 48).
Et l’explication est la même pour le cas de Joseph père adoptif de Jésus-Christ,
qui a aussi deux pères qui sont : Jacob et Héli.

2. Généalogie de Jésus-Christ, selon dans Matthieu,
complétée par Hamid Simon
La postérité d’un roi est sans erreurs ; car chacun de ses descendants la
conserve solidement ; ainsi :
La généalogie de Joseph père adoptif de Jésus-Christ, qui est à partir du roi
David, est sans erreurs ; soit dans l’Evangile de Matthieu ou dans celui de Luc.
Dans l’Evangile de Luc, la généalogie du Christ est complète et il y a
exactement 42 ascendants de Jésus-Christ jusqu’à David. De même dans
Matthieu, elle doit être aussi pratiquement la même ; car les descendants du
roi Salomon et de son frère Nathan, avaient vécu dans les mêmes conditions
selon leurs époques comme tout le monde. Mais on voit que la postérité de
David selon Matthieu est abrégée .Et par le verset Mt1, 17, l’auteur précise
qu’il n’y cite que 14 générations d’Abraham à David, 14 générations de David à
la déportation à Babylone, et 14 générations de la déportation à Jésus-Christ :
Cela est pour montrer qu’il a omis des descendants dans cette généalogie,
parce que la postérité royale est toujours parfaite.
Relativement à la généalogie de David citée dans l’Evangile de Luc (Lc3 ,31-34) ;
dans celle qui est dans l’Evangile de Matthieu (Mt1, 2-6), on remarque qu’il y’a
absence de l’ascendant Admin. Comme cette généalogie de 14 générations qui
est dans l’Evangile de Matthieu (Mt1, 2-6) est conforme aux textes de l’Ancien
Testament qui ne citent pas aussi cet ascendant (1Ch2, 4-5 ; 2,9-15 ; Rt4, 1822) ; la seule explication possible, c’est qu’Admin est mort avant la naissance
de son fils Aminadeb, ou juste un petit temps après ; et Aminadab fut adopté
par son grand-père Aram. Tout de même on ne peut pas exclure Admin de la
généalogie de la base de cette étude, parce qu’il a vécu plus que l’âge

minimum de mariage, et il engendra un fils (Aminadeb) qui est mentionné dans
cette généalogie.
En comparant la postérité de David jusqu’à la déportation à Babylone, qui est
citée dans l’Evangile de Matthieu (Mt 1,6-11), à celle de Salomon qui est dans
le premier livre des Chroniques (1Ch3, 10-16), on voit que dans cette
généalogie abrégée par l’auteur de l’Evangile de Matthieu, il y a 4 rois juifs qui
sont omis et qui sont : Akhasias, Joas, Amasias et Yoyakim.
De même, si l’on compare la partie de la postérité davidique, à partir de la
déportation jusqu’au Christ, qui est citée dans Matthieu (Mt1, 12-16), à celle
qui est dans le premier livre des Chroniques (1Ch3, 17-24), on remarque que
l’auteur de l’Evangile de Matthieu, a omis aussi plusieurs descendants de cette
partie généalogique.
Sur la base de ce texte, complétons la postérité d’Abraham jusqu’à JésusChrist, qui est selon Matthieu, en écrivant les descendants omis en gras et
entre crochets :
Abraham engendra Isaac ; qui engendra Jacob ; qui engendra Juda ; qui
engendra Pharès (nommé aussi Péreç) ; qui engendra Esrôn ; qui engendra
Aram ; [qui engendra Admin (Lc3, 33)] ; qui engendra Aminadab ; qui engendra
Naasôn ; qui engendra Salmon ; qui engendra Booz ; qui engendra Jobed ; qui
engendra Jessé ; qui engendra David (0) ; qui engendra Salomon (1) ; qui
engendra Roboam (2) ; qui engendra Abia (3) ; qui engendra Asa (4) ; qui
engendra Josaphat (5) ; qui engendra Joram (6) ; [qui engendra Akhazias (7) ;
qui engendra Joas (8) ; qui engendra Amasias (9),(1Ch3, 11-12)] ; qui
engendra Ozias (10) ; qui engendra Jonathan (11) ; qui engendra Achaz (12) ;
qui engendra Ezéchias (13) ; qui engendra Manassé (14) ; qui engendra Amon
(15) ; qui engendra Josias (16) ; [qui engendra Yoyakim (17), (1Ch3, 15-16)] ;
qui engendra Jéchonias (18) ;[qui engendra Pédaya (19) et Saltiel (19’), (1Ch3,
17-18)] ; qui engendrèrent Zorobabel (20) ,(voir Gn38, 1-9 ; Dt25,5-6 ; livre de
Ruth, Mc12,19) ; [qui engendra Hananya (21) ; qui engendra Shékanya (22);
qui engendra Shémaya (23) ; qui engendra Néarya (24) ; qui engendra
Elyoenaï (25) ; qui engendra 7 fils (26), (1Ch3, 19-24)]. L’un des fils d’Elyoenaï a
engendré ((Abioud (27) ; qui engendra Eliakim (28) ; qui engendra Azor (29) ;
qui engendra Sodok (30) ; qui engendra Akhim (31) ; qui engendra Elioud (32) ;
qui engendra Eléazar (33) ; (Mt1, 13-15))) ; qui engendra Mathan (34) ; qui

engendra Jacob (35) ; qui engendra Joseph (36) qui était l’époux de Marie mère
de Jésus-Christ (37).
On a trouvé donc 37 descendants de David, et il en reste 5 pour compléter la
liste qui est de 42.
Et la liste des descendants de David, qui est mise entre doubles parenthèses, et
qui est du numéro 27 au 33, reste abrégée, parce qu’elle contient 7
descendants au lieu de 12.
Cette généalogie obtenue, peut avoir le nom de « généalogie de Jésus-Christ
selon la branche salomonique », car ses membres sont issus du roi Salomon.

3. Formulation générale de datation par méthode
généalogique
L’âge moyen de mariage d’un homme (Tm) dans une famille, dans une nation
ou dans le monde entier, se détermine par la formule suivante :

Où ni est le nombre d’hommes qui se marient à l’âge Ti, et m est le nombre de
cas considérés.
Le temps moyen de l’enfantement (Te), se calcule par la formule suivante :

Où nj est le nombre d’hommes qui donnent des fils, après un temps Tj, à partir
du jour de mariage.
La période moyenne généalogique (Tg), c’est la durée moyenne entre la date
moyenne de naissance du père et celle de son fils. Elle correspond aussi à l’âge
moyen d’enfantement qui est la moyenne arithmétique des écarts réels d’âges,
entre les ascendants et leurs fils. Elle est égale à l’âge moyen de mariage d’un
homme (Tm), qu’on lui ajoute le temps moyen de l’enfantement (Te) :

A partir des formules, 1, 2, et 3, on tire l’expression générale de la période
moyenne généalogique (Tg) :

La date moyenne de naissance (Dnx) d’un ascendant x, pour la durée qui est
avant notre ère est égale à :

Où Dnxo est la date moyenne de naissance du descendant xo , et nx est le
numéro de l’ascendant dans la généalogie ou dans la partie généalogique
considérée.
Cela est très clair dans la figure 2 présentée ci-après :
Cette figure représente la date moyenne de naissance des ascendants (Dnx) en
fonction du numéro d’ascendance (nx).
Sur cette courbe on voit que le premier descendant dont nx est égal à
1(correspondant au point zéro sur la courbe) est né en l’an 9 qui correspond à
Dnx0 .
Chaque palier sur cette courbe est la différence de dates de naissances entre le
père et son fils. La moyenne arithmétique de ces différences de dates de
naissances (paliers), donne la période moyenne généalogique Tg.
Et de cela on obtient la formule 5.

Fig.2. Courbe représentant la variation de la date moyenne et réelle de naissance, en fonction du
numéro généalogique (nx)

4. Présentation de la méthode de datation par
généalogie de Jésus-Christ
Dans la généalogie de Jésus-Christ selon la branche salomonique, qui est
présentée dans cette étude (chapitre 2), on peut bien estimer la date de
naissance de Jésus-Christ et celle du roi Josias :
Le calendrier chrétien fut établi au 6e siècle de notre ère, par le moine Denys
qui se basa certainement sur le verset Lc3, 23, qui dit : «L’âge de Jésus à ses
débuts, était environ trente ans ». Mais ce chiffre est fictif, et ne désigne qu’un
âge approximatif.
Jésus naquit sous Hérode le Grand (Mt2, 1) qui est mort en l’an 4 avant notre
ère.
La naissance de Jésus fut à Bethleem pendant un recensement de la Palestine
(Lc2, 1-7).
Selon plusieurs traductions du verset biblique Lc2, 2, ce recensement se
produisit pendant que Quirinus était gouverneur de Syrie. Mais dans l’histoire
le recensement de la Palestine, qui se fit dans la période de Quirinus, fut en l’an
6 après notre ère (9) ; et il est impossible que l’auteur de l’Evangile de Luc, qui
est un Homme assez instruit, fit une erreur historique dans son livre.
Ici le problème est dans la traduction et la compréhension du verset de la copie
originale : Dans la Bible de Darby, qui est littérale, le verset Lc2,2 est écrit
comme suit : « Le recensement lui-même se fit seulementf lorsque Quirinius
eut le gouvernement de la Syrie ». Et la note f dans cette référence, indique
que le mot « seulement » c’est « premièrement » dans le verset original, d’où,
la traduction littérale et exacte de ce verset est : « Le recensement lui-même
[qui]
se fit premièrement, [se fit aussi] lorsque Quirinius eut le
gouvernement de la Syrie ». Et par ce verset qui est une parenthèse dans le
chapitre 2 de l’Evangile de Luc, son auteur veut dire qu’il y’avait deux
recensements de la Palestine : L’un fut dans la période de la naissance du
Jésus-Christ, et l’autre dans celle du gouvernorat de Quirinius.
Selon les quatre Evangiles, la sentence de mort contre Jésus-Christ, fut
prononcée par Ponce Pilate qui était gouverneur romain de Judée de l’an 26 à
36 apr. JC, et d’après celui de Jean, la durée de vie de Jésus, était moins de 50
ans (Jn8, 57).

A partir de ces dernières données de ce paragraphe, on trouve que Jésus-Christ
mourut avant l’an 36 de notre ère, et naquit entre l’an 4 et 14 av. JC (50-36=14
ans). Et pour le calcul on peut situer donc la date moyenne de naissance du
Christ (DnJC) en l’an 9 avant notre ère ((4+14)/2)=9).
Le roi Josias fut tué par le pharaon Neko (2R23, 29 ; 2Ch35, 20-24). Selon
l’histoire, ce Pharaon c’est Nékao IIe qui était roi d’Egypte de 610 à 595 av. JC
(8) ; donc pour le calcul, on peut estimer la date moyenne de la mort du roi
Josias (DnJO) en l’an 602 av. JC, ((595+610)/2=602,5). Le roi Josias engendra
Yoakhaz et Yoyakim, qui après sa mort furent des rois aux âges fictifs
d’approximation, qui sont respectivement 23 et 25 ans (2R23, 30-34 ; 23,36 ;
2Ch36, 1-5) ; ce qui correspond moyennement à une période moyenne
généalogique pour la généalogie de Jésus-Christ (voir la suite de ce
paragraphe). Donc la date moyenne de naissance de Josias, est située avant sa
mort de 2 périodes moyennes généalogiques pour la généalogie de JésusChrist : Une période moyenne généalogique à partir de sa naissance à celle des
ses deux fils ; et une autre de la naissance de ses fils jusqu’à sa mort. C'est-àdire :

Où DnJO est la date moyenne de naissance du roi Josias ; DrJO est sa date
moyenne de sa mort, et TgJC est la période moyenne généalogique pour la
généalogie de Jésus-Christ.
Dans la généalogie de Jésus-Christ, le nombre d’ascendants de Jésus jusqu'au
roi David est de 42, et celui du roi Josias jusqu’à David est de 16 ; donc, de
Jésus-Christ jusqu’au roi Josias, il y’a 26 ascendants (42-16=26).
Comme la période moyenne généalogique, est la durée qui est entre la date
moyenne de naissance du père et celle de son fils, sa formule de calcul pour la
généalogie de Jésus-Christ (TgJC) est :

Ici on désigne par ∆nJC le nombre descendants du roi Josias à Jésus-Christ, et
par DnJC la date moyenne de naissance de Jésus-Christ.

Et de (6) et (7), on tire la formule finale de calcul de la période moyenne
généalogique pour la généalogie de Jésus-Christ :

Remplaçons par les valeurs, on obtient donc :

Pour la durée qui est avant notre ère, n’importe quelle date moyenne de naissance dans la généalogie de Jésus-Christ, se calcule au moyen de la formule 5,
qui s’écrit dans ce cas comme suit :

Lorsqu’on remplace DnJC et TgJC par leurs valeurs, on obtient la formule de
calcul des dates moyennes de naissances des ascendants de Jésus-Christ, selon
la branche salomonique :

5. Arguments, applications et confirmation de
l’histoire biblique des Israélites
Cette méthode de datation ne peut dater que les événements bibliques, qui
étaient après Tarah père d’Abraham (Gn11, 26-32) ; car avant lui, la Bible ne
donne que des généalogies abrégées.
Sur la base de la formule 10, Hamid Simon dressa la table 1, donnant les dates
moyennes de naissances des ascendants de Jésus-Christ, jusqu'à Tarah père
d’Abraham ; car son étude a confirmé que la généalogie biblique, qui est avant
Tarah est abrégée.

Mais dans cette table, il a omis les noms des ascendants de Jésus-Christ, qui
restent dans la partie abrégée de cette généalogie (les noms qui sont entre
doubles parenthèses dans le chapitre 2 de la cette étude, et aussi dans la table
1, parce qu’on ne peut pas connaitre leurs numéros d’ascendance nx).
Table.1. Dates moyennes de naissances des ascendants de Jésus-Christ, selon la branche
salomonique
nx
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28

Nom
Jésus-Christ
Joseph
Jacob
Mathan

((Abioud ; Eliakim ; Azor ;
Sodok ; Akhim ; Elioud ;
Eléazar))

Les fils d’Eloyoenaï
EloyoenaÏ
Néaya
Shémaya
Shekanya
Hananya
Zorobabel
Pédaya et Saltiel
Le Roi Jéchonias (Yoyakîn)
Le roi Yeakim (Yoyaqim)
Le roi Josias
Le roi Amon
Le roi Manassé

Dnx, av.JC

nx

9
34
58
83
108
132
157
182
207
231
256
281
305
330
355
380
404
429
454
478
503
528
553
577
602
627
651
676
701

29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57

Nom
Le roi Ezéchias
Le roi Achaz
Le roi Jonathan (Yotam)
Le roi Ozias (Azarias)
Le roi Amasias
Le roi Joas
Le roi Akhazias
Le roi Joram
Le roi Josephat
Le roi Asa
Le roi Abia (Abiyam)
Le Roi Roboam
Le roi Salomon
Le roi David
Jéssé
Jobed
Booz
Salmon
Naasôn
Aminadeb
Admin
Aram
Esrôm
Phares (Pereç)
Juda
Jacob
Isaac
Abraham
Tarah

Dnx, av.JC
726
750
775
800
824
849
874
898
923
948
973
997
1022
1047
1071
1096
1121
1146
1170
1195
1220
1244
1269
1294
1319
1343
1368
1393
1417

Voici quelques confirmations de l’histoire biblique des Israélites, faites par
Hamid Simon, selon sa méthode de datation :

8.1. Joseph
D’après la Bible, Joseph fils de Jacob, fut vendu par les Madianites aux
Ismaélites qui le transportèrent en Egypte et le vendirent à Potiphar eunuque
du Pharaon (Gn37, 28 ; 37, 36 ; 39,1). Il fut vendu à l’âge de 17 ans (Gn 37,2. Et
lorsqu’il commença sa mission chez le Pharaon, il avait 30 ans (Gn41, 46).
Joseph n’est pas né en même temps que son frère Juda le 53e ascendant de
Jésus-Christ, dont sa date moyenne de naissance selon cette méthode de
datation est 1319 av. JC (table1), mais quelques années après. Selon Gn29, 3135 et 30,1-24, Juda est le 4e fils de Jacob, et Joseph est son 11e. Si l’on suppose
que la durée moyenne entre les naissances des fils de Jacob, est la période
habituelle de 2 ans, Juda est plus grand que Joseph de 14 ans ((11-4) x2=14
ans) ; et la date moyenne de naissance de Joseph selon cette méthode de
datation est 1305 avant notre ère (1319-14=1305). Cela nous donne que
Joseph naquit au temps de règne du Pharaon Horemheb, dernier roi de la XVIIIe
dynastie (1323-1295 av, JC). Donc au jour du fin de règne de ce Pharaon,
Joseph était âgé moyennement de 10 ans (1305-1295=10 ans), et au jour du fin
de règne du Pharaon Ramsès Ier fondateur de la XIXe dynastie (1295-1294 av.
JC), il avait un âge moyen de 11 ans (1305-1294=11).
La Bible cite que Joseph était majordome d’un Pharaon pendant plusieurs
années (Genèse du chapitre 41 à 50). Ce roi d’Egypte ne put être ni le pharaon
Horemheb, parce qu’au jour du fin de son règne, Joseph n’avait moyennement
que 10 ans ; ni Ramsès Ier, car il ne régna qu’une année ; et à cet âge, il ne
pouvait pas assumer la responsabilité. Alors, Joseph était majordome du
Pharaon Sethi Ier qui succéda Ramsès Ier. Sethi Ier était roi d’Egypte de 1294 à
1279 av. JC.
Au jour du fin de règne de Sethi Ier, Joseph avait un âge moyen de 26 ans (13051279=26 ans). Sethi Ier fut succédé par le Pharaon Ramsès IIe qui régna sur
l’Egypte de 1279 à 1213 av. JC).
Vers l’an 1247 av. JC, qui est la date moyenne de naissance de Moïse (voir
paragraphe 8,3 de ce chapitre), ce roi donna l’ordre à son peuple, de jeter au
Nil tout garçon nouveau-né (Ex1, 1-22) ; et à cette date Joseph est déjà mort
(Ex1, 1-6).
Le verset Gn50, 23 se traduit de l’original comme suit : « Et Joseph vit les fils
d’Ephraïm jusqu’au troisième (Nb26, 35 ; 1Ch7, 20-27), et aussi (le fils) Makir
fils de Manassé naquit sur les genoux de Joseph ». Ce qui veut dire que Joseph

vécu l’équivalent de deux périodes moyennes généalogiques ; c'est-à-dire 49
ans (24,708 x = 49,4 ans); donc moyennement il mourut en 1256 av. JC, (130549 = 1256) au temps du Pharaon Ramsès IIe ; environ 9 ans avant la naissance
de Moïse (1256-1247 = 9 ans). (voir paragraphe 8,3 de ce chapitre).
Certes la Bible cite que Joseph avait une très grande importance en Egypte
(Genèse du chapitre 39 à 50). Mais malheureusement pour les égyptiens du
temps des Pharaons, il n’était qu’un esclave (Gn39, 7-20 ; 41, 12) qui fut
réellement méprisé comme les autres Israélites (Gn 43,32). Seulement il était
utilisé, mais vite abandonné et oublié (Ex1, 8) ; et bien sûr, qu’il est absent de
l’histoire égyptienne.
8.2. Jacob
Le verset biblique Gn50, 2, dit que Joseph ordonna aux médecins d’embaumer
son père. Et d’ici on comprend que Jacob mourut pendant le règne du Pharaon
Sethi Ier qui régna sur l’Egypte de 1294 à 1279 av. JC (voir paragraphe 8,1, de ce
chapitre).
Jacob est le 54e ascendant de Jésus-Christ. Selon cette datation, il naquit en
1343 av. JC (table1), et vu la période de règne de Sethi Ier, Jacob vécut moins de
64 ans (1343-1279=64 ans) et plus de 49 ans (1343-1294=49 ans)
8.3 Moïse et l’Exode des Israélites
Levi est frère de Juda (Gn35, 23) qui est le 53e ascendant de Jésus-Christ
(Table1). Selon cette méthode de datation, Juda naquit en 1319 av. JC (table1).
Comme Levi naquit juste avant Juda (Gn29, 31-35), et si on estime que la
différence d’âges entre eux est la période habituelle de 2 ans, la date de
moyenne de naissance de Levi est donc 1321 av. JC (1319+2=1321).
Moïse est fils d’Amram, fils de Qehath, fils de Levi (Ex6, 16-20, 1Ch5, 27-29) ;
donc Moïse est le 3e descendant de Levi ; ce qui correspond à une différence de
dates de naissance entre eux, qui est équivalente à 3 périodes moyennes
généalogiques. Et dans ce cas, la date moyenne de naissance de Moise est
1247 av. JC (1321-3x24.708=1247). C’est à dire Moïse naquit dans la période de
règne du Pharaon Ramsès IIe roi d’Egypte (de 1279-1213 av. JC). Le texte
biblique Ex2, 10-22, montre que lorsque Moïse séjourna à Madian, il fut jeune ;
et à la mort de Ramsès II (Ex2, 23) en 1213 av. JC, il avait moyennement 34 ans
(1247-1213=34 ans).

Après la mort de Ramsès II, Moïse retourna en Egypte (Ex4, 18-20) ; et c’était la
période de règne du Pharaon Mineptah (1213-1203 av JC). Donc l’Exode réel
des Israélites, de l’Egypte à la terre de Canaan se produisit dans la période de
ce roi d’Egypte.
Au musée de Caire (en Egypte), on trouve la « stèle de Mineptah », qui montre
que ce roi égyptien fut irrité contre le peuple d’Israël, en y écrivant « Qu’Israël
est anéanti et sa semence n’existe plus ». Cela prouve aussi que l’Exode réel
des Israélites, de l’Egypte à la terre de Canaan, eut lieu soit en une seule fois
avec Moïse, ou en plusieurs vagues.
Au jour de fin de règne du Pharaon Mineptah, Moïse avait moyennement 44
ans (1247-1203=44 ans).
8.4. Durée de séjour des Israélites en Egypte.
Selon les résultats de cette étude (voir paragraphes 8.1 ; 8.2 ; et 8.3, de ce
chapitre), la durée de séjour des Israélites en Egypte, est inferieure à la période
qui débute du début de règne du pharaon Sethi Ie (1294 av. JC), au jour de la fin
de règne du Pharaon Mineptah (1203 : Elle est donc inferieure à 91ans (12941203=91 ans).
La venue des Israélites en Egypte, fut au temps de Levi et ses frères (Gn46, 134), et l’Exode réel se produisit au temps de Moise (Exode du chapitre1 au15),
et comme entre Levi et Moïse il y a 3 périodes moyennes généalogiques (Ex6,
16-20 et 1Ch5, 27-29) ; le temps de séjour du peuple d’Israël en Egypte, est
équivalent à cette durée : C'est-à-dire environ 74ans, (3 x 24, 708 = 74,1 ans).
Donc les Israélites restèrent en Egypte toute la durée de règne de Ramsès IIe,
qui est de 66 ans, (1279-1213=66 ans), et quelques années des périodes des
règnes de Sethi Ier et de Mineptah.
8.5. Josué
La généalogie de Josué, citée dans 1Ch7, 20-27 est : [Joseph engendra] Ephraïm
qui engendra Beria, Shéra (une fille), Refah, Rèshef, Telah, Tahan, Laédan,
Ammihud , Elishama et Noon qui engendra Josué (dans le manuscrit original, le
verset 1Ch7, 27, est un peu mal écrit ; et le lecteur peut comprendre que Josué
est frère de Noon ; mais réellement c’est son fils ( voir Ex33, 11 ; Nombres ;
Deutéronome et Josué).

Si l’ordre généalogique est respecté dans cette postérité ; et si l’intervalle
moyen entre les naissances de ces 10 enfants d’Ephraïm, est la période
habituelle de 2 ans, le temps entre la naissance de Béria et son frère Noon, est
de 18 ans (9x2=18 ans).
Joseph naquit en l’an 1305 av. JC (voir paragraphe 8, 1 de cette étude). Le
temps entre Joseph et Béria est équivalent à 2 périodes moyennes
généalogiques ; et il y a aussi l’équivalent d’une période moyenne
généalogique entre Noon et son fils Josué. Dans ce cas, la date moyenne de
naissance de Josué selon cette méthode de datation, est 1213 av. JC (1305(3x24, 708)-18= 1213).
Donc Josué était moins âgé que Moïse de 34 ans (1247-1213=34 ans), et il avait
moyennement 10 ans à la date de mort du Pharaon Mineptah (12131203=10ans).
8.6. David
Selon cette méthode de datation, le roi David naquit en 1047 avant notre
(table1).Et d’après Albright et Galil, la durée de règne de David, était environ de
1005 à 962 av. JC, donc, il était au temps des règnes des Pharaons : Smendes
(1069-1043 av. JC), Amenemnesout (1043- 1039 av. JC), Psousennès Ier (1039993 av. JC), Aménémopé (993-884 av.), Osorkon (984-978 av. JC) et Siamon
(978-959 av. JC).
8.7. Salomon et son fils Roboam.
D’après 1R3, 1 ; 7, 8 ; 9, 24 ; 11, 1, Salomon épousa la fille d’un pharaon roi
d’Egypte.
Selon cette méthode de datation, Salomon est le 41e ascendant de JésusChrist. Il naquit en 1022 avant notre ère (Table1), c'est-à-dire dans la période
de règne du pharaon Psousennes Ier (1039-993 av. JC). Et d’après Albright et
Galil, la durée de règne de Salomon, était environ de 970 à 922 av. JC. Donc
probablement, Salomon fut gendre du Pharaon Siamon roi d’Egypte de 978 à
959 av. JC.
A la fin de règne de Siamon, Salomon régna déjà environ 11 ans (970-959=11
ans).
Au début de règne du roi Siamon, Salomon avait environ 44 ans (1022-978=44
ans).

Le verset 1R11, 40, dit : « Salomon chercha à faire tuer Jéroboam, mais
Jéroboam s’enfuit auprès de Shishaq roi d’Egypte où il séjourna jusqu’à la mort
de Salomon ».
Selon les données historiques, le Pharaon Shishaq (ou Shishong Ier) qui est
d’origine Libyenne, régna sur l’Egypte de 945 à 924 avant notre ère. Et comme
Salomon naquit en1022 av. JC, au début de règne de Shishaq, il était âgé de 77
ans (1022-945=77ans) ; et après sa mort qui ne fut pas loin de cet âge, il fut
remplacé par son fils Roboam, toujours au temps de ce roi Egyptien (1R11, 4143 ; 14,25 ; 2Ch12, 2).
Roboam est le 40e ascendant de Jésus-Christ, d’après cette méthode de
datation, il naquit en 997 av. JC (table1) ; donc au jour du début de règne de
Shishaq, il était âgé de 52 ans (997-945=52 ans).
8.8. Akhaz roi de Juda
Le verset 2R17, 3 dit : « Salmanazar roi d’Assyrie monta contre Osée *…+ ».
Osée roi d’Israël était au temps d’Akhaz (Achaz) roi de Juda (2R17, 1).
Akhaz (Achaz) est le 30e ascendant de Jésus-Christ ; sa date moyenne de
naissance selon cette méthode de datation est 750 av. JC (table1).
Ce roi d’Assyrie qui est cité dans la Bible, c’est Salmanazar Ve, fils de TiglathPiléser IIIe nommé aussi Poul (2R15, 29 ; 16,7 ; 16,10 ; 15,19). Selon les
documents historiques du Moyen-Orient, Salmanasar Ve régna de727 à 722
av.JC ; donc au début de règne de ce roi, Akhaz (Achaz) roi de Juda avait 23 ans,
(750-727=23 ans), et Osée roi d’Israël lui fut contemporain. Et cela confirme
que l’événement cité dans 2R17, 1-6, eut lieu.
8.9. Yoyaqim roi de Juda
Le texte biblique 2Roi 23, 31-35 ; 2Ch36, 1-4, énonce que Yoyaqim et son frère
Yoakhaz, fils de Josias, étaient aux temps du règne du Pharaon Neko (Nékao IIe)
qui régna sur l’Egypte de 610 à 595 av. JC. D’après cette méthode de datation,
Yoyaqim est le 25e ascendant de Jésus-Christ, qui naquit en l’an 627 av. JC
(table1). Donc au Jour de règne de Néko, Yoyaqim avait 17ans, (627-610=17
ans) ; et l’âge de son frère Yoakhas, ne doit pas être loin du sien (les valeurs de
23 et 25 ans indiquées dans 2R23, 31 ; 23, 36 ; 2Ch36, 2 ; 36, 5, sont fictives).

Le verset 2R24, 1 ; 2Ch26, 5-6, cite que Yoyaqim était aussi pendant le règne de
Nabuchodonosor (Nabuchodonosor IIe) roi de Babylone de 605 à 562 av. JC.
Donc, il naquit 22 ans avant le règne de ce roi (627-605=22 ans).
8.10. Yoyakîn roi de Juda
Yoyakîn est le fils de Yoyaqim (2R24, 6 ; 2Ch36, 8), il est nommé aussi Yekonya
(1Ch3, 15-17), et Jéchonias dans l’Evangile de Matthieu (Mt1, 11). Il est le 24e
ascendant de Jésus-Christ ; sa la date moyenne de naissance selon cette
méthode de datation est 602 av. JC (table1). Et dans ce cas Yoyakîn (Yekonya)
naquit 3 ans après le règne de Nabuchodonosor, (605-602=3 ans), et au jour de
fin de règne de ce roi de Babylone, Yoyakîn (Jéconias) avait environ 40 ans,
(602-562=40 ans).
8.11. Abraham et la domestication du dromadaire
La datation par cette méthode, donne qu’Abraham naquit moyennement en
l’an 1393 avant notre ère (table1). Et il avait vécu dans une période où le
dromadaire était domestiqué (voir Livre de Genèse, surtout le chapitre 24) ;
cela prouve que cet animal était utilisé par les nomades des déserts avant cette
date. Tout simplement l’archéologie n’a pas encore trouvé les traces du
dromadaire du XIVe siècle, dans la région qui s’étend de l’Egypte à la
Mésopotamie.
Selon le texte biblique Gn12, 10-20, lorsqu’Abraham descendit en Egypte, il
eut toute une histoire avec un Pharaon, à cause de sa femme Sara qui était trop
belle. Cela veut dire qu’elle était jeune : Donc Abraham devait être aussi jeune.
Et si on situe son l’âge entre 20 et 35 ans ; en se basant sur la table1, on obtient
que cette période fût entre 1373 et 1358 av. JC, (1393-20=1373 av. JC, et 139335=1358 av. JC) ; et elle correspond à celle du règne du Pharaon Aménophis
IIIe (1391-1353 av. JC).


Documents similaires


Fichier PDF methode de datation par genealoge de christ
Fichier PDF les evangiles
Fichier PDF jesus christ lumiere du monde
Fichier PDF besnier le proces du christ
Fichier PDF retour glorieux
Fichier PDF attention le pere noel imite le seigneur jesus christ


Sur le même sujet..





Vintage Christmas Clown Ornament West Germany | Watch Movie | Charlotte Riley