Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Mickaël Gosset Brochure sur la dysphasie .pdf



Nom original: Mickaël-Gosset-Brochure-sur-la-dysphasie.pdf
Auteur: CECP

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Microsoft® Publisher 2016, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 04/03/2018 à 10:09, depuis l'adresse IP 185.218.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 10972 fois.
Taille du document: 15.5 Mo (35 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Merci...
aux nombreux parents (d'Algérie, du Canada, de France,
de Belgique...) qui ont pris le temps de répondre à mon
questionnaire et de témoigner du parcours de leur
enfant ;
à Madame Laure Leider, enseignante spécialisée, qui m'a
ouvert les portes de sa classe et qui a accepté de partager
son expérience dans l'accompagnement des élèves ayant
une dysphasie ;
à Madame Marie-Astrid Buset, logopède (orthophoniste),
qui - encore une fois - a participé à l'enrichissement de
mes connaissances dans un domaine dans lequel elle
excelle.

Sommaire
1

Définition et prévalence………………………. 12

2

Les types de dysphasies………………………. 14

3

Zoom sur le langage…………………………... 17

4

De l’alerte au diagnostic……………………… 20

5

Des difficultés courantes,
des troubles associés…………………………... 22

6

L’enfant dysphasique et sa scolarité……….... 24

7

Des aménagements, des moyens de
compensation…………………………...……… 26

8

Des formations…….…………………………... 33

9

La littérature jeunesse sur la dysphasie...…… 33
Bibliographie………………………………....... 34

Introduction

Tous les enfants sont des individus différents et plus on leur montre de méthodes et
des manières d'apprendre, plus ça leur permet de découvrir ce qui leur convient.
Laure L., enseignante

Structurel

Les symptômes s’expliquent par une anomalie des structures du
cerveau spécialisées pour le langage oral.

Spécifique

Les symptômes ne trouvent pas d’autre explication qu’une anomalie
du développement du cerveau.

Sévère

Se définit par son intensité et son retentissement dans la vie quotidienne et à l’école.

Durable

Se distingue d’une difficulté passagère ou transitoire. Le trouble du
langage est permanent et durable, y compris à l’âge adulte, malgré
les prises en charge. [2]

LA dysphasie ou LES dysphasies ?
Chevrie-Muller et Narbonna (2000) proposent qu’en ce qui concerne la dysphasie de développement, il vaudrait mieux parler DES dysphasies, car il en existe
une grande diversité de degré et qualité variables. [5]

Les différentes composantes du langage [6]
La phonologie concerne la perception, la manipulation et l’organisation des sons qui forment les
mots.
La morphologie renvoie à la connaissance des règles de combinaison (préfixes, suffixes, etc.)
permettant de former des mots.
Le lexique concerne notre dictionnaire interne ou notre bagage de vocabulaire. L’accès au lexique
est la capacité de trouver et d’utiliser le mot juste.
La syntaxe représente l’organisation des mots afin de créer des phrases cohérentes.
La sémantique consiste à la compréhension du sens des mots et des phrases.

La pragmatique se définit comme la compréhension des liens existant entre la langue et le
contexte de son utilisation.

Il y a des traits communs qui se retrouvent, mais le dosage des troubles rencontrés est différent chez chacun. Il
n’y a pas de recette ou une manière de traiter par type de
dysphasie. Il y a autant d’adaptations et de traitements
logopédiques qu’il y a d’enfants dysphasiques.
Marie-Astrid B., logopède

Il a une dysphasie sémantique-pragmatique. Il avait
4 ans lors de son diagnostic. A l’âge de 3 ans, il ne
parlait pas (surtout du jargon). Il avait des comportements très agressifs.
Suzanne, maman de B.

Elle ne faisait pas de phrases complètes. On avait l’impression
qu’elle bégayait et cherchait ses mots quand elle essayait de parler.
Elle a longtemps pointé du doigt pour se faire comprendre et elle
nous tirait par la main pour nous amener à ce qu’elle désirait voir.
Témoignage de parent

Entre 2 et
3 ans















Évolution du langage chez
l’enfant en âge scolaire [7]
Utilise environ 450 mots.
Soliloque (se parle à voix haute lorsqu’il joue).
Prononce des phrases complètes
(« maman partie travailler »).
Parle de lui-même à la 3e personne.
Utilise son prénom pour parler de
lui.
Utilise quelques pronoms (« moi »,
« toi »).
Formule des phrases négatives (« je
veux pas »).
Réagit à deux directives simples.
Questionne l’adulte (« c’est quoi ? »).
Utilise le pluriel.
Chante quelques chansons.
Aime qu’on lui lise des histoires accompagnées d’images.

Indicateurs de vigilance [8] [9]










Ne semble pas comprendre ce qu’on
lui dit.
Utilise des mots pour dire ce dont il a
besoin à la place des phrases, comme
« boit » au lieu de « je veux boire de
l’eau ».
Parle, mais on comprend mal ce qu’il
dit tant ses mots et ses phrases sont
indistincts.
Parle très peu ou ne parle pas du
tout, il préfère communiquer par des
gestes.
Très bonne mémoire, mais il semble
avoir du mal à se rappeler les comptines.
Manie de répéter systématiquement
ce qu’il entend.

Entre 3 et
4 ans











Entre 4 et
5 ans












Entre 5 et
6 ans








Utilise un vocabulaire d’environ 1000
mots.
Construit des phrases de 5 mots.
Converse avec ses pairs.
Réagit à une phrase contenant 3 directives simples.
Questionne l’adulte ou ses pairs.
Exprime ses besoins.
Récite une comptine.
Chante des chansons variées.
Nomme quelques caractéristiques
qui le représentent.
Utilise un vocabulaire de 1500 mots.
Questionne les autres
(« pourquoi ? »).
Utilise le présent, le passé et le futur.
Raconte des évènements dans
l’ordre.
Raconte des histoires mêlant le réel et
l’imaginaire.
Crée de nouveaux mots.
Invente des rimes.
Nomme des contraires.
Réagit aux mots qu’il voit dans les
livres.
S’intéresse à des histoires qu’on lui
raconte.
Fait des phrases complexes avec des
expansions : alors, et puis, ensuite…
Utilise toutes les notions de temps et
d'espace : demain, après, au milieu,
le dernier…
Raconte de façon claire et ordonnée.
Fait preuve d'une bonne conscience
phonologique (rimes, comptage syllabes).
Comprend toutes les consignes.
S'intéresse au sens des mots.

















Ne comprend pas les consignes
qu’on lui donne, même les plus
simples.
Parle peu et s’exprime très mal.
N’utilise que des phrases courtes de
deux ou trois mots, avec une syntaxe
peu fiable.
N’utilise pas ou très peu les pronoms
dans ses phrases.

Ne comprend pas ce qu’on lui dit, ni
les choses qu’on lui demande.
A du mal à exprimer ce qu’il veut et
éprouve de grandes difficultés à verbaliser ses pensées.
Utilise des phrases courtes, très mal
construites et avec très peu de
verbes.

Manifeste des troubles de la compréhension.
Est peu intelligible ou déforme des
mots de manière importante.
Ne conjugue pas les verbes.
Produit des énoncés réduits
(inférieurs à 4 mots).
N'exprime pas de notions de temps
et d'espace.

Langage et communication

Ce schéma, issu de l’organisme Dysphasie Québec [13], permet de visualiser les étapes du message verbal chez
l’humain. Dans les différents types de
dysphasies, certaines difficultés peuvent survenir à une ou plusieurs de ces
étapes et donc rendre la communication laborieuse. Des exemples de difficultés possibles sont proposés en complément.

Nous sommes dans un monde où on communique à l’oral et c’est difficile pour eux de vivre
dans ce monde-là. Le langage oral est la première voie d’accès lorsqu’ils vont à l’école, au
magasin, au cinéma ou quand ils vont à une fête avec les amis. On adapte ici à l'école, mais il
y a quelque chose qui doit se faire dans le milieu extérieur, dans le « vrai » monde aussi.
Laure L., enseignante

H. a parlé très tardivement (vers 6 ans). C’était
difficile car nous avions du mal à le comprendre.
On nous parlait de troubles autistiques. Il communiquait avec nous en dessinant.
Sophie, maman de H.

Il a parlé très tard. Je croyais qu’il entendait mal.
A l’école, en français, c’était la catastrophe. Il y
avait un problème de compréhension des consignes et très peu de confiance en lui.
Stéphanie, maman de K.

Vrai – Faux ?
Il est possible de guérir d’un Trouble Spécifique des Apprentissages.
Réponse à la fin de la brochure

Pour moi, la principale difficulté est l’isolement.
L’enfant se retrouve souvent seul car les autres ne le
comprennent pas. [...] Il peut être aussi marqué par
le fait que la famille parle « bébé » pour faciliter la
communication, ce qui diminue l’estime de soi.
Marie-Astrid B., logopède

Je constate souvent une très faible estime de soi. Ça
touche à l'école, au contact avec l'adulte, à la difficulté avec les parents, les frères et soeurs. C’est la
manière dont ils perçoivent et dont ils sont perçus
par le monde qui fait que pour eux, c'est vraiment
très compliqué.
Laure L., enseignante

En 2e année, elle a commencé à taper pour se
défendre et/ou exprimer sa colère. En 3e, elle a
commencé à se faire comprendre avec des mots
simples.
Maman de J.

Ces enfants ont des difficultés avec l’abstraction
en général ; cela se remarque très vite dans les
activités. Ils ont absolument besoin d’une aide
visuelle ou kinesthésique pour comprendre.
Marie-Astrid B., logopède

J’ai développé un cahier de suivi et des fiches
pour faciliter la communication entre les enseignants, les professionnels de la santé et moi,
afin qu’on s’appuie les uns et les autres sur les
stratégies qui fonctionnaient bien avec L.
Jozée, maman de L.

Nous mettons en place des plans d’intervention
dès le début d’année scolaire, avec certains
objectifs. Puis, il y a deux révisions en cours
d’année.
Denis, papa de A.

Des besoins spécifiques aux aménagements raisonnables [19]
Besoin spécifique : besoin qui résulte d’une particularité, d’un trouble, d’une situation permanente ou semi permanente d’ordre psychologique, mental, physique, psychoaffectif faisant obstacle au projet d’apprentissage. Ce besoin spécifique requiert au sein de l’école un soutien supplémentaire pour permettre à l’élève de poursuivre de manière régulière et harmonieuse son parcours scolaire dans l’enseignement ordinaire.
Un aménagement raisonnable est une mesure concrète permettant de réduire, autant que possible, les effets négatifs d'un environnement sur la participation d'une personne à la vie en société.
Mettre en place cet aménagement raisonnable pour une personne en situation de handicap est une
obligation.
Dans l'enseignement, l'aménagement pour un élève avec un handicap peut prendre différentes
formes : matériel, pédagogique, organisationnel... La mise à disposition d'un outil numérique permettant de répondre au besoin spécifique d'un élève peut donc être considérée comme un aménagement raisonnable.
Cet aménagement est pris en fonction des besoins de l'élève afin qu'il puisse accéder, participer et
progresser sur un pied d'égalité avec les enfants ne présentant pas de situation de handicap.

Aphasie [1] : Trouble acquis du langage suite à une atteinte objective du système nerveux central,
survenant après que le langage a été acquis normalement chez une personne ayant normalement
acquis un certain niveau de compréhension et d’expression verbale, et se manifestant par la perte
partielle ou totale de la faculté de s’exprimer et de comprendre le langage.

1. Au niveau de la classe

2. Au niveau de la communication (langage réceptif)

Je vais toujours illustrer,
montrer ou dessiner ce que je
suis occupée à faire. J’accompagne par le geste tout ce que
je dis.
Laure L., enseignante

http://www.pictoselector.eu/

3. Au niveau de la communication (langage expressif)

Il a appris à se faire comprendre en parlant
plus lentement et avec des stratégies de
communication apprises en orthophonie
(logopédie). Son envie de communication
était très forte.
Christine, maman de L.

Les difficultés du langage oral sont très
difficiles à traiter. On n’utilisera pas la répétition systématique des mots prononcés de
manière erronée. [...] On va partir du langage écrit, en utilisant une méthode adaptée (méthode Ledan).
Marie-Astrid B., logopède

4. Au niveau pédagogique

Les apprentissages passent systématiquement, surtout
dans les premières années, par de la manipulation, par
l’utilisation d’images, de photos, de pictogrammes, mais
on essaie de ne pas trop figer les supports.
Marie-Astrid B., logopède

5. Au niveau relationnel, affectif

6. Des méthodes spécifiques

7. Au niveau des évaluations

http://lc.cx/Q5gW

Bibliographie

Vrai – Faux ?
Il est possible de guérir d’un Trouble Spécifique des Apprentissages.
Faux
« On ne guérit pas d’un trouble d’apprentissage ! Même après une rééducation,
l’élève« dys » ne voit pas ses troubles disparaitre. Par contre, il a pu apprendre les
stratégies efficaces pour compenser ses troubles. Stratégies qu’il devra continuer à utiliser toute sa vie, dans tout processus d’éducation ou de formation. Ainsi que dans sa
vie professionnelle future. Les effets négatifs de ses troubles peuvent donc avoir disparu, mais pas les troubles eux-mêmes. » [11]


Documents similaires


Fichier PDF journe e des dys 2017
Fichier PDF le touble de l acces colombe
Fichier PDF mickael gosset brochure sur la dysphasie 1
Fichier PDF fiche 8 aider dysphasique college
Fichier PDF guideted
Fichier PDF affiche dys federation


Sur le même sujet..





Sorry - Justin Bieber Mp3 | Скачать | #150 - Kengan Ashua 150 10-14-2018