Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



COURS FISCALITE APPROFONDIE ISCAE 2015 .pdf



Nom original: COURS FISCALITE APPROFONDIE ISCAE 2015.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 01/01/2016 à 20:39, depuis l'adresse IP 197.15.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 25028 fois.
Taille du document: 3.9 Mo (235 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


MASTER EXPERTISE COMPTABLE
PREMIERE ANNEE

_____________________________________

SUPPORT DE COURS :
FISCALITE APPROFONDIE
(IRPP, IS, RS, TVA)
_____________________________________

Enseignant : MEHDI ELLOUZ
Expert Comptable membre de l’OECT

Année Universitaire 2015 - 2016

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Sommaire

TITRE 1 : L’IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

2

Chapitre 1: Champ d’application de l'Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (IRPP) .................................................. 3
Chapitre 2: Règles générales d’assujettissement à l’impôt sur le revenu .................................................................................. 6
Chapitre 3 : regimes d’imposition des differentes categories de revenus ................................................................................ 12
Chapitre 4 : L'impôt sur les plus-values des particuliers .......................................................................................................... 32

TITRE 2 : L’IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) ET RETENUES A LA SOURCE (RS) ........................................................... 39
Chapitre 5 : L'impôt sur les sociétés ......................................................................................................................................... 40
Chapitre 6 : Tableau de passage du résultat comptable au résultat fiscal ............................................................................. 45
Chapitre 7 : Les retenues à la source ...................................................................................................................................... 87
Chapitre 8 : Liquidation annuelle de l’IS et de l’IRPP ............................................................................................................ 105
Chapitre 9 : Régimes fiscaux spéciaux .................................................................................................................................. 109

TITRE 3 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE .................................................................................................................... 119
Chapitre 1: Champ d’application de la TVA ........................................................................................................................... 120
Chapitre 2: La collecte de la TVA ........................................................................................................................................... 127
Chapitre 3 - Le regime de deduction ...................................................................................................................................... 140
Chapitre 4 – Deduction de la tva retenue a la source ............................................................................................................ 158
Chapitre 5 : Régimes fiscaux spéciaux .................................................................................................................................. 162
Chapitre 6 : Liquidation de la TVA et obligations du contribuable .......................................................................................... 166

SERIES ET EXAMENS .......................................................................................................................................................... 169
SERIE N° 1 ............................................................................................................................................................................ 170
SERIE N°2 ............................................................................................................................................................................. 171
SERIE N°3 ............................................................................................................................................................................. 174
SERIE N°4 ............................................................................................................................................................................. 179
Examen Fiscalité ISCAE Avril 2011 ....................................................................................................................................... 184
Examen Fiscalité ISCAE Mars 2014 ...................................................................................................................................... 187
Examen Fiscalité Révision comptable Mai 2014 .................................................................................................................... 189
SERIE N° 5 ............................................................................................................................................................................ 191
SERIE N°6 ............................................................................................................................................................................. 195

CORRECTION SERIES ET EXAMENS ................................................................................................................................. 199
Correction SERIE N° 1 ........................................................................................................................................................... 200
Correction SERIE N°2 ............................................................................................................................................................ 202
Correction SERIE N°3 ............................................................................................................................................................ 210
Correction SERIE N°4 ............................................................................................................................................................ 216
Correction Examen Fiscalité ISCAE Avril 2011 ...................................................................................................................... 224
Correction Examen Fiscalité ISCAE Mars 2014 ..................................................................................................................... 227
Correction SERIE N° 5 ........................................................................................................................................................... 231
Correction SERIE N°6 ............................................................................................................................................................ 233

1

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

TITRE 1 : L’IMPOT SUR LE
REVENU DES PERSONNES
PHYSIQUES (IRPP)

2

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Chapitre premier : Champ d’application de
l'Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques
(IRPP)
Principe général
Selon l’article premier du code de l’IRPP et de l’IS, « l’impôt sur le revenu est dû par toute personne physique, quelle
que soit sa situation de famille, au titre de son revenu net global ».
L’impôt sur le revenu possède plusieurs caractéristiques :
 C’est un impôt qui s’applique aux personnes physiques.
 C’est un impôt annuel.
 C’est un impôt qui s’applique au revenu mondial pour les personnes physiques résidentes. Il ne frappe que les
revenus de source tunisienne pour les personnes physiques non résidentes habituellement en Tunisie.
 C’est un impôt qui s’applique au revenu net global du contribuable.
 C’est un impôt progressif.
 C’est un impôt strictement personnel.
 C’est un impôt déclaratif.
 C’est un impôt qui ne s’applique pas sur les revenus exonérés ou soumis à une retenue à la source libératoire.1

SECTION 1. Personnes imposables
Le droit interne distingue entre deux catégories de contribuables soumises à l’impôt sur le revenu à savoir:
 Les personnes ayant leur résidence habituelle en Tunisie (critère de la résidence),
 Les personnes n’ayant pas de résidence habituelle en Tunisie mais qui réalisent
tunisienne (critère de la source du revenu).

des revenus de source

Il est à noter que:



1

Les personnes physiques soumises à l’impôt sur le revenu selon le critère de la résidence habituelle de la
personne, supportent l’impôt sur le montant global de leurs revenus de source Tunisienne et de source étrangère.
Les personnes physiques soumises à l’impôt sur le revenu selon le critère de la source du revenu ne supportent
l’impôt que sur le montant des revenus de source Tunisienne.

Raouf Yaich

, (2008) : « Impôt sur le revenu des personnes physiques et impôt sur les sociétés », ED Raouf Yaich, P7

3

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

1.1. . Personnes physiques résidentes
1.1.1. Article 2 du code de l’IRPP et de l’IS :
L’impôt sur le revenu est dû au 1er janvier de chaque année, par toute personne physique ayant en Tunisie une
résidence habituelle sur l'ensemble de ses revenus réalisés pendant l'année précédente (la nationalité de la personne n'est
pas déterminante).
Sont considérés comme ayant une résidence habituelle en Tunisie:
1- les personnes qui y disposent d'une habitation principale ;
2- les personnes qui, sans disposer d'habitation principale en Tunisie, y séjournent pendant une période au moins égale
à 183 Jours d'une façon continue ou discontinue durant l'année civile ;
3- les fonctionnaires et agents de l'Etat exerçant leur fonction ou chargés de mission dans un pays étranger dans la
mesure où ils ne sont pas soumis, dans ce pays, à un impôt personnel frappant l'ensemble de leur revenu.
Ainsi, toute personne qui remplit l’un de ces trois critères définissant la résidence habituelle au sens fiscal est soumise
à l’impôt sur le revenu tunisien, sous réserve, pour les personnes qui exercent leur activité au niveau de plusieurs pays, des
dispositions des conventions fiscales internationales conclues entre la Tunisie et un certain nombre d’autres pays.

1.1.2. Apport de la doctrine administrative2
Détermination de la résidence principale3
1.

Est résidente habituellement en Tunisie toute personne qui y dispose, à titre onéreux ou gratuit, d’une habitation
principale, c’est-à-dire elle occupe un logement en tant que propriétaire, locataire, usufruitier ou en tant
qu’occupant un logement mis gratuitement à sa disposition.

2.

La notion d’habitation principale suppose la permanence de l’installation de la personne en Tunisie.

3.

La notion d’habitation principale est indépendante du lieu et de la durée de séjour de la personne, elle se trouve
satisfaite aussi bien dans le cas où l’intéressé séjourne effectivement en Tunisie, le cas le plus fréquent, comme
dans celui où il dispose d’une habitation principale en Tunisie sans y séjourner.

Détermination de la durée de séjour
1.

Toute personne qui séjourne en Tunisie pendant une période au moins égale à 183 jours au cours de l’année civile
est considéré comme résidente en Tunisie, que le séjour soit continu ou discontinu et quelles que soient les
modalités de ce séjour (hôtel, chambre meublée etc...);

2.

L'appréciation de la durée de séjour s'effectue année par année. C'est ainsi qu'un contribuable qui séjourne en
Tunisie pendant une ou des périodes dont le total n'atteint pas 183 jours au cours d'une année civile n'est pas
considéré comme ayant une résidence habituelle en Tunisie au titre de cette année, alors même que son séjour se
prolonge durant l'année suivante et que le total de séjour au titre des deux années dépasse 183 jours. Au titre de
la deuxième année, il sera considéré comme ayant une résidence habituelle en Tunisie si son séjour au cours de
cette année est égal ou supérieur à 183 jours.

TEXTE DGI 1990/36 - Note commune n° 31
Dans une prise de position (341) du 12 mars 1999, la DGELF a précisé que "la notion d'habitation principale s'entend de tout lieu
choisi par la personne physique pour sa résidence habituelle (où se trouve son conjoint, ses enfants,...) et exclut donc les résidences
utilisées, même durablement, pour des considérations d'affaires ou de travail.
2
3

4

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Résidence des fonctionnaires et agents de l'Etat
La personne est considérée comme un agent de l'Etat Tunisien exerçant ses fonctions ou chargée de mission
dans un pays étranger lorsqu'elle n'est pas soumise dans ce pays à un impôt personnel sur l'ensemble de ses
revenus ; c'est à dire qu'elle est exonérée de l'impôt sur le revenu ou imposée sur une partie de ses revenus dans le
pays où elle exerce (y compris donc celui de revenu de source tunisienne).
1.1.3. Imposition des résidents
Dans les trois cas qui précédent, l'intéressé est soumis à l'impôt sur le revenu sur le montant global de ses revenus de
source tunisienne ou de source étrangère en application du principe de la mondialité des revenues. 4

1.2. Personnes non résidentes en Tunisie
1.2.1. Revenus couverts par le champ d’application de l’impôt sur le revenu
La loi de finances pour l’année 2003 a étendu le champ d’application de l’impôt sur le revenu pour les personnes
physiques non résidents et non établis à tous les revenus réalisés en Tunisie.
Ainsi et sous réserve de dispositions résultant des conventions fiscales internationales lorsqu’elles sont plus favorables
pour elles, les personnes physiques, qui ne sont pas résidentes en Tunisie, mais qui réalisent des revenus de source
tunisienne, sont soumises à l'impôt sur le revenu uniquement à raison de ces revenus.
1.2.2. Revenus exonérés
Certains revenus réalisés par les personnes physiques non résidents sont expressément exonérés de l’impôt, il s’agit :
 Des intérêts des dépôts et des titres en devises ou en dinars convertibles ;
 Des rémunérations pour affrètement de navires ou d'aéronefs affectés au trafic international.

SECTION 2. Personnes exonérées
Sont exonérés de l'impôt sur le revenu, les agents diplomatiques et consulaires de nationalité étrangère et ce dans la
mesure où le pays qu’ils représentent consent des avantages analogues aux agents diplomatiques et consulaires Tunisiens.
L’exonération ne s’applique pas donc, notamment :




Aux diplomates de nationalité tunisienne exerçant leur activité en Tunisie au sein des organisations internationales
ou régionales ;
Aux personnes de nationalité tunisienne qui sont au service des missions diplomatiques des Etats étrangers ;
Aux personnes de nationalité étrangère qui sont au service des missions diplomatiques des Etats étrangers, mais
n’ayant pas la qualité d’agent diplomatique ou consulaire.

En dehors des agents diplomatiques et consulaires de nationalité étrangère, une personne physique demeure
soumise à l’obligation de déclarer ses revenus, même si ceux-ci sont exonérés de l’impôt sur le revenu.

4

Dans une prise de position (197) du 7 février 2002, la DGELF a précisé que les personnes physiques résidentes sont soumises à
l'IR à l'ensemble de leurs revenus quelles que soient leurs provenance, c'est à dire les revenus de source tunisienne et les revenus de
source étrangère. Toutefois, les revenus de source étrangère ne sont soumis à l'IR en Tunisie que s'ils n'ont pas étés soumis au paiement
de l'impôt dans le pays d'origine (Article 36 du code de l'IRPP et de l'IS).

5

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

CHAPITRE
II :
Règles
générales
d’assujettissement à l’impôt sur le revenu
La fiscalité tunisienne distingue entre huit catégories de revenus:









les bénéfices industriels et commerciaux (BIC) (articles 9 à 15 ainsi que l’article 44);
les bénéfices des professions non commerciales (BNC) (articles 21 et 22) ;
les bénéfices de l’exploitation agricole et de pêche (articles 23 et 24) ;
les traitements, salaires, indemnités, pensions et rentes viagères (articles 25 et 26) ;
les revenus fonciers (articles 27 et 28) ;
les revenus des valeurs mobilières (articles 29 à 33) ;
les revenus des capitaux mobiliers (articles 34 et 35) ;
les revenus de source étrangère (articles 36 et 37).

Chacune des catégories de revenu est régie par des règles propres de détermination du revenu imposable.

SECTION 1. Annualité de l’impôt sur le revenu
L'impôt sur le revenu est annuel, il est du au premier Janvier de chaque année sur la base du montant total des bénéfices ou
revenus réalisés ou perçus pendant l'année précédente.
Toutefois, le code de l’IRPP et de l’IS a prévu des dérogations à ce principe d’imposition, et ce, dans les conditions
suivantes.


Lorsqu'un contribuable précédemment non résident en Tunisie, s'y établit en cours d'année, son imposition est
déterminée à raison des revenus réalisés ou perçus à compter du jour de son établissement en Tunisie.



Lorsqu'un contribuable, auparavant résident en Tunisie, transfère son domicile hors de Tunisie, l'impôt est établi
sur ses revenus réalisés ou perçus pendant l'année de son départ jusqu'à la date de ce départ ainsi que sur ceux
qui lui sont acquis sans en avoir la disposition avant cette date.



En cas de décès, l'impôt est établi à raison des revenus dont le contribuable a disposé ou qu'il a réalisés jusqu'au
jour de son décès.

Par ailleurs, en cas de cession ou de cessation totale de l’exploitation, l’impôt est établi sur les bénéfices réalisés à partir du
1er janvier jusqu’ à la date de la cession ou de la cessation de l’exploitation.

SECTION 2 : Modalités d’imposition
En vertu de la législation fiscale en vigueur, l’imposition dans un foyer a lieu séparément entre les époux.
L’imposition du chef de famille peut avoir lieu à raison de ses propres revenus ainsi que de revenus de ses enfants à
charge (enfants âgés de moins de 20 ans au 1er janvier de l’année d’imposition). Toutefois le chef de famille peut opter pour

6

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

l’imposition séparée de ses enfants fiscalement à charge, s’il établit que les revenus objet d’imposition séparée au nom des
enfants à charge est le fruit de leur propre travail ou d’une fortune qu’ils se sont faits eux-mêmes.
En cas d’imposition séparée des enfants à charge, aucune déduction pour charge de famille ne peut être opérée à ce
titre du revenu imposable du chef de famille.






A ce titre, est considéré comme chef de famille:
l’époux ;
le divorcé ou la divorcée qui a la garde des enfants ;
le veuf (ou la veuve) même sans enfants à charge ;
l’adoptant.

Cependant, l’épouse est considérée comme chef de famille:

lorsqu’elle justifie que le mari ne dispose d’aucune source de revenu durant l’année précédant celle de
l’imposition;

lorsque remariée, elle a la garde des enfants issus d’un précédent mariage.

SECTION 3 : Schéma général de détermination du revenu net global imposable
Pour la détermination du revenu net imposable, il est procédé ainsi :
1.

Détermination du revenu net catégoriel pour chacune des catégories de revenu compte tenu des règles qui lui sont
propres.

2.

Détermination du revenu net global avec compensation entre catégories bénéficiaires et autres déficitaires lorsque
le déficit est justifié par une comptabilité régulière, y compris la comptabilité simplifiée tenue conformément aux
dispositions de l’article 62 du code de l’IRPP et de l’IS.5

Revenu net global = Somme des revenus catégoriels – Déficits des années antérieures non imputés

3.

Détermination du revenu net soumis à l’impôt après la déduction des charges et déductions communes, c’est-àdire celles qui ne se rapportent pas à une catégorie déterminée de revenus ou bénéfices.
Revenu net soumis à l’impôt = Revenu net global – Déductions communes

4.

Calcul de l’IRPP par application du barème progressif.

SECTION 4: Les déductions communes
Le revenu global imposable est déterminé en appliquant à la somme algébrique des différentes catégories de revenus
nets les déductions communes énumérées par les articles 39 et 40 du code de l’IRPP et de l’IS.
Il est à noter qu’outre les déductions communes énumérées par les articles susvisés, des déductions supplémentaires
peuvent être appliquées dans le cadre de la législation régissant les avantages fiscaux.
5

Lorsque le revenu global n’est pas suffisant pour que le déficit subi au niveau d’une catégorie de revenu
puisse être intégralement imputé, le reliquat non imputé est reportable successivement sur le revenu net global
des années suivantes jusqu’à la 4ème année qui suit celle du déficit.

7

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Pour être déductibles, les charges communes du revenu global doivent présenter les caractéristiques
suivantes:
(1) Être prévues par la loi.
(2) Ne pas faire l’objet d’une double déduction.
(3) Hormis les abattements forfaitaires liés à la famille, pour être déductible, la charge du revenu global doit avoir fait
l’objet d’un paiement au cours de l’année au titre de laquelle l’impôt est dû.
(4) La charge doit être justifiée de façon probante.

La fiscalité tunisienne comprend les déductions communes suivantes :
4.1.

La déduction pour chef de famille (article 40.I du code de l’IRPP et de l’IS)

Le chef de famille tel que défini plus haut, a droit à ce titre à une déduction de 150 D.
4.2.

La déduction pour enfants à charge (article 40.II et III du code de l’IRPP et de l’IS)

Le chef de famille a aussi droit, au titre des enfants à sa charge, à une déduction supplémentaire de:


90 dinars au titre du premier enfant ;



75 dinars au titre du deuxième enfant ;



60 dinars au titre du troisième enfant ;



45 dinars au titre du quatrième enfant.6

Sont considérés comme étant à la charge du contribuable, à la condition de n'avoir pas de revenus distincts de ceux qui
servent de base à l'imposition de ce dernier, ses enfants ou les enfants adoptés âgés de moins de 20 ans au 1 er janvier de
l'année d'imposition.

La déduction pour enfants à charge est portée à :


1 000 dinars par enfant poursuivant des études supérieures sans bénéfice de bourse et âgé de moins de 25 ans
au 1er janvier de l'année d'imposition (dans la limite des quatre premiers enfants à charge).7



1.200 dinars par enfant infirme quel que soit son âge et son rang.8

4.3.

La déduction pour parents à charge (article 40.IV du code de l’IRPP et de l’IS)

6

La déduction n’est pas accordée au titre du cinquième enfant (sauf si il s’agit d’un enfant infirme) même si l’un des quatre premiers
enfants vient à atteindre sa majorité ou à décéder.
7

La déduction s’applique nonobstant le caractère de l’établissement d’enseignement, qu’il soit public ou privé et nonobstant son lieu
d’implantation qu’il soit en Tunisie ou à l’étranger.
8 Selon la note commune n° 6/2010 (Texte n° DGI 13/2010), La déduction s’opère sur la base:
 de la carte d’handicapé délivrée par les services compétents pour les enfants portant un handicap,
 d’une attestation délivrée par l’office des œuvres universitaires attestant le non bénéfice de bourse pour les enfants
poursuivant leurs études sans le bénéfice de bourse.

8

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Tout contribuable a droit à une déduction au titre de chaque parent à charge dans la limite de 5% du revenu net soumis
à l'impôt avec un maximum de 150 dinars par parent à charge (150 dinars par an pour la mère et 150 D par an pour le père),
à la triple condition que :


Le montant déduit chez le contribuable figure en revenus sur la déclaration des revenus du parent bénéficiaire en
tant que pension reçue.



La déclaration annuelle des revenus du parent bénéficiaire est déposée en même temps avec la déclaration
annuelle du contribuable qui mentionne la déduction au titre du parent à charge.



Le revenu du ou des parents à charge, augmenté du montant de la déduction, n'excède pas le salaire minimum
interprofessionnel garanti.

Lorsque la charge des parents est assurée par plus d'un enfant, le montant de la déduction est réparti entre tous les
enfants.9

4.4.

Les arrérages des rentes payées à titre obligatoire et gratuit (article 39.I.1 du code de l’IRPP et
de l’IS)

Pour être déductible du revenu global, la rente ou la pension doit remplir trois conditions cumulatives:
(1) être due à titre obligatoire : le caractère obligatoire résulte d’un jugement (tel est le cas par exemple d’une pension
alimentaire versée en cas de divorce). Il peut aussi résulter d’un engagement contractuel lorsqu’il découle d’un titre
faisant preuve d’une obligation.
(2) la rente ou la pension doit être due à titre gratuit.
(3) le montant déductible est limité au montant effectivement payé au cours de l’année au titre de laquelle
l’imposition est due dans la limite de la somme exigible en vertu de l’obligation légale.

4.5.

Les primes afférentes aux contrats d’assurance vie (article 39.I.2 du code de l’IRPP et de l’IS)10

Les versements au titre des primes payées par le souscripteur dans le cadre des contrats assurance-vie et des contrats
de capitalisation dans la limite de 10.000 dinars par an, et ce, lorsque ces contrats comportent l’une des garanties suivantes:


garantie d'un capital ou d’une rente au profit de l'assuré, de son conjoint, de ses ascendants ou
descendants d'une durée effective au moins égale à dix ans,



garantie des unités de compte au profit de l'assuré, de son conjoint, de ses ascendants ou
descendants servies après une durée minimale qui ne doit pas être inférieure à dix ans,



garantie d'un capital ou d’une rente en cas de décès au profit du conjoint, des ascendants ou des
descendants.

Cette déduction s’applique aux primes assurance-vie payées par l'affilié dans le cadre des contrats collectifs
d’assurance d’une durée d’affiliation effective égale au moins à dix ans et sans que sa cotisation dans ces contrats soit
inférieure à une cotisation minimale dont le taux est fixé par l’arrêté du Ministre des Finances du 11 mars 2014.
Le rachat du contrat d’assurance par le souscripteur aux contrats individuels ou l’affilié aux contrats collectifs avant
l’expiration de la période de dix ans susvisée entraîne le paiement de l’impôt sur le revenu non acquitté majoré des
pénalités dues conformément à la législation en vigueur. Les pénalités de retard ne sont pas dues lorsque l’assuré
procède au rachat du contrat d’assurance suite à la survenance d’évènements imprévisibles tels que définis par la
législation en vigueur ou après l’expiration d’une période d’épargne minimale de 5 ans.

9

Selon la note commune n° 6-2013, la déduction pour parents à charge demeure exclue lors de la détermination de l’assiette de la
retenue à la source. Elle s’effectue uniquement au niveau de la détermination du revenu global annuel imposable.
10
Voir Note commune N°22 / 2014

9

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Le rachat est subordonné à la production par l’intéressé auprès de l'entreprise d’assurance d’une attestation délivrée
par les services du contrôle fiscal compétents attestant que l’intéressé a régularisé sa situation fiscale au titre des
primes d’assurance ayant bénéficié de la déduction. A défaut l’entreprise d’assurance est tenue solidairement
avec le souscripteur aux contrats individuels ou l’affilié aux contrats collectifs pour le paiement des montants
exigibles.
4.6.

Les sommes payées au titre du remboursement des prêts universitaires (article 39-I-3 du
code de l’IRPP et de l’IS)

Sont déductibles du revenu global, les sommes payées en principal et en intérêts, au titre du remboursement des prêts
universitaires dont a bénéficié un contribuable durant sa vie universitaire, et ce, quelle que soit la qualité de l'organisme
11
prêteur, Trésor Public, Banques, Caisses sociales (CNSS-CNRPS) .

4.7.

La franchise sur les intérêts payés au titre des prêts relatifs à l’acquisition ou à la
construction d’un logement social (article 39-I-4 du code de l’IRPP et de l’IS) 12

Selon l’ancienne législation, sont déductibles du revenu global, les intérêts payés au titre des prêts relatifs à
l’acquisition ou à la construction d’un logement social au sens de la législation relative aux interventions du fonds de
promotion du logement13 pour les salariés.
Cependant, la loi de finances complémentaire pour l’année 2015 est venue modifier les dispositions du point 4 du
paragraphe I de l’article 39 du code de l’IRPP et de l’IS comme suit : « Les intérêts et les commissions payés au titre des
prêts relatifs à l’acquisition ou à la construction d’un seul logement dont le coût d’acquisition ou de construction ne dépasse
pas 200.000 dinars. Ces dispositions s’appliquent aux opérations d’acquisition ou de construction dans le cadre des contrats
de vente murabaha ».
Les nouvelles dispositions concernent exclusivement les montants dont l’échéance intervient à partir du 1er janvier
2016.
Ainsi, l’apport de cette loi est comme suit :


Elargissement du champ d’application de la mesure pour englober les habitations dont le coût d'acquisition ou de
construction ne dépasse pas 200.000 DT (La déduction n’est plus limitée aux achats de logements sociaux) ;



Possibilité de déduction des commissions ;



L’avantage est limité à une seule fois ;



Les opérations d'acquisition ou de construction dans le cadre des contrats Murabaha sont éligibles à l’avantage.

4.8. Déduction par les travailleurs non salariés de leur cotisation à l'un des régimes légaux
de la sécurité sociale de l'assiette de l'impôt (article 39.I.5 du code de l’IRPP et de l’IS)
Sont déductibles du déductible du revenu global, les cotisations payées par les travailleurs non salariés affiliés à l’un
des régimes légaux de la sécurité sociale.

4.9.

La franchise sur les intérêts de l’épargne et des obligations (article 39-II du code de l’IRPP et
de l’IS)

11

TEXTE DGI 2000/03 - Note commune n° 02

12

Selon la note commune n°14-2010/ DGI 2010/21, cet avantage est octroyé à toutes les personnes physiques à l’exclusion de
celles soumises à l’impôt sur le revenu selon le régime forfaitaire dans la catégorie des BIC.
13
Logements individuels ou collectifs dont la superficie couverte ne dépasse pas 100 m2 et dont le coût ne dépasse pas 67.500D.

10

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Sont déductibles du revenu global:



Les intérêts perçus par le contribuable au cours de l'année au titre des comptes spéciaux d'épargne ouverts
auprès des banques, ou de la Caisse d'Epargne Nationale de Tunisie ou
Les intérêts au titre des emprunts obligataires.

La déduction s’effectue dans la limite d'un montant annuel de mille cinq cent dinars (1 500D) sans que ce montant
n'excède mille dinars pour les intérêts provenant des comptes spéciaux d'épargne ouverts auprès des banques et auprès de
la Caisse d'Epargne Nationale de Tunisie.

4.10.

Les autres déductions (article 39 du code de l’IRPP et de l’IS)

Il s’agit généralement d’avantages fiscaux sous forme de déductions de revenus provenant de l’exploitation ou de
déductions pour réinvestissements dans les conditions et limites prévues par la législation en vigueur.

11

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Chapitre 3 : REGIMES D’IMPOSITION DES
DIFFERENTES CATEGORIES DE REVENUS

SECTION 1 : Bénéfices Industriels Et Commerciaux (BIC)
Aux termes de l’article 9 du code de l’IRPP et de l’IS, sont considérés comme des bénéfices industriels et commerciaux pour
l’établissement de l’impôt sur le revenu, les bénéfices réalisés dans des entreprises exerçant une activité commerciale au
sens du code de commerce.

1.1. .Champ d’application
1.1.1. Définition
Aux termes de l’article 9 du code de l’IRPP et de l’IS, sont considérés comme des bénéfices industriels et commerciaux pour
l’établissement de l’impôt sur le revenu, les bénéfices réalisés dans des entreprises exerçant une activité commerciale au
sens du code de commerce.
La doctrine administrative assimile à la catégorie des BIC, les bénéfices des activités artisanales.14
1.1.2. Activités relevant des BIC
1.1.2.1. Activités concernées
Selon l’article 2 du code de commerce, « Est commerçant, quiconque, à titre professionnel, procède à des actes de
production, circulation, spéculation, entremise, sous réserve des exceptions prévues par la loi.
Notamment, est commerçant, quiconque, à titre professionnel, procède15 :
à l'extraction des matières premières ;
à la fabrication et à la transformation des produits manufacturés ;
à l'achat et à la vente ou à la location des biens quels qu'ils soient ;
à des opérations d'entrepôt ou de gestion de magasins généraux ;
au transport terrestre, maritime et aérien des biens et des personnes ;
à des opérations d'assurance terrestre, maritime et aérienne, quelles qu'en soient les modalités ;
à des opérations de change, de banque ou de bourse ;
à des opérations de commission, de courtage16 ;
à l'exploitation d'agences d'affaires ;
à l'exploitation d'entreprises de spectacles publics ;
à l'exploitation des entreprises de publicité, d'édition, de communication ou de transmission de nouvelles et
renseignements.
Toutefois n'est pas commerçant, quiconque exerce une profession agricole dans la mesure où l'intéressé ne fait que
transformer et vendre les produits de son fonds. »












Ainsi, les commerçants (activité d’achat en vue de la vente), industriels, artisans et prestataires de services commerciaux
personnes physiques sont classés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux.
Par ailleurs, les quote-parts des associés personnes physiques dans les revenus réalisés par les entités fiscalement
transparentes exerçant des activités commerciales relèvent aussi des bénéfices industriels et commerciaux.

14

Nonobstant le fait que les artisans n’aient pas la qualité de commerçant.

15

Certaines opérations visées ne peuvent être exercées que par des sociétés anonymes.
Opérations d’intermédiations réalisées par des personnes indépendantes, qui consistent, contre rémunération, à mettre en relation
deux personnes qui désirent contracter.
NB : Le courtier réalisant des opérations de courtage de nature non commerciale (exemple : courtier en produits agricoles) est
considéré comme un commerçant.
16

12

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

1.1.2.2. Conditions d’exercice
Le seul exercice de l’activité ne suffit pas en lui même pour faire de la personne qui l’exerce, un commerçant, il faut que
l’activité soit exercée à titre professionnel, pour le compte de la personne qui l’exerce et dans un but lucratif.
1.1.2.2.1. Exercice de l’activité à titre professionnel
Ce critère suppose que la personne qui accomplit des actes de commerce en fait sa profession, dans le sens où elle doit se
consacrer à titre principal à l’exercice de cette activité. Ce critère est satisfait à chaque fois qu’il ya répétition des opérations
même à des intervalles de temps pas très rapprochés.
1.1.2.2.2. Exercice de l’activité pour son propre compte
L’exercice de l’activité pour son propre compte à ses risques et périls distinguerait le commerçant du simple subordonné qui
travaille sous ses ordres.
1.1.2.2.3. Exercice de l’activité dans un but lucratif
La spéculation et la recherche du profit sont les éléments caractéristiques de l’exercice d’une activité commerciale.
Toutefois, ne sont pas considérés comme activités commerciales, et ne sont pas de ce fait soumis à l’IR dans la catégorie
des BIC :
 La vente par les agriculteurs de leur propre production, même après une première transformation. Toutefois,
lorsqu’un agriculteur s’organise de la même manière qu’un commerçant et écoule sa production notamment dans
des boutiques agencées, les bénéfices qu’il réalise dans ce cadre sont considérés comme provenant de l’exercice
d’une activité commerciale.


La vente par les peintres de leurs œuvres d’art. Toutefois si ces personnes se livrent à la reproduction en séries
d’une même œuvre, les bénéfices réalisés à ce titre sont soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des
BIC.17

1.2. Régimes d’imposition des bénéfices industriels et Commerciaux
Les revenus relevant de la catégorie des BIC sont soumis à l’impôt selon deux régimes :



le régime réel.
le régime du forfait d’impôt ;

1.2.1. Le Régime Réel d’imposition
Le résultat fiscal est déterminé à partir du résultat comptable tout en procédant à des retraitements (réintégrations,
déductions. °)
Les modalités de détermination du résultat fiscal sont traitées par les articles 10 à 15 du code de l’IRPP et de l’IS. Elles
vont faire l’objet d’une étude détaillée dans le chapitre 6 traitant la détermination du résultat fiscal.
L’imposition selon le régime réel implique la tenue d’une comptabilité régulière et complète conformément aux règles
édictées par le système comptables des entreprises.
L’imposition selon le régime réel peut dégager un résultat bénéficiaire comme elle peut dégager un résultat déficitaire qui
peut s’imputer sur les autres catégories de revenus et en cas d’insuffisance, se reporter en avant sur les années suivantes.

1.2.2. . Le régime du forfait d’impôt
Un régime forfaitaire d'imposition a été institué, au profit des petits exploitants, personnes physiques relevant de la catégorie
des bénéfices industriels et commerciaux.
Les articles 32, 34, 35, 36, 37 et 40 de la loi n°2010-58 du 17 décembre 2010, portant loi de finances pour l’année 2011 ont
révisé le régime forfaitaire de l’impôt sur le revenu et ce au niveau des conditions d’éligibilité au régime, au niveau de son
tarif et au niveau des obligations des bénéficiaires dudit régime.

17

Mabrouk Maalaoui (2013) : « Mémento impôts directs de Tunisie», ED PWC, P56-57

13

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Par ailleurs, et dans le même cadre, il a été réservé au régime en question une section dans le code de l’impôt sur le revenu
des personnes physiques et de l’impôt sur les sociétés intitulée « Régime forfaitaire de l’impôt sur le revenu » comportant les
articles de 44 bis à 44 sexies.
1.2.2.1. Conditions d’éligibilité au régime du forfait d’impôt
1.2.2.1.1. Conditions générales
Sont éligibles au régime forfaitaire d’imposition, les petits exploitants personnes physiques qui exercent une activité
industrielle, artisanale, commerciale ou des services dans le cadre d’une exploitation :
1. Individuelle à établissement unique
2. Non importatrice;
3. Non rémunérée par des commissions;
4. Ne fabricant pas de produits à base d'alcool,
5. N'exerçant pas l'activité de commerce de gros,
6. Ne possédant pas plus d'un véhicule de transport en commun de personnes ou de transport de marchandises dont
la charge utile ne dépasse pas 3 tonnes et demi,
7. Dont les exploitants ne réalisent pas des revenus de la catégorie des bénéfices des professions non
commerciales,
8. Non soumise à la taxe sur la valeur ajoutée selon le régime réel,
9. N’ayant pas été soumise à l'impôt sur le revenu des personnes physiques selon le régime réel suite à une
vérification fiscale,
10. Dont le chiffre d'affaires annuel n’excède pas :
 100 mille dinars pour les activités d’achat en vue de la revente, les activités de transformation et la consommation
sur place, et
 50 mille dinars pour les activités de services.
Dans le cas où l’entreprise exerce plus d’une activité, le chiffre d’affaires global de toutes les activités ne doit pas
dépasser 100 mille dinars sans que le chiffre d’affaires provenant des activités de services ne dépasse 50 mille
dinars.
1.2.2.1.2. Entreprises exclues du régime forfaitaire
A partir du 1er janvier 2015, sont exclues du bénéfice de ce régime les entreprises qui exercent dans les zones communales
des activités qui sont fixées par le Décret n° 2014-2939 du 1er août 2014.18
1.2.2.2. Tarif de l’impôt forfaitaire
1.2.2.2.1. Taux
Le taux de l’impôt forfaitaire est déterminé sur la base du chiffre d’affaires annuel selon le secteur de l’activité comme suit :
 2% pour les activités d’achat en vue de la revente et les activités de transformation,
 2,5% pour les autres activités.
1.2.2.2.2. Minimum
L’impôt forfaitaire annuel ne peut pas être inférieur à 75 dinars pour les entreprises implantées en dehors des zones
communales et à 150 dinars pour les autres entreprises.19
1.2.2.2.3. Majoration d’assiette
L’impôt dû est majoré de 50% en cas de dépôt de la déclaration annuelle de l’impôt après 30 jours de l’expiration des délais
légaux20.
1.2.2.2.4. Caractère unique du forfait et répartition de l’impôt forfaitaire
L’impôt forfaitaire, y compris le minimum sus indiqué entraîne un impôt unique. Ainsi, il est libératoire de:
 L’impôt sur le revenu au titre des bénéfices industriels et commerciaux,
 La taxe sur la valeur ajoutée au régime réel, et
L’impôt forfaitaire comprend la taxe sur les établissements à caractère industriel, commercial ou professionnel. 21
18

Article 45 de la loi de finances complémentaire 2014
Modifié Art.45-2 LF 2013-54 du 30/12/2013
20
Ajouté Art.45-3 LF 2013-54 du 30/12/2013
21
80% de l’impôt forfaitaire sur le revenu et à hauteur de 20% de la taxe sur les établissements à caractère industriel, commercial ou
professionnel.
19

14

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

SECTION 2 : Les Bénéfices Non Commerciaux (B.N.C)
2.1. Définition du revenu catégoriel
Sont qualifiés de bénéfices non commerciaux, les bénéfices réalisés par :
 les professions libérales ;
 les charges et offices dont les titulaires n’ont pas la qualité de commerçant ;
 toutes les occupations ou exploitations non commerciales à but lucratif.
Les quotes-parts des associés personnes physiques dans les revenus réalisés par les entités fiscalement transparentes
exerçant des activités non commerciales relèvent aussi des BNC.
2.1.1. Les professions libérales
Sont considérées libérales, les professions où l’activité intellectuelle joue un rôle prépondérant. Ces professions consistent
en la pratique d’une science ou d’un art que le professionnel est censé exercer en toute indépendance.
Les professions libérales sont de deux catégories :



celles qui sont organisées dans un ordre professionnel : experts-comptables, comptables, médecins,
architectes, chirurgiens dentistes, huissiers notaires, avocats, conseils fiscaux, etc...
et celles qui ne sont pas organisées dans un ordre professionnel : conseils juridiques, bureaux
d’études, bureaux d’encadrement et d’assistance fiscale, etc...

Les membres d’une profession libérale qui sous-traitent des activités auprès d’autres confrères sont considérés comme
exerçant eux-mêmes une profession non commerciale.
2.1.2. Les occupations ou exploitations non commerciales à but lucratif
Il s’agit d’une formulation à large étendue qui couvre toutes les professions qui ne relèvent pas des honoraires et payés en
contrepartie de l’exercice des activités non commerciales à but lucratif. Relèvent de ce fait des bénéfices non commerciaux
les activités suivantes lorsqu’elles sont exercées à titre indépendant (les artistes : chanteurs, musiciens, compositeurs,; les
dessinateurs, peintres et sculpteurs ; les sportifs ; les droits d’auteur ; les produits perçus par les inventeurs ; les écoles et
universités privées ; les auto-écoles).22
2.1.3. Les charges ou offices dont les titulaires n’ont pas la qualité de commerçant
Exemple : les notaires et les commissaires-priseurs.23
2.2. Régime d’imposition des BNC
Les revenus relevant de la catégorie des BNC sont soumis à l’impôt selon deux régimes :
 Le régime du forfait d’assiette ;
22

- Les produits de droits d'auteur perçus par les écrivains et compositeurs ;
- les produits perçus par les inventeurs ;
- les commissions des agents d'assurances ;
- les commissions des transitaires ;
- les profits réalisés par les exploitants d'auto-école qui se consacrent à la direction de leur établissement tout en dispensant euxmêmes l'enseignement et à la condition qu'ils possèdent un seul véhicule et indépendamment du nombre de moniteurs employés ;
- les rémunérations tirées de l'exploitation d'établissements d'enseignement privé, de jardins d'enfants ou de crèches ;
- les profits réalisés par les représentants de commerce qui n'ont ni la qualité de commerçant ni celle de salarié, c'est le cas du
représentant qui garde la liberté d'organiser son travail, qui ne rend pas compte du résultat de ses visites et qui supporte ses propres frais.
(Bénéfices réalisés par les délégués médicaux)
- les profits réalisés par les guérisseurs et les magnétiseurs ;
- les profits réalisés par les accompagnateurs et les guides de touristes dans la mesure où ils exercent à titre indépendant. (Guides
touristiques indépendants exerçant dans les hôtels lorsque leur relation professionnelle avec lesdits hôtels n’est pas régie par les
dispositions du code du travail relatives à l’organisation de la relation professionnelle basées sur un lien de subordination entre le salarié et
l’employeur).
23
Les courtiers et les agents de changes exercent une activité commerciale et à ce titre, ils sont imposables dans la catégorie des
B.I.C.

15

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ



Le régime réel.

2.2.1. Le régime du forfait d’assiette :
2.2.1.1. Détermination du bénéfice net
Le bénéfice net est déterminé sur la base de 80% 24des recettes brutes encaissées25 l’année précédant celle de l’imposition.
Les recettes à prendre en compte sont les recettes TVA comprise.
Le terme recettes brutes 26 couvre tous les encaissements réalisés durant l’année considérée, 27 TVA comprise,
indépendamment de l’année à laquelle ils se rapportent, il peut s’agir de recettes correspondant à des opérations réalisées
au cours de la même année ou au cours d’années antérieures ou encore à titre d’avances.
La notion « d’encaissement » désigne la disposition par le bénéficiaire des sommes d’argent, sous quelque forme que
se soit, à savoir notamment :
 la remise d’un chèque
 le crédit d’un compte bancaire ou postal
 la remise d’un effet de commerce
 l’inscription en compte courant.
 La remise de biens droits et valeurs en échange des services rendus
Par contre, ne sont pas compris dans les recettes :
 les créances acquises au cours d’une année et non encore recouvrées,
 Les débours, c'est-à-dire, les remboursements par les clients des frais leur incombant et avancés par le
contribuable
A signaler que le forfait d’assiette n'admet aucune déduction de quelle que nature que ce soit, même justifiée. (Frais de
formation et de congrès engagés par le corps médical, des frais de déplacement engagés par les huissiers notaires)
En sus du minimum d’impôt du droit commun, l’Article 10 28 de la LFC2014 a prévu l’application d’un minimum d’impôt pour
les bénéfices non commerciaux soumis au régime forfaitaire à partir de la quatrième année suivant celle du dépôt de la
déclaration d’existence. Le minimum d’impôt correspond au revenu des personnes qui exercent une activité ayant un
similaire dans le secteur public, à l’impôt exigible par les personnes exerçant la même activité et selon le même grade dans
ledit secteur.
NB : les BNC forfaitaires ont l’obligation de facturation et justification du chiffre d’affaires.29
2.2.1.2. Obligation comptable
L’article 63 de la loi n°2004-90 du 31 décembre 2004 portant loi de finances pour l’année 2005 a étendu l’obligation de tenue
de comptabilité conformément à la législation comptable des entreprises aux personnes physiques soumises à l’impôt sur le
revenu selon le régime réel et qui réalisent des bénéfices non commerciaux. Toutefois, l’Article 8 LFC2014 a prévu que les
personnes qui réalisent des revenus de catégorie de BNC peuvent tenir une comptabilité simplifiée lorsque leur chiffre
d’affaires ne dépasse pas 150 000 dinars.
24

Modifié Art.46 LF 2013-54 du 30/12/2013

26

La pratique administrative a fait naître des normes d’estimation de recettes pour certaines professions selon des critères plus ou
moins négociés. C’est le cas par exemple de la profession d’avocat qui se voit imposée selon une estimation des recettes basée sur le
nombre d’affaires traitées devant les tribunaux par degré de juridiction.
27
Dans une prise de position (1430) du 15 octobre 2010, la DGELF a précisé que les revenus réalisés par les BNC soumis au régime du
forfait d’assiette sont pris en compte pour la détermination du résultat fiscal au titre de l’exercice de leur encaissement effectif ; De ce fait,
lesdits revenus ne sont imposables que lorsqu’ils sont effectivement encaissés.
Sur cette base, la DGELF a précisé que les sommes versées au profit des BNC soumis au régime du forfait d’assiette par une personne
qui procède au paiement pour le compte du débiteur effectif, sont prises en compte dans les revenus réalisés au titre de l’exercice de
l’encaissement effectif, et ce, indépendamment de la personne qui verse lesdites sommes.
28
Disposition applicable sur les bénéfices réalisés à partir du premier janvier 2015
29
Dans une prise de position (1075bis) du 6 septembre 2011, la DGELF a précisé que :
- Les personnes exerçant une profession non commerciale sont tenues par l’obligation de facturation nonobstant leur régime fiscal, à
l’exception des personnes physiques réalisant des BIC et soumises à l’IR selon le régime forfaitaire d’imposition.
- Une liste nominative des clients ne peut pas servir comme élément justificatif du chiffre d’affaires déclaré et comptabilisé ; le chiffre
d’affaires étant justifié par des factures, des notes de débit ou tout autre document en tenant lieu.

16

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

2.2.2. Le régime réel :
Déterminé à partir d'une comptabilité conformément à la législation comptable des entreprises, le bénéfice net des activités
non commerciales est constitué par la différence entre les produits bruts réalisés au cours de l'année civile et les charges
nécessitées par l'exploitation au titre de la même année.
Le bénéfice net des activités non commerciales est constitué par la différence entre les produits bruts réalisés au cours de
l'année civile et les charges nécessitées par l'exploitation au titre de la même année.
Les règles de détermination du résultat fiscal selon le régime réel des BNC sont les mêmes que celles édictées en matière
de bénéfices industriels et commerciaux. Ainsi, les dispositions des articles 10 à 15 du code de l’IRPP et de l’IS sont
applicables aux personnes qui justifient de la tenue d'une comptabilité conformément à la législation comptable des
entreprises.
L’Article 8 de la LFC 2014 a prévu que les personnes qui réalisent des revenus de catégorie de BNC soumises au régime
forfaitaire du revenu imposable qui optent pour le régime réel d’imposition bénéficient d’une déduction de 75%, 50% et 25%
de leurs revenus au titre de la première , deuxième et troisième année, et ce nonobstant le minimum d’impôt.
Le choix de se placer en régime réel est effectué à l’initiative du contribuable et n’exige aucune formalité particulière d’option
auprès de l’administration fiscale.
Dans un souci d'assurer une stabilité au niveau du régime d'imposition de cette catégorie de revenus, l'article 71 de la loi n°
2001-123 du 28 décembre 2001 a prévu que les personnes physiques qui réalisent des revenus relevant de la catégorie des
bénéfices non commerciaux et qui déposent leur déclaration annuelle au titre d'une année donnée sur la base du régime réel
ne peuvent plus exercer l'option pour le régime forfaitaire. Le régime réel sera dans ce cas définitif et irrévocable.
2.2.3. Cas particulier : membres des sociétés civiles professionnelles
Les sociétés civiles professionnelles, dotées de la personnalité morale ont pour objectif l’exercice en commun d’une activité
professionnelle (médecins, avocats,..). Elles sont soumises au régime fiscal des sociétés de personnes et chacun des
membres est soumis à l’impôt sur le revenu sur la base de sa part dans le bénéfice de la société.

SECTION 3 : Les bénéfices de l’exploitation agricole et de pêche
3.1. Définition du revenu catégoriel
Sont considérés comme bénéfices d’exploitation agricole ou de pêche, les revenus que l’exploitation de biens ruraux
procure soit aux propriétaires exploitant eux mêmes, soit aux métayers ou autres, ainsi que les revenus provenant de la
pêche.30
3.2. Principales activités concernées
Relèvent notamment de la catégorie tous les produits provenant de:
3.2.1. Cultures de toute nature:31
3.2.2. Elevage des animaux de toute nature:
 l'aviculture (élevage des volailles)
 l'apiculture (élevage des abeilles)
 l'élevage des ovins, des caprins, des bovins, et des équidés, etc.
 l'élevage des chiens
3.2.3. Elevage des produits de la mer telles que :
 la pisciculture (élevage des poissons)
 l'ostréiculture (élevage des huîtres)

31

17

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ




la mytiliculture (élevage des moules)
la conchyliculture (élevage des coquillages)

3.3. Les bénéfices provenant de l’agriculture et de la pêche32
3.3.1. Les bénéfices agricoles
Les bénéfices agricoles peuvent être réalisés :
a.

Dans le cadre d’une exploitation directe par le propriétaire, ou en faisant recours à un personnel salarié,
dans ce cas, l'impôt est dû par le propriétaire exploitant. 33

b.

Dans le cadre d’un fermage, opération par laquelle, le propriétaire concède à un fermier le droit
d’exploitation des biens agricoles (terrains, matériels,…) en contrepartie d’une rémunération en espèces
ou en nature (produits agricoles). Dans ce cas, seul l’exploitant direct, à savoir le fermier sera soumis à
l’impôt sur le revenu au titre des revenus agricoles. Par contre, les rémunérations réalisées par le
propriétaire sont considérés comme des revenus fonciers et soumis à l’impôt sur le revenu à ce titre.

c.

Dans le cadre du métayage, c’est-à-dire, dans le cadre d’un contrat, écrit ou verbal, par lequel le
propriétaire de biens ruraux met ces derniers à la disposition d’une autre personne, en vue d’en partager
la production dans des conditions fixées d’avance. Dans ce cas, le propriétaire garde, au même titre que
le métayer, la qualité d’exploitant agricole et les bénéfices qu’il réalise sont soumis à l’impôt sur le revenu
au titre de la catégorie des bénéfices de l’exploitation agricole et de la pêche.

3.3.2. Les revenus réalisés par un pêcheur
Les revenus réalisés par un pêcheur font partie de la catégorie des bénéfices de l’exploitation agricole ou de pêche ; que
celui-ci exploite sa propre barque ou celle d'autrui. Sont également compris dans ladite catégorie, les revenus réalisés par
les armateurs de bateaux de pêche pour la part leur revenant de l'exploitation du bateau.
Par contre la part revenant aux marins pêcheurs qui exercent leurs activités sur des embarcations ne leur appartenant pas
(sont rétribués à la part) est classée dans la catégorie des traitements et salaires.
3.3.3. Limite avec d’autres catégories de revenus
3.3.3.1. Limite avec les bénéfices industriels et commerciaux
3.3.3.1.1. Vente par les agriculteurs des produits agricoles en l’état
Les bénéfices réalisés de la vente de produits agricoles en l’état dans les circuits habituels (marchés de gros, vente aux
transformateurs,…) sont classés dans la catégorie de des bénéfices agricoles et de pêche. Toutefois, en cas d’écoulement
d’une production agricole dans le cadre d’installations commerciales permanentes (plusieurs points de ventes), les bénéfices
découlant de cette opération sont classés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux, dès lors que
l’intéressé est organisé et écoule sa production dans les mêmes conditions qu’un marchand de légumes.
3.3.4. Transformation par les agriculteurs des produits agricoles
En cas d’opérations de première transformation qui ne nécessite pas une mécanisation poussée, les bénéfices en
découlant, gardent la qualité de bénéfices agricoles, tel est le cas des bénéfices réalisés d’opérations de fabrication de
beurre ou de fromage à partir du lait produit dans la ferme. Mais si les moyens humains et matériels mis en œuvre sont
importants, (recours à un personnel salarié, mécanisation poussée…), les bénéfices qui en résultent sont considérés comme
étant des bénéfices industriels et commerciaux.
3.3.5. Limite avec les revenus fonciers
Les revenus provenant de location de domaines agricoles sont classés dans la catégorie des revenus fonciers.

3.4. Les régimes d’imposition des bénéfices agricoles et de pêche et détermination du
revenu net
Aux termes de l'article 24 du code de l'impôt sur le revenu des personnes physiques et de l'impôt sur les sociétés, le
bénéfice net des exploitations agricoles peut être déterminé selon l'un des trois modes ci-après développés


Le régime de l'excédent des recettes sur les dépenses.

32

Hbiba Louati, Cours révision comptable, ISCAE
Si la propriété est exploitée en association entre le chef de famille et ses enfants majeurs chacun des membres de cette
association est imposable pour la part lui revenant.
33

18

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ




Le régime réel ;
Le régime de détermination forfaitaire;

3.4.1. Le régime de l’excédent des recettes sur les dépenses :
Aux termes de l’article 24 du code de l’IRPP et de l’IS, le bénéfice net des exploitations agricoles ou de pêche peut être
constitué par l’excédent des recettes totales 34 réalisées au cours de l’année civile sur les dépenses nécessitées par
l’exploitation pendant la même année compte tenu du jeu des stocks35.
Les dépenses nécessitées par l’exploitation pendant la même année civile englobent les dépenses de gestion
courantes supportées en vue de la réalisation de la production 36 . En revanche, les sommes payées pour les acquisitions de
biens durables ne sont pas incluses37.
Ce mode de détermination du revenu net agricole n’implique pas la tenue d’une comptabilité, mais tout simplement
l’existence des pièces justifiant les recettes et les pièces justifiant les dépenses d’exploitation.38
3.4.2. Le régime réel 39 :
Ce mode de détermination du bénéfice net est applicable aux personnes qui justifient de la tenue d'une comptabilité 40
conformément à la législation comptable en vigueur. Dans ce cas, le bénéfice de la catégorie est déterminé comme en
matière de bénéfices industriels et commerciaux.
3.4.3. Le régime de détermination forfaitaire.
En pratique, ce régime s’applique exclusivement à certains revenus agricoles, il s’agit:





de l’agrumiculture,
de l’oléiculture ;
de la céréaliculture ;
et de la viticulture.

En l'absence de justifications des recettes et des dépenses ou de la tenue d'une comptabilité, le bénéfice net est déterminé
sur la base d'une évaluation forfaitaire41, et ce, après consultation des experts du domaine et tenant compte de la nature des
spéculations selon les régions.
Par exemple, il est établi chaque année, un forfait d’assiette par catégorie de culture (à l’hectare ou par pied d’arbre, par
exemple) et après classement en différentes régions selon le rendement en fonction des conditions climatiques de chacune
des régions. 42

34

Par recettes totales, il est entendu toutes sommes encaissées au cours de l'année précédant celle de l'imposition
indépendamment de l’année à laquelle elles se rattachent. Sur la base du même principe sont retenues pour la détermination du résultat
net toutes les dépenses payées au cours de l'année indépendamment de l'exercice de leur engagement.
Les recettes totales comprennent l’ensemble des recettes de l’agriculteur y compris, les primes, les ristournes perçues des
coopératives provenant des excédents, les subventions et les indemnités d’assurance perçues en dédommagement des pertes de
récoltes.
35
Le stock est évalué au prix de revient.
36
Des frais de labour, d’engrais, de semences, de personnel, de cueillette et tous autres frais du même genre
37
Montants payés pour l’acquisition, notamment, de terrain, de matériel et tous autres biens du même genre.
38
Texte DGI 93/22 - Note Commune n° 15
39
Le régime réel, résulte d’un simple choix du contribuable ne nécessitant aucune démarche d’option auprès de l’administration fiscale
40
L’article 63 de la loi n°2004-90 du 31 décembre 2004 portant loi de finances pour l’année 2005 a étendu l’obligation de tenue de
comptabilité conformément à la législation comptable des entreprises aux personnes physiques qui réalisent des bénéfices des
exploitations agricoles ou de pêche et qui optent pour l’imposition selon le régime réel.
41
Cette évaluation forfaitaire peut être faite en fonction de certains éléments reconnus caractéristiques des exploitations en cause tels
que la superficie, le nombre d’animaux, le nombre d’hectolitres, le nombre d’arbres.
42

Les tarifs annuels prévus par des barèmes à l’occasion de chaque campagne agricole sont fixés suivant la nature du produit agricole et
par référence à la zone de situation des exploitations.

19

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

SECTION 4 : Les traitements, salaires, indemnités, pensions et rentes viagères
Cette catégorie de revenu comprend :


Les traitements, salaires, émoluments, indemnités et autres avantages s’y rattachant, et



Les pensions et rentes viagères.

4.1. Les traitements et salaires
4.1.1. Définition et champ d’application
On retient deux critères pour déterminer si un revenu fait ou non partie de cette catégorie :



Le premier est que la rémunération soit versée à une personne placée dans un état de subordination vis a vis de
leur employeur.
Le deuxième critère fait entrer dans cette catégorie des revenus sans rechercher le lien de subordination,
simplement parce que ces rémunérations sont réputées telles par les lois fiscales.

La qualité de salarié est acquise par toute personne qui est liée à un employeur par un contrat de travail 43 ou qui se trouve
dans un lien de subordination vis-à-vis de la personne qui utilise ses services. Dans ce cadre, la qualité de salarié repose sur
une condition essentielle à savoir la dépendance de celui qui offre ses services vis-à-vis de l’utilisateur (statut professionnel,
discipline, échelle de rémunération etc...)
Font partie de cette catégorie notamment :
 Les commissions des rémunérations servies aux représentants de commerce et ce, conformément au code du
travail qui reconnaît la qualité de salariés aux représentants de commerce qui se trouvent liés à une seule
entreprise industrielle ou commerciale soit pour la vente à titre exclusif de ses produits soit pour recueillir des
commandes pour son compte.44


Les traitements et salaires, les rémunérations, les primes et les autres avantages accordés aux dirigeants des
sociétés de capitaux et assimilées (gérants des sociétés à responsabilité limitée45 et des SUARL46 et PDG ou DG
des sociétés anonymes).

 Les marins pêcheurs payés à la part conformément au code de la pêche.
4.1.2. Détermination du revenu net catégoriel
Le revenu catégoriel net imposable est déterminé en déduisant notamment du montant brut des éléments du revenu 47 y
compris les avantages en nature:
Aux termes de l’article 6 du code de travail « le contrat de travail est une convention par laquelle l'une des parties appelée travailleur ou
salarié s'engage à fournir à l'autre partie appelée employeur ses services personnels sous la direction et le contrôle de celle-ci, moyennant
une rémunération.
La relation de travail est prouvée par tous moyens. »
43

Le représentant de commerce sera classé dans la catégorie des traitements et salaires et rentes viagères ; lorsqu’il se trouve
subordonné à son employeur.
44

La relation de subordination sera établie notamment sur la base des éléments suivants :
-

l’accomplissement du travail conformément à un rythme fixé par l’employeur et sous sa surveillance ;
l’existence d’obligations se rapportant à la réalisation des résultats et objectifs fixés imposant à l’employé de faire
part à l’employeur des réalisations à des dates fixes ;
l’existence d’un ensemble d’instructions obligatoires engageant le salarié vis-à-vis de son employeur.

L’article 42 de la loi de finances pour l’année 2011 a révisé le régime fiscal des rémunérations des gérants majoritaires des sociétés à
responsabilité limitée, et ce, en les classant dans la catégorie des traitements et salaires et en les soumettant, à ce titre, à l’impôt sur le
revenu, à la retenue à la source, à la TFP et au FOPROLOS.
.
46 NOTE COMMUNE N° 8/2011, Texte n° DGI 2011/16
45

20

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

 Les retenues obligatoires effectuées par l'employeur en vue de la constitution de rentes, de pensions, de retraite ou
pour la couverture de régimes obligatoires de sécurité sociale ;

 Les frais professionnels fixés forfaitairement à 10% du reliquat après déduction de ces retenues.
4.1.2.1. Les avantages en nature
Les avantages en nature sont évalués d’après leur valeur réelle (coût supporté par l’employeur). Cette règle s’applique à
tous les avantages qu’ils portent sur un logement48, un véhicule automobile ou sur une consommation de bien et service 49.
Toutefois, dans le cas particulier des avantages en nature pour lesquels il existe un équivalent en Indemnité (avantage en
nature sous forme de logement, de voiture de fonction ou de services utilisés à des fins personnelles), et lorsque les biens
sont la propriété de l’entreprise et que les salariés bénéficient de droit d’une indemnité s’ils ne disposaient pas de tels
avantages, l'évaluation ’effectue sur la base du montant de l’indemnité qui devait leur être servie.
Ainsi, les personnes qui bénéficient de droit d’une indemnité de logement et qui occupent un logement, propriété de
l’employeur sans bénéfice de l’indemnité, sont soumises à l’impôt sur la base du montant de l’indemnité qui devait leur être
servie quel que soit le montant de la valeur locative du logement mis à disposition.
Par ailleurs, les avantages en nature octroyés par nécessité de service ne sont pas imposables. 50 A titre d’exemple, n’est
pas imposable, l’avantage en nature sous forme de logement mis à la disposition de l’employé par l’employeur suite à une
obligation de présence sur les lieux du travail.51
4.1.2.2. Revenus exonérés
Les traitements, salaires, émoluments, indemnités et autres avantages s’y rattachant exonérés de l’IRPP incluent :
4.1.2.2.1. Les traitements, salaires et indemnités servis par les Etats étrangers au profit du
personnel détaché auprès du gouvernement tunisien dans le cadre de la
coopération
technique
4.1.2.2.2. Les allocations, indemnités et prestations servies sous quelle que forme que ce soit en
application de la législation relative à l’assistance, à l’assurance et à la sécurité sociale.
C’est le cas:
 des allocations familiales ;
 de l’allocation pour salaire unique ;
 des remboursements des frais de soins.
4.1.2.2.3. La gratification de fin de service
Cette exonération est accordée dans les limites fixées dans le cadre de la législation régissant le travail :

 Des montants prévus par les conventions collectives sectorielles ou particulières.
 Des montants fixés ou approuvés par les commissions de contrôle des licenciements ou par l’inspection du
travail dans le cadre des opérations de licenciement de salariés pour des raisons économiques ou fixés par
décisions de la commission d’assainissement et de restructuration des entreprises à participations publiques.

 Du salaire de trois mois dans les autres cas.

47

La contribution de l’employeur au régime de l’assurance maladie ou de l’assurance groupe est un élément du salaire brut
Le logement mis à la disposition d’un salarié par l’entreprise qui en est locataire, est pris en considération pour le montant du
Loyer
49
Les consommations gratuites d’électricité, de gaz ou d’eau sont prises en compte pour leur montant réel
50
Note commune n°2/1990
51
Lorsque, le salarié bénéficie en même temps d'un avantage en nature exonéré et d'une prime ou d’une indemnité pour le même objet,
cette dernière constitue un élément de rémunération imposable. C'est le cas d'un salarié qui est hébergé gratuitement par l’entreprise et
qui reçoit une indemnité de logement.
48

21

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Ainsi, l’exonération susvisée ne couvre pas notamment :


Les indemnités accordées par les entreprises à leurs salariés en dehors du cadre susvisé telles que les
rémunérations payées à l’occasion du départ volontaire à la retraite anticipée ;



Les autres indemnités accordées à l’occasion du licenciement des salariés telles que l’indemnité de préavis et
l’indemnité de mise à la retraite et autres rémunérations (droits aux congés payés) ;



L’indemnité revêtant le caractère de dommages intérêts visée aux articles 23 bis et 24 du code de travail.52

4.1.2.2.4. Les allocations spéciales destinées à couvrir les frais inhérents à la fonction ou à
l'emploi
Ces allocations sont exonérées lorsqu’elles sont supportées par les salariés et elles sont justifiées ;
Il s’agit des frais exposés par le salarié dans l’exercice de ses fonctions et qui ne sont pas couverts par la déduction de
10% au titre des frais professionnels. Selon la doctrine administrative,53 « Ces remboursements peuvent, selon le cas,
intervenir soit sur justifications produites par le salarié telles que factures d'hébergement, de restauration, ou de
transport, soit sur la base d'un forfait fixé par des textes réglementaires (Décret, Conventions collectives ) ..»
Les allocations pour frais d’emploi peuvent également prendre la forme d’allocations en nature (par exemple : mise à la
disposition d’une voiture personnelle pour les déplacements professionnels).
Dans une prise de position (1423) du 17 octobre 2002, la DGELF a précisé les conditions pour l’exclusion des
remboursements de frais forfaitaires des éléments de salaires imposables :
1) Les dépenses se rapportent à l'activité de l'entreprise et ne sont pas excessives eu égard à la nature de la mission.
2) La mission est exécutée sur la base d'un ordre de mission écrit et établi préalablement à la mission.
3) La justification de ces dépenses par un reçu de paiement qui indique leur montant, la nature de la mission exécutée,
le nom du bénéficiaire et la date de remboursement.

4.1.2.2.5. L'indemnité d'expatriation
L'indemnité d'expatriation, émoluments, indemnités et autres avantages reçus par les salariés au titre de leur activité à
l'étranger à condition que l'employeur soit domicilié ou établi en Tunisie et que l'activité se rapporte aux :



Etudes techniques ou économiques ou sociales ou environnementales ou à l'assistance technique;
Travaux de construction, de montages, opérations de maintenance ou activités de surveillance s'y
rattachant.

L’exonération ne couvre que les montants servis aux bénéficiaires en contrepartie de leur travail à l’étranger. Par
conséquent, les salaires et les indemnités qui leur étaient servis avant leur départ à l’étranger restent soumis à l’impôt
conformément à la législation fiscale en vigueur.
4.1.2.2.6. Rémunération des personnes à faible revenu

54

Les traitements, salaires, indemnités, pensions et rentes viagères dont le montant annuel net après abattements au titre de
la situation et des charges de famille ne dépasse pas 5 000 dinars, sont exonérés de l’IR à compter du premier Janvier
2014.55
Condition : ne pas réaliser d’autres catégories de revenus

52

Note commune N° 14/2003
53 Note commune N° 2/1990
54
Ajouté Art.73-1 LF 2013-54 du 30/12/2013
55
La LF 2014 a supprimé la déduction supplémentaire de 1000 D pour les salariés payés au SMIG

22

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Apports de la doctrine administrative (Note commune N° 14/2014)


Le montant de 5.000 dinars qui permet de bénéficier de l’exonération de l’impôt sur le revenu et de la retenue à la
source à ce titre est déterminé compte tenu du salaire de base fixé conformément à la législation et aux
réglementations en vigueur ou conformément aux statuts des entreprises majoré des primes et des rémunérations
régulières après déductions des cotisations sociales obligatoires, de 10% au titre des frais professionnels et des
abattements au titre de la situation et charges de famille.



Ne sont pas prises en considération pour le calcul du montant de 5.000 dinars, les rémunérations et les primes
occasionnelles et irrégulières telles que les rémunérations des heures supplémentaires et des heures de nuit, la
prime de présentéisme, la prime de bilan, la prime de rendement, la prime de productivité, la prime de fin d’année
et les primes des fêtes.

La LFC2015 a prévu l’exonération de la tranche de revenu net ne dépassant pas 5.000 DT et ce, pour les revenus réalisés
à partir du 1er janvier 2016.

4.1.2.2.7. Les cotisations payées par les employeurs dans le cadre des contrats collectifs
assurance-vie et des contrats de capitalisation.
Montants payés par l’employeur pour le compte du salarié
La cotisation de l’employeur dans les contrats collectifs d’assurance-vie et les contrats de capitalisation est exonérée de
l’impôt sur le revenu et de la retenue à la source à ce titre.
Montants payés en exécution des contrats
L’assuré bénéficie de l’exonération de tous les montants payés dans le cadre de l’exécution des contrats d’assurance-vie et
des contrats de capitalisation, qu’il s’agisse d’un capital, d’une rente provisoire, d’une rente fixe, d’une rente viagère ou
autres.
Toutefois, l’exonération ne concerne pas les montants payés dans le cadre de l’exécution des obligations de l’employeur
telle que celle relative à l’indemnité de départ à la retraite.56
4.1.2.2.8. La plus-value réalisée par les salariés suite à la levée de l'option de souscription au
capital social des sociétés visées à l'article 48 bis 57 du code de l’IRPP et de l’IS ou à
l'acquisition de leurs actions ou parts sociales
L’avantage susvisé est accordé si les deux conditions suivantes sont satisfaites :
 L'offre de l'option ne concerne pas les salariés dont la participation au capital social de la société excède, au
moment de l'offre de l'option, 10% de son capital souscrit,
 Les actions ou les parts sociales concernées ne fassent pas l'objet d'une cession avant l'expiration de la troisième
année suivant celle au cours de laquelle l'option est levée.
Lors de la levée de l'option, la plus-value est calculée sur la base de la différence entre la valeur réelle58 des actions et des
parts sociales, déterminée à la date de la levée de l'option conformément aux dispositions de l'article 48 bis du code de
l’IRPP et de l’IS, d'une part, et la valeur de souscription à ces actions ou parts sociales ou de leur acquisition, d'autre part.

Exemple :
56

Note commune N°22 / 2014
Sont éligibles au régime des stocks option :
Les sociétés qui exercent essentiellement dans le secteur de services informatiques, d'ingénierie informatique et de
services connexes tels que définis par le paragraphe IX de l'article 39 du code de l’IRPP et de l’IS.
Les sociétés qui opèrent essentiellement dans les secteurs de la technologie de communication et des nouvelles
technologies prévus au paragraphe IV de l’article 39 du code de l’IRPP et de l’IS.
- Les sociétés dont les actions sont admises à la cote de la bourse des valeurs mobilières de Tunis.
58
La valeur réelle à la date de la levée de l'option correspond :
au CMJ de dernier mois de l'exercice qui précède celui de la levée pour les actions cotées,
à la valeur intrinsèque d'après le bilan arrêté au 31-12 de l'année qui précède celle de la levée pour les actions non cotées
et les parts sociales.
57

23

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Considérons que les organes de gestion d'une société anonyme exerçant exclusivement dans le domaine de l'ingénierie
informatique et de services connexes ont adopté un plan d'action visant le renforcement de la situation commerciale et
financière de la société et de ses ressources humaines en prévoyant notamment ce qui suit :




L'offre, au courant du mois d'avril 2000 au directeur technique, d'une option de souscription de 500 actions
au capital social de la société, à exercer dans le cadre d'une opération d'augmentation du capital social
consacrée à cet effet et devant intervenir durant le deuxième semestre de l'année 2003.
On suppose, dans cet exemple, que la participation du directeur technique au capital social de la société se
trouve, à la date de l'offre de l'option, en deçà de 10% de son capital souscrit.
On suppose également que les actions de la société ne sont pas cotées à la bourse et que la valeur
comptable de l'action s'élève, d'après le bilan arrêté au 31 décembre 1999 à 10D.
L'octroi aux bénéficiaires de l'option d'un rabais de 20% de la valeur réelle de l'action, c'est -à-dire, un rabais
de 2D par action.

Ainsi, le prix fixé pour la souscription aux actions de la société s'établit à (10D-2D) = 8 D et ce nonobstant l'évolution
ultérieure de la valeur réelle de ces actions.
Supposons que directeur technique décide, de souscrire aux actions offertes par l'option et que cette opération est
concrétisée par l'augmentation du capital social de société durant le mois d'octobre 2003. Supposons aussi, que la valeur
comptable de l'action de la société s'établit, d'après le bilan de l'exercice arrêté au 31 décembre 2002, à 15D.
Réalisation, par le bénéficiaire de l'option, d'une plus -value d'un montant de (15D-8D) X 2000= 14 000D
Cette plus- value est exonérée de l'impôt sur le revenu chez les bénéficiaires et de la taxe de formation professionnelle et de
la contribution au fonds du logement pour les salariés chez la société.59

4.1.2.2.9. Primes accordées dans le cadre du fonds national de l’emploi

60

Il s’agit des primes accordées dans le cadre du fonds national de l’emploi dans les conditions prévues par le décret n° 20122369 du 16 octobre 201261, ainsi que les primes accordées par l’employeur dans le même cadre à savoir :







Le stage d’initiation à la vie professionnelle,62
Le contrat d’insertion des diplômés de l’enseignement supérieur,
Le contrat d’adaptation et d’insertion professionnelle,
Le contrat de réinsertion dans la vie active,
Le programme d’accompagnement des promoteurs des petites entreprises,
Le contrat d’intégration des diplômés de l’enseignement supérieur.

4.2. Les pensions et rentes viagères
4.2.1. Détermination du revenu net des pensions et les rentes viagères de source
tunisienne
Le revenu net des pensions63 et rentes viagères64 est obtenu par application à leur montant brut soit le montant de la
pension majoré des indemnités, primes et avantages en nature d’un abattement de 25%.
59

Note commune n° 32/2000.
L’exonération de ces primes a été initialement prévue par l’article 1 Bis de la loi 81-75 du 9 Aout 1981, relative à la promotion de
l’emploi des jeunes, telle que modifié par la loi 93-17 du 22 Février 1993
61
Ayant abrogé le décret 2009-349 du 9 février 2009
62
Dans une prise de position (314) du 25 février 2013 la DGELF a précisé que les primes accordées dans le cadre des interventions
du fonds national de l’emploi ne sont pas soumises à l’impôt sur le revenu au niveau des bénéficiaires, qu’elles soient accordées par
l’entreprise ou sur les ressources dudit fonds, à condition de mentionner dans le contrat conclu à cet effet, le montant total des indemnités
accordées aux bénéficiaires dans ce cadre.
63
Les pensions sont des allocations périodiques qui rémunèrent un service passé ou qui sont servies en exécution d’une obligation
légale ; il s'agit notamment:
- des pensions de retraite servies par l’Etat, les collectivités locales, les établissements publics et autres organismes
- des pensions versées directement par les entreprises à leurs anciens salariés
60

24

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

4.2.2. Pensions et rentes viagères non soumises à l’IRPP
Sont exonérées ou hors champ d’application de l’IRPP, les pensions et les rentes viagères suivantes :

 Les pensions et rentes viagères de source étrangère ayant été soumises à l’impôt dans le pays de source.
 Les rentes viagères et allocations temporaires accordées aux victimes d’accident de travail ou aux ayants droit.
 Les rentes viagères servies en représentation de dommages et intérêts en vertu d’un jugement pour la réparation
d’un préjudice corporel.

 Le capital décès et les rentes viagères accordées à l’assuré, en exécution des contrats d’assurance-vie individuels ou
collectifs.

 Les pensions prévues par le décret 2011-97 du 24 Octobre 2011 accordés aux familles des martyres et aux blessés
de la révolution.

SECTION 5 : Les revenus fonciers
5.1. Définition du revenu catégoriel
Il existe deux catégories de revenus fonciers :



les revenus provenant de la location d’immeubles,
et la plus-value de cession d’immeubles et des titres assimilés (dite plus-value immobilière).

La présente section est donc exclusivement réservée aux revenus des immeubles donnés en location. La plus value
immobilière qui est libératoire de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, sera traitée dans une partie distincte : elle
fait l'objet d'une déclaration spécifique et n'entre pas dans la détermination du revenu net global (si elle n'est pas rattachée à
un actif professionnel).
5.1.1. Revenus appartenant au champ d’application
Les revenus provenant des loyers des propriétés bâties et des propriétés non bâties (y compris celui des terrains occupés
par les carrières) sont classés en tant que revenus fonciers, lorsqu’ils ne sont pas inclus dans une des autres catégories des
revenus (BIC, BNC et BA) soumis selon le régime réel en raison de l’affectation de l’immeuble au bilan.
Les revenus fonciers comprennent également les revenus accessoires trouvant leur origine dans le droit de propriété, tels
que les recettes provenant de la location du droit d’affichage, de la concession du droit de propriété ou d’usufruit des
immeubles.
Il y a lieu de noter que le produit de la location des biens meubles65, ne sont pas classés dans la catégorie « Revenus
fonciers ».
Les quotes-parts des associés personnes physiques dans les revenus réalisés par les entités fiscalement transparentes
réalisant des revenus fonciers relèvent également de cette catégorie.66
NB : Certaines opérations de location d’immeubles ne sont pas imposables en vertu des dispositions. Par exemple, la loi
n°2008-77 du 22 décembre 2008 portant loi de finances pour l’année 2009 a exonéré de l’impôt les revenus provenant de la

- des pensions alimentaires servies en exécution d’obligations légales telles que celles versées aux ascendants, descendants et exconjoints.
64
Les rentes viagères sont des allocations périodiques versées en exécution d’engagements contractuels ou d’un jugement et dont
le terme est le décès du bénéficiaire.
65
Exemple : la location de matériels, de voitures, des biens d'équipement exploités sous forme de leasing ainsi que la location des
fonds de commerce
66 Dans une prise de position (1002) du 15 juillet 2004, la DGELF a précisé que les revenus provenant de location d'un immeuble dans
l'indivision, suite à un héritage, sont soumis au régime fiscal des sociétés de personnes.

25

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

location des terres agricoles réservées aux grandes cultures objet de contrats de location conclus pour une période minimale
de 3 ans, sous réserve de satisfaire les conditions prévues par l’article 39 VII du code de l’IRPP et de l’IS.67
5.2. Régimes d’imposition des revenus fonciers
Les revenus fonciers peuvent être soumis à l’impôt selon trois régimes d’imposition :




Le régime réel.
le régime du forfait partiel d’assiette réservé aux revenus des immeubles bâtis.
le régime des recettes nettes de dépenses applicable aux revenus des terrains non bâtis.

5.2.1. Le régime réel :
Les règles de détermination du résultat fiscal selon le régime réel des revenus fonciers sont les mêmes que celles
édictées en matière de bénéfices industriels et commerciaux.
5.2.2. Le régime du forfait partiel d’assiette applicable pour les immeubles bâtis:
5.2.2.1. Détermination du revenu brut
Le revenu brut des immeubles ou parties d'immeubles donnés en location est constitué par :
Le montant des recettes brutes perçues par le propriétaire,

+

augmenté du montant des dépenses incombant normalement à ce dernier et mises par convention à la
charge du locataire

-

diminué du montant des dépenses supportées par le propriétaire pour le compte du locataire.

L’expression «recettes brutes » désigne notamment :
Les loyers encaissés, y compris la TVA le cas échéant, au cours de l’année qui précède celle du dépôt de la
déclaration quelle que soit la période à laquelle ils se rattachent, c’est-à-dire les loyers de l’année ainsi que ceux
encaissés à titre d’avance ou d’arriérés.68
 Les recettes exceptionnelles,
les pas de porte, droits d’entrée, indemnités de résiliation de contrats et autres indemnités perçus par le
propriétaire dans la mesure où elles ne compensent pas une dépréciation subie par l’immeuble loué ;
les revenus accessoires, tels que les redevances de location du droit d’affichage;
la valeur des avantages en nature, prévus par le bail, tels que les constructions et aménagements réalisés par
le locataire et dont la propriété doit revenir au propriétaire à la fin du bail sans contrepartie.


Parmi, les dépenses qui incombent normalement au propriétaire mais qui sont mises à la charge du locataire, on peut citer:
 les dépenses de réparation ;
 la taxe sur les immeubles bâtis ;
 les primes d’assurances contre les risques dont le propriétaire est responsable.
En revanche, ne font pas partie des recettes brutes, les dépenses supportées par le propriétaire pour le compte du locataire
(telles que les dépenses relatives aux frais d’entretien des ascenseurs, les frais d’éclairage et de chauffage, de fournitures
d’eau et de gaz etc.)
5.2.2.2. Détermination du revenu net
Ainsi, le revenu imposable des propriétés bâties est déterminé comme suit :
a)
b)
c)

67

68

+ Recettes TVA comprise
- 30% des recettes TVA comprise au titre des charges de gestion, des rémunérations
de concierge, des assurances et des amortissements
- Frais de réparation et d’entretien69 justifiés 70

Texte n° DGI 2009/20, Note commune N° 4/2009

.
Les sommes perçues par le propriétaire à titre de garantie, tant qu’elles n’ont pas été utilisées pour le paiement d’arriérés de loyers ne

sont pas prises en considération.

26

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

d)

- La taxe sur les immeubles bâtis acquittée71

= Revenu net imposable soit (a) - {(b) + (c) + (d)}
5.2.3. Le régime des recettes nettes de dépenses applicable aux revenus des terrains non bâtis
5.2.3.1. Le revenu brut des propriétés non bâties louées
A l’instar des propriétés bâties, le revenu brut est constitué par le montant des recettes TTC perçues par le propriétaire
incluant les loyers effectivement encaissés y compris éventuellement la TVA sur loyers et le montant des redevances de
location du droit d’affichage et de la concession du droit de propriété ou d’usufruit :
 d'une part augmenté, du montant des dépenses incombant normalement à ce dernier et mises par convention à la
charge du locataire
 d'autre part diminué, du montant des dépenses supportées par le propriétaire pour le compte du locataire.
5.2.3.2. Le revenu net des propriétés non bâties louées
Le revenu catégoriel net imposable des propriétés non bâties louées est évalué en déduisant du revenu brut :



Le montant des dépenses effectivement réalisées, justifiées (factures au nom du propriétaire) et nécessitées pour
la production de ce revenu (coût des travaux de construction des clôtures, salaires des gardiens …)
La taxe foncière sur les terrains non bâtis effectivement acquittée au cours de l’année qui précède celle du dépôt
de la déclaration.

SECTION 6 : Les revenus des valeurs mobilières72
6.1. Champ de couverture de la catégorie des revenus de valeurs mobilières
La catégorie des revenus des valeurs mobilières couvre les bénéfices distribués par les personnes morales suivantes :
1.
2.
3.
4.

Les sociétés passibles de l’impôt sur les sociétés ainsi que les coopératives et leurs unions ;
Les associations en participation qui revêtent en fait une forme juridique qui les rendent imposables à l’impôt
sur les sociétés ;
Les établissements tunisiens de sociétés étrangères passibles de l’impôt sur les sociétés ;
Les revenus des parts des fonds communs de placement en valeurs mobilières et des parts des fonds
d’amorçage.

Les plus values de cession des actions et des parts sociales non rattachées à un actif professionnel sont soumises à un
régime d’imposition spécifique et seront traitées séparément.

6.2. Les revenus de valeurs mobilières exonérés de l’IRPP
Sont exonérées de l’IRPP, toutes distributions officielles des bénéfices reçues par les personnes physiques à savoir :


Les revenus des parts des fonds communs de placement en valeurs mobilières prévus par la loi n°2001-83
du 24 juillet 2001, portant promulgation du code des organismes de placement collectif, ainsi que des parts
des fonds d’amorçage et des parts des fonds communs de placement à risque prévus par la législation les
régissant.

La déduction des frais de réparation et d’entretien doit être limitée à celles qui sont nécessaires pour le maintien de l’immeuble ou pour
sa remise en bon état afin d’en permettre l’usage normal sans en modifier la consistance, l’agencement ou les équipements antérieurs. En
conséquence, sont exclues de la déduction, les dépenses d’investissement (achat équipements, travaux de démolition et reconstruction..).
69

Taxe relative à l’année d’imposition ou année antérieure
72
Les valeurs mobilières sont les titres de propriété du capital (actions de sociétés anonymes et parts de sociétés à responsabilité
limitée notamment). Ainsi, les revenus de valeurs mobilières sont les produits des placements à revenu variable.
71

27

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ



Les dividendes reçus par les personnes physiques dans la limite de 10 000 Dinars par an, lorsqu‘ils sont
distribués, de façon régulière, par les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés (possibilité de demander la
restitution de la retenue à la source de 5% ou imputation de cette retenue à la source sur l’IRPP).

Ne sont pas considérés comme revenus distribués et échappent par conséquent à l’IRPP :


L'amortissement du capital réalisé au moyen de fonds provenant de la cession d'éléments d'actif ainsi que les
remboursements d'apports en cas de réduction du capital.



La distribution de la prime d'émission à ceux qui en ont fait apport.



Les sommes remboursées aux associés suite à la liquidation de la société et portant sur leurs apports au capital
ou sur un capital précédemment amorti ayant supporté l'impôt ou sur des réserves capitalisées depuis plus de cinq
ans.

6.3. Les revenus des valeurs mobilières soumis à l’IRPP
Constituent des revenus distribués imposables :


Les dividendes 73 distribués à partir du premier Janvier 2015, par les sociétés soumises à l’impôt sur les
sociétés aux personnes physiques dépassant les 10 000 Dinars par an 74 et aux personnes morales non
résidentes.



Les bénéfices réalisés par les établissements tunisiens de sociétés étrangères.



Les jetons de présence accordés aux membres des conseils d’administration et des conseils de surveillance
en leur dite qualité.



Les intérêts excédentaires par rapport au taux de 8% servis aux associés à raison des sommes qu'ils versent
à la société en sus de leur apport dans le capital social, ainsi que la rémunération des sommes dépassant
50% du capital.



Les sommes mises à la disposition des associés, directement ou par personnes interposée et non prélevés
sur les bénéfices, dont notamment :
-

La prise en charge des dépenses personnelles de l'un des associés.

-

La vente par un associé à la société de biens pour une valeur supérieure à la valeur réelle ou la
vente par la société à un associé d'un bien pour une valeur inférieure à la valeur réelle.75



Les avances, acomptes ou prêt (sauf preuve contraire si les sommes allouées à l'associé l'ont été sur la base
d'un contrat de prêt régulièrement établi et remboursé avant la clôture de l'exercice au cours duquel elle a été
consentie).



Les rémunérations et avantages occultes : il s'agit de charges régulièrement comptabilisées (honoraires,
commissions...) sauf que l'entreprise refuse de révéler l'identité des bénéficiaires.

73

Aux termes des paragraphes II et II bis de l’article 29 du code de l’IRPP et de l’IS, sont considérés comme revenus distribués tous les
bénéfices ou produits qui ne sont ni mis en réserves ni incorporés au capital…
74
Dans une prise de position (1519) du 9 novembre 2010, la DGELF a précisé que les dividendes sont à déclarer, dans tous les cas, au
cours de l’année suivant celle au cours de laquelle l’assemblée générale annuelle a décidé la distribution, et ce, nonobstant l’année de leur
encaissement.
75
Note commune n° 16 /1995, Texte DGI n° 95/23

28

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ



Les bénéfices occultes : A la différence des rémunérations et avantages occultes, les bénéfices occultes
n'apparaissent pas en comptabilité. Il s'agit généralement de minoration du chiffre d'affaires. 76

Apport des lois de finances 2011, 2014 et 2015
1. La loi des finances pour la gestion 2011 stipule que la rémunération des gérants majoritaires des SARL ne relève plus
de la catégorie des revenus de valeurs mobilières, cette rémunération est désormais imposable dans la catégorie des
traitements et salaires après déduction de l’abattement au titre des frais professionnels.

2. La loi des finances pour la gestion 2014 a prévu :


La suppression de l’exonération des dividendes pour les personnes physiques et pour les personnes morales non
résidentes, à partir du 1er janvier 2015.



Nouvelle obligation d’effectuer la RS au taux de 5% lors du paiement, à partir du 1er janvier 2015, des dividendes
aux personnes physiques et aux personnes morales non résidentes.77

Toutefois, la retenue à la source n’est pas applicable pour la distribution de bénéfices à partir des fonds propres figurant
au bilan de la société distributrice au 31 décembre 2013 à condition de mentionner desdits fonds dans les notes aux états
financiers déposés au titre de l’année 2013.

3. La loi des finances pour la gestion 2015 soumet les revenus distribués par les établissements tunisiens de sociétés
étrangères à une retenue à la source libératoire au taux de 5%, applicable sur les revenus réalisés à partir du 1er
janvier 2014 sous réserve des dispositions des conventions de non double imposition applicables.
L’impôt exigible en Tunisie au titre des bénéfices distribués par les sociétés non résidentes est payé conformément
aux dispositions des conventions de non double imposition par leurs établissements stables en Tunisie par voie de
dépôt d’une déclaration à cet effet dans le même délai que la déclaration annuelle d’impôt.

6.4. Détermination de la base imposable
Lorsqu’un revenu assimilé aux valeurs mobilières est imposable, l’assiette soumise à l’impôt est constituée par le
revenu brut avant toute déduction de retenues à la source.78

76

Exemple : Les bénéfices supplémentaires déterminés dans le cadre d'une vérification fiscale, à moins qu'il s'agit d'une charge non
admise en déduction qui n'aboutissement pas à la diminution de l'actif net (tels que les réintégrations des amortissements
excédentaires ou des provisions)
77 La Société doit effectuer la RS au titre des dividendes distribués aux personnes physiques résidents même si le montant des
bénéfices distribués est inférieur à 10 000 dinars. Cette retenue à la source est libératoire. Toutefois, la retenue à la source effectuée au
titre des revenus distribués est déductible de l’impôt sur le revenu annuel exigible, ou est restituable, et ce, pour les personnes physiques
dont les revenus distribués ne dépassent pas 10.000 dinars par an.(Ajouté Art.19-6 LF 2013-54 du 30/12/2013)

29

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Section 7 - Les revenus de capitaux mobiliers
7.1. Définition
En vertu de l’article 34 du code de l’IRPP et de l’IS, sont considérés comme revenus de capitaux mobiliers, les produits
suivants:

 Les intérêts, les arrérages, les lots et primes de remboursement et autres produits des obligations, effets publics et

autres titres d'emprunt négociables émis par l'Etat, les collectivités publiques locales, les établissements publics, les
associations de toute nature et les sociétés civiles et commerciales ;








Les intérêts des créances 79 ;
Les intérêts des dépôts de sommes d'argent (à vue ou à échéance fixe);
Les intérêts et les rémunérations des cautionnements;
Les produits des comptes courants ;
Les revenus des parts et le boni de liquidation du fonds commun de créances80 ;
Le bénéfice net des sukuk et leurs revenus ainsi que les produits de liquidation du fonds commun des sukuk prévu
par la législation les régissant.

7.2. Détermination du revenu net catégoriel
Le revenu net catégoriel est constitué par le montant brut des intérêts et autres produits et avantages que le créancier
perçoit au cours de l’année précédant celle de l’imposition, ce qui implique la prise en compte des revenus :




Perçus au titre de l'année ;
Perçus au titre d'arriérés ;
Perçus par anticipation ;

7.3. Revenus des capitaux mobiliers déductibles
Sont déductibles de l’assiette de l’impôt sur les revenus dans la limite de 1000D par an les intérêts des sommes
placées dans des comptes spéciaux d’épargne ouverts auprès des banques ou auprès de la Caisse d’Epargne Nationale de
Tunisie (CENT).
Cette déduction est fixée à 1500 dinars par an pour les emprunts obligataires.
Toutefois et en cas de cumul de revenus d’obligations et de comptes spéciaux d’épargne, il sera fait application de
chaque plafond de déduction d’une manière distincte sans que le montant total déductible excède 1500D.

7.4. Revenus des capitaux mobiliers exonérés
Selon l’article 38 du code de l’IRPP et de l’IS, ne sont pas soumis à l’impôt, les revenus de capitaux mobiliers suivants :

 Les intérêts de l’épargne logement servis aux titulaires de contrats d’épargne-logement 81.
 Les intérêts des dépôts et de titres en devises ou en dinars convertibles.
 Les intérêts des comptes courants ouverts entre industriels, commerçants ou exploitants agricoles à la condition que
les opérations inscrites au compte courant se rattachent exclusivement à la profession.

 Les intérêts des comptes d’épargne pour les études, ouverts auprès des banques par les parents au profit de leurs
enfants.82

 Les intérêts des comptes épargnes pour l'investissement prévues par l’article 39 BIS du code de l’IRPP et de l’IS
dans la limite de 2.000 dinars par an.

79

Quelle que soit leur cause et la nature juridique du contrat dont elles découlent
Prévu par la loi n°2001-83 du 24 juillet 2001, portant promulgation du code des organismes de placement collectif
81
Sous réserve de satisfaire les conditions prévues par la loi 89-18 du 22 Février 1989
82
Les conditions d’application sont fixées par le décret 99-1923 du 31 Aout 1999
80

30

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Section 8 - Les autres revenus
8.1. Définition
La catégorie « autres revenus » comprend exclusivement les revenus de source étrangère.
Toutefois ces revenus ne font partie du revenu global du contribuable que dans la mesure où :
 Ils n'ont pas fait l'objet d'une imposition dans le pays d'origine.
 La convention de non double imposition entre la Tunisie et le pays de la source attribue le droit d’imposition
de ces revenus à la Tunisie.
A titre d’exemple, les dividendes de source étrangère reçus par des résidents en Tunisie sont soumis à l’impôt en
Tunisie, s’ils n’ont pas subi d’impôt à l’étranger, et ce, sous réserve des dispositions conventionnelles.
Etant précisé que le revenu de source étrangère ayant subi l’impôt à l’étranger contrairement à ce qui est prévu par la
convention de non double imposition conclue entre la Tunisie et le pays de la source du revenu, est considéré n’ayant pas
supporté d’impôt à l’étranger et demeure imposable en Tunisie.

8.2. Détermination du revenu net
8.1.1. Règle générale
Aux termes de l’article 37 du code de l’IRPP et de l’IS : « Le revenu net est constitué par les sommes effectivement
perçues de l'étranger. »
8.1.2. Cas particulier des traitements et salaires de source étrangère
Le revenu net des traitements et, salaires est déterminé après une déduction forfaitaire de 10% conformément aux
dispositions de l'article 26 du code de l’IRPP et de l’IS.83
8.1.3. Cas particulier des pensions et des rentes viagères de source étrangère
Le revenu net des pensions et rentes viagères de source étrangère est déterminé après une déduction de 80% de son
montant brut.
L’application de l’abattement de 80% au titre des pensions et des rentes viagères est subordonnée :
 au transfert des pensions ou rentes viagères dans un compte bancaire ou postal en Tunisie ou à leur
déclaration à l’importation,
 à la production à l’appui de la déclaration annuelle d’impôt les justificatifs du transfert ou de l’importation
desdits montants en Tunisie.
Cette mesure s’applique à tous les résidents de la Tunisie qui reçoivent des pensions ou des rentes viagères de l’étranger et
ce nonobstant leur nationalité y compris les tunisiens. L’imposition desdites rentes aura lieu dans le cadre de la déclaration
annuelle de l’impôt.

Exemple :84
Supposons qu’un retraité marié et résident en Tunisie bénéficie d’une pension de retraite mensuelle provenant de la
France d’un montant égal à 2500D. Etant donné que ladite pension est imposable conformément aux dispositions de la
convention Tuniso-Française de non double imposition exclusivement en Tunisie, et dans la mesure où le retraité concerné
ne réalise pas d’autres catégories de revenus, l’impôt exigible sur son revenu global est calculé comme suit :
- Revenu annuel global : 2500D x 12 = 30 000 D
- Déduction (80%) 24 000 D
- Déduction de 150D au titre du chef de famille : 150 D
- Revenu net: 5 850 D
- L’impôt sur le revenu annuel : 652,5D

83

En vertu du paragraphe III de l’article 52 du code de l’IRPP et de l’IS, les bénéficiaires des salaires provenant de l’étranger sont tenus
d’opérer la retenue à la source au titre des sommes leur revenant à ce titre et de la reverser au trésor dans les délais fixés par la
législation fiscale en vigueur.
84
Note commune N° 18/2007, Texte n° DGI 2007/29

31

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Chapitre 4 : L'impôt sur les plus-values
des particuliers
L’imposition des plus-values des particuliers fait l’objet d’un traitement séparé qui la distingue de l’imposition des autres
revenus à l’impôt sur le revenu des personnes physiques. Ainsi, les plus-values réalisées sur les immeubles ou les plusvalues réalisées sur les actions et parts sociales, non affectées au bilan d’une activité soumise selon le régime réel,
sont passibles d’un prélèvement fiscal spécifique libératoire de l’impôt sur le revenu.
Il existe deux régimes d’impôt sur la plus-value des particuliers :



Le régime applicable à la plus-value immobilière ; et
Le régime applicable à la plus-value provenant de la cession des actions et parts sociales.

Section1 - L’impôt sur la plus-value immobilière
1.1. Champ d’application
1.1.1. Cession d’immeubles autres que les terres domaniales ayant perdu leur vocation agricole
1.1.1.1. Opérations imposables
L’impôt sur le revenu au titre de la plus-value immobilière est dû sur les opérations de cession:

 Des droits sociaux dans les sociétés immobilières,85



1.1.1.2.

Des immeubles bâtis ou partie d’immeuble bâtis,
Des terrains,

Opérations non imposables

Conformément aux dispositions de l’article 27 du code de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt sur les
sociétés, l’impôt sur le revenu au titre de la plus-value immobilière n’est pas dû sur les opérations de cession:
a. Faites:




b.

au conjoint, ascendants ou descendants, ou
dans le cadre d’une expropriation pour cause d’utilité publique, ou
dans le cadre du programme spécifique pour le logement social, ou
des terrains situés à l’intérieur des périmètres de réserves foncières créées conformément aux dispositions
des articles 40 et 41 du code de l’aménagement du territoire et d’urbanisme au profit:
de l’Etat,
des collectivités locales,
des agences foncières créées par la loi n° 73-21 du 14 avril 1973,
de l’agence de réhabilitation et de la rénovation urbaine.

D’un seul local à usage d’habitation dans la limite d’une superficie globale ne dépassant pas 1000 m2 y compris
les dépendances bâties et non bâties, et ce, pour la première opération86. L’exonération concerne un local à

85

pour être imposable, la cession des droits sociaux dans les sociétés immobilières doit porter sur les droits sociaux appartenant
aux membres des sociétés civiles immobilières dont l’activité consiste essentiellement dans la gestion des biens sociaux des membres la
constituant et dont les droits sont représentés par des immeubles ou parties d’immeubles du patrimoine social de la société.

32

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

usage d’habitation, qu’il soit principal ou secondaire et nonobstant son affectation par l’acquéreur soit même s’il est
réservé par l’intéressé pour l’exercice d’une activité professionnelle.
c.

Des terrains agricoles situés dans des zones agricoles cédés au profit de personnes qui s’engagent dans l’acte de
cession à ne pas réserver le terrain objet de la cession à la construction avant l’expiration des 4 années qui suivent
celle de la cession.

Précisions diverses




L’exonération ne s’applique pas, dans tous les cas, lorsque l’acquéreur est un promoteur immobilier.
Les cessions d’immeubles par les personnes morales font partie du résultat fiscal soumis à l’IS.
Les cessions d’immeubles par les personnes physiques, lorsque l’immeuble est affecté à l’actif d’une exploitation
soumise au régime réel d’imposition, font partie du résultat fiscal de l’exploitation soumis à l’IR selon le barème
d’imposition.

1.1.2. Les terres domaniales ayant perdu leur vocation agricole
L’impôt sur le revenu au titre de la plus-value immobilière s’applique sur la plus-value provenant des opérations de cession
de lots ou parties de lots dont l'origine de propriété provient de la cession, autre que par voie d'échange87, de terres
domaniales à vocation agricole et qui ont perdu cette vocation .

1.2. Modalités de détermination de la plus-value immobilière imposable
La plus-value immobilière imposable, est égale à la différence entre :


Le prix de cession des biens ou droits déclaré dans l’acte d’une part, et



Le prix de revient de l’acquisition, de donation, d’échange ou de construction y compris la valeur du terrain,
majoré des montants justifiés des impenses et de 10% par année de détention d’autre part.

1.2.1. Le prix de cession
Le prix de cession est constitué par la valeur déclarée dans l’acte par l’acquéreur en contrepartie du terrain à bâtir, des
immeubles bâtis ou des droits cédés, ou par le prix révisé suite à une opération de vérification fiscale conformément aux
procédures applicables en matière des droits d’enregistrement.
1.2.2. Modalités de détermination du prix de revient
1.2.2.1. Le prix de revient
1.2.2.1.1. Cadre général
Le prix d’acquisition ou de revient est constitué par le coût d’acquisition, de donation, d’échange ou de construction des
biens cédés y compris la valeur du terrain ou celui révisé suite aux opérations de vérifications fiscales. Ce prix comprend
aussi les montants justifiés des dépenses engagées par le cédant soit dans le cadre de l’opération d’acquisition ou
d’échange (honoraires, commissions, droits d’enregistrement...), soit dans le cadre des opérations de construction,
d’aménagement, de modernisation ou d’extension de l’immeuble objet de la cession et d’une manière générale, les
dépenses engagées par tous les travaux qui ont pour effet d’augmenter la valeur de l’immeuble.
Pour être admises en déduction, ces dépenses doivent être justifiées par les pièces probantes et notamment par des
factures ou tout document en tenant lieu. En absence de pièces justificatives de ces dépenses, un rapport d’un expert
auprès des tribunaux, à la date de l’achèvement des travaux, peut être admis comme justificatif de ces dépenses.

86

Dans une prise de position (1285) du 28 septembre 2009, la DGELF a précisé que la première cession de l’immeuble d’habitation
est exonérée de l’impôt sur la plus-value immobilière dans la limite d’une superficie de 1000 m2 y compris les dépendances bâties et non
bâties.
Lorsque la superficie de l’immeuble excède 1000 m2, la plus-value immobilière relative à la partie excédentaire reste soumise à
l’impôt et est calculée comme suit :
Quote-part de la plus-value imposable =

Montant de la plus-value x superficie dépassant 1000 m2
Superficie totale

87

Les opérations de cession desdits lots ou parties de lots par voie d'échange, restent soumises à l'impôt au titre de la plus-value
immobilière prévu pour les terrains.

33

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

1.2.2.1.2. Cas particuliers
Les opérations de cession de biens acquis par donation entre ascendants et descendants ou entre époux :
Le prix de revient est constitué par leur valeur à la date de leur possession par le premier donateur. La durée de
détention est calculée, aussi, à partir de la date de possession par le premier donateur,
Les opérations de cession des biens hérités :
Le coût de revient des biens immeubles hérités est déterminé sur la base de la valeur prescrite dans les déclarations
déposées au titre des mutations par décès, à défaut de dépôt de la déclaration au titre des mutations par décès, la plus
value est constituée, du prix de cession.
1.2.2.2. Actualisation du prix de revient
Le prix de revient de l’acquisition, de l’échange ou des constructions ainsi que les impenses sont actualisés par une
majoration de 10% par année de détention.
La majoration en question s’applique à la valeur de l’acquisition, des constructions ou de l’échange ainsi qu’aux
dépenses qui ont augmenté la valeur de l’immeuble objet de la cession, ce qui exclut les frais de réparation et d'entretien,
lesquels frais ne sont pris en considération ni au niveau de la détermination du prix de revient ni au niveau du prix de son
actualisation. Pour le calcul de la période de détention, il y a lieu de prendre en compte 360 jours pour l’année et 30 jours
pour le mois.

1.3. Modalités de paiement de l’impôt sur le revenu au titre de la plus-value immobilière
L’impôt sur le revenu au titre de la plus-value immobilière est payé par voie de retenue à la source 88, d’avance, de
déclaration initiale et de régularisation.
1.3.1. Taux de l’impôt sur le revenu au titre de la plus-value immobilière
1.3.1.1. Les immeubles autres que les terres domaniales ayant perdu leur vocation agricole
La plus-value immobilière est soumise à un régime d’imposition spécifique libératoire de l’impôt sur le revenu aux taux
suivants :


10% lorsque la cession intervient après cinq ans à compter de la date de la possession ou lorsque les biens
cédés sont des biens hérités, et ce, quelle que soit la période de détention,



15% lorsque la cession intervient au cours de la période de 5 ans à partir de la date de possession et que
l’immeuble ne provient pas d’héritage.

La période de détention est décomptée à partir de la date d’acquisition, pour les biens acquis et de la date
d’achèvement des travaux de construction et pour les impenses.
Conformément aux dispositions de l’article 52 du code de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt
sur les sociétés, les opérations de cession des immeubles et des droits sociaux dans les sociétés immobilières sont
soumises à une retenue à la source au taux de 2,5% du prix de cession lorsque la cession est faite au profit de l’Etat, des
collectivités locales, des personnes morales, des personnes physiques soumises à l’impôt sur le revenu selon le régime réel
et des personnes physiques soumises à l’impôt sur le revenu sur la base d’une assiette forfaitaire dans la catégorie des
bénéfices des professions non commerciales. 89
La retenue à la source ou l’avance constatée est déductible de l’impôt dû, et en cas d’excédent, il est restituable sur
demande conformément à la législation fiscale en vigueur. Ni l’excédent de la retenue ni celui de l’avance ne peuvent
être déduits de l’impôt dû sur le revenu global réalisé par l’intéressé étant donné que la plus value immobilière ne
constitue pas l’un des éléments du revenu global.

89

La retenue à la source ne s’applique pas aux montants payés par les établissements de crédit au titre des acquisitions effectuées
dans le cadre des contrats de vente murabaha, et ce, lorsque les bénéficiaires desdits contrats ne sont pas tenus d’effectuer la retenue à
la source ainsi qu’au titre des acquisitions réalisées dans le cadre du mécanisme des sukuk prévus par la législation les régissant .

34

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

La déclaration de l’impôt sur la plus-value immobilière doit être effectuée au plus tard à la fin du troisième mois suivant celui
de la réalisation effective de la cession.
1.3.1.2. Les terres domaniales ayant perdu leur vocation agricole
L’impôt sur le revenu au titre de la plus-value immobilière provenant de la cession des terres domaniales ayant perdu
leur vocation agricole est dû au taux de :




25% lorsque la cession est faite au profit :
-

des agences foncières touristiques, industrielles et de l’habitat,

-

de la société nationale immobilière de Tunisie,

-

de la société de promotion des logements sociaux,

-

de personnes qui s’engagent dans l’acte de cession à réserver la terre objet de la cession pour
l’aménagement d’une zone industrielle conformément à la législation en vigueur au cours des cinq
années qui suivent la date d’acquisition.

50% dans les autres cas.

1.4. Particularités de l’imposition la plus-value immobilière réalisée par les personnes
physiques non résidentes
L’imposition a lieu selon les mêmes conditions et modalités que les résidents avec le bénéfice des mêmes exonérations
prévues par ledit article 27.90 Lorsque l’opération de cession fait l’objet d’une retenue à la source au taux de
2.5% pour les personnes physiques91, cette retenue est déductible de l’impôt dû sur la plus-value et l’excédent est
restituable à l’intéressé sur demande à et effet.

1.5. Exemple d’application (Note commune n° 23/2014)
Supposons que Monsieur "X" possède un terrain agricole situé dans une zone agricole acquis en date du 10 mars 2007
dans le cadre d’une donation qui lui a été faite par son père, qui lui-même l’a acquis par donation faite par sa mère en date
du 15 Mai 2003. Supposons aussi que cette dernière l’ait acheté le 21 juin 2000 pour un prix de 200.000 D. Supposons que
Monsieur "X" ait cédé le terrain agricole à un promoteur immobilier en date du 20 février 2014 pour un prix de 1. 200.000D.
Dans ce cas, l’opération de cession est soumise à l’impôt sur le revenu au titre de la plus value immobilière puisque la
cession du terrain agricole a été faite à un promoteur immobilier et la plus-value immobilière provenant de la cession en
question est déterminée comme suit :
1.

Période de détention : Du 21 juin 2000 au 20 février 2014 : 13ans et 8 mois soit :

(13 x 360) + 8 x 30 = 4920 jours
2.

Actualisation du prix d’achat

200.000 D + 200.000 x 4920 x 10 = 473.333,330 D 360 x 100
3.

Détermination de la plus-value imposable

1.200.000 D – 473.333,330 D = 726.666,670 D
4.

Calcul de l’impôt sur le revenu au titre de la plus-value immobilière

Du fait que la période de détention dépasse 5 ans, l’impôt est calculé au taux de 10% soit : 726.666,670 D x 10% =
72.666,670 D

90
91

Note commune n° 2/2015
Au taux de 15% pour les personnes morales

35

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Section2 - L’impôt sur la plus-value mobilière92
2.1. Imposition la plus-value mobilière réalisée par les résidents
2.1.1. Champ d’application
La catégorie des revenus des valeurs mobilières comprend la plus-value de cession des actions et des parts sociales ou de
leur rétrocession. Fait également partie de catégorie des revenus des valeurs mobilières, la plus-value de cession ou de
rétrocession des parts des fonds prévus par la législation les régissant, et ce, pour les opérations de cession ou de
rétrocession intervenant à partir du 1er janvier 2012.
La plus-value de cession d’actions et de parts sociales réalisée par les personnes physiques à titre particulier est soumise à
un régime d'imposition spécifique libératoire de l'impôt sur le revenu.
La cession s’entend de toute opération de vente, d’échange, de donation ou d’apport en société.
Est exonérée de l’impôt sur la plus-value des actions et parts sociales :

92

1.

La plus-value provenant de la cession ou de la rétrocession des actions cotées à la Bourse des Valeurs
Mobilières de Tunis souscrites ou acquises avant le 1er janvier 2011 ou les actions dans le cadre d’une
opération d’introduction à la Bourse des Valeurs Mobilières de Tunis ;

2.

La plus-value provenant de la cession ou de la rétrocession des actions cotées à la Bourse des Valeurs
Mobilières de Tunis souscrites ou acquises à partir du 1er janvier 2011 lorsque leur cession ou rétrocession a
lieu après l’expiration de l’année suivant celle de leur souscription ou de leur acquisition;

3.

La plus-value provenant de la cession ou de la rétrocession des actions des sociétés d’investissement à
capital variable et les parts des fonds commun de placement en valeurs mobilières prévus par l’article 10 du
code des organismes de placement collectifs promulgué par la loi n°2001-83 du 24 juillet 2001;

4.

La plus-value provenant de la cession ou de la rétrocession des parts des fonds d’amorçage prévus par la loi
n°2005-58 du 18 juillet 2005 et les parts des fonds communs de placement à risque prévus par l’article 22 ter
du code des organismes de placement collectifs promulgué par la loi n°2001-83 du 24 juillet 2001 qui
emploient leurs actifs dans la souscription aux parts de fonds d’amorçage susvisés conformément à la
législation les régissant;

5.

La plus-value provenant de la cession ou de la rétrocession des actions et les parts sociales cédées ou
rétrocédées pour le compte des tiers personnes physiques, par les sociétés d’investissement à capital risque
souscrites ou acquises dans le cadre du paragraphe I de l’article 39 du code de l’IRPP et de l’IS ainsi que les
parts des fonds communs de placement à risque souscrites dans le cadre du paragraphe II du même article
lorsque la cession ou la rétrocession a lieu après l’expiration de la cinquième année suivant celle de la
souscription aux actions, aux parts sociales ou aux parts ou de leur acquisition, et ce, dans la limite de 50%
de la plus value réalisée ;

6.

La plus-value provenant de la cession ou de la rétrocession des actions et les parts sociales cédées ou
rétrocédées pour le compte des tiers personnes physiques, par les sociétés d’investissement à capital risque
souscrites ou acquises dans le cadre du paragraphe III de l’article 39 septies du code de l’IRPP et de l’IS et
les parts des fonds communs de placement à risque souscrites dans le cadre du paragraphe IV du même
article;

7.

La plus-value provenant de la cession ou de la rétrocession des actions et les parts sociales objet d’apport
au capital de la société mère ou de la société holding sous réserve de l’engagement de la société mère ou de
la société holding d’introduire ses actions à la bourse des valeurs mobilières de Tunis dans un délai ne
dépassant pas la fin de l’année suivant celle de l’exonération. Ce délai est prorogé d’une seule année par
arrêté du Ministre des Finances sur la base d’un rapport motivé du conseil du marché financier ;

Voir note commune n°16-2011

36

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

8.

La plus-value provenant de la cession des actions ou parts sociales dans la limite de 10.000 dinars par an;

9.

La plus-value provenant de la cession totale des actions ou des parts sociales détenues par un dirigeant dans
le capital de la société qu’il dirige suite à l’atteinte par ce dernier de l’âge de la retraite ou suite à son
incapacité de poursuivre la gestion de la société.93

Se trouvent hors champ d'application de l'IR, les plus-values sur cession des parts des fonds communs de créances
prévus par le code des organismes de placement collectif.
Les résultats de cession des titres rattachés à un actif professionnel, font partie du résultat global réalisé au titre de
l’année de la cession selon la règle d’affectation.
2.1.2. Taux d’imposition
La plus value provenant de la cession par les personnes physiques résidentes d’actions et de parts sociales non
rattachées à un actif professionnel est soumise à l’impôt sur le revenu au taux libératoire de 10%.
2.1.3. Calcul de l’assiette imposable
La plus value imposable est égale à la différence entre le prix de cession des titres et leur coût d’acquisition diminuée
de la moins value enregistrée au cours de la même année et de 10.000D du reliquat.
Toutefois, n’est pas déductible, la moins value découlant de la cession d’actions dont la plus value éventuelle serait
exonérée de l’impôt conformément à la législation en vigueur.
2.1.3.1. Prix de cession :
Le prix de cession à retenir est le prix stipulé entre les parties, le cas échéant dans un acte.
2.1.3.2. Prix d’acquisition :
2.1.3.2.1. Cadre général
Le coût d’acquisition s’entend du prix payé pour l’acquisition des actions en question y compris la prime d’émission le cas
échéant, majoré des frais dûment justifiés engagés pour leur acquisition tels que les frais d’enregistrement à la Bourse des
Valeurs Mobilières de Tunis et la commission des intermédiaires en bourse.
Le coût d’acquisition est déterminé annuellement selon la méthode du coût moyen pondéré de l’année d’acquisition. La
cession concerne les premiers titres acquis.
2.1.3.2.2. Cas particuliers de détermination du prix d’acquisition
Actions ou parts sociales acquises par voie de succession ou de donation
Selon la doctrine administration, le coût d’acquisition unitaire est constitué par la valeur réelle des actions à la date du
décès ou de donation majorée des frais engagés et dûment justifiés et notamment les droits d’enregistrement, le cas
échéant divisée par le nombre d’actions, et ce pour les actions acquises par voie de succession ou de donation,
Actions ou parts sociales distribuées gratuitement par la société émettrice
Lorsque l’associé ou l’actionnaire procède à la cession d’actions ou de parts sociales acquises gratuitement, la valeur
d’acquisition de l’action est égale, selon la doctrine administrative, au quotient de la valeur d’acquisition des actions par le
nombre total des actions y compris celles acquises gratuitement et ce pour les actions acquises gratuitement.

93

Les conditions pour le bénéfice de l’avantage sont fixées par le paragraphe 19 de l’article 39 du code de l’IRPP et de l’IS

37

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

2.2. Particularités de l’imposition la plus-value mobilière réalisée par les personnes physiques
non résidentes
2.2.1. Au niveau du champ d’application de l’impôt
Le champ d’application de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur les sociétés a été étendu à la plus value réalisée, en
Tunisie, par les personnes non résidentes non établies des opérations de cession d’actions ou de parts sociales ou de parts
des fonds prévus par la législation les régissant qui ont lieu à partir du 1er janvier 2011 et ce sous réserve des exonérations
prévues par la législation en vigueur citées ci-dessus et des exonérations prévues par les conventions de non double
imposition conclues entre la Tunisie et les pays de résidence des cédants.
2.2.2. Au niveau des modalités de paiement de l’impôt
Les conventions ne prévoyant pas de modalités d’imposition particulières, le droit commun est applicable dans ce cas.
L’imposition a lieu par voie de retenue à la source au taux de 10% de la plus-value avec un maximum de 2.5% du prix de
cession pour les personnes physiques.94 l’option pour le dépôt d’une déclaration au titre des opérations de cession réalisées
au cours d’une année donnée et la demande de restitution de l’excédent de la retenue à la source sont possibles.
Etant précisé que pour les cas de cession entre des non résidents, la distribution de dividendes au nouvel acquéreur est
subordonnée à la justification du paiement de l’impôt sur la plus value par le cédant ou de son non exigibilité (art 92 de la loi
de finances pour l’année 2014).

94

Note commune n° 2/2015

38

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

TITRE 2 : L’IMPOT SUR LES
SOCIETES (IS)

39

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Chapitre 5 : L'impôt sur les sociétés
L’impôt sur les sociétés (IS) s’applique aux personnes morales soumises à l’impôt sur les sociétés, aux établissements
stables de sociétés de capitaux étrangères établis en Tunisie ainsi qu’à certains revenus versés aux personnes morales
étrangères non établies en Tunisie.

Section1 - Champ d’application de l’impôt sur les sociétés
1.1. Personnes morales soumises à l’IS
Sont soumises à l’IS les personnes morales suivantes qui exercent leurs activités en Tunisie quel que soit leur objet.
1.1.1. Les sociétés de capitaux
Il s’agit des sociétés commerciales visées à l’article 7 du code des sociétés commerciales à savoir : les SA, SARL, SUARL,
les sociétés en commandite par actions.
1.1.2. Les personnes morales assimilées aux sociétés de capitaux
Il s’agit des établissements publics à caractère non administratif (EPNA), les organismes de l'Etat, des
gouvernorats et des communes, à caractère industriel et commercial et jouissant de l'autonomie financière ainsi que les
coopératives 95 et leurs unions96.
1.1.3. Les sociétés civiles ayant les caractéristiques des sociétés de capitaux
Les sociétés civiles sont normalement traitées selon le régime de la transparence fiscale applicable aux sociétés de
personnes. Toutefois, dans le cas particulier où elles présentent de fait les caractéristiques de sociétés de capitaux, elles
deviennent passibles de l’IS.97
1.1.4. Les coparticipants des sociétés en participation
Sont soumises à l’IS, les coparticipants des sociétés en participation, les membres des groupements d’intérêt économique
et les coparticipants dans les fonds communs de créances visés à l’article 4 du code de l’IRPP et de l’IS, lorsqu’ils ont la
forme de personnes morales soumises à l’impôt sur les sociétés.
En effet, les sociétés en participation, les groupements d’intérêt économique ainsi que les fonds communs des créances ne
sont pas soumis à l'impôt sur les sociétés en leur nom, mais chacun des membres ou copropriétaire ayant la qualité de
personne morale passible de l’IS est personnellement soumis, pour sa part dans les bénéfices ou dans les revenus, à l'impôt
sur les sociétés.
1.1.5. Les associations qui n’exercent pas leur activité conformément aux dispositions de la législation les
régissant.98

95

De production, de consommation ou de services.
A l’exception des coopératives suivantes qui sont exonérées d’impôt :
- Coopératives de services dont l’activité concourt à la commercialisation des produits agricoles ou de pêche et opérant
dans l’enceinte des marchés de gros ;
- Coopératives de services agricoles et de pêche ;
- Coopératives ouvrières de production.
97
Selon la doctrine administrative, une société civile est considérée comme présentant les caractéristiques des sociétés de capitaux
lorsque les trois conditions cumulatives suivantes sont simultanément réunies :
1. Le capital social est divisé en parts sociales librement cessibles et négociables entre associés et avec des tiers ;
2. La responsabilité des associés vis-à-vis des tiers est limitée à leurs apports ;
3. La société n’est pas dissoute à la suite du décès de l’un des associés.
98Ajouté Art 21 LF 2014-59 du 26 décembre 2014
96

40

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Les associations doivent se conformer à la législation relative aux associations et en particulier aux l articles 2, 4 et 37 du
décret-loi N°88 du 24 septembre 2011, sinon, elles deviennent soumises à l’IS.
Dans ce cadre, les associations qui exercent une activité à but lucratif ou celles qui exercent des activités commerciales en
vue de distribuer des fonds au profit de ses membres dans leur intérêt personnel ou d'être utilisée dans le but d'évasion
fiscale sont dans le champ d’application de l’IS.
1.1.6. Les personnes morales non résidentes qu’elles soient établies ou non
Les personnes morales non résidentes mais établies en Tunisie sont soumises à l’IS dans les conditions du droit commun. 99
Toutefois, et pour celles non résidentes et non établies, et sous réserve des conventions internationales de non double
imposition, elles sont soumises à l’impôt sur les sociétés et ce, à raison des seuls revenus de source tunisienne y compris la
plus-value immobilière et la plus-value mobilière à l'exception de ceux que la loi a expressément exonéré en régime de droit
commun
L'imposition des personnes morales étrangères a lieu dans le cadre d'un établissement stable ou par voie de retenue à la
source libératoire.

1.2. Personnes morales exonérés de l’IS
Certaines personnes morales sont exonérées de l’IS en vertu des dispositions de droit commun, alors que d’autres
personnes morales en sont exonérées de façon permanente ou durant une période limitée en vertu d’avantages fiscaux.
Aux termes de l’article 46 du code de l’IRPP et de l’IS, Sont exonérés de l'impôt sur les sociétés dans la limite de leur objet
social :
1- les groupements interprofessionnels qui ne réalisent pas à titre principal des activités lucratives et dont les ressources
sont d'origine fiscale ou parafiscale ;
2- les assurances mutuelles régulièrement constituées ;
3- les caisses d'épargne et de prévoyance administrées gratuitement ;
4- les établissements publics, les organismes de l'Etat ou des collectivités publiques locales sans but lucratif ;
5- les coopératives et mutuelles suivantes :




les coopératives de services dont l'activité concourt à la commercialisation des produits agricoles ou de pêche et
opérant dans l'enceinte des marchés de gros ;
les sociétés mutuelles de services agricoles ;
les coopératives ouvrières de production ;

6- la Caisse des Prêts et de Soutien des Collectivités Locales ;

99

Le résultat imposable de l’établissement stable est déterminé sur la base d’une comptabilité conforme à la législation comptable
des entreprises. Les établissements stables sont soumis aux obligations incombant aux entreprises tunisiennes. Toutefois, les
établissements stables sis en Tunisie des entreprises non résidentes dont la période d’activité en Tunisie ne dépasse pas 6 mois sont
dispensés de la tenue d’une comptabilité conforme à la législation comptable des entreprises ; ils sont soumis à l’impôt sur le revenu ou à
l’impôt sur les sociétés par voie de retenue à la source libératoire au taux de :
- 5% pour les montants payés en contrepartie des travaux de construction ;
- 10% pour les montants payés en contrepartie des opérations de montage ;
- 15% pour les montants payés en contrepartie des autres services.
Lesdits établissements stables peuvent opter pour le paiement de l’impôt par voie de déclaration sur la base des bénéfices nets
dégagés par la comptabilité tenue à cet effet. L’option est exercée par une demande à déposer à cette fin au bureau de contrôle des
impôts compétent lors du dépôt de la déclaration d’existence.
Pour plus de précisions à ce titre, il ya lieu de se référer à la note commune n°3 de l’année 2015.

41

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

7- les sociétés d'investissement à capital variable (SICAV).100
Il y a lieu de noter que l’exonération de l’impôt sur les sociétés est limitée aux activités qui relèvent de l’objet social.
Tout revenu provenant d’activités autres que celles réalisées dans le cadre du régime légal propre régissant l’organisme
bénéficiaire de l’exonération reste soumis à l’IS.

1.3. Personnes morales hors champ d’application de l’IS
Certaines personnes morales sont hors champ d’application de l’IS :





Les personnes morales soumises au régime de la semi transparence (société de personne, société en
participation, groupement d’intérêt économique, société civile….)
Les associations et organismes à but non lucratif qui exercent leur activité conformément aux dispositions de
la législation les régissant.
Les établissements publics à caractère administratif à but non lucratif.
Organismes dépourvus de personnalité morale hors du champ d’application de l’IS :
o Les fonds communs de placement en valeurs mobilières.
o Les fonds communs de placement à risque.
o Les fonds d’amorçage.

Section 2 - Territorialité de l'impôt sur les sociétés
2.1. Règle générale pour les bénéfices réalisés dans le cadre d’entreprise
Contrairement à l'impôt sur le revenu des personnes physiques qui est établi sur la base du revenu mondial et en vertu des
dispositions de l'article 47 du code de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les sociétés, les bénéfices passibles de l'impôt
sur les sociétés sont ceux réalisés notamment dans le cadre d'établissements situés en Tunisie.
Par conséquent, les bénéfices réalisés par une entreprise résidente dans un Etat qui a conclu une convention de non double
imposition avec la Tunisie ne sont imposables que s’ils sont réalisés dans le cadre d’un établissement stable 101 que possède
l’entreprise en Tunisie.
Il résulte de ce qui précède ce qui suit :
1.

Une entreprise ayant son siège en Tunisie n'est passible de l'impôt sur les sociétés que sur les bénéfices provenant des
opérations réalisées soit à l’étranger directement par le siège, soit en Tunisie par toute autre exploitation située en

100

Prévues par la loi n°2001-83 du 24 juillet 2001 portant promulgation du code des organismes de placement collectif.)

101

Les conventions de non double imposition ont défini l’expression « établissement stable », comme étant toute installation fixe
d'affaires par l'intermédiaire de laquelle une entreprise exerce toute son activité ou une partie de son activité. Elles ont également cité des
exploitations considérées comme établissements stables après satisfaction de certaines conditions et d’autres exploitations ne constituant
pas, dans tous les cas, des établissements stables.
Pour les autres prestations, certaines conventions de non double imposition ont prévu des dispositions permettant de considérer
qu’une entreprise dispose d’un établissement stable lorsqu’elle réalise dans l’Etat de la source des services pour une période qui dépasse
six mois y compris les services de consultants par l’intermédiaire d’agents ou de fonctionnaires recrutés à cet effet.
Par ailleurs et du fait que la majorité des conventions n’a pas défini la notion d’établissement stable pour tous les autres services, et
que la législation fiscale en vigueur en Tunisie n’a pas également abordé cette notion et en consécration de la doctrine administrative et
des commentaires du modèle de la convention de non double imposition de l’Organisation de Coopération et de Développement
Economique (OCDE), les autres prestations de services sont considérées rendues dans le cadre d’un établissement stable en Tunisie
lorsque :
 Elles sont continues dans le temps (leur durée dépasse six mois).
 Elles sont multiples et dépendantes les unes des autres.
 Elles forment un cycle commercial complet.

42

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Tunisie102. En revanche, elle n'est pas imposable en Tunisie sur les bénéfices réalisés par une exploitation située à
l'étranger.
Parallèlement à la non imposition des bénéfices réalisés dans le cadre d'exploitations situées à l'étranger, les pertes
subies dans le cadre desdites exploitations ainsi que toute autre charge y relative ne peuvent s'imputer sur les
bénéfices soumis à l'impôt sur les sociétés en Tunisie.
2.

Une entreprise ayant son siège à l'étranger n'est soumise à l'impôt sur les sociétés en Tunisie qu'à raison des seuls
bénéfices réalisés en Tunisie par l'intermédiaire d'une exploitation qui y est située.

2.2. Dérogation au principe de la territorialité de l'IS
Les conventions de non double imposition prévoient des dérogations au principe d’imposition selon le critère de
l’établissement stable. En effet, elles peuvent interdire à la Tunisie d’imposer des bénéfices réalisés dans le cadre d’un
établissement stable qui y est situé comme elles peuvent lui donner le droit d’imposer des bénéfices réalisés sur son
territoire en dehors d’un établissement stable.
En effet, aux termes de l’article 47 du code de l’IRPP et de l’IS : « Les bénéfices passibles de l'impôt sur les sociétés
sont ceux réalisés dans le cadre d'établissements situés en Tunisie et ceux dont l'imposition est attribuée en Tunisie par une
convention fiscale de non double imposition. »
2.2.1. Bénéfices réalisés dans le cadre d’un établissement stable et non concernés par l’imposition :
Bénéfices des entreprises de transport international maritime et aérien
Il s’agit des bénéfices provenant du transport international maritime et aérien de biens ou de personnes et des
bénéfices exceptionnels et accessoires. L’impôt est dû exclusivement dans le pays de la résidence de l’entreprise soit l’Etat
où le siège social (siège de direction effective) de l’entreprise est situé.
Dans ce cadre, les entreprises de transport maritime et aérien opérant en trafic international ayant leur siège en
Tunisie sont soumises à l'impôt sur les sociétés en Tunisie tant à raison des bénéfices réalisés en Tunisie qu’à raison de
ceux réalisés par leurs succursales implantées dans des pays ayant conclu des conventions de non double imposition avec
la Tunisie ; parallèlement à l'imposition des bénéfices, les pertes subies dans le cadre de ces succursales sont imputables
sur le bénéfice réalisé par le siège en Tunisie.
2.2.2. Revenus réalisés en dehors d’un établissement stable et concernés par l’imposition
Aux termes de l’article 47 II du code de l’IRPP et de l’IS: « L’impôt sur les sociétés est également dû par les personnes
morales non établies ni domiciliées en Tunisie qui réalisent des revenus de source tunisienne…. ». Ainsi, l'impôt sur les
sociétés, s’applique aussi aux revenus de source tunisienne versés à des personnes morales étrangères non établies ni
domiciliées en Tunisie.
Les conventions de non double imposition conclues avec les autres pays accordent à la Tunisie en tant qu’Etat de la source
le droit d’imposer certains revenus réalisés par les entreprises non résidentes en Tunisie en dehors d’un établissement
stable (dividendes, intérêts, rémunérations prévues par la définition du terme redevances, jetons de présence….)
Certains revenus réalisés par les personnes morales non résidents sont expressément exonérés de l’impôt, il s’agit
notamment :
 Des intérêts des dépôts et des titres en devises ou en dinars convertibles ;
 Des rémunérations pour affrètement de navires ou d'aéronefs affectés au trafic international.

2.3. Imposition des Gains en capital
2.3.1. Pour les biens immobiliers et les droits y relatifs
Aux termes de l’article 47 II du code de l’IRPP et de l’IS « L’impôt sur les sociétés est également dû par les personnes
morales non établies ni domiciliées en Tunisie qui réalisent….ou une plus-value provenant de la cession d’immeubles sis en
Tunisie ou des droits y relatifs ou de droits sociaux dans les sociétés civiles immobilières et non rattachés à des
établissements situés en Tunisie et ce à raison des seuls revenus ou plus-value ».
102

Les ventes à l’exportation ne peuvent pas être assimilées à des bénéfices d’un établissement stable situé à l’étranger. La
réalisation de ventes à l’exportation doit être regardée comme relevant des activités situées en Tunisie.

43

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

L’impôt sur les gains en capital est dû seulement lorsqu’il s’agit de cession de biens immeubles ou de titres et des droits
y relatifs et qui ne font pas partie d’un actif professionnel.
Toutes les conventions de non double imposition conclues avec les autres pays accordent à la Tunisie le droit
d’imposer la plus-value provenant de la cession d’immeubles sis en Tunisie et des droits y relatifs.
Les conventions ne prévoient pas pour les personnes morales de modalités d’imposition particulières, pour ce cas le
droit commun est donc applicable, et ce, comme suit : l’imposition a lieu dans tous les cas sans aucune exonération et au
choix de la société cédante soit au taux de :
 15% du prix de cession, ou
 25% de la plus-value.
Lorsque l’opération de cession fait l’objet d’une retenue à la source au taux de 15% pour les personnes morales, cette
retenue est déductible de l’impôt dû sur la plus-value et l’excédent est restituable à l’intéressé sur demande à et effet.
2.3.2. Pour les titres
L’impôt sur les sociétés est également dû par les personnes morales non résidentes non établies en Tunisie, et ce à raison
de la plus-value provenant de la cession des actions ou des parts sociales ou des parts des fonds prévus par la législation
les régissant ou aux droits relatifs aux titres précités ou leur rétrocession
Sous réserves des exonérations prévues par le droit commun, l’imposition ne peut avoir lieu en Tunisie en tant qu’Etat de la
source, soit l’Etat de résidence de la société émettrice des titres objet de la cession que si le droit d’imposition est prévu par
les conventions de non double imposition.
Les conventions ne prévoyant pas de modalités d’imposition particulières, le droit commun est applicable dans ce cas.
L’imposition a lieu par voie de retenue à la source au taux de 25% de la plus-value avec un maximum de 5% du prix de
cession pour les personnes morales.
Dans les deux cas, l’option pour le dépôt d’une déclaration au titre des opérations de cession réalisées au cours d’une
année donnée et la demande de restitution de l’excédent de la retenue à la source sont possibles.

44

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Chapitre 6 : Tableau de passage du
résultat comptable au résultat fiscal
L’administration fiscale s’appuie, sur l’information comptable pour la détermination de l’assiette imposable. Compte tenu
des différences d’approche et de critère de mesure des résultats, il est normal qu’il existe des divergences entre comptabilité
et fiscalité.
Dans ce contexte, la règle qui va gouverner les rapports comptabilité fiscalité est la suivante :
 Lorsqu’une règle comptable formulée dans le système comptable des entreprises heurte une autre règle
divergente résultant d’une disposition fiscale expresse, la norme comptable appliquée est retraitée pour les
besoins de la détermination du résultat fiscal.
 En revanche, toutes les règles comptables formulées dans le système comptable des entreprises qui ne sont pas
en contradiction avec la réglementation fiscale s’imposent comme règles communes aux deux matières.
A ce niveau, on dénombre cinq types de divergences :
 Les divergences résultantes des incitations fiscales.
 Les divergences liées à la sanction des règles de forme.
 Les divergences liées à la différence de concepts comptables et fiscaux d’exercice de rattachement des charges et
produits (ces divergences sont dites temporelles).
 Les divergences liées aux traitements comptables non admis par l’administration fiscale.
 Les divergences structurelles liées au rejet par l’administration fiscale de certaines charges ou l’exonération de
certains produits.
Par conséquent, le bénéfice fiscal est déterminé à partir du bénéfice comptable tout en procédant à des ajustements.
La prise en compte de ces ajustements conduit à établir un tableau de détermination du résultat fiscal qui regroupe les
différentes réintégrations et déductions fiscales.

Section introductive : Conditions générales de déduction des charges
Les conditions de déductibilité fiscale des charges se déduisent des règles définies par le code de l’IRPP et de l’IS.
Ainsi, pour être admises en déduction, les charges doivent remplir trois conditions de fond et trois conditions de forme :
a.

Les conditions de fond :



Se rattacher à la gestion ou être exposées dans l’intérêt de l’entreprise, ce qui exclut les dépenses à caractère
privé et celles pouvant être qualifiées d’acte anormal de gestion 103.



Se traduire par une diminution de l’actif net, ce qui exclut les dépenses ayant une contrepartie à l’actif.



Ne pas être exclues du droit à déduction par une disposition expresse de la loi.
b.

Les conditions de forme :



Être comptabilisées et déduites de l’exercice auquel elles se rattachent.



Être appuyées de justifications suffisantes et probantes.



Être portées sur certaines déclarations lorsqu’une telle condition est exigée par la loi.

103

Mr Pierre-François Racine souligne que : « le concept d'acte anormal de gestion est le fruit de l'acclimatation ou de la
transplantation en droit fiscal du concept commercial d'acte non conforme à l'intérêt social, mais avec deux différences de taille : seule
l'administration
peut
l'invoquer
et
elle
peut
agir
d'office. »
L’acte anormal de gestion apparaît ainsi comme un acte ou une opération qui se traduit par une écriture comptable affectant le bénéfice
imposable que l’administration entend écarter comme étrangère ou contraire aux intérêts de l’entreprise.

45

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

Section 1 – Les réintégrations
1.1. Charges, amortissements et déficits relatifs aux établissements situés à l’étranger
1.1.1. Principe général
Conformément aux dispositions de l’article 47 du code de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt sur les
sociétés, le champ d’application de l’impôt sur les sociétés couvre exclusivement les bénéfices réalisés dans le cadre des
exploitations sises en Tunisie.
En conséquence, les résultats enregistrés par les sociétés résidentes en Tunisie dans le cadre des exploitations sises en
dehors de la Tunisie ne sont pas pris en considération pour la détermination de leurs résultats passibles de l’impôt sur les
sociétés. Corrélativement, les charges, amortissements et pertes104 se rapportant à l’établissement stable à l’étranger ne
sont pas déductibles des résultats imposables de la société tunisienne.
Dans ce cas, le résultat net du siège en Tunisie dégagé par la comptabilité tenue à cet effet est corrigé au niveau du tableau
de détermination du résultat fiscal :
 Par la réintégration:
- De toutes les charges directes relatives aux exploitations sises à l’étranger (engagées ou supportées par
l’entreprise), ainsi que les amortissements correspondant aux immobilisations amortissables mises à la disposition
desdites exploitations,
- D’une quote-part des frais généraux de l’entreprise


Par la déduction de tous les produits des exploitations situées à l’étranger. 105

1.1.2. Cas particuliers
1.1.2.1. Attribution du droit d’imposition des établissements stables situés à l’étranger à la Tunisie
Conformément aux dispositions de l’article 47 susvisé, les bénéfices réalisés dans le cadre des exploitations sises à
l’étranger peuvent être soumis à l’impôt en Tunisie, et ce, seulement lorsque ces bénéfices sont réalisés dans un Etat qui a
conclu avec la Tunisie une convention de non double imposition, et lorsque ladite convention attribue à la Tunisie le droit
d’imposer ces bénéfices106. Dans ce cas, les charges, amortissements et pertes se rapportant à l’établissement stable à
l’étranger sont déductibles des résultats imposables de la société tunisienne.
1.1.2.2. Produits réalisés à l’étranger en dehors d’une exploitation sise à l’étranger
1.1.2.2.1. Principe général
Les produits réalisés directement par les sociétés Tunisiennes à l’étranger en dehors d’une exploitation sise à l’étranger sont
pris en considération pour la détermination de leur résultat fiscal.
Il s’agit notamment :
 Des intérêts des crédits octroyés aux entreprises résidentes ou établies à l’étranger,
 Des revenus des placements à l’étranger,
 Des revenus des participations au capital de sociétés résidentes à l’étranger y compris les dividendes et la
plus value de cession des participations,
 Des jetons de présence distribués par les sociétés établies à l’étranger,
 des produits des ventes de biens et de services...
Parallèlement, les charges relatives à ces produits sont prises en considération.107
104

Dans une prise de position (900) du 10 juin 2009, la DGELF a rappelé que les établissements stables de sociétés tunisiennes en
Mali sont soumis à la législation fiscale en vigueur dans ce pays.
La DGELF a rappelé, aussi, que les déficits dégagés par les établissements stables de sociétés tunisiennes à l’étranger se situent en
dehors du champ d’application de l’IS tunisien et ne sont pas, de ce fait, déductibles en Tunisie, et ce, conformément aux dispositions de
l’article 47 du code de l’IRPP et de l’IS.
105
Note commune N°24/2012/Texte n° DGI 2012/24
106
Par référence aux dispositions des conventions de non double imposition conclues entre la Tunisie et les autres pays , ce principe
s’applique exclusivement aux bénéfices provenant de l’exploitation de navires ou d’aéronefs dans le domaine du transport
international. De ce fait les dispositions des conventions en la matière permettent à la Tunisie d’imposer les bénéfices réalisés par des
sociétés résidentes en Tunisie dans le cadre d’établissements sis dans un Etat avec qui elle a conclu une convention de non double
imposition, de l’exploitation de navires ou d’aéronefs dans le domaine du transport international, et ce conformément aux dispositions
combinées desdites conventions et de l’article 47 du code de l’IRPP et de l’IS.
107
Note commune N°24/2012/Texte n° DGI 2012/24

46

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

1.1.2.2.2. Exemple108
Soit une société « A » résidente en Tunisie et exerçant dans le domaine de la construction et des travaux publics qui a
conclu un marché avec une société résidente en Libye pour la construction au cours de l’année 2012, d’une partie d’un
projet d’une route. Il a été convenu entre les parties que la période limite de l’exécution des travaux est de 5 mois.
Dans ce cas, et dès lors que la convention de non double imposition conclue entre les pays du Maghreb Arabe stipule que
les chantiers de construction sont considérés réalisés dans le cadre d’un établissement stable lorsque leur durée dépasse 3
mois, la société « A » serait considérée établie en Libye au titre de ce marché.
Toutefois, si on suppose que la durée de l’exécution des travaux ait été fixée à 2 mois, dans ce cas, elle ne serait pas
considérée établie en Libye et tous les produits et charges relatifs au marché libyen restent rattachés à l’exploitation sise en
Tunisie.
1.2. Quote-part des frais de siège imputable aux établissements situés à l’étranger
1.2.1. Principe général
Lorsque les bénéfices provenant de ces établissements stables ne sont pas imposables en Tunisie (voir paragraphe
précédent), la quote-part des frais de siège imputable aux établissements situés à l’étranger en dehors du champ territorial
de l’impôt sur les sociétés doit être réintégrée.
Cette quote-part est déterminée par application de la formule suivante :
Frais généraux de siège x CA des agence étrangères
CA global du siège en Tunisie
Néanmoins, les frais généraux ne doivent pas comprendre :
 Les charges et amortissements des immobilisations ne procurant aucun revenu aux établissements stables
situés à l’étranger ;
 Les frais généraux directs nécessaire à l'exploitation engagés par le siège exclusivement au profit d’un
établissement stable à l’étranger (éviter la double réintégration) ;
 Toutes les charges et dépenses sans lien avec l'activité des établissements stable.109
1.2.2. Exemple
Supposons qu’un bureau d’étude résident en Tunisie ait conclu un contrat pour la réalisation d’une activité de surveillance de
la construction d’une usine au Sénégal pour une période de 3 ans à partir de l’année 2014 et que le résultat comptable du
bureau en question au titre de l’année 2010 soit bénéficiaire de 500 000 D pour un chiffre d’affaires global de 3 000 000D
(dont 1 200 000 D réalisé au Sénégal) ;
Supposons aussi que le montant total des frais généraux soit de 520 000 D alors que les charges directes liées à
l’exploitation du Sénégal sont de 700 000D.
Travail à faire : Déterminer le résultat net du bureau d’étude en Tunisie
Dans ce cas, le résultat fiscal dudit bureau au titre de l’exercice 2014 serait déterminé conformément aux dispositions de
l’article 47 du code de l’IRPP et de l’impôt sur les sociétés comme suit :

Résultat net réalisé
Réintégration des charges directes relatives à
l’exploitation sise au Sénégal
Réintégration de la quote-part des frais généraux
Déduction des produits relatifs à l’exploitation
sise au Sénégal
Résultat fiscal

500 000 D
+ 700 000D
+208 000 D
(520 000 D x 1 200 000 D) /
3 000 000D
-1 200 000 D
208 000 D

108
109

Note commune N°24/2012/Texte n° DGI 2012/24
Prise de position (489) de l'année 2003

47

COURS FISCALITE
APPROFONDIE

PREMIERE ANNEE MASTER EXPERTISE COMPTABLE / 2015-2016 /Enseignant : Mehdi ELLOUZ

1.3. Rémunération de l’exploitant individuel, ou des associés en nom des sociétés de personnes et sociétés et
groupements assimilés.
Selon l’Article 14-7 du code de l’IRPP et de l’IS, ne sont pas admis en déduction pour la détermination du bénéfice le salaire de l’exploitant
ou de l’associé en nom en nom des sociétés de personnes et sociétés et groupements assimilés.
Tout salaire versé à un associé d’une SNC alors même qu’il n’occupe aucune fonction de gérance est non déductible.
En revanche, le salaire du gérant non associé d’une SNC reste déductible.

1.4. Amortissements non déductibles.
Le régime fiscal des amortissements est énoncé par les dispositions des articles 12bis, 13 et 15 du code de l'IRPP et de l'IS.
Ces dispositions ont prévu un régime général, des régimes particuliers et des exclusions du droit à amortissement.
La loi n°2007-70 du 27 décembre 2007 portant loi de finances pour l’année 2008 a harmonisé les règles fiscales avec les
règles comptables en matière d’amortissements110, toutefois, cette harmonisation admet quelques divergences.
1.4.1. Régimé général
1.4.1.1. les principes à prendre en considération pour la détermination des amortissements
déductibles
1.4.1.1.1. Harmonisation entre les règles comptables et les règles fiscales
Sur le plan comptable, l'amortissement est la répartition systématique du montant amortissable d'une immobilisation sur sa
durée d'utilisation estimée. Il traduit la diminution irréversible de la valeur d'une immobilisation résultant de l'usage, du
temps, du changement de technique et toute autre cause. La dotation aux amortissements de l'exercice est constatée en
charges.
Sur le plan fiscal, l'amortissement constitue une charge déductible du bénéfice imposable sous certaines conditions et dans
certaines limites.
En vertu de l’article 12 BIS du code de l’IRPP et de l’IS : « Sont admis en déduction, pour la détermination du bénéfice imposable,
les amortissements effectués par l’entreprise selon les règles fixées par la législation comptable». Ainsi, la législation fiscale permet la
déduction des amortissements relatifs aux actifs immobilisés propriété de l’entreprise 111 y compris les constructions sur sols
d’autrui112 selon les mêmes règles fixées par la législation comptable soit sur la base des avantages économiques futurs des
actifs tenant compte notamment:
 de l’usage attendu par l’entreprise de l’actif immobilisé,
 des politiques de l’investissement et de maintenance,
 de l’usure physique,
 de l’obsolescence causée par les changements technologiques et économiques.
Par conséquent, les méthodes d’amortissement préconisées par la législation comptable sont acceptées fiscalement
(l’amortissement constant (linéaire), l’amortissement variable et l’amortissement décroissant) dans la mesure où elle reflète
la manière dont les avantages futurs liés à l’actif sont consommés par l’entreprise.

111

Il en découle que l'amortissement n'est pas admis :
-lorsque le bien amortissable n'est pas la propriété de l'entreprise; tel est le cas des biens dont l'exploitant est locataire ou usufruitier.
Toutefois, ce principe admet quelques exceptions (des biens exploités sous forme de leasing ou dans le cadre des contrats d’ijara ou
constructions sur sols d’autrui)
-Des logiciels informatiques lorsque l’entreprise dispose seulement d’un droit d’usage
112
La loi de finances pour l’année 2008 a élargi le champ d’application des amortissements pour couvrir :
- les brevets, les marques de fabrique et les frais de développement capitalisés,
- les redevances des concessions,
- les constructions sur sols d’autrui.

48


Documents similaires


Fichier PDF cours fiscalite approfondie iscae 2015 1
Fichier PDF 11022009 fr gn11
Fichier PDF impots sur les societes
Fichier PDF bi regime export 2014
Fichier PDF cours fiscalite irpp
Fichier PDF code des impots


Sur le même sujet..





508 : النبلاء | 05.10.1613:40 Uhr John Williams - Star Wars IV A New Hope (Original Motion Picture Soundtrack) Soundtracks256 kbit/s 0 / 04.524 Hits VID P2P DDL 0 Kommentare | 吸血鬼日记