Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Journal LIBERTE 29.04.2015 .pdf



Nom original: Journal LIBERTE 29.04.2015.pdf
Titre: untitled

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par / Acrobat Distiller 6.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 29/04/2015 à 10:01, depuis l'adresse IP 197.205.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 28214 fois.
Taille du document: 2.6 Mo (30 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


TROISIÈME JOUR DU PROCÈS DE L’AUTOROUTE EST-OUEST

Chani en g
grève
de la faim P.4
APRÈS L’ÉCHEC DES NÉGOCIATIONS
À ARCELORMITTAL

Menace d’une
grève g
g
générale
illimitée dès ce
matin P.6

Supplément
Économie

SANTÉ
FINANCIÈRE
DE L’ALGÉRIE

Tous les signaux
sont au rouge

LIBERTE
LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

P.9 à 13

SUITE À UNE OPÉRATION
DES FORCES DE L’ANP

Sept
p
terroristes
abattus à
Azazga P.28

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 6908 MERCREDI 29 AVRIL 2015 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

ELLE ALERTE SUR LES
MALVERSATIONS DONT DES
MINISTRES SERAIENT COMPLICES

Louisa Hanoune :
“Bouteflika doit
intervenir” P.2
CONFÉRENCE THÉMATIQUE
DE LA CLTD

“La lutte contre la
corruption passe
par le départ du
régime” P.3
ILS SONT CITÉS PUBLIQUEMENT

Louiza Archives/Liberté

Zitari Archives/Liberté

Ces ministres
qui g
q
gardent le
silence P.3
Publicité

AF

Mercredi 29 avril 2015

2 L’actualité en question

LIBERTE

ELLE ALERTE SUR LES MALVERSATIONS DONT DES MINISTRES SERAIENT COMPLICES

Louisa Hanoune :
“Bouteflika doit intervenir”
La secrétaire générale du PT n’en démord pas. Elle persiste à accabler la ministre de la Culture
et sollicite l’intervention diligente du chef de l’État pour mettre fin à ce qu’elle qualifie de dérive.
u lendemain de la charge des
députés de son parti contre la
ministre de la Culture, Nadia
Labidi, l’accusant de graves
malversations, la porte-parole
du Parti des travailleurs (PT),
Mme Louisa Hanoune, a lancé, hier, un appel
en direction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, effacé de la scène politique
depuis de longs mois, pour intervenir et
mettre un terme à ce qu'elle a qualifié de “déchéance qui menace tant l'État que ses institutions”. “Tous ceux qui ont des conflits d’intérêts
doivent être virés du gouvernement. Le Président doit intervenir rapidement au risque de
voir l’État s’effondrer”, a affirmé hier Louisa Hanoune lors de son allocution à l’occasion de la
réunion du bureau politique de son parti.
Mme Hanoune n’a pas lésiné sur les vocables
pour qualifier le comportement de la ministre de la Culture accusée de siphonner de
l’argent public via sa boîte de communication.
Elle l’accuse aussi d’avoir envoyé des barbouzes
chez elle pour lui remettre une lettre de menace après ses révélations qui ont fait les
choux gras de la presse. “Elle agit comme si
c’était une propriété privée. Elle se comporte
comme une délinquante, une chef de bande”,
affirme Louisa Hanoune. “Je n’ai aucun problème privé avec elle, mais c’est un comportement délinquant, une délinquance ministérielle. Elle m’a envoyé des gens à la maison, c’est

A

Newpress
Louisa Hanoune : “Le Président doit intervenir rapidement au risque de voir l’État s’effondrer.”

une dérive jamais vue”, déplore Mme Hanoune qui dit avoir longtemps hésité avant de livrer à l’opinion le comportement de la ministre. “Je l’ai avertie depuis longtemps que si
elle continuait avec les malversations, elle finirait en prison. J’étais gênée parce que c’est une
femme et ça porte atteinte aux combats des
femmes algériennes. Je l’ai avertie, le 1er novembre. Si je parle aujourd’hui, c’est parce que

SUITE AUX ACCUSATIONS DU PARTI DES TRAVAILLEURS

je ne veux pas être une complice”, assure l’excandidate à l’élection présidentielle qui révèle, au passage, que “les responsables de l’État
sont au courant”. Selon elle, “Labidi est coupable d’une opération mafieuse”, en finançant
un film de sa boîte et en lui donnant une nationalité tunisienne pour qu’il ne reste pas propriété de l’État algérien, comme l’exige la loi.
“On va rendre publiques les preuves”, assure

Louisa Hanoune. Dans cette entreprise de malversations, la porte-parole du PT accuse également de “complicité” le DG de l’ENTV et le
ministre de la Communication puisque
“l’Unique a un contrat avec la boîte de la ministre de la Culture qui lui vend une émission
diffusée chaque vendredi”.
Autre cible de Louisa Hanoune : le ministre de
la Santé qui aurait fourni le marché de l’importation des accélérateurs à un homme, entrepreneur dans les travaux publics, “qui n’a rien à
voir avec la santé”. “Le secrétaire général du ministère a démissionné pour ne pas cautionner
cette dérive”, selon Mme Hanoune qui appelle
à l’ouverture d’une commission d’enquête. “La
justice dit s’autosaisir”, dit-elle. Histoire de lever les équivoques sur le combat qu’elle mène,
Mme Hanoune soutient que son parti “s'est engagé depuis des mois dans un combat décisif
contre les passe-droits d'une oligarchie privilégiée”. “Le PT ne tolérera jamais ce genre de dérapages. Le secteur privé se fait de l'argent en
servant la production nationale. L'oligarchie,
elle, tend à asservir tout le monde et accaparer
les secteurs particulièrement porteurs”, dit-elle,
ajoutant que “l'oligarchie n'investit pas ses
propres fonds mais compte sur ses relations privilégiées au sein des institutions de l'État pour
détourner les fonds publics et piller le foncier”.
“Cette gangrène qui menace l’État doit être stoppée”, conclut-elle.
KARIM KEBIR

Publicité

Zehani/Archives Liberté

Mme Labidi demande
une commission
d’enquête parlementaire

a ministre de la Culture, Nadia Labidi, a
demandé, hier à Alger, une “commission
parlementaire pour examiner les accusations formulées à son encontre par la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT),
Louisa Hanoune et des députés de sa formation”
au sujet du financement de projets dans le
cadre de la manifestation “Constantine, capitale de la culture arabe 2015”.
Le parti des travailleurs avait, par la voix de sa
secrétaire générale et de son député Djelloul
Djoudi, accusé la ministre de la Culture d’être
impliquée dans un “conflit d’intérêts” pour
avoir permis le “financement public” d’un
projet de film devant être “produit par une so-

L

ciété appartenant à la ministre”. Répondant aux
accusations de Mme Hanoune et réitérées ce jour
par la députée PT, Nadia Yefsah, lors de la
séance plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée au débat du projet de
loi sur le livre), que tout ce qui a été dit auparavant “est infondé”. “S’ils ont des preuves, qu’ils
les présentent”, a-t-elle poursuivi avant de se
dire “disposée à aller loin et détenir des preuves”
car il y va de son image et de son honneur.
D’autre part, la ministre de la Culture a estimé important de connaître les étapes de dépense des fonds publics, appelant les députés à œuvrer à établir la vérité dans un “climat de calme, de confiance et de respect”.
Faisant part de son étonnement à l’égard de “ce
qui a été dit lors des séances d’hier et aujourd’hui”, elle a indiqué qu’“en tant qu’enseignante universitaire et réalisatrice, elle possédait
avant de rejoindre le gouvernement une petite société” de production de films et émissions
pour enfants. Une société, a-t-elle tenu à rappeler, qu’elle a abandonnée, et il existe des documents qui prouvent cela. À cette occasion,
elle a appelé les députés à augmenter le budget alloué au secteur de la culture qui restait,
selon elle, insuffisant. La ministre de la Culture avait demandé dans une lettre publiée dimanche de la secrétaire générale du PT de “démentir publiquement” les propos rapportés par
le quotidien Ennahar El Djadid. “J’ai appris par
le journal Ennahar El Djadid que vous auriez
déclaré que “la ministre de la Culture attribue
tous les projets du secteur à ses amis ou à sa société”, a écrit la ministre qui déclare qu’elle recourait, le cas échéant, à la justice pour déposer une “plainte en diffamation”.
F.1099

LIBERTE

Mercredi 29 avril 2015

L’actualité en question

3

CONFÉRENCE THÉMATIQUE DE LA CLTD

“La lutte contre la corruption
passe par le départ du régime”
Les membres de la coordination ont souligné que le fléau de la corruption “s’est généralisé”.
Pour Mohcine Belabbas, président du RCD, “la première corruption est le trucage des élections”.

D

pour l’organisation d’élections.
M. Belabbas a ajouté que les élections
en Algérie se font sur un même
schéma : celui de la fraude depuis
1962. La source de cette corruption
“est le pouvoir”, a-t-il précisé, soulignant que “la corruption reste
l’unique paramètre de promotion
au sein du pouvoir”. Le chef du
RCD a estimé que la lutte contre la
corruption “passe par le départ de ce
système”. Un avis que partagent ses
alliés de la CLTD. Il a appelé, par
ailleurs, “à ouvrir des enquêtes
concernant la gestion de tous les ministères depuis 1999”, dont le but, at-il indiqué, “est de situer les responsabilités de tout un chacun”, ainsi que le jugement des coupables et
de prouver l’innocence des autres.
Pour lui, les Algériens “considèrent
que tous les ministres sont corrompus”. De ce fait, “il faut instruire la
justice afin de clarifier les choses”. Il
n’a pas manqué d’ironiser sur la situation en déclarant qu’en Algérie,
“la corruption se pratique sous le haut
patronage”, rappelant qu’un ancien
ministre a été cité dans l’affaire
Khalifa, mais “qui a fini par être dé-

ILS SONT CITÉS PUBLIQUEMENT

Ces ministres qui
gardent le silence
n livre, Alger-Paris : une histoire passionnelle, et voilà
que les regards se braquent
sur le gouvernement Sellal, dont
certains membres sont cités comme
étant propriétaires de biens immobiliers sur les plus huppées avenues
parisiennes. L’opus, œuvre de deux
journalistes français, jette un doute
sur la probité de certains ministres.
Du coup, il les rend objet d’une interpellation publique. À plus forte
raison quand les réseaux sociaux se
sont mêlés pour en faire des buzz.
Le livre, auquel les médias français
ont assuré une publicité conséquente, cite, entre autres ministres
ayant des biens en France, le ministre
de l’Industrie, Abdeslam Bouchouareb, l’ancien gouverneur d’Alger et plusieurs fois ministre, Cherif Rahmani, le Premier ministre luimême à travers sa fille, etc. L’ancien
gouverneur d’Alger avait déjà été
brocardé par Le Canard enchaîné
sans avoir daigné répondre. Aussi, il
se trouve qu’en dépit de la force de
l’interpellation, les membres du
gouvernement mis en cause n’ont
pas cru utile de s’en expliquer. De
leur part, aucune expression de dénégation, la justification dans pareille
situation n’étant pas, il est vrai, dans
la tradition des commis de l’État de
rang supérieur. Seulement, pour
contraster négativement avec ce qui
est revendiqué officiellement comme volonté politique d’instruire les
procès de la corruption, les investigations de Christophe Dubois et
Marie-Christine Tabet, mais aussi les
accusations proférées par des partis
politiques à l’encontre de ministres
ne semblent pas avoir laissé indiffé-

U

rents en haut lieu. Du moins, le
Premier ministre, Abdelmalek Sellal, donne l’air d’en être sérieusement
préoccupé. C’est ainsi qu’il a instruit
les ministres et l’ensemble des hauts
cadres de l’État de fournir par écrit
la déclaration exhaustive de leurs
biens, y compris leurs comptes bancaires, ainsi que leurs salaires, assortie d’une déclaration sur l’honneur. L’instruction a été édictée le 18
avril courant. À en croire des sources
proches du Palais du gouvernement, un spécimen (un document
type) de déclaration de patrimoine
est déjà remis aux ministres et hauts
cadres de l’État.
L’instruction du Premier ministre invoque en référence la loi sur la prétention et la lutte contre la corruption, ainsi que le décret présidentiel
relatif à la déclaration de patrimoine. Notre source au niveau du Premier ministère ne sait pas si l’instruction de Sellal vise juste la récolte de l’information en interne ou si
alors elle prélude d’une intention de
publication publique. Il est fort improbable, cela dit, que la démarche
de Sellal obéisse, dans ce cas précis,
à une volonté de faire accéder le
grand public aux informations relatives aux membres de son cabinet.
Les déclarations de patrimoine sollicitées serviraient, tout au plus, à
motiver d’éventuelles sanctions politiques, c’est-à-dire un débarquement du gouvernement. Il en va
d’ailleurs de l’image d’un Exécutif
dont nombre de membres se trouvent interpellés sur la possession de
biens à l’étranger, sinon leurs noms
mêlés à des affaires de corruption.
SOFIANE AIT IFLIS

Louiza/Liberté

ans le cadre des
conférences thématiques qu’anime la
Coordination pour
les libertés et la
transition démocratique (CLTD), celle ayant pour
thème la corruption a eu lieu, hier.
Prévue initialement à l’auditorium
Azzedine-Medjoubi, la rencontre a
été interdite par les autorités, d’où le
choix des responsables de la CLTD
de se rabattre sur le siège de la formation de Djaballah pour l’organiser. Les initiateurs estiment que le
thème choisi par la CLTD “fait
peur” aux tenants du pouvoir.
Ils ont, à l’unanimité, souligné que
le fléau de la corruption “s’est généralisé” et qu’“il est devenu un sport
national”.
Pour Mohcine Belabbas, président
du RCD, “la première corruption est
le trucage des élections”. Un avis
que partagera Dhouibi, président
d’Ennahda, en ajoutant qu’on ne
peut “assurer un contrôle avec un
Parlement issu d’une fraude massive”. Ils ont appelé “à la mise sur pied
d’une commission indépendante”

M. Belabbas : “La corruption reste l’unique paramètre de promotion au sein du pouvoir.”

signé à la tête du Conseil constitutionnel”. Pour lui, “la justice qui a cité
Chakib Khelil comme accusé dans
l’affaire Sonatrach n’a pas été du goût
de plusieurs hauts responsables”.
Abdallah Djaballah, président du
FJD, a souligné dans son intervention, axée sur une approche académique sur le fléau de la corruption,
que les instruments de contrôle sont
entre les mains du Président. Il
considère que la corruption trouve
ses racines dans la Constitution “à
travers ses approximations du législateur”.

Djaballah a traité plusieurs aspects
de la corruption. Il a commencé par
présenter “l’absence de lois qui situent
les responsabilités de l’État et de ses
hommes”.
Cette situation a induit, selon lui, le
rétrécissement du champ de manœuvre de l’opposition qui doit
être un instrument de contrôle.
Évoquant les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, Djaballah a estimé
que ces pouvoirs sont devenus de
simples fonctions soumises au bon
vouloir du chef de l’État qui en dispose à sa guise. “Les gens du pouvoir

L’ÉDITO

ne voient en l’argent public qu’une
source d’enrichissement, et dont ils
sont prioritaires à s’en servir”, a-t-il
ajouté, soutenant qu’une commission indépendante pour l’organisation d’élections libres et honnêtes
“reste un instrument fiable pour
combattre la corruption politique”.
Même réaction chez les autres
membres de la CLTD qui ont appuyé la mise sur pied de cette commission, qui est une revendication de
la coordination depuis la rencontre
de Mazafran en juin écoulé.
MOHAMED MOULOUDJ

PAR SAÏD CHEKRI

Les affaires, une affaire politique
’affairisme. Voilà sans doute un sport national qui, chez
nous, est si fréquemment pratiqué qu’il pourrait détrôner celui dit “sport-roi”, le football. Même s’il est vrai que celui-ci constitue lui-même, depuis quelques années, un terrain où fleurissent
et prospèrent les affaires les plus louches. Avec, sans doute, une
impunité plus prononcée tant il ne s’agit que de… jeu. Alors que
l’affaire dite de l’autoroute Est-Ouest est en procès, des révélations
fracassantes sont faites avec autant d’insistance par Louisa Hanoune
et son parti. Elles portent, celles-ci, sur des malversations dont se
serait rendue coupable la ministre de la Culture. Si la corruption
et l’affairisme ont atteint ce secteur censé être le dernier bastion
de l’honneur et de la morale, de la loyauté et de l’honneur, c’est que
le déshonneur a gagné du terrain, beaucoup de terrain. Et ce n’est
sûrement pas le contenu de ce livre écrit par deux journalistes français (Alger-Paris : une histoire passionnelle) qui nous ferait espérer que tout cela n’est qu’exagération et excès. Des ministres et autres
hauts responsables y sont accablés. Sans que nul d’entre eux n’ait
songé, jusqu’ici, à réagir pour s’en laver les mains ou, le cas
échéant, pour… rétablir la vérité. Encore moins pour saisir les tribunaux parisiens. Ce qui ne va pas sans donner du crédit aux “faits”
rapportés par les auteurs du livre, mais aussi aux déclarations de
Louisa Hanoune.
Seule réaction observée jusqu’ici, l’instruction du Premier ministre
aux membres du gouvernement leur enjoignant de rendre public
leur patrimoine. Du déjà-vu. Et c’est bien dérisoire face à l’ampleur
de la corruption qui n’aurait pas pris de telles proportions sans une
impunité avérée.
La faiblesse de la riposte — si tant est que cela peut constituer une
riposte — conforte, quant à elle, le constat et l’analyse des
membres de la CLTD : les affaires scabreuses, quand elles fleurissent à l’ombre d’une justice dont la crédibilité est mise en doute,
c’est avant tout une affaire politique. Les tribunaux et les circulaires
ne sont pas les instruments adéquats pour la traiter. ■

L



Des révélations
fracassantes sont
faites avec autant
d’insistance par Louisa
Hanoune et son parti. Elles
portent, celles-ci, sur des
malversations dont se serait
rendue coupable la ministre
de la Culture. Si la corruption
et l’affairisme ont atteint ce
secteur censé être le dernier
bastion de l’honneur et de la
morale, de la loyauté et de
l’honneur, c’est que le
déshonneur a gagné du
terrain, beaucoup de terrain.”

Mercredi 29 avril 2015

4 L’actualité en question

LIBERTE

TROISIÈME JOUR DU PROCÈS DE L’AUTOROUTE EST-OUEST

Chani en grève de la faim
Après le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, l’actuel ministre des Transports, Amar Ghoul,
et les anciens ministres Mohammed Bedjaoui et Abdellatif Benachenhou, c’est au tour de deux généraux
d’être cités dans cette affaire qui, décidément, n’en finit pas de livrer de nouvelles révélations.
Il s’agit du général Hassan, ex-coordinateur de la lutte antiterroriste, et du général Abdelli.
u troisième jour du procès,
Medjdoub Chani est à nouveau appelé à la barre pour la
suite de son audition qui a
duré toute la matinée d’hier.
Chani est revenu sur les circonstances de sa rencontre avec l’ex-directeur
des nouveaux projets de l’Agence nationale des
autoroutes.  “Je n’ai jamais cherché à voir
Kheladi, c’est lui qui m’a appelé. Je m’en fous
de lui. Ce que je cherchais, c’était de rencontrer
le ministre des Travaux publics”. Devant le juge
d’instruction, il déclare qu’il a fait la connaissance de Kheladi Mohamed par l’intermédiaire
du général Hassan. Il précise qu’il l’a rencontré à plusieurs reprises notamment au siège de
sa société, Oriflamme, à Dély-Ibrahim, rencontres durant lesquelles ils ont discuté des
problèmes bureaucratiques que rencontre le
projet de l’autoroute. Kheladi lui aurait parlé, lors de l’une de ces occasions, de son fils malade qu’il voulait traiter en Chine. “Kheladi s’est
ensuite retourné contre moi. Il est parti en Chine et a tenté de faire pression sur la société chinoise pour être reçu les menaçant de ne pas leur
payer leur dû. Ils m'ont appelé et je leur ai dit
de ne pas le recevoir car il n’était pas en mission.” Quant au colonel Khaled, Medjdoub
soutient qu’il l’a connu en 2006 par le biais de
son chef hiérarchique, le général Abdelli.
Sur le fond de l’affaire, Chani maintient qu’il
est entré en scène après la signature du contrat
de l’autoroute Est-Ouest lors d’un Conseil interministériel. “Je n’ai rien à voir avec ce
contrat. J’ai joué un rôle dans les garanties bancaires qui sont des garanties de bonne exécution. C’est-à-dire qu’on ne peut les obtenir
qu’après la signature du contrat.” Le juge lui
demande s’il a été payé pour cela. Chani réplique : “Je suis consultant international. Je ne
travaille pas pour rien.”
Le procureur intervient pour rappeler à Chani qu’il a reçu plusieurs virements de la part
du groupe Chinois Citic sur le compte de l’une
de ses sociétés dont 1 million et demi de dollars. Ce dernier élude le pourquoi de ces virements et rebondit sur un autre registre. “J’aurais voulu que le parquet général d’Alger agisse comme celui de Luxembourg et ouvre une enquête sur les actes de tortures que j’ai subis au
DRS. J’ai été torturé, mes droits n’ont pas été
respectés et j’ai été obligé de déposer une plainte aux Nations unies. Normalement, ce dossier
devait se terminer chez le juge d’instruction”.
Il poursuit : “J’ai été présenté chez le juge à minuit. Il a ouvert la fenêtre et je le comprends parce que je puais. Lorsque j’ai demandé, lors de
ma détention chez les services, de l’eau pour me
laver, ils m’ont promis qu’ils allaient me ramener de l’eau chaude. Mais au final, ils
m’ont interrogé à genoux, face au mur et ils
m’ont uriné dessus.”

A

Louiza/Archives Liberté

“Je préfère mourir en homme
que de vivre en cafard”
À ce moment-là, Chani, en larmes, annonce
qu’à la fin de son audition, il entamera une grève de la faim illimitée. “Je préfère mourir en
homme que de vivre en cafard”, lance-t-il au

La matinée d’hier a été consacrée à l’audition de Chani.

juge.
Après une suspension d’audience d’une heure et demie, le procès reprend avec l’audition
de l’ex-secrétaire général du ministère des Travaux publics, Mohamed Bouchama. Il tient
d’abord à déclarer que le projet de l’autoroute Est-Ouest “est un vieux rêve réalisé grâce à
la décision du chef de l’État de le financer”.
D’emblée, il situe les responsabilités. “Le ministre, c’est la politique. Le SG fait tourner le ministère et s’occupe de tout ce qui est technique”.
Bouchama explique qu’avant de lancer ce
projet, il fallait amender la loi sur les expropriations, changer le statut de l’Agence nationale des autoroutes qui a été désignée
comme maître d’ouvrage et évaluer les besoins
en matières premières. Selon lui, pour ce
projet, il y avait plusieurs offres. Une de
l’ordre de 630 milliards de dinars, une deuxième de 779 milliards de dinars et une troisième de 944 milliards de dinars.
C'est le ministre des Finances qui a signé l'avis
et le projet a été attribué aux consortiums chinois et japonais avec un montant de 944 milliards de dinars. Alors que l’ANA avait opté
pour la deuxième offre de 779 milliards de dinars. Concernant le mini Conseil ministériel
qui aurait été tenu en présence de Pierre Flacone et Boussaïd dit Sacha, Bouchama répond
que c’était une rumeur pour faire capoter le
projet.
Chani, Bouchama l’a rencontré la première fois
dans le bureau de Hamid Melzi au Club-desPins.  “Je faisais mon marché à Aïn Benian
quand Melzi m’a appelé pour me demander de

les rejoindre. Il m’a présenté Chani comme un
ami qui a peur que les entraves bureaucratiques
nuisent au projet”.
“N’avez-vous pas cherché à comprendre en qualité de quoi il vous a parlé de ce contrat”, lui demande le procureur. Bouchama réplique : “On
était dans le bureau du directeur de la résidence
d’État. Celui qui héberge tout le gouvernement”.
Pour Bouchama, lever les entraves administratives et créer un environnement propice à
la réalisation de ce projet dans les délais faisaient partie de son travail.
Sur les cadeaux qu’il a reçus de Chani, il s’explique : “Il était venu avec un petit sac dans la
main. J'étais gêné. Pour lui, c'était une manière
de faire la promotion de son entreprise. Et je lui
ai demandé de ne plus me mettre dans l'embarras. Les cadeaux que je reçois des entreprises
et institutions publiques sont plus beaux et plus
chers que ceux de Chani.” Durant son audition,
l’ex-SG du ministère des Travaux publics
charge Kheladi et l’accuse d’agir contre lui par
pure vengeance. Parce qu’il a demandé à
Amar Ghoul d’enlever à Kheladi la délégation
de signature pour le projet de l’autoroute qu’il
lui a accordée en partant faire sa omra. “J’ai dit
à Ghoul que cette procédure est illégale”. Par la
suite, Kheladi serait parti en Chine pour enquêter sur Bouchama et le ministre. “J’ai été
incarcéré parce que j’ai fait mon travail”,
lâche Mohamed Bouchama.
Kheladi détaille le taux des commissions
Il poursuit : “Kheladi a même fait un rapport
qu'il a refusé de remettre au juge d'instruction

en disant qu'il ne le remettrait qu'au général
Hassan.” Bouchama affirme que pour ce projet, il veillait au respect des délais et des montants fixés et que les problèmes dont lui a fait
part Chani, il les connaissait déjà. C'étaient des
problèmes de visa, d’explosifs et autres que les
différents ministères œuvraient déjà à régler.
Chani avait déclaré qu’il avait également remis une grosse somme d’argent en coupure de
1 000 dinars à Bouchama avant de se
rétracter.
“Le dispositif de surveillance au ministère des
Travaux publics permet de connaître jusqu'aux couleurs des sous-chemises. Il y avait jusqu’à 20 caméras de surveillance installées au ministère. La Police judiciaire avait les moyens de
tout vérifier alors pourquoi me salir ainsi”, s’interroge l’ex-SG de Amar Ghoul.
Les auditions se poursuivent avec Kheladi par
qui le scandale de l’autoroute a éclaté. Il parle de corruption de grande ampleur : “Je vais
vous dire exactement le montant : 1 milliard de
dollars de corruption en 2005. Après 2005, le
montant de la corruption était de 5 milliards
de dollars.”
Il entre dans les détails : “Sur le montant du
projet, 20% étaient réservés à corrompre. 4% pris
par Chani et Mohamed Bedjaoui provenant des
contrats de l’autoroute. Kouidri et Ghoul ont
aussi des commissions. J'ai fait mon enquête et
remis toutes les informations au DRS qui a fait
son travail et informé le président de la République.” Kheladi dit avoir obtenu une partie de
ces informations par Sacha qui avait des
conflits d’intérêts avec Flacone et Chani. Le
juge lui demande comment il justifie la présence des téléphones dans son coffre, dont un



Sur le fond de
l’affaire, Chani
maintient qu’il est
entré en scène après la
signature du contrat de
l’autoroute Est-Ouest lors d’un
Conseil interministériel. “Je n’ai
rien à voir avec ce contrat. J’ai
joué un rôle dans les garanties
bancaires qui sont des
garanties de bonne exécution.
C’est-à-dire qu’on ne peut les
obtenir qu’après la signature du
contrat.” Le juge lui demande
s’il a été payé pour cela. Chani
réplique : “Je suis consultant
international. Je ne travaille pas
pour rien.”

contient des communications entre lui et des
Chinois. Kheladi répond qu'il a été floué par
le vendeur qui lui a refilé un appareil usagé.
“Pour les autres, je les ai pris chez moi ainsi
qu’un ordinateur parce que, après avoir fait
éclater l'affaire de corruption, Ghoul a ordonné de fermer tous les bureaux.” Reprise du procès ce matin.
NISSA HAMMADI

Publicité

F.1042

LIBERTE

Mercredi 29 avril 2015

LE RADAR

5

DE LIBERTÉ

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI
radar@liberte-algerie.com

PAYÉS À L’HEURE DANS L’AFFAIRE AUTOROUTE EST-OUEST

Des avocats œuvrent à prolonger
la durée du procès

LEURS
DESCENDANCES
S’ÉTENDENT SUR
QUATRE
GÉNÉRATIONS

CENTRE SPÉCIALISÉ DE RÉÉDUCATION DE
RAHOUIA

57 travailleurs encadrent
15 patients

Des
doyennes
de 142
et 118 ans
à Tiaret

■ Des avocats, rémunérés à l’heure par les sociétés étrangères poursuivies dans le cadre de l’affaire “autoroute Est-Ouest”, se sont opposés à la
proposition de deux de leurs confrères et du président de l’audience de faire lire, par le greffier,
uniquement une partie de l’arrêt de renvoi rendu par la chambre d’accusation. Ils ont insisté
pour que le document soit livré oralement, en audience, dans son intégralité. Cette procédure a
absorbé une grande partie de la 1re journée et de

la matinée du 2e jour du procès, dans une indifférence totale, y compris des avocats qui ont défendu le principe et ont déserté la salle. “C’est un
supplice”, a commenté Me Bourayou. Fatigué, le
magistrat a dû lever plusieurs fois la séance. Les
avocats, qui ont réclamé la lecture de l’arrêt de
renvoi dans son ensemble, ne sont-ils pas motivés uniquement par des considérations pécuniaires ? Plus le procès se prolongera, plus leurs
honoraires gonfleront.

SUSPENDU PAR LA CAF EN NOVEMBRE 2014

Le club de l’USMH dépose un recours

n Il est difficile de le
croire, et pourtant
c’est vrai. Mme Fatma
Mansouri et Mme
Ammar Kheïra sont
nées au XIXe siècle,
l’une en 1873 et l’autre
en 1897. Elles ont donc
vécu les grandes
étapes de l’histoire du
pays et du monde,
comme les deux
guerres mondiales, la
colonisation de
l’Algérie et son
indépendance pour ne
citer que ces
événements
marquants. Les
descendants de ces
aïeules s’étendent,
aujourd’hui, sur
quatre générations. La
ministre de la
Solidarité nationale,
de la Famille et de la
Condition de la
femme, Mme Mounia
Meslem Si Amar, a
honoré les deux
centenaires, lundi
dans leur ville, et ce, à
l’occasion de la
Journée internationale
des personnes âgées.

■ La ministre de la Solidarité
nationale, de la Famille et de la
Condition de la femme, Mounia Meslem, n’en revient pas.
Lors de sa visite de travail à Tiaret, elle a révélé, devant des élus
locaux, que le centre spécialisé de rééducation de Rahouia,
rattaché à la Direction de l’action sociale de Tiaret, d’une capacité théorique de 100 pensionnaires, n’enregistre actuellement que 15 personnes hospitalisées. Paradoxalement, il
justifie d’une masse salariale de
57 salariés. Le membre du gouvernement ajoute que dans
une autre wilaya, qu’elle n’a

pas citée, une infrastructure
sanitaire de même vocation
comptabilise 6 pensionnaires
pris en charge par 77 travailleurs.
Ces structures fonctionnent
presque à vide, alors que les
EHS d’Alger, dont celui de Tixeraïne, sont saturés à telle enseigne que des blessés médullaires peinent à trouver des
places dans des centres de rééducation. Mme Meslem estime
qu’il faudra reconvertir les
structures sans patients en
centres psychopédagogiques
afin de mieux les rentabiliser, et
ce, durant cette année 2015.

APC DE DJELFA

À qui profitent les manœuvres ?

n L'Assemblée populaire communale de Djelfa a réussi à faire échouer une tentative de blocage des délibérations, menée
par les adjoints du P/APC et plusieurs élus. Selon des sources
concordantes, un ancien maire de Aïn Chouhada, aujourd’hui
coordinateur d'un parti politique récemment installé au cheflieu de wilaya, serait derrière cette énième manœuvre.

APPELÉ À ACCOMPAGNER L’ANNÉE DE “CONSTANTINE, CAPITALE
DE LA CULTURE ARABE”

Le wali prend un congé
■ Alors que la manifestation “Constantine, capitale de la culture arabe” prend son envol, le chef
de l’exécutif de la wilaya prend, lui, un congé.
Lundi soir s'est ouverte la semaine culturelle du
■ Vice-champion d’Algérie pour la saison 2012-2013, le club de l’USMH a déclaré forfait pour
l’édition de la Ligue des champions d’Afrique à laquelle il a été qualifié. La Confédération africaine du football lui a infligé, en conséquence, deux années de suspension de toute compétition interclubs de niveau continental, à partir de novembre 2014. À quelques matchs de la fin
du championnat de Ligue 1, le club banlieusard joue les premières places dans le classement
final et prétend, par ricochet, à une participation aux compétitions africaines. Dès lors, il a anticipé sur l’événement en déposant un recours auprès des instances de la CAF pour annuler
ou au moins alléger la sanction qu’il purge actuellement, selon des sources confirmées. La direction de l’USMH aurait reçu des assurances sur l’aboutissement de sa démarche. Affaire à
suivre.

UN POLICIER PERTURBE LA CAMPAGNE “CONSOMMONS PRODUITS
ALGÉRIENS”

Sit-in des contrôleurs de la DCP devant
le siège de la wilaya de Tipasa
■ Un cadre de la police, exerçant à la sûreté de
daïra de Koléa, a perturbé le déroulement de la
campagne “Consommons produits locaux”, animée par des contrôleurs de DCP (Direction du
contrôle des prix) de la wilaya de Tipasa à la placette centrale du chef-lieu de la commune de Koléa. Précisément, le policier a procédé à une
fouille d’un agent du département du commer-

ce. Jugeant cette action injustifiée et humiliante, ses collègues ont observé, lundi en signe de
protestation, un sit-in devant le siège de la wilaya de Tipasa. La section syndicale des travailleurs du commerce de Tipasa a interpellé, de
son côté, le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi-Saïd, le chef de la sûreté de
wilaya et le wali de Tipasa.

ARRÊT SUR IMAGE
VU À
TAMANRASSET

Une montagne
d'ordures
devant
l'enceinte
de l'école
primaire
IkanouaneMohamed
d'In Kouf.

pays invité d'honneur, la Palestine en l’occurrence. Le wali a brillé par son absence. Pourtant,
au plan protocolaire, sa présence est incontournable.

Mercredi 29 avril 2015

6 L’actualité en question

LIBERTE

APRÈS L’ÉCHEC DES NÉGOCIATIONS À ARCELORMITTAL

Menace d’une grève générale
illimitée dès ce matin
Chacune des parties campant sur ses positions, tout semble indiquer que le mouvement de grève illimitée
jusqu’à satisfaction des 22 points contenus dans la plateforme de revendications sera effectivement observé.
ituation extrêmement tendue,
hier, au huitième et dernier jour
du préavis de grève déposé par le
syndicat de l’entreprise ArcelorMittal  Pipes & Tubes  Algeria
(ex-TSS d’El-Hadjar) avec la mobilisation inconditionnelle des travailleurs
autour de leurs représentants et l’intransigeance de la direction du site.
Chacune des parties campant sur ses positions,
tout semble indiquer que le mouvement
de grève illimitée jusqu’à satisfaction
des 22 points contenus dans la plateforme de
revendications sera effectivement observé,
dès ce matin à 5h.
Des sources proches de cette entreprise affirment que les employés de cette entreprise détenue à 70% par le groupe ArcelorMittal et à

S

30% par l’État algérien représenté par Sider
sont fermement décidés à aller jusqu’au bout
de leur mouvement de contestation, surtout
que la direction a, de son côté, durci le ton au
début de cette semaine.
Nos sources signalent que cette dernière a
adressé une correspondance à l’union locale
UGTA de Sidi-Amar avertissant qu’elle est décidée à prendre des sanctions disciplinaires,
qu’elle a promis d’être exemplaires contre le
secrétaire général du syndicat d’entreprise,
Lotfi Farrah, et le président du comité de participation, Abdelghani Atil, coupables, à ses
yeux, d’incitation à l’insubordination et au
désordre. 
Cela après avoir déposé une plainte auprès du
tribunal d’El-Hadjar  à l’encontre de ces
mêmes personnes, la semaine dernière, dé-

nonçant l’incursion du siège administratif
de l’entreprise Ampta par des travailleurs, lesquels auraient détruit des équipements et du
matériel de bureau, après avoir insulté et, plus
grave, attenté à l’intégrité physique de leur directeur général, ainsi qu’à celle des agents de
police interne du site qui tentaient de s’interposer.
Des griefs dont se défendent les deux représentants des travailleurs qui sont appelés à
comparaître devant la commission de discipline de l’entreprise ce matin, en assurant, pour
leur part, qu’ils n’ont fait qu’observer un sitin pacifique sur les lieux.
Contacté par nos soins, le secrétaire général
de l’union locale UGTA de Sidi-Amar, Aïssa
Menadi, indique que l’instance syndicale locale a bien reçu une correspondance de la part

de la direction de l’ex-TSS et qu’elle y a répondu en appelant au dialogue permanent et
à la pondération, afin d’éviter une aggravation
du conflit.
Aïssa Menadi signale qu’il a été chargé par le
patron de la Centrale syndicale en personne
du suivi de ce dossier, mais se désole du peu
d’engagement de la part de la direction du
groupe Sider dans ce conflit, dont elle est
pourtant partie prenante au même titre
qu’ArcelorMittal Algérie, souligne-t-il.
Nous apprenons, par ailleurs, qu’un conseil de
direction exceptionnel a été réuni, hier en début d’après-midi, au siège d’Ampta, afin
d’étudier la situation qui prévaut au sein de
l’entreprise, confrontée à une menace de grève inévitable.
A. ALLIA  

CONGRÈS INTERNATIONAL SUR LA CHIRURGIE LAPAROSCOPIQUE

Plus de 400 cas de grossesse extra-utérine en 2014
en Algérie
a Société algérienne de chirurgie laparoscopique a tenu,
avant-hier, son 7e congrès international à l’hôtel Riadh de SidiFredj (Alger). Ont pris part à cette
rencontre scientifique d’éminents
spécialistes nationaux et internationaux venus de Tunisie, du Maroc,
de Mauritanie, du Sénégal, de France et des États-Unis.
Ce rendez-vous a été ponctué par la
tenue d’une série de tables rondes

L

qui ont traité de plusieurs thèmes.
C’était l’opportunité pour les participants de mettre à profit cette rencontre pour échanger leurs expériences et informations.
Le président de la Société algérienne de chirurgie laparoscopique, le
professeur Bouzid Addad, l’a
d’ailleurs souligné dans son intervention inaugurale, rappelant l’objectif assigné à ce congrès, qui est
d’assurer le développement de la chi-

rurgie laparoscopique et la promotion de la formation et de la
recherche.
Les débats se sont notamment axés
sur la conduite à tenir aux urgences
devant un cas de grossesse extra-utérine avec complications. Un tel cas
nécessite une prise en charge rapide,
surtout s’il y a éclatement de la
trompe de Fallope. Et dans ce
cas, les choses se compliquent
davantage et le risque d’hémorragie

est plus élevé. Pour le professeur
Bouzid Addad, une femme qui
saigne pendant trois heures risque de
mourir.
À ce titre, il y a lieu de signaler, selon nos sources, que pas moins de
400 cas de femmes souffrant de
grossesse extra-utérine ont été enregistrés l’année dernière à travers le
territoire national. Ces cas sont dus
principalement au facteur infection.

Les participants ont vivement recommandé le développement de la
chirurgie cœlioscopique, d’autres
ont insisté sur la nécessité de
codifier le traitement à l’échelle
maghrébine.
Enfin, les participants préconisent la
création d’un registre national des
grossesses extra-utérines, et ce, pour
dégager une stratégie nationale de
traitement de ces cas.
HANAFI H.

UN REPRÉSENTANT DU MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR À BÉJAÏA

Pour le dénouement de la crise à l’APW
e directeur général de la réglementation
et des libertés publiques au ministère de
l’Intérieur et des Collectivités locales est
depuis hier à Béjaïa. L’émissaire du département
de Tayeb Belaïz est venu pour tenter de
dénouer la crise aiguë qui paralyse l’APW de
Béjaïa depuis décembre dernier.
Les élus à l’APW ont été conviés, hier aprèsmidi, à une réunion, en présence du wali, qui
s’est tenue à huis clos à la salle de réception du
siège de la wilaya. Selon quelques indiscrétions,
le représentant du ministre de l’Intérieur a déclaré aux élus présents à l’ouverture de la réunion qu’il est venu les écouter en vue de trouver une solution à la crise latente qui paralyse l’APW.

L

Une
mission
délicate
pour
ce
chargé du ministère de l'Intérieur eu égard aux
interventions des élus des deux camps,
protagonistes. D'un côté, la nouvelle majorité, de l'autre, le président de l’APW et le
groupe minoritaire (FFS), qui campent sur
leurs positions.
En effet, selon notre source, les élus de la nouvelle majorité (24 élus sur 43 qui composent
l’APW) formée par les élus du RCD, du FLN,
du RND et du Forum socialiste se sont
montrés intransigeants dans leurs interventions
respectives.
Même chose pour le président de l’APW, qui
ne veut pas perdre les prérogatives de nommer
les trois vice-présidents.

Pour rappel, l’APW est secouée par une crise
de dysfonctionnement sans précédent depuis
décembre dernier. La nouvelle majorité exige
mordicus le remaniement des membres des
commissions permanentes de l’assemblée et le
changement de ses trois vice-présidents pour
débloquer la situation. Le changement des viceprésidents s’est heurté à la résistance du président de l’APW et de ses anciens vice-présidents. Conséquence, l’Assemblée de wilaya est
restée paralysée.
Et lors des journées de formation au profit des
48 présidents d’APW, tenues à Sétif, au mois de
mars dernier, avec le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, les chefs de groupe de la
nouvelle majorité se sont déplacés à Sétif

pour le solliciter afin d'intervenir pour le règlement de la crise, et ce, dans le respect des
textes régissant l’APW.
C’est ainsi que ce cadre au ministère de l’Intérieur a été dépêché, hier à Béjaïa, pour essayer
de dénouer cette crise. La réunion s’est poursuivie entre le représentant du ministre et les
deux parties en crise à l’APW jusqu’à 19h. Elle
reprendra aujourd’hui à 9h en présence des
chefs des deux camps.
Le représentant du ministre de l’Intérieur et des
Collectivités locales réussira-t-il à débloquer
la situation ? C'est ce que toute la population
espère.
L. OUBIRA

SELON LE MINISTRE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN VISITE À ORAN

“80% des diplômés des CFPA trouvent un emploi”
n visite de travail hier à Oran,
le ministre de la Formation et
de l’Enseignement professionnels, Noureddine Bedoui, a inspecté plusieurs établissements relevant de son secteur, avant d’assister
à la signature d’une conventioncadre entre la Direction de l’emploi
de la wilaya d’Oran et la Seor au siège de cette dernière.
Lors du point de presse, le ministre
a déclaré : “80% des diplômés des

E

CFPA trouvent un emploi. Certes, il
y a des insuffisances que nous devons
régler mais, globalement, nos objectifs sont atteints tout en en fixant
d’autres pour l’avenir. Pour le centre
d’excellence qui prend en charge
la formation dans l’industrie
automobile, surtout avec Renault, le
projet avance lentement mais sûrement.”
En matière d’investissement, selon
le bilan présenté par le directeur de

wilaya du secteur, il ressort
qu’une enveloppe financière de
3 869 211 000 DA au titre du programme PCE (2010-2014) a été dégagée, avec 9 opérations pour le
programme de 2014. Au CFPA d’EsSédikia où la formation de pâtissiers
et cuisiniers connaît un engouement auprès des jeunes, avec beaucoup de perspectives dans le secteur
de l’hôtellerie, le ministre a rencontré les stagiaires et des respon-

sables hôteliers. L’intervention du
DG du Méridien, Emanuel Nasi, a
été suivie avec beaucoup d’attention.
Et ce dernier de déclarer : “Il faut du
marketing pour vendre la destination
Algérie. Regardez ! Vous avez les
meilleures dattes du monde, mais
elles sont vendues par la Tunisie. Il
faut aussi encourager le tourisme
sportif, culturel, de séjour…, sans oublier la participation des agences de
voyages pour les circuits touristiques.”

Et d’ajouter : “Moi, je suis optimiste. Vous avez un grand pays avec plusieurs climats.”
Par ailleurs, note complète au groupe de jeunes trisomiques qui suivent
une formation de cuisinier-pâtissier,
âgés de 19 à 26 ans. Pour Yousef,
le plus âgé du groupe, cette formation peut être porteuse d’un travail
stable.
NOUREDDINE BENABBOU

LIBERTE

Mercredi 29 avril 2015

L’actualité en question

7

ILS NE RÉPONDRAIENT PAS AUX NOUVELLES EXIGENCES DU CAHIER DES CHARGES

9 500 véhicules
interdits d’entrée
Les banques refusent toujours de domicilier l’importation de véhicules.
a grande confusion sur
l’importation de véhicules provoquée par la
non-publication au
Journal officiel de l’arrêté du 23 mars 2015 —
qui stipule que toute voiture importée doit avoir au moins dix équipements de sécurité — a eu des répercussions négatives sur l’activité.
Rien qu’au port de Djen Djen (Jijel),
le principal port de débarquement de
ce type de véhicules, 9 500 sont
bloqués, rapporte un responsable
d’une société de transport et logistique implantée dans la wilaya.
Plus précisément, il s’agit de quatre
bateaux qui sont en rade. Le premier
depuis le 17 avril compte 2 361 véhicules, le deuxième depuis le
20 avril 2 768 véhicules, le troisième
4 400 véhicules et le quatrième depuis le 23 avril 2 748 véhicules.

L

Ils doivent présenter le certificat de
conformité pour pouvoir dédouaner
la marchandise. Or, “ces véhicules ne
sont pas conformes à l’arrêté du
23 mars 2015”, ajoute la même source. Ils ne peuvent donc être introduits en Algérie, si l’on s’en tient à
la lettre ferme adressée par le Premier ministre Sellal au ministre des
Finances, au gouverneur de la
Banque d’Algérie et au ministre de
l’Industrie et des Mines.
En clair, les domiciliations bancaires, qui ont entraîné ces importations, ont été effectuées pendant la
période de flottement, du 23 au
13 avril, au cours de laquelle le texte n’était pas encore publié au Journal officiel.
Elles résultent en partie de commandes effectuées lors du Salon de
l’automobile tenu fin mars 2015.
Cette situation n’est pas sans consé-

quence sur l’économie nationale.
“Les surestaries dues à ce séjour en
rade des bateaux sont de 20 000 à
30 000 dollars par jour et par navire”, confie la même source.
Ces pertes seront assumées par l’armateur car le mode de transport des
véhicules est en CIF, précise-t-il.
Mais celui-ci va répercuter ces nouvelles charges par une augmentation
du coût du fret sur l’Algérie. Encore une fois, ce seront l’État algérien
et les opérateurs qui paieront la
note et seront les victimes collatérales
de ce grand cafouillage.
Un nouveau certificat
de conformité exigé

Quant aux banques, elles refusent
toujours de domicilier ou d’ouvrir
des lettres de crédit pour l’importation des véhicules. Du coup, les
concessionnaires n’importent plus

de véhicules depuis les notes de
l’Association des banques et établissements financiers (Abef) datées des 9 et 13 avril et adressées aux
banques commerciales, leur exigeant que leurs opérations doivent
répondre au cahier des charges du
23 mars.
Comme la situation devient de plus
en plus intenable, les pouvoirs publics ont arrêté une nouvelle décision.
Dans une réunion avec les représentants des banques commerciales,
tenue dimanche dernier, l’Abef a informé les banques de la place sur les
nouvelles règles qui seront appliquées dans les prochains jours pour
débloquer les importations de véhicules, a-t-on appris de source bancaire.
Nature de la décision : un nouveau
certificat de conformité est exigé.

L’importation doit répondre aux
conditions du cahier des charges prévu dans l’arrêté du 23 mars. Le véhicule doit, entre autres, disposer de
dix équipements de sécurité, notamment quatre airbags, l’ABS et
l’ESP.
“Ce certificat de conformité est spécifique à chaque facture d’importation préalablement à sa domiciliation.
Ledit certificat est établi par le ministère de l’Industrie et des Mines.”
Voilà donc précisées les nouvelles
modalités d’importation des véhicules. Mais on aurait pu éviter ces répercussions négatives et ces surcoûts si on avait ordonné ces changements.
Ainsi, l’État et le contribuable vont
devoir encore payer pour cette mauvaise gestion du dossier.
K. REMOUCHE

EN VISITE OFFICIELLE DE DEUX JOURS À PÉKIN

Sellal appelle les investisseurs chinois
à s’impliquer davantage en Algérie
Algérie a lancé, hier, à Pékin, un appel
aux investisseurs chinois à s’impliquer
davantage dans la réalisation des programmes et projets structurants dans le pays,
soulignant son attachement pour le partenariat stratégique global avec ce géant économique asiatique.
En lançant cet appel lors du forum algéro-chinois, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal,
a surtout voulu souligner la nécessité de
transcender la dimension commerciale qui caractérise les relations bilatérales vers un partenariat mutuellement bénéfique pour les
deux pays.
Il s’agit, en fait, de traduire au niveau économique “la convergence dans l'approche politique” autour “des enjeux et défis inhérents aux
mutations du monde actuel”, a clairement af-

L’

firmé le chef de l’Exécutif. Cette convergence
sera appelée à se poursuivre, en juin prochain,
par la visite en Chine du président du Conseil
de la nation, a-t-il affirmé dans ce sillage.
Pour autant, le Premier ministre devait argumenter son appel aux investisseurs chinois, en
énumérant les potentialités dont dispose l’Algérie, notamment le plan quinquennal 20152019.
“Lequel plan, a-t-il expliqué, recèle de multiples
opportunités pour nouer de partenariats gagnant-gagnant avec les opérateurs économiques algériens dans la construction de logements, d'infrastructures de base ainsi que dans
les domaines de l'industrie, de l'agriculture, du
tourisme, de l'énergie, des technologies de l'espace, du numérique et de la formation.”
Il a relevé que l'Algérie peut, également,

“constituer une plateforme opérationnelle pour
les investisseurs chinois souhaitant élargir
leurs activités et pénétrer les marchés arabe, africain et méditerranéen”.
Abordant ensuite sa visite en Chine, la première du genre pour un Premier ministre algérien, Sellal a indiqué qu’elle lui offre l'opportunité de renouveler l'expression de l’“entière satisfaction” des hautes autorités algériennes quant à la qualité du développement
des relations bilatérales fondées, “dès la première heure, sur la solidarité et l'amitié actives
entre les deux peuples”.
Pour sa part, le ministre de l’Industrie, Abdeslam Bouchouareb, en soulignant l’importance de ce forum algéro-chinois, l’a résumée
dans ce triptyque symbole  : “La vitalité des
deux économies” ; “La volonté partagée de

construire des relations économiques durables” ; “La confiance ancrée en un avenir prometteur”.
Outre le forum d’affaires algéro-chinois qu’il
a coprésidé avec son homologue chinois,
M. Sellal, qui était accompagné d’une importante délégation composée de membres du
gouvernement et d’opérateurs économiques,
a reçu des dirigeants de quatre grandes entreprises chinoises activant dans les domaines
de la construction, de la fabrication d'équipements de travaux publics, de l'engineering
et de l'agriculture.
Sa visite sera, également, sanctionnée par la signature de plusieurs accords de coopération
dans divers domaines, dont le montant n’a pas
été rendu public.
AMAR R.

PERFORMANCES DE L’OFFICE NATIONAL DE L’ASSAINISSEMENT (ONA) ENTRE 2007 ET 2014

Une gestion efficace et… saine
efficiente gestion de l’Office
national de l’assainissement
(Ona) depuis l’année 2007 a
valu à la direction générale un bilan
des plus positifs. La stratégie adoptée a fait que la quasi-totalité des signaux sont au vert. Les statistiques
avancées par la DG de l’Ona entre
2007 et 2014 révèlent une évolution
considérable en termes de réalisations. Tous les chiffres plaident en faveur du DG, en l’occurrence Karim
Hasni qui, il faut le reconnaître, a réalisé une véritable révolution au sein
de l’office depuis le jour où il a pris
les commandes de cet Epic. Le processus d’exploitation a connu, ainsi,
grâce à un investissement soutenu et
maîtrisé, une croissance remarquable. De 2007 à 2014, le nombre de
stations d’épuration (Step) est passé
de 46 à 109, soit une hausse de
200%. L’on dénombre 353 stations de
relevage en 2014 contre 191 en 2007.
D’ici à la fin de l’année 2015, le réseau

L’

d’assainissement sera étoffé et couvrira la totalité des communes, soit
1 418, en dehors de celles déjà rattachées aux filiales. Ce qui donne un
linéaire du réseau de 38  830 kilomètres en 2014 alors qu’il était de
22  416 km, sept ans auparavant,
soit un taux de prise en charge de
88%. Le volume d’eau épurée a atteint 175 millions de m3 contre
53 millions de m3. C’est grâce à l’approche managériale novatrice suivie
par l’équipe dirigeante de l’Ona que
les deux mégaprojets chers au président de la République, à savoir, la
remontée des eaux souterraines dans
les wilayas d’El-Oued et d’Ouargla,
ont été achevés avec brio au grand
bonheur des populations. Les pénibles difficultés rencontrées dans la
mise en œuvre de tous ces projets
complexes ont été transcendées et
servent actuellement de cas d’école
au personnel dans le centre de formation de l’office à Boumerdès. Cet-

te riche expérience et la recherche
d’une organisation meilleure, ont
poussé la DG à lancer une réflexion
pour une filialisation de l’office.
D’où la décision de créer la filiale
Ona/Handassa qui devrait s’associer
et/ou se substituer aux bureaux
d’études étrangers à la suite de leur
défection, eux qui, recourent souvent
à la sous-traitance locale. “Pour 24
projets, ces bureaux d’études ont
transféré la contre-valeur en devises
de 1,7 milliard de dinars”, déplorent
les rédacteurs du bilan présenté à
l’occasion du 14e anniversaire de la
création de l’Ona qui coïncide avec
le 21 avril.
Les deux autres filiales Baht et Indimej s’occuperont respectivement de
la recherche et l’intégration dédiée à
l’assainissement. Toutefois, en dépit
de ces résultats, des rumeurs font état
ces derniers jours du remplacement
du DG. Deux candidatures ont été à
ce propos, envoyées au Premier mi-

nistre. Interrogé à ce sujet, M. Hasni confirme l’existence d’une telle rumeur. “J’ai appris effectivement comme tout le monde cette nouvelle.
Pour l’instant, je ne suis pas informé.
Si cela s’avère vrai, j’estime que la manière suivie est inélégante et entachée
d’un manque de transparence, voire
d’un mépris à mon égard”, déploret-il. Il serait, paraît-il, désigné au poste d’inspecteur. “De par les bons ré-

Communiqué

sultats de ma gestion, si je ne bénéficie pas d’une promotion digne de ce
nom, j’appellerai cela un limogeage
déguisé. Et dans ce cas, je préfère rentrer chez moi. Je ne suis pas un cas social. C’est non seulement le secteur qui
perdra, dès lors, un cadre mais toute l’Algérie”, avoue, en toute sérénité, le DG qui affiche un sentiment du
devoir accompli…
BADREDDINE KHRIS

■ Maghreb Leasing Algérie (MLA) a réussi sa première opération
d’émission d’un emprunt obligataire sur le marché financier algérien.
L’établissement financier spécialisé dans le crédit-bail, installé en
Algérie depuis 2006, a pu souscrire, le 29 mars 2015, son premier emprunt
obligataire institutionnel de 2 milliards de dinars sur 5 ans avec un taux
d’intérêt progressif et un amortissement annuel au taux de 20%.
Cet emprunt a été rendu possible avec le concours de la BNP Paribas ElDjazaïr, en sa qualité d’intermédiaire en Bourse, et grâce à la garantie de
deux grandes banques le CPA et la Cnep Banque.
Cette opération, première du genre au niveau du secteur du leasing, a été
une réussite totale avec un taux de souscription de 123%. La réussite de
cet emprunt va conforter MLA dans ses missions d’accompagnement et
de financement de la PME/PMI algérienne.

8

Mercredi 29 avril 2015

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LʼENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

AVIS DʼAPPEL DʼOFFRES NATIONAL
RESTREINT N°01/2015
Numéro dʼidentification fiscale (NIF) : 408020000000082

Le ministère de lʼEnseignement Supérieur et de la Recherche
Scientifique lance un avis dʼappel dʼoffres national restreint ayant pour
objet :
LA RÉHABILITATION DU SIÈGE DU MINISTÈRE DE LʼENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE,
réparti en dix (10) lots :
LOT N°1 : ÉTANCHÉITÉ SOUS CARRELAGE DES BLOCS
LOT N°2 : PEINTURE SANITAIRES
LOT N°3 : ÉTANCHÉITÉ TERRASSES
LOT N°4 : RÉAMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS
LOT N°5 : PEINTURE BLOCS
LOT N°6 : MUR DE CLÔTURE ET POSTE DE GARDE
LOT N°7 : PORTAIL COULISSANT ET STOP CAR
LOT N°8 : AMÉNAGEMENTS EXTÉRIEURS
LOT N°9 : ABRIS DE VÉHICULES
LOT N°10 : RÉHABILITATION DE LA SALLE DʼARCHIVES
Les soumissionnaires intéressés par le présent avis peuvent retirer le
cahier des charges auprès du :
MINISTÈRE DE LʼENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA
RECHERCHE SCIENTIFIQUE
11, Chemin Doudou Mokhtar, Ben Aknoun, Alger
Direction du Budget, des Moyens et du Contrôle de Gestion
Bloc C, 2e étage, bureau n° C38
et cela, après paiement dʼune somme de deux mille (2 000,00 DA) non
remboursable auprès du régisseur de lʼadministration centrale/Direction
du budget, des moyens et du contrôle de gestion/MESRS.
Les offres doivent comporter une offre technique et une offre financière.
Chacune des offres technique et financière, accompagnée des documents exigés, doit être insérée dans une enveloppe à part, fermée et
cachetée, indiquant la référence et lʼobjet de lʼappel dʼoffres ainsi que la
mention «technique» ou «financière», selon le cas, conformément aux
dispositions du cahier des charges. Les deux enveloppes sont mises
dans une autre enveloppe, fermée, anonyme et comportant la mention
suivante :
SOUMISSION À NE PAS OUVRIR
AVIS DʼAPPEL DʼOFFRES NATIONAL RESTREINT N°01/2015
PORTANT SUR LA RÉHABILITATION DU SIÈGE DU MINISTÈRE
DE LʼENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE
SCIENTIFIQUE

LIBERTE

DIRECTION GENERALE DU RÉSEAU
ET DES SYSTÈMES DE PAIEMENT
DIRECTION DU RÉSEAU

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL
ET INTERNATIONAL RESTREINT
N°12/BA/DGRSP/DR/SM/2015
La Banque d’Algérie lance un appel d’offres national et international restreint pour l’acquisition de
2 500 ROULEAUX DE FEUILLARD EN POLYPROPYLÈNE POUR MACHINES
CERCLEUSES DE BILLETS DE BANQUE

L’appel d’offres ne s’adresse qu’aux seules sociétés spécialisées dans la fabrication ou la vente de ce
type de matériel (société de fabrication ou société de commercialisation dûment agréée par un fabricant).
Les sociétés désirant concourir sont invitées à retirer le dossier d’appel d’offres y afférent à l’adresse
mentionnée ci-dessous, sur présentation d’une demande de retrait et d’une copie de l’agrément délivré
par le fabricant (exigé uniquement pour les sociétés de commercialisation), moyennant la somme de
deux mille dinars (2 000 DA) :
Banque d’Algérie
Direction Générale de l’Administration des Moyens
Direction des Moyens Généraux
Service des marchés
206, rue Hassiba Ben Bouali, Alger
L’offre technique et l’offre financière doivent être cachetées dans des enveloppes séparées, mises
ensemble sous double enveloppe fermée et cachetée. L’enveloppe extérieure doit être anonyme et ne
porter que la mention suivante :
APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL RESTREINT
N° 12/BA/DGRSP/DR/SM/2015
ACQUISITION DE 2 500 ROULEAUX DE FEUILLARD EN POLYPROPYLÈNE POUR
MACHINES CERCLEUSES DE BILLETS DE BANQUE
“A NE PAS OUVRIR”
L’offre technique doit impérativement contenir une caution bancaire de soumission d’un montant équivalent à un pour cent (1%) du montant de l’offre toutes taxes comprises.
Les offres doivent être déposées à l’adresse suivante :
BANQUE D’ALGÉRIE
SECRÉTARIAT PERMANENT DES COMMISSIONS DES MARCHÉS

Siège de la Banque d’Algérie sis au 08, Boulevard Zighoud Youcef, Alger, 4e étage, bureau n°216
La date limite de dépôt des offres est fixée au lundi 25/05/2015 à 16h.
Les soumissionnaires souhaitant assister à la séance d’ouverture des plis sont invités à se présenter au
siège de la Banque d’Algérie sis au 08, Boulevard Zighoud Youcef, Alger le mardi 26/05/2015 à
compter de 10h.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres cent vingt (120) jours à compter de la date limite de dépôt des offres fixée ci-dessus.
ANEP N° 320 467 Liberté du 29/04/2015

a)- Contenu du pli de lʼoffre technique :
1)- Une déclaration à souscrire (à remplir selon le modèle joint au cahier
des charges)
2)- Une déclaration de probité (à remplir selon le modèle joint au cahier
des charges)
3)- Une lettre de présentation du soumissionnaire
Pour lʼintégralité des pièces exigées, il importe de se référer à lʼarticle 13
du cahier des charges, relatif aux documents constitutifs de lʼoffre.
b)- Contenu du pli de lʼoffre financière :
1)- La soumission à remplir selon le modèle du cahier des charges
2)- Le bordereau des prix unitaires dûment signé par le soumissionnaire
3)- Les détails quantitatifs et estimatifs dûment signés par le soumissionnaire
Les soumissionnaires intéressés par le présent avis peuvent soumissionner pour un ou plusieurs lots.
Les offres doivent être déposées à lʼadresse sus-citée.
La durée de préparation des offres est fixée à vingt et un (21) jours à
compter de la date de la première publication de lʼavis dʼappel dʼoffres
dans le Bulletin officiel des marchés de lʼopérateur public (Bomop) ou
dans la presse.
La date de dépôt des offres correspond au dernier jour de préparation
des offres et lʼheure limite est fixée à midi (12h).
Lʼouverture des plis se fera le même jour de dépôt des offres en séance
publique à quatorze heures (14h) au niveau de la salle de conférence du
ministère de lʼEnseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pour la durée
de préparation des offres, augmentée de trois (03) mois, à partir de la
date de dépôt des offres.
ANEP N° 320 670 Liberté du 29/04/2015
ANEP N° 206 794 Liberté du 29/04/2015

LIBERTE

Supplément Économie 9

Mercredi 29 avril 2015

SANTÉ FINANCIÈRE DE L’ALGÉRIE

TOUS LES SIGNAUX
SONT AU ROUGE

Louiza/Archives Liberté

es chiffres du Cnis du 1er trimestre 2015 donnent la mesure de la dégradation de la situation financière du pays. La
balance commerciale est déficitaire pour cette période, ce
qui n’était pas arrivé depuis plus de dix ans. Même topo pour
la balance des paiements. Les réserves en devises sont en train
également de fondre.
Pendant que se détériore progressivement notre situation financière, la riposte du gouvernement est sans commune mesure avec la gravité de la crise. Tout se focalise sur la rationalisation des importations : licence d’importation, exigence d’un
nouveau certificat de conformité pour les véhicules. Mais ces
mesures tardent à se concrétiser sur le terrain. Il faut s’attendre
à leur application au 2e semestre 2015, du moins qu’elles produisent leur plein effet durant la deuxième moitié de l’année
en cours.
Tel est également le cas de la loi de finances complémentaire
qui sera promulguée vraisemblablement en juin ou juillet 2015
et qui marquera sans doute la finalisation du plan anticrise.
Plus de dix mois après la chute des prix du pétrole, on aura donc
fait l’économie, d’une part, de la barrière des normes pour rejeter les produits non conformes et contrefaits et donc réduire les importations et, d’autre part, des arbitrages dans les dépenses de l’État. On aura donc également fait l’économie d’afficher le plan quinquennal 2015-2019 qui donnera la mesure de
notre capacité à poursuivre notre développement en période
de vaches maigres.

L

Les paradoxes
en temps de crise
PAR K. REMOUCHE

k.remouche@gmail.com

Il est clair que sans changements profonds dans l’orientation de notre économie, nos réserves de change risquent de
se rétrécir comme une peau de chagrin et, donc, de nous priver de la possibilité de renforcer notre économie et de répondre aux besoins de la population à partir de 2019.
En attendant, le gouvernement temporise sur le plan budgétaire, en faisant la sourde oreille, s’agissant de réduire le
train de vie de l’État en vue de desserrer l’étau budgétaire
et en termes de redressement de l’appareil productif et de
ré-industrialisation à travers les lenteurs à libérer l’initiative privée, à améliorer le climat des affaires, à favoriser notamment l’accès au foncier et au financement bancaire.
Ces tergiversations vont sans doute se payer à travers une
aggravation de la crise dès 2016 si les prix du pétrole continuent leur chute. Le gouvernement sera alors au pied du mur,
obligé de recourir à des mesures plus douloureuses qui seront mal acceptées par la population. Le glissement du dinar, la hausse des prix, l’augmentation du chômage, qui les
assumera ?
Qui calmera alors la colère du peuple habitué à la mauvaise gestion des deniers publics, à un injuste partage du fardeau et à un train de vie ostentatoire à la tête de l’État ? Il
est clair que si dès maintenant, nous ne prenons pas les mesures adéquates, la situation deviendra dangereuse pour la
stabilité du pays.

10 Supplément Économie

Mercredi 29 avril 2015

LIBERTE

TOUS LES SIGNAUX SONT AU ROUGE
ÉQUILIBRES FINANCIERS DE L’ALGÉRIE

Ça se corse
Les premiers mois de l’année n’augurent rien de bon pour l’économie nationale.
n effet, l’effondrement des cours du pétrole a pesé clairement sur la balance
commerciale de l’Algérie. Il est vrai que
les importations ont baissé durant le premier trimestre 2015, s’établissant à hauteur de 13,04 milliards de dollars, contre
14,34 l’année passée, soit une baisse de 9,06%. Mais
rapporté aux 11,31 milliards
Par : SAID SMATI de dollars d’exportation,
l’Algérie n’a pu couvrir que
87% des importations. L’Algérie importe plus qu’elle n’exporte. L’enseignement à tirer de ces chiffres est
que, en une année, le pays est passé d’une situation
excédentaire à une situation déficitaire.
Outre le déficit qui est en train de se creuser, les réserves de change ne sont pas au mieux. Alors que le
pays était assis il y a encore quelques mois sur près
de 194 milliards de dollars, la fin de l’année 2014 a
marqué un affaissement avec un chiffre tournant au-

E

LES PRÉVISIONS DU FMI

■ Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé,
dans son rapport d'avril 2015 sur les perspectives de
l'économie mondiale que le solde extérieur courant
de l'Algérie devrait baisser fortement, passant de 4,3% du PIB en 2014 à -15,7% en 2015 pour redescendre
à -13,2% en 2016. Par ailleurs, le Fonds prévoit une
hausse des prix à la consommation (inflation), qui
passerait de 2,9 en 2014 à 4% en 2015 et 2016. Le
chômage devrait, lui aussi, augmenter légèrement,
indique le FMI. Estimé à 10,6% en 2014, le taux
passerait respectivement à 11,8% en 2015 et 11,9% et
2016.

POUR LA PREMIÈRE FOIS
DEPUIS PLUS
DE DIX ANS

Balance
commerciale
déficitaire

Liberté

Vers une hausse des prix
et du chômage

tour de 179 milliards. Autre
dommage de la décrue des recettes des hydrocarbures, le
Fonds de régulation des recettes
commence à fondre. La situation
ne va sûrement pas s’améliorer
puisque selon la loi de finances
2015, le FRR devra financer cette année une grande part du déficit du Trésor public.
Au rythme où vont les dépenses
de l’État, le FRR sera totalement épuisé en deux ans au
plus, prédisent certains économistes. Une situation qui affectera directement les équilibres
macroéconomiques et les transferts sociaux prévus à 1711,7
milliards de dinars, soit 20%
du budget de l’État. Il sera également question de résoudre la
problématique des ressources
financières à allouer pour programme d’investissement de
262 milliards de dollars annoncé pour 2015-2019.
Au vu de la baisse de ses recettes extérieures et de la
hausse de ses dépenses internes, l’Algérie commence à inverser sa courbe d’accumulation de réserves de
changes, accentuant par là même les risques d’un retour plus rapide à des situations d’endettement.
Il faut dire que l’Algérie n'a pas profité de l'embellie
financière de la longue période du baril fort pour diversifier son économie et réduire la tendance boulimique des importations. La situation financière du

Les finances publiques ne prévoient pas un avenir économique radieux.

pays se dégrade très rapidement à tel point que plusieurs observateurs craignent que d’ici la fin de l’année ou la fin du premier semestre 2016, l’économie
du pays se retrouve très mal en point.
Au-delà de la nécessité de rationaliser les importations
et les dépenses publiques, l’Algérie est tenue de
trouver un autre modèle de croissance qui ne soit pas
dépendant des marchés des pétroliers.
S. S.

■ La balance
commerciale de
l’Algérie a enregistré un
déficit de 1,73 milliard
de dollars durant le
premier trimestre de
l’année en cours, contre
un excédent de 1,83
milliard de dollars à la
même période de 2014.
Selon le Centre national
de l’informatique et des
statistiques (CNIS) des
Douanes algériennes,
l’Algérie a perdu 5
milliards de dollars en
exportations avec la
chute du prix du baril.
Si l’année dernière, au
premier trimestre, les
exportations
d’hydrocarbures ont
rapporté au pays 15,56
milliards de dollars,
cette année le chiffre
s’établit à 10,62 (sur les
11,31 représentants les
exportations globales,
hydrocarbures et hors
hydrocarbures).

ABROGATION DU 87 BIS, UNE DÉCISION À ENJEU FINANCIER

Sera-t-elle applicable en 2016 et 2017 ?
Des catégories salariales pourraient être pénalisées.
n ces temps de vaches maigres, l’enjeu
financier découlant de la suppression de
l’article 87 bis est colossal pour l’État,
l’abrogation de cette disposition va augmenter les dépenses de
Par : YOUCEF SALAMI fonctionnement
de l’État. À l’évidence, cela ne sera pas sans conséquence sur
la future politique budgétaire à tenir : en augmentant considérablement son budget de
fonctionnement (les salaires atteignent près de
29% du budget), l’État a réduit ses marges de
manœuvre budgétaires, ainsi que l’explique
Zoubir Benhamouche, économiste. Il faut
mesurer l’enjeu financier pour l’État, dans un

E

contexte de baisse de revenus du pays et de
hausse importante des dépenses, a-t-il dit. Le
87 bis a été supprimé, en septembre 2014. Le
décret qui s’y rapporte a été rendu public, il y
a une semaine. Et, la décision d’abrogation de
cette disposition entrera en vigueur en juin
prochain, avec effet rétroactif. Le gouvernement avait pris cette mesure en situation
d’aisance financière. 
Ne pouvant pas se déjuger, il va honorer ses
engagements relatifs à l’annulation du 87
bis. Mais pour 2016-2017, cela dépendrait évidemment de la santé financière du pays.
L’abrogation du 87 bis dont la mise en application s’étalera sur trois ans, entraînerait une

incidence financière de l’ordre 2 400 milliards
de DA, selon des estimations établies par l’UGTA. Si les ressources financières du pays
s’amenuisaient, l’application de cette disposition pourrait cependant ne pas être étendue
à d’autres catégories salariales. Cela fait un moment qu’on discute du 87 bis, il faut quantifier l’incidence financière. Et j’imagine que des
simulations ont été faites, à ce sujet, souligne
Zoubir Benhamouche, économiste.
L’abrogation du 87 bis, décidée en tripartite,
en septembre 2014, permet une revalorisation
salariale, qui va profiter, en théorie du moins,
à pas moins de quatre millions de travailleurs
de différentes catégories (1,2 million relevant

de la Fonction publique et 3 millions des secteurs économiques public et privé). Tous
ceux-là y auront droit, mais pas tous en
même temps.
Les basses catégories seront prioritaires. Beaucoup de choses ont été dites et écrites à propos de cette disposition qui s’est invitée dans
des débats d’experts qui ont essayé d’en démêler les principaux éléments.
Le salaire national minimum garanti, prévu à
l’article 87, comprend le salaire de base, les indemnités et primes de toute nature à l’exclusion des indemnités versées au titre de remboursement de frais engagés par le travailleur.
Y. S.

APRÈS 10 MOIS DE BAISSE DES PRIX DU PÉTROLE

Le plan anti-crise
n’est pas totalement finalisé
D

éficit de la balance commerciale, déficit de la balance des paiements, baisse des
réserves de change au cours du premier trimestre
Par : K. R.
2015, autant de
signes de la dégradation de la situation financière
du pays. Une conséquence de l’absence de décisions prises à temps
pour inverser la tendance. Le processus de chute des prix du pétrole
a commencé en juin 2014, les prix

ont connu une baisse très importante
en octobre et novembre 2014, il a fallu attendre fin décembre 2014 pour
qu’un Conseil des ministres esquisse un plan anti-crise qui devait être
finalisé fin mars 2015. Un mois plus
tard, ce plan n’est pas totalement bouclé. On a prévu un levier dans le volet rationalisation des importations
l’institution de licences d’importation
mais on n’a pas encore fixé la liste des
produits éligibles et les quantités à
importer chaque année. En clair, si

nous produisons localement 20%
d’un bien, on ne devra importer
que le restant. On devait également
définir les filières où on peut rapidement comprimer leurs importations On n’a pas encore finalisé ce
travail. Le second levier est le retour
au crédit à la consommation pour les
produits fabriqués localement en
vue d’encourager la production locale. Ce mécanisme de prêt destiné
aux ménages doit être opérationnel
en juin prochain. La série de me-

sures pour réduire les importations
et encourager la production sera
appliquée donc au second semestre
2015. Ses fruits seront perceptibles
véritablement à partir de l’année de
l’année 2016, d’autant que deux tiers
de nos importations constitué de
biens d’équipements, demi-produits
et biens de consommation indispensables sont incompressibles.
Il est paradoxal que, dans cette situation, le levier des normes ne soit
utilisé alors qu’ une bonne partie de

nos importations sont constitués de
biens non conformes aux normes internationales ou contrefaits qui peuvent porter atteinte à la santé ou la
sécurité des citoyens, alors qu’on
peut, sur ce volet, réduire nos importations d’au moins 10 milliards de
dollars.
Résultat des courses, la situation financière de l’Algérie va continuer à
se dégrader au second semestre
2015.
K. R.

LIBERTE

Supplément Économie 11

Mercredi 29 avril 2015

TOUS LES SIGNAUX SONT AU ROUGE
ZOUBIR BENHAMOUCHE, ÉCONOMISTE, À “LIBERTÉ “ 

Le pays dispose de “peu de marges
de manœuvre”
Zoubir Benhamouche, économiste, estime, dans l’entretien qui suit, qu’il y a matière à pessimisme
dans la politique financière du pays. Il ajoute que l’avenir est plutôt “préoccupant”.

D. R.

Liberté : Comment appréciez-vous la situation financière du pays, aujourd’hui ?   
Zoubir Benhamouche  : Au premier trimestre 2015, les exportations ont baissé de
30% en valeur, les
Entretien réalisé par : importations ont
YOUCEF SALAMI augmenté d’un peu
plus de 9%, engendrant un déficit commercial d’un peu moins
de deux milliards de dollars. À court terme,
les marges du gouvernement pour réduire le
déficit commercial sont quasi nulles. Le budget de l’État reposant à près de 60% sur la fiscalité sur les hydrocarbures, l’impact de la
baisse des cours du pétrole est immédiat et
important.
Le Fonds de régulation des recettes (FRR) est
naturellement ponctionné depuis quelque
temps en raison d’un déficit budgétaire
important, et devrait tomber à environ 27%
du PIB en 2015.
En augmentant énormément son budget de
fonctionnement et les transferts (plus de 30%
du budget en 2014), l’Etat a réduit les moyens
dont il dispose pour réagir, et gérer son budget en temps de crise.
C’est d’autant plus vrai que la situation politique et sociale limite réellement les capacités
de l’État à réformer les finances publiques.
À cela, il faut ajouter la situation financière
du secteur public (banques et entreprises
publiques), qui est la partie invisible de “l’iceberg financier”.
Enfin, l’incertitude politique et la baisse de
nos exportations exercent une pression à la
baisse sur le dinar, et engendre vraisemblablement une fuite de capitaux.
Des pressions inflationnistes se font sentir,
sans effet positif à court terme sur l’économie, puisque l’Algérie exporte moins de
800 millions de dollars hors hydrocarbures.
Je dirais que sans une thérapie de choc dans
quelques domaines clés, l’avenir est plutôt
préoccupant.

Le pays aura-t-il de la marge, si les cours du
pétrole continuent à baisser, au-delà de
2015 ?
En théorie, dans un monde où l’Algérie serait
dotée d’institutions “différentes”, il existerait
des marges de manœuvre. Dans l’état actuel
du cadre politique et institutionnel, le pays
dispose de peu de marges de manœuvre.
J’insiste sur le fait que la contrainte est institutionnelle, pas financière, du moins à court
et moyen terme.
Des coupes budgétaires douloureuses sontelles nécessaires, en pareil contexte ?
L’État n’a ni l’autorité ni la crédibilité nécessaire pour réaliser des coupes budgétaires.
Qui plus est l’heure est aux réformes profondes, pas à une simple réduction des
dépenses. Le pire qui puisse arriver est que la
baisse des revenus issus des hydrocarbures
soit perçue comme temporaire. Dans ce cas,
la tentation serait grande de ne pas rationnaliser les finances publiques et mener des

réformes pour au contraire attendre que les
revenus augmentent. Le pays pourrait même,
dans une telle optique, recourir à la dette
pour lisser le choc négatif sur les revenus.
Bien sûr, pour le moment le recours à la dette
n’est pas nécessaire. Même si la solution ne
réside pas dans simplement une baisse des
dépenses publiques, celle-ci est souhaitable
dans un certain nombre de domaines. Il
s’agit, par exemple, des subventions directes
et indirectes. Pour les réduire, il faut repenser
la dépense publique, dans un souci d’efficacité. Les subventions alimentaires ne représentent pas plus de 1,5% du PIB (ce qui est déjà
beaucoup en soi), mais le gros est dans les
subventions énergétiques et les subventions
aux entreprises publiques. Pour réduire ces
dernières, il faut repenser leur fonctionnement, leur rôle dans le développement du
pays. Je donne cet exemple pour illustrer
l’idée qu’on ne peut réduire les dépenses sans
mener en parallèle, et même en amont, des
réformes de structure. Globalement, ce qu’il
faudrait faire, c’est mener des réformes qui
permettent d’accroître l’efficacité de la
dépense publique et son impact sur le développement : un dinar de plus dépensé doit
notamment conduire à créer davantage d’entreprises, d’emplois, et augmenter les capacités des plus nécessiteux à se prendre en main.
Le gouvernement prévoit 13 milliards pour
relancer l’industrie, ce qui est plus que la part
de l’industrie dans le PIB ! On est encore et
toujours dans une logique de dépense, alors
que le sujet n’est absolument pas là.
Comment analysez-vous le financement de
l’investissement public en temps de crise ?
L’État sera-t-il contraint de mettre en
veilleuse des projets d’investissement ?
La croissance étant essentiellement tirée par
l’investissement public, le réduire drastiquement n’est en aucun cas une solution. Pour
autant,  il faut sortir du tout “investissement

public”, l’investissement privé demeure
encore faible. L’État doit, d’une part s’appuyer sur l’épargne privée pour financer ses
projets, d’autre part penser les projets d’investissement dans un souci d’avoir le maximum d’impact sur le développement du secteur privé. Les investissements passés ont
insuffisamment profité à l’économie nationale, et notamment l’industrie (l’élasticité du
PIB aux dépenses publiques est la plus faible
de la région MENA). Il y a beaucoup de
mesures à prendre, comme revoir la commande publique, dimensionner les projets
d’investissement pour que les entreprises
nationales puissent y répondre, inciter à la
création de joint-ventures entre entreprises
étrangères et entreprises algériennes pour les
marchés publics (en pensant notamment au
transfert technologique), etc. Bien sûr, c’est
sans oublier les réformes de structure qui
doivent être menées pour permettre au secteur privé de se développer (notamment le
climat des affaires et le secteur bancaire).
Le financement des projets doit se faire
davantage dans le cadre de partenariats
public-privé. Un exemple, en combinant
épargne privée et investisseurs on aura le
financement de la construction du logement
social. L’État pourrait mettre en place un produit d’épargne correctement rémunéré, et
orienter les fonds collectés vers la construction de logements. En parallèle, il peut s’entendre avec les investisseurs privés pour
qu’ils puissent construire des logements
selon des normes bien établies, à des prix
fixés, en jouant sur le prix du foncier.  Pour
conclure, je reste persuadé que le problème
n’est pas dans les “solutions techniques”. Le
problème réside fondamentalement dans les
institutions. La réforme de la gouvernance
publique est un prérequis majeur, sans cela
point d’espoir possible d’une réaction des
pouvoirs publics à la hauteur des défis auxquels l’Algérie fait face.

CONSÉQUENCES DU CHOC EXTERNE 

Vers des ressources bancaires plus rares 
La chute des exportations du pays consécutive à la baisse des prix du baril de pétrole aura-t-elle des répercussions sur l’activité
bancaire ? Est-ce qu’on pourrait passer de la situation d’excès de liquidités bancaires des dernières années à celle d’une raréfaction
des ressources bancaires, en un mot à un problème de liquidité bancaire ?
ette préoccupation n’est pas complètement absente de
la dernière publication de la Banque d’Algérie qui
relève très laconiquement dans la note de conjoncture
publiée en mars dernier que “dans le nouveau contexte marqué par le choc externe qui pourrait affecPar : HASSAN ter leurs ressources à court terme, les
HADDOUCHE banques doivent développer les moyens
d’action à terme par la promotion de produits financiers attractifs conjuguée à des rendements réels
appréciables”. En clair, chercher à attirer l’épargne des particuliers et des entreprises grâce à de nouveaux produits et des
taux d’intérêt plus élevés pour faire face à une réduction prévisible des dépôts du secteur des hydrocarbures.

C

Les banques publiques au secours du Trésor

Cette situation d’excédents de liquidités pourrait ne pas
durer. Conjuguées à une réduction prévisible des dépôts du
secteur des hydrocarbures, les ressources des banques
devraient en effet être également sollicitées par de nouveaux
emplois . “Je vous le confirme, le système financier algérien est
solide”, soutenait récemment avec beaucoup d’assurance le
délégué général de l’ABEF, M. Abderrezak Trabelsi. Pour
preuve, il rappelait la mise en œuvre récente d’ une politique
monétaire destinée à réduire l’excès des liquidités bancaires,
“estimées encore il y a peu à 2 900 milliards de DA”. Celle-ci

a été conduite grâce au financement bancaire de programmes économiques naguère budgétisés. M. Trabelsi
mentionnait, à titre d’exemple, la Sonelgaz qui doit bénéficier de 1 400 milliards de DA pour financer ses investissements dans de nouvelles centrales électriques et les programme de logements AADL et LPP financés par les banques à
hauteur de 1 060 milliards de DA. Depuis la fin de l’année
2011, en vue d’ utiliser leurs ressources financières excédentaires, les banques commerciales publiques sont ainsi sollici-

tées massivement par l’État, qui est leur actionnaire unique,
pour financer les investissements réalisés dans les infrastructures économiques et sociales, en lieu et place du Trésor
public, qui assurait encore presque exclusivement ce rôle jusqu’à une période récente. D’où les dernières décisions qui ne
concernent pas seulement la Cnep et le CPA, mais qui affectent en réalité l’ensemble des banques publiques à travers la
pratique des “crédits syndiqués”.
H. H.

FINANCEMENT DE L’INVESTISSEMENT

Le gouvernement sur la corde raide
■ Face à la morosité des prix du pétrole et
à l’absence d’une économie de
substitution, le gouvernement est plus
que jamais sur une corde raide. La
raréfaction des ressources extérieures
induite par la chute des prix des
hydrocarbures plane.
Il est, aujourd’hui, clairement établi que
les réserves de change fondent et que les
déficits du Trésor risquent de se creuser
encore plus. Comme d'autres pays
pétroliers, l'Algérie est contrainte de revoir

sa copie alors que l'or noir et le gaz lui
assurent plus de 95% de ses recettes à
l'exportation. Dans les colonnes d’un
confrère, le délégué général de
l'Association professionnelle des banques
et établissements financiers (Abef),
Abderrazak Trabelsi, a affirmé que les
banques ne sont plus en situation de
surliquidités. À en croire l’Abef, l'État ne
peut plus faire supporter à son budget les
grands investissements. La raréfaction des
ressources et la situation de déficit du

Trésor public, ainsi que le recours de plus
en plus accru aux avoirs du Fonds de
régulation des recettes obligent le
gouvernement à chercher des substitutifs
au budget de l’Etat pour le financement
de l’investissement public. Par ailleurs,
l’objectif défini par le gouvernement
d'opérer la mue de l'économie nationale
vers la production et la création de
richesses pour réaliser une croissance
annuelle de 7%, complique l’exercice.
S. S.

12 Supplément Économie

Mercredi 29 avril 2015

LIBERTE

TOUS LES SIGNAUX SONT AU ROUGE
POLÉMIQUE LOIN DES PRÉOCCUPATIONS CONCRÈTES DES CITOYENS

Marge de manœuvre étroite
du gouvernement
Baisse des exportations des hydrocarbures et chute des prix du pétrole, hausse des
importations des biens d’équipement, des services et de denrées alimentaires, régression
de nos réserves de change, avancée significative de l’inflation.
Algérie est fortement menacée
dans ces équilibres financiers
et macroéconomiques structurels. En dépit des arguments
avancés par la Banque
d’Algérie dans ses dernières
notes explicatives, dès 2013, de “la dépréciation du dinar”, et de l’Exécutif qui affirmait
que tout allait bien, la toute dernière dévaluation du dinar relance la polémique entre
spécialistes, qui craignent le pire sur le pouPar : A. HAMMA voir d’achat des catégories sociales les plus
vulnérables et sur la stabilité sociopolitique
du pays. Ils plaident pour une priorisation
des programmes d’équipements ainsi
qu’une rigueur dans les dépenses de fonctionnement. Bien qu’un plan anti-crise, face
à la chute du prix du pétiole, ait été adopté
par le gouvernement lors d’un conseil des
ministres restreint présidé par le chef de l’État, rien ne semble se profiler à l’horizon. Le
plan anti-crise, concocté et adopté lors du
conseil des ministres restreint consacré à cet
effet, n’a pas dévoilé le détail des mesures
arrêtées. Un plan B, voire C, ont été probablement envisagés dans le cadre de la LFC
2015. Si tel est le cas, il faut s’attendre à ce
que le volet social, préservé jusqu’à présent,
sera touché avec toutes les conséquences que



L

D. R.
La dépréciation du dinar risque de fragiliser davantage les catégories sociales les plus vulnérables.

l’on peut imaginer. “Nous avons pris en
compte toutes les possibilités et imaginé les
pires scénarios. Bien que les choses ne se
règlent pas dans le court terme, nous avons
pris toutes nos dispositions pour continuer le
programme du gouvernement dans tous ses
volets ayant trait au social, l’habitat, l’école,
l’eau, et l’université”, avait déclaré le Premier
ministre lors de la cérémonie d’inauguration
du Salon de la production nationale. Parmi
les mesures phares du plan anti-crise, l’on
peut noter la rationalisation des dépenses
d’équipement, celles du fonctionnement, en
gelant notamment les recrutements dans la

Fonction publique. Dans ce domaine, 80%
de dépenses incompressibles sont consacrées aux salaires, et les transferts sociaux ne
cessent d’augmenter, grevant lourdement le
budget de l’État. Par ailleurs, l’un des principaux axes du plan anti-crise concerne la restriction des importations, qui atteignent
environ 70 milliards de dollars/an. À l’évidence, ce volet pose problème. Certains responsables affirment que 80% de nos importations sont destinées au fonctionnement de
l’économie nationale. Et pourtant, tout le
monde sait que notre pays est devenu “une
poubelle” pour les produits bas de gamme,

EN TOUTE LIBERTÉ

contrefais et nuisibles à la santé publique.
Pour le ministre du Commerce, la restriction des importations passera désormais par
la restauration de la licence d’importation.
Ce dernier a déclaré que beaucoup d’intérêts
seront dérangés. En vérité, dans cette tourmente, une panne de vision stratégique des
intérêts supérieurs de la nation est patente.
Faut-il comprendre, à travers les propos du
ministre du Commerce, que les lobbys de
l’import-import dictent leur loi  ? Ainsi,
même si le pouvoir tente de rassurer la
population, la chute brutale des cours de l’or
noir, prédite par les experts et ignorée superbement par les autorités jusqu’a ce qu’elles
soient mises dos au mur, vient rappeler à
tous qu’il grand temps de se préparer à une
cure d’austérité. L’État doit donner
l’exemple en réduisant son train de vie. Le
président de la République est monté au créneau pour souligner la gravité de la situation
en invitant la nation et les institutions à la
prudence. Tous les citoyens savent que le
mode de gouvernance dans notre pays a
favorisé la frénésie dispendieuse des institutions et responsables de l’État. Le Premier
ministre, pour sa part, aurait instruit les
membres du gouvernement afin de réduire
au maximum leur train de vie.
A. H.

MUSTAPHA MEKIDECHE
mustaphamekideche@ymail.com

Fortes pressions sur les fondamentaux macroéconomiques :
une période contracyclique pour aboutir sur quoi ?
our une fois, le microcosme médiatique algérien a réagi plus rapidement que la classe politique et
le dispositif institutionnel à
deux inquiétantes informations. La première est relative
au déficit commercial du premier semestre 2015 d’un montant de 1,73 milliard de dollars
(contre un excédent de 1,83
milliard de dollars pour la
même période de l’année précédente). La seconde, plus grave, est une interprétation hâtive d’une information provenant de l’agence d’information financière en ligne
Bloomberg qui signale dans sa
dépêche que, selon “les données du FMI”, l’Algérie a puisé
de ses réserves de change,
pendant le mois de janvier
2015, le montant de 11,6 milliards de dollars. Ce qui s’est
traduit par la baisse mensuelle la plus forte de ses réserves de change depuis 30
ans. En bons professionnels,
Andrew Mayeda et Javier Blas,
auteurs de l’article, se sont
bien gardés de se livrer, sur ces
bases, à un exercice prospectif sur la durée de vie de nos réserves de change. Mais cela n’a
pas empêché certains médias
et quelques analystes algériens et étrangers de publier
des extrapolations aussi hasardeuses qu’alarmistes.

P

Celles-ci se sont vite dégonflées mais il y a tout de même
des enseignements à tirer de
cette séquence. Ainsi, selon
ces derniers milieux, partant
d’une ponction mensuelle de
ce niveau sans dépôts supplémentaires, nos réserves de
change, qui se sont contractées
à 178,938 milliards de dollars à
fin 2014, seraient épuisées en
16 mois. C’était aller vite en besogne, car pour valider ce scénario, il eût fallu, au préalable,
confirmer que la ponction de
11,6 milliards que cite Bloomberg est réelle et surtout qu’il
ne s’agit pas d’une opération
“exceptionnelle” mais récurrente. En attendant que la
communication institutionnelle de la Banque d’Algérie et
du ministère des Finances
nous livre les informations
détaillées de nature à clarifier
les choses, je vous propose,
pour ma part, une autre démarche de calcul d’évaluation
des pressions qui s’exerceront
réellement sur notre balance
des paiements et, in fine, sur
la durée de vie probable de nos
réserves de change. Sur la base
d’un PIB projeté de 180 milliards de dollars en 2015, le
dernier rapport d’avril 2015
du FMI prévoit que le solde
courant (balance de biens et
balance de services) serait négatif à hauteur de -15,7% du PIB,

soit 28 milliards de dollars (4,3% du PIB en 2014). En partant du montant des exportations d’hydrocarbures du 1er
trimestre 2015 qui a été de
10,62 milliards de dollars, on
peut considérer que les recettes sur l’année s’établiraient autour de 42 milliards de
dollars, soit une diminution de
18 milliards de dollars par rapport à 2014. Si je m’en tiens à
un scénario au fil de l’eau, je rajouterai à ce chiffre de 18 milliards, celui du solde courant
déficitaire de l’année de référence 2014 qui s’est élevé à 8
milliards de dollars, soit un total, a minima, de 26 milliards
de dollars à puiser sur l’année
en cours dans les réserves de
change pour équilibrer notre
balance des paiements. Notre
estimation se situe dans la
même fourchette que le FMI
qui lui a prévu 28 milliards de
dollars de déficit du solde courant. On est donc loin des 16
mois indiqués de durée de vie
de nos réserves de change et
que l’on est en fait autour de
quatre à cinq années, si évidemment les prix du baril de
brut ne se détériorent pas encore plus avec le retour en
force de l’Iran sur le marché
mondial. Ce décaissement de
11,6 milliards de dollars ayant
été spécifique, particulier et
non renouvelable est dû pro-



Même si le
prix du
baril
remonte à 80, voire
90 dollars le baril audelà de 2019, les
conditions de
fonctionnement et de
reproduction de notre
modèle économique
actuel ne seront pas
réunies.”
bablement à des rachats d’actifs non récurrents et à un déblocage de transferts de dividendes cumulés au profit de
groupes industriels et de services du reste du monde. Le
premier enseignement à tirer
est d’ordre factuel lié au mieux
au “manque de professionnalisme” de certains de nos médias et au pire à une campagne de désinformation.
L’autre enseignement plus
fondamental permet de mieux
apprécier la faisabilité d’un
des deux scénarios d’évolution d’une économie algérienne au milieu du gué. Le
premier scénario, conservateur et porté par un large courant politique et social à composante hétéroclite, est celui du
statu quo. Ce dernier va vouloir conforter, à la faveur de cet-

te séquence médiatique et à
tort, le courant au fil de l’eau du
modèle économique en vigueur. Car, selon ce courant, les
réserves de change permettront de tenir jusqu’à 2019,
échéance à laquelle viendraient de nouvelles quantités
significatives d’hydrocarbures
à mettre sur le marché (déclaration du secteur de l’énergie) avec de meilleurs prix du
baril (prévisions des agences financières américaines et du
FMI pour 2019) qui reconduiront le modèle de fonctionnement de l’économie algérienne. Au passage, cette vision
valide à la fois la redistribution
rentière et même, sans le vouloir, la déclinaison prédatrice
du modèle en vigueur. Un
deuxième scénario, assis sur
un paradigme différent, porté
par un courant réformateur
moins structuré, éclaté lui aussi mais plus fragile, dont
l’émergence sociale et politique ne fait que commencer,
est celui d’un changement
“non cataclysmique” de modèle. Dans ce scénario plus
probable, selon moi, la tendance à l’épuisement à moyen
terme des réserves de change,
sans perspective de leur renouvellement, est bien inscrite structurellement si
d’autres moteurs de la croissance ne sont pas allumés et

si le gaspillage budgétaire persiste. Même si le prix du baril
remonte à 80, voire 90 dollars
le baril au-delà de 2019, les
conditions de fonctionnement
et de reproduction de notre
modèle économique actuel
ne seront pas réunies. La
meilleure preuve est le fait
que les pressions sur le solde
de la balance commerciale et
le premier déficit de la balance des paiements ont été enregistrés à la fin de l’exercice
2013, avec des prix du brut supérieurs à ces niveaux. Lorsque
vous ajoutez à cela l’augmentation de la demande sociale,
il apparaît nettement que le
modèle en vigueur est arrivé
dans sa phase historique d’extinction. Croire le contraire
comme l’implique le premier
scénario précédent, c’est se
nourrir d’illusion. En attendant, le principe de précaution
devrait inciter l’Exécutif et la
Banque d’Algérie à suivre de
très près l’évolution de nos
équilibres extérieurs. Mais
cela ne suffira pas, car il va falloir également introduire une
réelle rationalisation budgétaire pour réduire les déficits,
d’autant qu’il ne vous a pas
échappé que la durée de vie du
FRR est plus courte que celle
des réserves de change. Vaste
programme.
M. M.

LIBERTE

Supplément Économie 13

Mercredi 29 avril 2015

ENTREPRISE ET MARCHÉS
PLUSIEURS PROJETS DE CIMENTERIES EN COURS DE RÉALISATION

EN BREF

Gica : une production
de plus de 13 millions
de tonnes par an en 2018

Internet : un nouveau câble
entre Oran et Valence

n Alcatel-Lucent et le ministère de la
Poste et des Technologies de
l'information et de la communication
ont signé un accord clefs en main pour
le déploiement du système Orval, un
câble sous-marin en fibre optique qui
s'étend sur plus de 560 km entre Oran
et Valence, en Espagne. Avec un
déploiement prévu en 2016, ce système
à 100 Gbit/s est conçu pour offrir une
capacité maximale de 20 Tbit/s. Ce
système facilitera la livraison de
service haut débit à 42 millions
d'utilisateurs d'internet en Algérie et
en Espagne.

Le groupe industriel des ciments d’Algérie Gica a été créé le 26 novembre 2009, à
la faveur de la transformation juridique de la société de gestion des participations
SGP, industrie des ciments et de sa fusion avec les groupes régionaux de ciment.
l produit aujourd’hui 11 500 000 t/an, un volume qu’il ambitionne de porter à plus de 13
millions t/an, à l’horizon 2017-2018. Le
groupe travaille à l’extension des capacités
des cimenteries en exploitation, un projet
que Gica compte concrétiser l’année prochaine. Dans cette perspecPar : YOUCEF tive, la société des ciments de
SALAMI
Zahana verra sa production
en ciment passer à 1 200 000 t/an, la société des ciments de la Mitidja à 650 000 t/an, la société des ciments de Tébessa à 500 000 t/an, la société des ciments de Aïn El-Kebira, l’entreprise des ciments et
dérivés d’Ech-Chéliff, ainsi que la société des ciments
de Béni Saf à deux millions de tonnes par an chacune. Cela donne plus de huit millions de tonnes
par an de gagnés en production. Gica a, par ailleurs,
dans les pipes de nouvelles capacités à réaliser. Il
s’agit des projets de Sigus Oum El-Bouaghi (deux
millions de tonnes), de la cimenterie de Béchar (un
million de tonnes), de la cimenterie d’El-Bayadh
(500 000 t), de la cimenterie de Tamanrasset (500
000 t), de cimenterie d’Illizi (500 000 t). Cela correspond à une capacité supplémentaire en production établie à 4 500 000 t/an. Ces projets, le groupe des ciments d’Algérie projette de les réaliser dans
l’intervalle 2016-2018, ainsi que nous l’explique Farouk Attar, assistant en communication au Centre
d’études et de services technologiques de l’industrie des matériaux de construction (Cetim), une des
importantes filiales du groupe Gica. Le groupe est
doté de 25 358 000 000 DA de capital social détenu en totalité par l’État. Gica, leader national de l’industrie du ciment (65% de la production nationa-

Oran : le foncier industriel
disponible

I

n Le foncier à usage industriel est
disponible pour les opérateurs
économiques porteurs de projets
viables et générateurs d'emploi, a
déclaré dimanche le wali d'Oran,
Abdelghani Zaâlane. “Il n'y a pas de
déficit en termes de foncier à Oran,
mais le développement de la wilaya
exige une exploitation réfléchie du
potentiel existant”, a expliqué M.
Zaâlane, rappelant que l'aide de l'État
est destinée à promouvoir la
production nationale et la création
d'emploi.

Shell prend une nouvelle
dimension
D. R.
Le groupe travaille à l’extension des capacités en exploitation, un projet que Gica compte concrétiser l’année prochaine.

le), avec un ensemble de 12 cimenteries réparties sur
l’ensemble du territoire dont on peut citer la SCIMAT de Aïn Touta (Batna) ; la SCHB de Hama
Bouziane (Constantine) ; la SCHS de Hadjar Soud
(Skikda) ; la SCAEK de Aïn El-Kebira (Sétif) ; la SCT
de Tébessa ; la SCSEG de Sour El-Ghozlane (Bouira) ; la SCMI de Meftah (Blida) ; la SCAL de Raïs
Hamidou (Alger) ; l’ECDE d’Oued Sly (Chlef) ; la
SCIZ de Zahana (Mascara) ; la SCIBS de Beni Saf
(Aïn Témouchent) ; la SCIS d’El-Hassasna (Saïda).
S’y ajoutent trois sociétés de production de granulats et bétons prêts à l’emploi : Granu-Centre, Granu-Ouest, Granu-Est, et trois sociétés de distribu-

LU DANS LE JO
ÉLECTRICITÉ PRODUITE À PARTIR DE COGÉNÉRATION

Les tarifs d’achat connus
’arrêté du 1er septembre 2014
fixant les tarifs d’achat garantis
et les conditions de leur application pour l’électricité produite à
partir des installations utilisant la filière de cogénération a été publié au
Journal officiel n°18 du 8 avril courant.
Les tarifs sont établis en fonction
d’un certain nombre de paramètres
dont le palier de puissance et la durée
annuelle d’utilisation. Ainsi, pour une
longue utilisation, le prix varie entre
4,7 DA et 1,98 DA le kilowatt-heure
(le kilowatt-heure est une unité de mesure d’énergie correspondant à l’énergie consommée par un appareil de
1000 watts (1 kW) de puissance pendant une durée d’une heure). Pour une moyenne utilisation, le
tarif oscille entre 5,48 DA le kWh et 2,56 DA. Pour
une courte utilisation, il se situe entre  8,09 DA le
kWh et 3,72 DA. Les tarifs d’achat garantis pour la
vente de l’énergie électrique produite par les installations de cogénération et injectée dans le réseau
sont fixés par tranches de capacité et par durée annuelle d’utilisation de la capacité installée. À
chaque durée correspond un tarif donné, selon la
tranche de capacité dans laquelle se trouve l’installation. Le producteur d’électricité à partir d’installation de cogénération s’engage à choisir une durée de fonctionnement correspondant à ses besoins,
notamment en chaleur. Le contrat d’achat est
conclu pour une durée de 15 ans à compter de la
date de mise en service du raccordement. L’énergie
annuelle susceptible d’être achetée, calculée à partir de la date anniversaire de prise d’effet du contrat

L

d’achat est plafonnée, le plafond
étant le produit de la puissance nominale de l’installation et du nombre
d’heures de fonctionnement choisi.
La puissance électrique nominale
de l’installation doit être dimensionnée par rapport aux besoins en
chaleur du process industriel du
producteur. La production d’électricité due à un surdimensionnement ne
sera pas rémunérée. Le contrat
d’achat d’électricité est conclu entre
le producteur d’électricité titulaire
d’une décision d’octroi du bénéfice du
tarif d’achat garanti et le distributeur
concerné. L’installation de cogénération permet la production combinée d’électricité et de chaleur. Les tarifs d’achat garantis, objet du
présent arrêté, peuvent être révisés, dans les mêmes
formes, à chaque fois que l’évolution des données
relatives à la filière et aux caractéristiques des installations de cogénération l’exigent, notamment
celles liées à la taille, au process et à son rendement.
Figure également dans ce numéro l’arrêté interministériel du 23 février 2015 fixant la liste des marchés d’études et de services dispensés de la caution
de bonne exécution. Sont répertoriés dans cette liste les marchés portant services des prestations de
transport, les marchés liés à la formation des fonctionnaires, aux frais d’insertion et de publicité dans
la presse, aux prestations d’impression, aux redevances téléphoniques, d’eau, d’électricité et de gaz,
au développement des logiciels, à la maintenance
et l’assistance de la sécurité du réseau informatique
du secteur (réseau intranet).

tion et de commercialisation des matériaux de
construction que sont la société de distribution des
matériaux de construction-Centre, la société de distribution des matériaux de construction-Ouest, la
société de distribution nouvelle pour la construction (DNC). S’y superpose le Centre d’études et de
services technologiques de l’industrie des matériaux
de construction cité plus haut, dont la mission se
résume en ceci : prestations d’études et assistance,
audits et expertises, prestations environnement, essais et analyses de laboratoires, développement industriel…
Le Cetim est un outil collectif pour accompagner
les entreprises de production de l’industrie des matériaux de construction dans leurs efforts de mise
à niveau, de rentabilisation et de développement,
souligne M. Attar. Le contrôle de la chaîne de production, l’analyse des divers niveaux de la chaîne de
production, le contrôle de conformité aux normes
et règlements, ainsi que les contrôles techniques spécifiques des équipements et des installations industrielles font partie également du champ de
compétences du Cetim, comme l’explique M. Attar. Le centre est impliqué également dans la classification des produits, l’élaboration de fiches techniques des produits, le suivi des travaux de mise en
œuvre, l’uniformisation des méthodes et de la formation pour contrôle qualité et l’inspection et
agréage des marchandises des matériaux de
construction.

n En s'offrant BG Group, Shell devient
un acteur majeur du gaz. Le montant
de l'opération s'élève à 47 milliards de
livres, soit 64 milliards d'euros. C'est la
plus importante transaction depuis le
début de l'année tous secteurs
économiques confondus. Shell, déjà
très actif dans le domaine du gaz,
devient désormais incontournable
avec un accès à des gisements en
Australie, au Brésil ou encore en
Afrique de l'Est. Grâce à cette
opération, la “major” augmentera sa
production de 20% et ses réserves
d'hydrocarbures de 25%.

COURS DU DINAR
ACHAT
US dollar 1 USD 97,9224
Euro
1 EUR 106,2752

VENTE
97,9374
106,3110

COURS DES MATIÈRES
PREMIÈRES
Brent
65 dollars/baril
Once Or :1178 dollars
Blé :
183 euros/tonne
Maïs
152 dollars/tonne
Cacao
1965 livres sterling/tonne
Robusta 1795 dollars/tonne

Y. S.

BOURSE D’ALGER

Séance de cotation du 27 avril 2015
TITRES COTÉS
ACTION

NCA-ROUIBA

COURS

370,00

VARIATION

0,00

TAUX DE VARIATION

0,00

TITRES NON COTÉS
DERNIER COURS DE CLÔTURE
ACTION

ALLIANCE ASSURANCES Spa
EGH El AURASSI
SAIDAL

555,00
440,00
570,00

OBLIGATION

SPA DAHLI

10 000,00

PRINCIPAUX INDICATEURS BOURSIERS

Capitalisation boursière :
Valeur transigée :
Encours global des titres de créance :
Encours global des valeurs du Trésor :
Indice boursier théorique

14 703 525 105,00
462 500, 00
2 360 140 000,00
402 050 000 000,00
1 173,27

14 Publicité

Mercredi 29 avril 2015

LIBERTE

F.1071

LIBERTE

Mercredi 29 avril 2015

Publicité 15

AF

F.1023

16 Culture

Mercredi 29 avril 2015

LIBERTE

EXPOSITION DE HACHEMI BOUMEHDI AU SOFITEL

…CULTURE
EN BREF …

“Passions et héritage”

Journées du haouzi à Blida

■ Le public blidéen vit depuis vendredi
dernier au rythme de la musique
haouzi. En effet, un festival est
organisé par la direction de la culture
de la wilaya de Blida, depuis le 24 avril
et jusqu’au 1er mai prochain, pour
perpétuer cette musique ancestrale et
découvrir les jeunes talents issus de
différentes associations. C'est la
chanteuse Nassima qui a ouvert ces
Journées du haouzi à la somptueuse
salle des conférences de la wilaya.
Plusieurs associations représentant les
wilayas de Sidi Bel-Abbès, Constantine,
Alger et Blida prennent part à ce
festival. Les amateurs de cette musique
ont déjà assisté à des soirées animées
par des chanteurs comme Abdelhamid
Taleb Bendiab, Sid Ali Benguergoura et
Youcef Hacen. Les organisateurs ont
également eu la bonne initiative de
programmer des jeunes talents. La
soirée d'aujourd'hui sera animée par le
rossignol de la chanson haouzi, Samir
Assimi, qui sera précédé par l'étoile
montante Karima Soualhi et
l'association El-Ghaoutia de Chebli. La
soirée de jeudi sera animée par le
chanteur Hamoudi Ben Hamoud, et
c'est l'artiste Samir Laâgab qui est
programmé à clôturer cette
manifestation, aux côtés des
associations El-Motribia de Blida et
Nejm Kortoba de Constantine.

On connaissait l’orfèvre travaillant le verre mais on découvre un autre talent à Hachemi
Boumehdi : celui du mariage de plusieurs objets banals de notre vie quotidienne qui deviennent
des objets d’art entre les mains de Hachemi et de ses filles.

Mois du patrimoine à Tlemcen

■ Le Musée national d’art et d’histoire
de Tlemcen, qui a ouvert ses portes à la
faveur de la manifestation “Tlemcen,
capitale de la culture islamique 2011”,
est devenu un lieu d’échanges culturels
incontournable, proposant à longueur
d’année une panoplie d’activités
associant conférenciers, artistes,
étudiants et associations œuvrant pour
la mise en valeur du patrimoine
historique. Le mois du patrimoine (18
avril/18 mai) est probablement celui
qui offre une multitude d’événements
à caractère pluridisciplinaire, avec des
expositions de tableaux d’artistes
locaux et ceux venus de plusieurs
wilayas, de produits artisanaux avec la
contribution des potières de Bider
(Marsa Ben M’hidi), réputées pour leur
savoir-faire, des calligraphies
anciennes. Ceci en plus d’une série de
conférences d’universitaires et
d’historiens, portant sur l’apogée et
l’apport de la civilisation islamique à
la science universelle et le rôle joué
dans ce contexte par les penseurs et
figures illustres. Le musée, situé au
centre-ville, face à la grande mosquée,
abrite en outre une exposition
permanente sur l’histoire de Tlemcen
depuis la préhistoire jusqu’à la période
de la dynastie des Zianides, avec
présentation de nombreux plans,
dessins, photos et gravures. Parmi les
touristes étrangers ayant profité de
leur séjour à Tlemcen pour visiter le
musée, figurent en bonne place les
Français suivis des Égyptiens et
Espagnols.
B. A.

Dans votre exposition, vous insistez sur
trois objets qui seraient autant de repères

machine à coudre qui je pense était dans
tous les foyers de l’époque. Le métier à tisser
était accroché dans les plafonds des maisons de ma ville natale, et je vois encore ma
grand-mère en train de touiller sa laine dans
des grands fûts, mélangeant henné et écorce de grenade et rajoutant de la neige pour
diluer ses couleurs. Ayant eu la chance
d’avoir vécu au milieu de toutes ces couleurs, comment peut-on rester insensible ?

D. R.

K. FAWZI

Liberté : M. Boumehdi, c’est la première
fois depuis 2006 (année du décès du père
de l’artiste) que vous montez une exposition aussi complète sous la thématique
“Passions et héritage” ? Est-ce un hommage à votre père, qui vous a lancé comme lui
l’a été par Pouillon ?
Hachemi Boumehdi : Effectivement, depuis
2006, c’est la première exposition de cette
envergure, car les
Entretien réalisé par : conditions pour me
NAÏMA B.
lancer dans cette
grande aventure étaient réunies. Il faut dire
aussi que c’est à partir de mon nouvel atelier
que j’ai pu réaliser tous ces produits. Elle est
complète aussi par les matières avec lesquelles j’ai pu m’exprimer : le verre, la céramique ainsi que certains objets que j’ai pu
détourner de leur fonction première.
“Passions et héritage” : le mérite du choix de
cette thématique revient à l’organisatrice
Mme Sid Ahmed, choix que j’ai tout de suite
adopté car il convient parfaitement à cette
exposition. Bien entendu, le mot héritage est
lié entièrement à mon père qui a donné sa
vie à cet art jusqu’au dernier moment de sa
vie. La céramique était tout pour lui. Le jour
où il est tombé malade, il a travaillé le matin
pour respecter une commande d’une dame
qui lui a demandé de lui dessiner une bouteille avec des oiseaux. Oiseaux qu’il dessinait d’une façon magique. Après son réveil
du coma qui a duré trois jours, la première
question qui fusa de sa bouche fut : “Est-ce
que la dame a eu sa commande ?”.

pour vous : la meïda, le métier à tisser et la
machine à coudre de marque Singer.
C’est une façon de rendre hommage à mon
père et à cet héritage dont il était fier et qu’il
m’a légué. J’ai aussi pensé à rendre hommage à l’architecte Fernand Pouillon, instigateur des ateliers Boumehdi. Ils ont travaillé
ensemble juste après l’indépendance, l’un
construisait et l’autre embellissait ses murs :
un duo qui était tout le temps en symbiose.
Mon père a été influencé par sa maman qui
tissait des tapis dont d’ailleurs, il a même
fait des répliques en tapis sur céramique. Les
objets sur lesquels j’insiste sont les objets de
mon enfance que j’ai essayé de revaloriser,
et ma joie est de voir l’émotion que suscite la

Votre père s’était spécialisé dans la céramique, vous, vous avez apporté le travail
sur verre et vos deux filles ont rajouté
l’illumination. Il faut dire qu’elles font les
beaux-arts.
Mon père était spécialisé dans la céramique,
moi j’ai rajouté le travail sur verre qui est
une autre technique avec d’autres températures. C’est un peu la curiosité et le défi qui
se mêlent pour vous inciter à cela. Mes filles
après leur bac, je leur ai suggéré l’École des
beaux-arts. Une a terminé et m’a rejoint et
l’autre est en voie de l’être. Il faut dire
qu’elles ont toujours vécu dans les couleurs
et les formes. J’ai pensé à l’atelier comme à
un jardin qu’on entretient ou qu’on abandonne : l’héritage, c’est cela.
Une dernière question : pourquoi avoir
choisi le Sofitel comme espace de l’exposition ?
Le Sofitel pourquoi ? D’abord, c’est une invitation qui m’a été adressée. Il faut dire que
c’est un espace d’encouragement de l’artisanat et je tiens à remercier les responsables
pour leur hospitalité, leur sérieux et leur
ouverture sur l’art.

ELLES SONT PRÉVUES AUJOURD’HUI ET DEMAIN AU COMPLEXE CULTUREL

Les premières journées patrimoniales “Antique Aïn Témouchent”
association
culturelle
“Racines” 
de
Aïn
Témouchent organise,
aujourd’hui et demain, les premières journées patrimoniales
“Aïn Témouchent antique”
qu’abritera le complexe culturel,
et ce, sous le haut patronage du
wali de Aïn Témouchent, en
coordination avec le secteur de la
culture  de Aïn Témouchent.
Cette manifestation, qui entre
dans le cadre du Mois du patrimoine, prévoit un riche programme qui tournera autour de
thèmes importants, dont ceux
relatifs au royaume de Siga (développement à travers l’histoire,

L’

influence historique, relations
avec Rome, société témouchentoise pendant la période du
royaume de Siga, la vie sociale au
royaume de Siga. Que reste-t-il
des vestiges de Siga  ? Comment
chercher, découvrir et préserver
le patrimoine historique et culturel de Siga  ?). Ces nombreuses
questions seront abordées lors de
ces deux journées à travers
nombre de communications qui
seront suivies d’un débat. En
effet, la première journée verra,
juste après l’allocution d’ouverture, la première intervention intitulée “Contribution à l’élaboration d’un atlas archéologique et

historique de la wilaya de Aïn
Témouchent”, et sera animée par
MM. Belkeddar  et  Bensnouci  et
Mme Bensalah Houria, suivie de
l’intervention sur “L’intérêt des
techniques modernes de la cartographie en archéologie”, qui sera
présentée par Dr Dari et Dr
Ghodbani de l’université d’Oran.
Dans l’après- midi, la reprise des
travaux se fera avec des discussions et propositions autour
d’une table ronde qui portera sur
le rôle des associations dans la
prise en charge et la promotion
du patrimoine archéologique. La
seconde table ronde sera axée
autour de la problématique du

patrimoine datant de la colonisation française, le cas de la ville de
Sidi Bel-Abbès. Demain, le programme prévoit deux autres
interventions  : “Les gravures
rupestres de Taghit (Béchar) : état
des lieux” et “Le ksar de Taghit :
tentatives de restauration et état
actuel”. Les travaux de cette
manifestation culturelle seront
clôturés par une série de recommandations des deux tables
rondes. Dans l’après-midi, les
participants auront droit à une
visite  guidée au niveau de
quelques  sites historiques et
archéologique de la région.
M. LARADJ

BIENNALE SUR L’ART RUPESTRE À TAMANRASSET

Sur les traces des ancêtres
a maison de la culture de la
ville de Tamanrasset organise depuis le 26 avril et jusqu’à
demain la 3e Biennale nationale
sur l’art rupestre.
La manifestation, qui voit la participation de plusieurs artistes issus
de différentes wilayas du pays,
notamment Sétif, Constantine, ElOued, Tlemcen et Batna, a pour
principal objectif  de “promouvoir
le tourisme saharien  en faisant
connaître le patrimoine culturel
matériel et immatériel que renferme la capitale de l’Ahaggar”, a souligné le directeur de la maison de
la culture, Henia Mohamed
Elbarka, dans son allocution d’ou-

D. R.

L

Des conférences et ateliers sont organisés à la maison de la culture.

verture. Pour ce faire, des sorties
touristiques et des visites sont au
programme de cette édition per-

mettant particulièrement aux participants de découvrir les sites
archéologiques dont jouit la ville

de Tin Hinan  et des peintures
rupestres résumant l’harmonieuse
vie des aïeux des Imouhagh. Des
conférences sur la thématique,
animées par Farid Ighilahriz et
l’artiste
plasticien
Aïdoud
Abderrahmane, sont également au
menu de cet événement, marqué
par des expositions sur l'art
rupestre et des toiles réalisées par
des artistes de talent. Des ateliers
sur la sculpture et l’art plastique,
encadrés conjointement par
Aïdoud Anissa et Amraoui
Abdesselam, sont prévus lors de
cette biennale à laquelle ont pris
part près de 20 artistes locaux,
entre amateurs et professionnels.

Ces derniers ont eu ainsi l’occasion d’exposer leur travail. Placée
sous le slogan “Sur les traces de
nos ancêtres”, la manifestation,
expliquent les organisateurs, se
veut un espace d'échange d'expériences et d'idées visant l'adaptation de l’art rupestre aux nouvelles
techniques artistiques à l’effet de
pérenniser ce patrimoine en voyageant, cinq jours durant, dans
l’histoire paléolithique et néolithique de cette région qui regorge
de trésors archéologiques inestimables et de peintures représentant, faut-il le noter, les prémices
de la calligraphie.
RABAH KARECHE

LIBERTE Mercredi 29 avril

Publicité 17

2015

OPPOSITION
AVIS D’ANNULATION
DE PROCURATION
La procuration datée du
02/04/2015 donnée au dénommé
DOUAOUDI BENAÏSSA pour agir
au nom de M. AMARI HAMID,
portant sur la vente, la location
ou tout autre acte concernant
les immeubles sis au lot n°524
et au lot n°525, 5 et 7, rue Amar
Houloussi, Lavigerie, Mohamadia
(Dar El Beïda),
est annulée par acte du
notaire Maître KEMACHE
à partir du 21/04/2015.
0523

ALUTEM recrute
●● Architecte ou TS en architecture spécialisé
en façades extérieures :
- Murs rideaux
- Façades ventilées
- Panneaux composite

Un technico-commercial maîtrisant la 3D,
expérience souhaitable dans le domaine
●●

●● Aluministe, tout type de profilé,
5 ans dʼexpérience minimum
●●

Ouvrier qualifié en aluminium

●●

Ouvrier qualifié, poseur tout type de façade

Menuisiers qualifiés en fabrication de cuisines et dressings type MDF
Les candidats intéressés doivent
envoyer leur CV par email :
alutem2011@gmail.com
0523
Tél. : 021 52 42 04 - 021 52 47 82
●●

Direction de la distribution de Bologhine
Division Techniques électricité
Adresse : 3, rue Saïd Toufdit, Bologhine
Tél. : 021 70 93 27 - 021 70 93 37 - Fax : 021 70 83 99
La Direction de distribution de Bologhine informe sa clientèle que la
distribution de l’énergie électrique sera perturbée pour la journée du
30/04/2015 de 09h00 à 14h00, dans les quartiers/communes suivant(e)s :
• QUARTIER DRAÂ BENI MESSOUS
• BOUCHAOUI 3 CHÉRAGA
MOTIF : TRAVAUX SUR RÉSEAU ÉLECTRIQUE
Pour plus d’informations, la Direction de distribution de Bologhine
met au service de son aimable clientèle les numéros suivants :
(021) 70 91 91 - (021) 70 93 93 - (021) 70 95 95
ANEP N° 320 677 Liberté du 29/04/2015

BANQUE DE L’AGRICULTURE ET DU DÉVELOPPEMENT RURAL
Direction de la Logistique
16, rue Arab Si Ahmed, Birkhadem, Alger
Tél./Fax : (021) 55 28 89 / 55 24 00 / 55 24 26

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL
RESTREINT DL/SDR N°02/2015
La Banque de l’Agriculture et du Développement Rural (BADR), représentée par la
Direction de la logistique, lance un avis d’appel d’offres restreint pour la réalisation
de :
TRAVAUX DE MISE EN CONFORMITÉ DES INSTALLATIONS
DE CLIMATISATION ET MAINTENANCE
SIS À TOUR B, CITÉ EL DJAWHARA, EL HAMMA, ALGER
Les entreprises qualifiées de catégorie 2 et plus intéressées peuvent retirer le cahier
des charges contre paiement de la somme de trois mille dinars (3 000,00 DA) auprès
du :
SECRÉTARIAT DE LA COMMISSION CENTRALE D’OUVERTURE DES PLIS
DES MARCHÉS
SIS 16, RUE ARAB SI AHMED, BIRKHADEM, ALGER
Les offres doivent comporter une offre technique et une offre financière. Chacune
des offres doit être présentée dans une enveloppe interne anonyme et contenir la
mention «Offre technique» pour l’une et «Offre financière» pour l’autre.
Les deux offres doivent être déposées dans une enveloppe extérieure anonyme sur
laquelle est portée seulement la mention suivante :
SOUMISSION - AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT DL/SDR
N°02/2015
TRAVAUX DE MISE EN CONFORMITÉ DES INSTALLATIONS
DE CLIMATISATION ET MAINTENANCE
SIS À TOUR B, CITÉ EL DJAWHARA, EL HAMMA, ALGER
À NE PAS OUVRIR
La date limite de dépôt des offres est fixée à vingt (20) jours à compter de la date
de la première parution du présent avis dans la presse nationale.
ANEP N°206 813 Liberté du 29/04/2015

CRÉDIT POPULAIRE DʼALGÉRIE
AGENCE PANORAMIC «352»

AVIS
Le Crédit Populaire dʼAlgérie «Agence
Panoramic 352» informe la population quʼil est le
propriétaire de la Clinique Internationale
Mekhalfa «CILM», bien acquis en vertu dʼun jugement dʼadjudication rendu par le Tribunal de
Chelghoum Laïd en date du 01/08/2013.
Le Crédit Populaire dʼAlgérie «Agence
Panoramic 352» a entamé une procédure dʼévacuation et de remise de la clinique sous quinzaine (15 jours), notifiée par voie de lʼhuissier de justice en date du 17/03/2015 aux occupants
actuels de la clinique.
Le Crédit Populaire dʼAlgérie «Agence
Panoramic 352» décline toute responsabilité
quant à lʼexercice des actes médicaux ou autres
liés à lʼexploitation illégale par les occupants
actuels de la Clinique propriété du Crédit
Populaire dʼAlgérie ou ceux travaillant sous leur
responsabilité.

ANEP N°25/11401 Liberté du 29/04/2015

AVIS DE PROROGATION
DE DÉLAI
L’EGT-Centre informe l’ensemble
des soumissionnaires ayant retiré le
cahier des charges concernant
l’appel d’offres national
et international n°08/EGTC/2015
portant sur la
«Fourniture, installation
et mise en service d’affichage
signalétique dynamique pour l’hôtel
Mercure/EGTC»,
que la date de dépôt des offres
prévue le 28 avril 2015
est prorogée au 12 mai 2015.
ANEP N° 321 496 Liberté du 29/04/2015

Mercredi 29 avril 2015

18 L’Algérie profonde

LIBERTE

POUR ENCOURAGER LA CONSOMMATION DU PRODUIT LOCAL

Semaine d’information
et de sensibilisation à Ouargla
Cette semaine organisée par la direction du commerce a comme objectif de permettre au produit algérien de reconquérir
sa place sur le marché local, d’encourager les producteurs locaux algériens et réduire la facture des importations.
e coup d’envoi de la semaine
d’information et de sensibilisation pour encourager la consommation du produit local algérien
a été donné, avant-hier, par les
autorités locales à la maison de la
culture Moufdi-Zakaria d’Ouargla, sous le
slogan “Consommons algérien”.
Cette semaine organisée par la direction du
commerce a comme objectif de permettre au
produit algérien de reconquérir sa place sur
le marché local, d’encourager les producteurs locaux algériens et réduire la facture
des importations. Pas moins de 30 exposants
de différents produits agroalimentaires,
agricoles et autres ont pris part à cet événement. Ces exposants tenteront durant cette
semaine de convaincre les citoyens de la
région à consommer tout ce qui est produit
algérien. Selon certains citoyens que nous
avons interrogés à ce sujet, ces produits
locaux sont capables de concurrencer qualitativement et quantitativement les produits
provenant de l’importation.
“Il y a plusieurs produits importés et que nous
produisons ici en Algérie. Il faut arrêter tout
ça. Il suffirait de mettre à la disposition de
nos entreprises et producteurs les moyens
pour améliorer ces produits, ensuite les présenter par voie de publicité au consommateur
local”, a suggéré un citoyen.
“Beaucoup de produits algériens sont de qualité, mais il faut rétablir la confiance chez le
consommateur algérien”, a ajouté un autre
citoyen. Pour les responsables du secteur, les
objectifs visés par l’organisation de cette
action sont d’encourager l’investissement
local, protéger l’économie nationale, préserver les recettes en devises, la promotion de

L

Yahia/Archives Liberté
Pas moins de 30 exposants de différents produits agroalimentaires, agricoles et industriels ont pris part à cet événement.

l’emploi et le soutien de la croissance économique. Mais c’est surtout de changer la
mentalité du consommateur local et rétablir
sa confiance quant à la consommation du
produit algérien. “Notre objectif est d’enraciner de nouvelles traditions dans l’esprit du
consommateur algérien pour qu’il privilégie
le produit local par rapport au produit étranger. Il est temps de réduire la facture d’impor-

tation. La consommation du produit local
encouragera les producteurs nationaux à
améliorer la qualité et la quantité du produit
local, seule condition qui permettra d’aller
vers l’exportation hors hydrocarbures”, nous
affirme un responsable de la direction du
commerce de la wilaya d’Ouargla. En plus de
plusieurs stands consacrés aux différents
produits made in Algeria, les organisateurs

ont programmé deux conférences intitulées
“Les effets de la consommation du produit
importé sur la santé”, présentée par Dr
Ramdane Zatout, et “Le rôle des autorités
locales dans la subvention du produit local”
présentée par Dr Ben Frena Mohamed
Hamza. Les deux conférences ont été suivies
d’un débat.
AMMAR DAFEUR

IL SERA CLASSÉ 1ER DANS LE MAGHREB ET LE MONDE ARABE

Bouira aura son complexe de lait de Soja
es travaux de réalisation d’un complexe de lait de Soja
ont été lancés au niveau de la zone d’activité de
Bechloul (25 km à l’est de Bouira). Ce complexe est le
fruit d’un projet initié par un opérateur algérien originaire
de la ville de Bouira, en l’occurrence Chermat Djamel, qui
détient la totalité des parts de l’entreprise Soja Prod.
Avec une production de 11 000 litres/heure, il compte créer
200 postes d’emploi directs au niveau de son complexe, avec
une entrée en exploitation dans un délai de 15 mois. L’usine
est composée de deux grands hangars, l’un destiné à la production du lait de soja et ses dérivés, et le deuxième pour la
fabrication du lait UHT et des jus lactés. Lors de sa présentation, le chef du projet a mis en exergue les bienfaits de ce
produit du point de vue médical, croissance et consommation. “Le lait de soja est un remède pour les personnes aller-

L

giques au lactose. Il sera aussi commercialisé sous forme de
lait diététique ainsi que pour la croissance ; il est destiné aux
nourrissons et pour le public”, dira-t-il. La présentation du
projet s’est faite en présence de Damien Soupart, chef de la
mission économique auprès de l’ambassade de France. Selon
ce dernier, sa présence entre dans le cadre du suivi des entreprises françaises en activité en Algérie.
D’ailleurs, le complexe sera réalisé, hormis les chapiteaux
importés du canada, par le groupe français Boccard. Ce
groupe se chargera de la réalisation clés en main, avec une
assistance technique et la formation du personnel. Au sujet
du climat des affaires, le chargé de mission se réjouit du partenariat existant entre les entreprises algériennes et françaises, et ce, dans le cadre de la création des joint-ventures.
“Les entreprise françaises sont présentes dans plusieurs

domaines, particulièrement dans le secteur de la santé, le
bâtiment, l’agroalimentaire. Notre mission et d’accompagner
les entreprise à répondre aux appels d’offre et tisser des relations d’affaires par la création de joint-ventures dans le cadre
de la formule 51/49 ou sur les installations directes en
Algérie.” Concernant le transfert technologique, “le personnel sera pris en charge et formé. Il se déplacera en France pour
des formations sur le tas, puis c’est les spécialistes qui se déplacent sur le terrain.”
Au sujet de la vision des entreprises françaises sur la situation en Algérie, “de France, nous avons une idée très mauvaise de l’Algérie. Il y a des informations contradictoires
entre les officiels, les médias et les nationaux. Mais arrivé
sur place, la donne change”, reconnaît-il.
A. DEBBACHE

BAPTISATION DES INSTITUTIONS, LIEUX ET ÉDIFICES PUBLICS

Seules huit wilayas ont achevé l’opération
opération de baptisation des rues,
cités, places publiques et édifices lancée au mois de juillet 2014 ne semble
pas trop avancer même si les autorités
publiques ont accordé une durée d’une
année pour que l’opération soit achevée. Au
1er mars 2015, huit wilayas seulement ont
terminé l’opération à 100% et 22 autres
wilayas ont dépassé le seuil des 80%, alors
que le reste étant entre 30 et 79%. Au niveau
national, 29 332 lieux ont déjà été baptisés et
23 636 autres sont en attente d’être baptisés.
“Cette opération nous permettra de localiser
le citoyen et ne pas toucher à sa propriété”, a
affirmé Mme Fatiha Hamrit, directrice de la

L’

gouvernance locale au ministère de
l’Intérieur et des Collectivités locales, lors
d’une rencontre organisée au siège de la
wilaya de Blida avec les présidents d’APC,
les chefs de daïras et les directeurs de l’exécutif et ayant pour objet de baptiser les rues
et quartiers ainsi que de numéroter les habitations. Pour la wilaya de Blida, l’opération
est déjà très avancée et a dépassé, selon le
wali, Mohamed Ouchen, les 85% avec 646
rues déjà baptisées ainsi que 383 quartiers,
393 édifices et 383 espaces publics. Lors de la
réunion tenue avec les élus, les chefs de daïras et les directeurs de l’exécutif, la directrice de la gouvernance locale a demandé que

les nouvelles décisions d’attribution de logement sociaux ou autres doivent porter le
nom de la cité et non le nombre de logements de cette cité. Dans la même optique, il
est désormais exigé des autorités locales de
baptiser tout nouvel édifice public dès la
pose de la première pierre ou, au plus tard,
avant sa réception.
Elle a aussi expliqué aux présents les modalités de numérotation des habitations, des
édifices publics et même des espaces libres
pour lesquels il convient de garder un
numéro dans le cas où une construction
serait édifiée. Enfin, le wali, suite à la proposition faite par Mme Hamrit, a instruit les res-

ponsables concernés afin qu’ils préparent
l’organisation d’une journée de formation et
de journées portes ouvertes pour la sensibilisation des citoyen, entre le 20 et le 30 mai
2015. Pour rappel, la priorité est accordée,
dans les propositions de baptisations ou de
débaptisations, “à tout ce qui a trait à la
résistance populaire, au mouvement national
et à la Révolution de libération nationale, ses
symboles et événements”, comme stipulé
dans l’article 9 du décret présidentiel n° 1401 du 5 janvier 2014 fixant les modalités de
baptisations ou de débaptisations des institutions, lieux et édifices publics.
K. FAWZI

Mercredi 29 avril 2015 LIBERTE

18 L’Algérie profonde
BRÈVES de l’Est

PORTES OUVERTES À LA CNAS DE BISKRA

Prévenir les chutes
en hauteur

CONCOURS DANS LE SECTEUR DE L’ÉDUCATION

Le dépôt des dossiers a commencé à El-Tarf

■ à l’instar des autres wilayas, la direction de
l’éducation d’El-Tarf a ouvert ses bureaux pour
recevoir les dossiers des candidats au concours de
recrutement des enseignants. Sur les 19 000
postes, la wilaya s’est adjugé 221 dans les trois
cycles, soit 61 au primaire, 84 au moyen et 76 au
secondaire. Le dépôt des dossiers a commencé
mercredi dernier et se poursuivra jusqu’au 12 mai
prochain. Trois établissements ont été
sélectionnés et sont ouverts aux candidats, à
savoir les deux écoles primaires Rakkab et
Debouze et le CEM Abbas-Ahmed du chef-lieu de
wilaya. Après expiration des délais, les
examinateurs entameront les séances d’entretien
fixées au 27 mai, selon le calendrier préétabli par
le ministère de tutelle. Pour la première fois, une
exception est accordée aux normaliens qui seront,
selon les instructions de la ministre, recrutés
directement sans passer par le concours s’ils
veulent enseigner dans le cycle primaire. Pour les
deux autres paliers, moyen et secondaire, ils
devront s’inscrire au concours de recrutement au
même titre que les diplômés universitaires.

Avec ces portes ouvertes, la Cnas espère installer la culture de la vigilance face
aux risques et maladies professionnelles et sensibiliser les employeurs à prendre
les mesures idoines pour éviter les chutes dans les chantiers.

TAHAR B.

CENTRE D'APPELS DE LA WILAYA

■ Mis en place dans le cadre de la prise en charge
des préoccupations majeures des citoyens, le
centre d'appel de la wilaya d'Oum El-Bouaghi
enregistre un engouement particulier chez les
administrés, selon le bilan du premier trimestre
de l'année en cours, qui révèle 2293 appels au
total. Alors que 937 appels ont trait à des
préoccupations citoyennes, d'autres appels de
citoyens (1356) ont concerné la suite donnée à
leurs doléances ayant trait au logement, au
foncier agricole, au cadre de vie et à la santé. De ce
fait, les concernés ont été orientés vers les services
concernés pour leur prise en charge. Par ailleurs,
des citoyens ont déploré le mauvais traitement et
accueil réservés par certains responsables élus
dans les daïras et communes et la non-prise en
charge de leurs préoccupations. Les mêmes
citoyens ont demandé à ce qu'une commission de
suivi soit mise en place, pour mettre à nu les
dépassements et agissements contraires à la
réglementation et à l’intérêt public. Enfin, le
problème du logement occupe la première place
des préoccupations des habitants, avec un taux de
50%.
K. MESSAD

KHENCHELA

Les expropriés réclament
une indemnisation équitable

■ Des dizaines de protestataires dont les terres
ont été expropriées ont observé, hier, un sit-in
devant le siège de la wilaya de Khenchela pour
exprimer leur rejet catégorique du prix du mètre
carré fixé par les services des domaines entre
2000 et 3000 DA, a-t-on constaté. “Nous
réclamons juste une indemnisation équitable”,
nous affirment les expropriés rencontrés sur les
lieux. Et d’ajouter : “Les multiples requêtes
adressées depuis notre expropriation en 2011 aux
responsables concernés sont restées lettre morte.”
Les propriétaires de ces terres sises à la banlieue
nord de Khenchela, expropriés de leurs terres
agricoles pour la réalisation de projets classés
“d'utilité publique”, en l'occurrence la réalisation
de 2000 logements par l’entreprise Cosider, ont
tenté à maintes fois de rencontrer le chef de daïra,
en vain. Ce dernier a refusé toute négociation avec
les représentants des manifestants, notamment
leur relogement dans des logements neufs, a-t-on
précisé. Aussi, les protestataires comptent
maintenir la pression sur les pouvoirs publics
pour que leur cas soit réglé dans les plus brefs
délais. Ils menacent de descendre dans la rue si
aucune suite n’est donnée à leurs doléances.
M. ZAIM

D. R.

Le problème du logement en pole position
à Oum El-Bouaghi

La Cnas œuvre pour sensibiliser les employeurs à prendre les mesures adéquates pour éviter les chutes de chantier.

rois jours durant, du
28 au 30 avril, la
Cnas de Biskra ouvre
ses portes au public
pour mettre le doigt
sur un phénomène
considéré dans de nombreux pays
comme risque majeur : les chutes
en hauteur. En Algérie, la branche
d’activité la plus vulnérable
demeure le BTP. C’est dans ce secteur que sont recensées jusqu’à
25% des chutes, et où 62% des
accidents sont mortels. Les victimes sont surtout des ouvriers
spécialisés ou des manœuvres. Les

T

causes connues sont soit une
échelle artisanale fabriquée au
moyen de planches clouées, soit
un échafaudage qui se déséquilibre
parce qu’il n’est pas installé sur un
support stable. Certains ouvriers
mettent leur vie en péril par l’usage d’une échelle sur un véhicule à
l’arrêt. Les conséquences de ces
négligences sont souvent dramatiques et sont la cause de contusions, de traumatismes et, selon
des sources fiables, entre 13 et 17%
de taux d’incapacité. Avec ces
portes ouvertes, la Cnas espère
installer la culture de la vigilance

face aux risques et maladies professionnelles, et sensibiliser les
employeurs à prendre les mesures
idoines pour éviter les chutes de
chantier. Des recommandations
sont affichées au public concerné
pour “éviter la hauteur pour le travail qui pourrait se faire au sol”,
“signaler suffisamment le danger”,
“installer des filets de sécurité”,
“créer des moyens d’accès rapides”,
“utiliser des échafaudages fixés sur
des bases solides” et “contrôler les
aptitudes physiques et médicales de
l’ouvrier chargé d’effectuer des travaux en hauteur”, “équiper les

ouvriers et manœuvres de tenues
spécifiques pour le travail en hauteur”. Les chutes en hauteur font
de nos jours l’objet de mesures
techniques et législatives qui permettent d’en réduire à la fois le
nombre et la gravité. Nos entrepreneurs ne doivent pas rechigner
à la dépense et mettre à la disposition de leurs ouvriers les moyens
de sécurité fiables pour éviter les
drames sur les chantiers. La vie
d'une personne demeure un capital inestimable.
HACENE LEMOUI

CONSTANTINE

Les retraits de permis
de conduire en hausse
e nombre de retraits de permis de conduire à Constantine, lors des trois derniers
mois de l’année en cours, a augmenté de
14,86% par rapport à la même période de l’année 2014, selon le lieutenant-colonel Beyateb
Djamel, chef d’état-major du groupement de la
Gendarmerie nationale de la wilaya. Les
chiffres du bilan dressé par ce dernier, hier, lors
d’une conférence de presse, révèlent que les
services du groupement de la Gendarmerie
nationale de la wilaya de Constantine ont procédé à 1073 retraits de permis de conduire pour
plusieurs infractions. En premier lieu, on

L

retrouve l’utilisation du téléphone portable qui
représente 45% des infractions, suivi de nonport de la ceinture de sécurité et du non-respect
de la ligne continue. En effet, le dispositif sécuritaire renforcé dans le cadre de la manifestation “Constantine, capitale de la culture arabe”,
notamment l’augmentation du nombre des
barrages, explique la hausse des retraits de permis de conduire. “La plupart des conducteurs
qui ont commis ces infractions sont âgés entre 24
et 40 ans”, précise le conférencier. Tout en
ajoutant que 8616 amendes ont été dressées,
avec une hausse de 5,11% par rapport à la

même période de l’année 2014. Par ailleurs, le
nombre d’accidents de la circulation a baissé
durant le premier trimestre de l’année en cours
de 27,73% par rapport à la même période de
l’année dernière. En effet, 86 accidents de la circulation ont été enregistrés depuis le début de
l’année, contre 186 enregistré durant la même
période en 2014. Concernant la criminalité,
une hausse de 5,98% à été enregistrée. Les services de la gendarmerie ont traité 514 affaires et
procédé à l’arrestation de 527 personnes dont
176 ont été placées sous mandat de dépôt.
SOUHEILA BETINA

GUELMA

Opération de relogement de 50 familles à Hammam N'baïls
a localité de Hammam N'baïls, réputée
pour son relief montagneux et la
rigueur de son climat, s'est réveillée
dans un air de fête puisqu'une cinquantaine
de familles occupant des habitations précaires, recensées en juillet 2007, vont enfin
regagner des logements neufs dotés de
toutes les commodités. Les services de la
daïra et de l'APC ont mobilisé d'énormes

L

moyens humains et matériels pour concrétiser dans de bonnes conditions cette opération qui a été parfaitement organisée. Dans
ce contexte, le chef de daïra, accompagné du
maire, des responsables des services de sécurité, de la Sonelgaz et de la Protection civile,
supervisait personnellement le déménagement des familles concernées qui bénéficiaient du précieux concours d'ouvriers et

de camions pour le transport des affaires
personnelles. En parallèle, dès qu'une masure est évacuée par ses occupants, un bulldozer se met en branle pour la démolition.
Ainsi les sites du 8-Mai-1945, Hessaïnia
Mohamed, des chouhada et autres ont été
concernés par ces démolitions qui se déroulaient dans la sérénité. Les familles débarquaient dans l'allégresse dans leurs nou-

veaux logements et des youyous fusaient
pour signifier la joie et le bonheur de ces
dernières ravies d'abandonner leurs habitations précaires où les conditions d'hygiène
faisaient défaut. Le chef de daïra nous
apprend que la dernière mesure de relogement de 16 familles interviendra dans
quelques semaines.
HAMID BAALI

18 L’Algérie profonde

Mercredi 29 avril 2015

LIBERTE

USTO D’ORAN

BRÈVES de l’Ouest

23 étudiants tentent
l’entrepreneuriat

CHLEF

Etonnante flambée des prix
des produits alimentaires
Les citoyens ont été surpris ces
derniers jours par une étonnante flambée
des prix qui a touché presque l’ensemble
des produits alimentaires. Ce sont surtout
les prix des légumes dans les marchés de
la ville qui ont intrigué le plus les chefs
de famille. “Il faut s’attendre au pire
durant les prochains jours, sinon
comment expliquer cette hausse
injustifiable des prix de certains légumes
comme la tomate (100 DA le kg), les petits
pois (100 DA le kg), la salade verte (80 DA
le kg) et la pomme de terre à 70 DA le kg”,
regrettent de nombreux acheteurs dans le
marché des fruits et légumes à Hay
Bensouna. Ces derniers comptent
beaucoup, cependant, sur l’intervention
de la DCP afin de mettre fin à cette
escalade des prix sans aucune
justification.

Issus de plusieurs départements de l’université Mohamed-Boudiaf (ex-USTO), des
jeunes se sont retrouvés et se sont donné pour défi de lancer leur propre entreprise,
spécialisée dans la récupération de cartons et le recyclage.

AHMED C.

TIARET

Cinq personnes sous mandat
de dépôt pour une affaire
d’avortement

R. SALEM

Un fabricant clandestin
de munitions arrêté à Aïn D’heb
Les éléments de la gendarmerie de Aïn
D’heb, à Tiaret, ont arrêté, en début de
semaine, un homme en possession d’un
fusil de chasse sans papiers. Lors de la
perquisition du domicile, ces derniers ont
découvert une importante quantité de
cartouches de calibres 8, 12, et 16, de
marques italienne et espagnole, ainsi que
des composantes de fabrication de
munitions pour armes à feu. Le dossier
est versé à l’instance judiciaire.
R. SALEM

D. Loukil/Liberté

Moins d’une quinzaine de jours après
une affaire similaire, pour laquelle deux
femmes de 35 et 37 ans ont été placées
sous mandat de dépôt et deux autres
citées à comparaître, le juge d’instruction
près le tribunal de Tiaret vient de décider
de la mise sous mandat de dépôt de 5
personnes et la citation directe à
l’encontre d’une femme de 22 ans. Le
drame a été découvert lorsqu’une femme
de 23 ans, suite à des complications, s’est
présentée à la maternité Aourai-Zohra, à
Tiaret, pour consultation avant que les
sages-femmes ne soupçonnent un
avortement. S’en est suivie une enquête
qui confirmera ce délit pratiqué par une
femme de 42 ans, habitant Sougueur.
Ayant reconnu les faits, ces dernières
ainsi que le géniteur, l’intermédiaire
entre lui et son amie et le transporteur,
ont été placés sous mandat de dépôt alors
que la femme de 22 ans a écopé d’une
citation directe pour avoir subi le même
acte auparavant.

Ces jeunes entrepreneurs écologistes ont créé leur entreprise en tentant l’expérience du recyclage.

epuis deux mois
ces nouveaux
jeunes
chefs
d’entreprise, qui
poursuivent
toujours leurs
études, s’attellent à développer
leurs produits, avec une gamme
de 5 modèles de lustres et
veilleuses design, déjà conçus et
proposés à la vente, le tout à partir de cartons traités.
Donnant libre cours à leur imagination, ces jeunes créateurs
ont trouvé tous ensemble un
équilibre, permettant de se partager les tâches, et de gérer
ensemble les aspects créatifs de
leur entreprise, chacun selon ses
capacités et ses aptitudes, nous
ont-ils dit. Le tout en s’appuyant

D

aussi sur les réseaux sociaux
pour se faire connaître et proposer leurs produits.
Mais le monde de l’entrepreneuriat est aussi une autre découverte pour ces étudiants qui sont
accompagnés dans leur expérience du monde des affaires par
Mme Trari, juriste bénévole
accompagnant les jeunes dans la
création de microentreprises, à
savoir comment mettre en place
des organigrammes, gérer
chaque département et innover,
mettre en place une stratégie de
vente. Dans cet apprentissage,
les 23 promoteurs de la jeune
société
baptisée
“Believe
Compagny” s’appuient pour le
financement de leurs projets et
idées sur la création d’actions

ORAN

Le ministère de l’Intérieur réaffirme
l’interdiction des solariums
près plusieurs déclarations contradictoires
entre celles du représentant du ministère de
l’Intérieur et des Collectivités locales Khaldi
Taha Haïder, et celles de la ministre du Tourisme
Nouria Zerhouni lors de sa dernière visite de travail à
El-Bahia, aujourd’hui la question des solariums semble
bien être tranchée. En effet ce lundi, à l’hémicycle de la
wilaya d’Oran, à l’occasion d’une rencontre régionale
pour la préparation de la saison estivale 2015, Khaldi
Taha a réaffirmé l’interdiction des solariums pour la
saison estivale 2015. D’autre part, l’ouverture des plis
pour les concessions restantes par la direction du tourisme le mois dernier a néanmoins semé le trouble. Ce
lundi, une délégation du ministère de l’Intérieur participait, à Oran, à une rencontre de sensibilisation sur la
saison estivale 2015 et surtout sur les dernières
mesures prises : “la gratuité des plages et des parkings
est irréversible. Je réaffirme l’interdiction des solariums
pour la saison estivale de 2015”, a déclaré le directeur

A

général au ministère de l’Intérieur et des Collectivités
locales M. Khaldi Taha. Face aux interrogations des
élus des communes balnéaires, les membres de la délégation ministérielle ont tenté d’apporter des éclaircissements sur certaines zones d’ombre. “Il faut combattre les hors-la-loi, ceux qui transforment les vacances
des citoyens en un cauchemar”, souligne l’un des
membres de la commission hôte d’El-Bahia. Tous les
aspects de la saison estivale ont été décortiqués : hygiène, sécurité, divertissements, commerce, ont été abordés avec les élus locaux. Cependant, le squat des plages
par des complexes touristiques et hôtels a été soulevé
par le P/APC d’Aïn El-Turck. La réponse fut immédiate : “Vous êtes le premier magistrat de la commune : les
plages sont gratuites et libres d’accès”, rappelle le wali
d’Oran. Notons au passage que 5 communes balnéaires ont bénéficié d’aides financières pour la saison
estivale 2015 de la part de la wilaya.
NOUREDDINE BENABBOU

dont le prix est fixé à 100 DA.
“Nous avons décidé de ce prix en
fonction de notre projet, mais
aussi pour permettre à des personnes intéressées de pouvoir
participer à l’actionnariat de
notre société”, nous dit l’un des
tout nouveaux managers, et
d’expliquer  : “Nous avons choisi
le recyclage de cartons parce que
cela correspond à notre souci de
jeunes agissant avec la préoccupation de préserver l’environnement, mais aussi parce que cela
correspondait encore avec nos
objectifs
pour
‘Believe
Compagny’. Nous n’avons pas les
moyens ni les capacités d’aller
vers la conception de produits
nécessitant des grands moyens
techniques.” Mais il faut dire que

ces 23 étudiants ont démarré
leur aventure dans le cadre d’un
programme de développement
de l’entrepreneuriat chez les
jeunes (Compagny Programme)
sous l’égide d’Indjaz El-Djazaïr.
D’ailleurs, un concours national
aura lieu en juin 2015 à Alger
regroupant un certains nombre
d’autres jeunes entreprises
créées dans le même contexte. Le
lauréat aura le privilège de
représenter
l’Algérie
au
concours international Indjaz
El-Arab. Nos jeunes entrepreneurs écolos et dans le design
croient en leur chance, c’est
peut-être parmi eux que se trouvent les futurs leaders du monde
de l’entreprise de l’Algérie.
D. LOUKIL

AÏN TÉMOUCHENT
e

5 édition de la Semaine africaine
de la vaccination
Placée sous le thème ‘‘La vaccination, un don pour la vie’’, la 5e
édition de la Semaine africaine de la vaccination (SAV) se déroule
depuis ce dimanche, et ce, jusqu’au 30 avril prochain au niveau de
l’établissement public de santé de proximité (EPSP) de la ville d’ElAmria. Un grand nombre de médecins généralistes et spécialistes
exerçant dans les différents établissements hospitaliers et autres
structures sanitaires, dont les unités de dépistage et de suivi scolaire,
participent à cette opération. Cette manifestation scientifique,
rappelons-le, entre dans le cadre du renforcement du programme
national de vaccination qui devrait drainer une plus large participation
des parents à la campagne de sensibilisation et de prévention.
L’ensemble des couches sociales sont concernées par cette
manifestation, eu égard à l’importance de la vaccination. Ainsi, à
l’approche de la période des grandes chaleurs porteuses de risques
épidémiologiques multiples (piqûres de moustiques, morsures et autres
intoxications alimentaires), les participants ont appelé à une adhésion
massive à la campagne de sensibilisation. Des actions sanitaires et
sociales sont menées régulièrement à travers les 28 communes de la
wilaya d’Aïn Témouchent pour une prise en charge effective des
enfants scolarisés ou non, et ce, parallèlement aux Journées portes
ouvertes organisées, en particulier, par les structures relevant des
services de la protection de la maternité infantile.
M. LARADJ

LIBERTE

Mercredi 29 avril 2015

L’internationale 19
LA RECRUDESCENCE DES VIOLENCES ARMÉES MENACE LA PAIX AU MALI

La diplomatie algérienne
mise à rude épreuve
La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) accuse ouvertement le gouvernement malien
d’être derrière les violences de lundi à Ménaka. S’agit-il d’une stratégie de Bamako pour affaiblir
militairement la CMA avant la signature de l’accord de paix final le 15 mai prochain ?
a paix est menacée plus que jamais
au Mali, où la recrudescence des
violences armées dans le nord du
pays pourrait empêcher la signature à Bamako de l’accord final,
entre le gouvernement malien et
la CMA. Le chef de la mission onusienne au
Mali, Hamdi Mongi, n’a, d’ailleurs, pas caché
son inquiétude au lendemain des affrontements qui ont opposé le bras armé de la
CMA aux mouvements armés pro-Bamako.
Lundi, le groupe d’autodéfense des Touareg de
l’Imghad et alliés (Gatia, pro-Bamako) a
mené une nouvelle offensive contre le Mouvement national de libération de l’Azawad
(MNLA), qu’il a repoussé au-delà des limites
de Ménaka, une ville située à 200 kilomètres
à l’est de Gao.
Mais la mission onusienne (Minusma) a dépêché ses troupes à Ménaka et demandé aux
éléments du Gatia de se retirer, eux aussi, de
la ville, afin d’éviter de nouvelles violences. Les
Casques bleus ont donc pris position dans la
ville, ce qui est perçu par une partie de la presse malienne comme un soutien inavoué pour
le MNLA et ses alliés au sein de la CMA. Réagissant à ces nouveaux affrontements, le
gouvernement malien a accouché d’un communiqué dans lequel il a condamné ces vio-

L

D. R.
La violence ne semble pas baisser au Mali malgré la médiation algérienne pour arriver au terme du conflit.

lences. “Le gouvernement de la République du
Mali condamne cette reprise des hostilités et ce
regain de violence au moment même où, avec
la Communauté internationale et les parties
prenantes, tous les efforts sont en train d’être
déployés pour arriver à un accord de paix, gage

d’un retour à la stabilité et à la reprise des actions de développement”, lit-on dans le communiqué de Bamako. Mais le MNLA, un des
membres de la CMA, a affirmé, avec force
conviction, que le Gatia a agi sous l’instigation
du gouvernement qui l’a armé et soutenu fi-

nancièrement. Le gouvernement du Mali est
accusé par le MNLA d’être derrière cette
énième “violation des accords de cessez-le-feu
du 23 mai 2014 à Kidal, ainsi que de la déclaration de cessation des hostilités du 24 juillet
2014, réaffirmée le 19 février 2015”, selon le
communiqué de ce mouvement. Cette escalade
des violences armées intervient à moins de
deux semaines de la signature, à Bamako, de
l’accord de paix final, par les autorités maliennes, en attendant la réponse de la CMA, en
concertation avec ses partisans dans le NordMali. “Le gouvernement du Mali portera l’entière responsabilité des conséquences de telles
attaques. La CMA ne peut se résoudre à subir
indéfiniment les attaques et les agressions dictées par Bamako sans réagir. Cette position n’altère en rien l’attachement de la CMA à la recherche de la paix”, a ajouté le communiqué
de la CMA. Un affaiblissement du MNLA
pourrait contraindre la CMA à accepter la signature de l’accord d’Alger. Mais un autre scénario est également possible : le retour à la case
départ et une reprise de la guerre, comme en
2012. Toutes les portes de la dérive sont en effet
ouvertes. Et c’est la crédibilité de la diplomatie algérienne qui est mise en jeu aussi dans cette crise malienne.
LYÈS MENACER

APRÈS UNE ATTAQUE “TERRORISTE” CONTRE UN POSTE DE POLICE

La Bosnie en état d'alerte
a police bosnienne a arrêté,
hier, un présumé terroriste,
complice de l'auteur d'une attaque dans laquelle un policier a été
tué la veille, alors que les forces de
l'ordre étaient en état d'alerte par
crainte de nouvelles attaques.
Deux policiers ont été blessés, lundi, durant l'attaque à Zvornik (Est).
L’auteur de l’attaque a été tué dans
un échange de tirs avec les policiers.
Les autorités ont identifié son corps.
Il répondait au nom de Nerdin Ibric
et était âgé de 24 ans. “Je crains que
cela ne soit le début de développements bien plus graves dans toute la
Bosnie”, a mis en garde Dragan Lu-

L

kac, ministre de l'Intérieur de la
Republika Srpska (RS), entité serbe
de Bosnie où l'attaque a eu lieu.
Depuis hier, la sécurité est renforcée
autour des institutions de l'État dans
les principales villes du pays, alors
qu'à Sarajevo, même devant certaines écoles, des policiers armés de
fusils automatiques montaient la
garde, a rapporté l'AFP.
Outre le suspect arrêté, plusieurs personnes étaient interrogées par les enquêteurs. “Nous devons comprendre
comment cet acte a été planifié et s'il
y a eu éventuellement un contexte
plus large”, a affirmé le ministre de
la Sécurité, Dragan Mektic. M. Mek-

ARABIE SAOUDITE

93 présumés jihadistes
arrêtés et des attentats déjoués

AFP

utiliser toutes nos capacités pour le
vaincre. Autrement, nous serons
vaincus”, a-t-il dit. Le suspect arrêté “est lié à la mouvance wahhabite”
et “il avait déjà été interrogé à propos de son déplacement en Syrie” en
2014, a dit M. Lukac.
Il s'agit, selon des sources policières
citées par la presse, d'Avdulah Hasanovic, un homme interpellé en

septembre dans le cadre de l'opération “Damas”, au cours de laquelle
14 suspects avaient été arrêtés.
Selon la chaîne de télévision privée
TV1, l'assaillant fréquentait régulièrement Avdulah Hasanovic au
cours des derniers mois.
R. I./AGENCES

L’OPPOSITION MANIFESTE CONTRE UN TROISIÈME
MANDAT DE NKURUNZIZA

Le Burundi sur une pente glissante
es affrontements ont eu lieu,
hier, au Burundi, au troisième
jour des manifestations de l’opposition contre un troisième mandat de
l’actuel président, Pierre Nkurunziza.
“On ne recule pas, ça c'est hors de question”, a déclaré Willy Nyamitwe,
conseiller en communication du chef de
l'État, estimant que le parti au pouvoir
(CNDD-FDD) avait “le droit de présenter
son candidat à la présidentielle de 2015
comme tous les autres partis”, a repris
l’AFP.
“Nous devons aller aux élections. C'est le
peuple qui doit trancher”, a-t-il ajouté.
Mais l’opposition n’entend pas baisser
les bras et compte empêcher Pierre
Nkurunziza de briguer un troisième
mandat. Jusqu’à hier, la police a empêDes émeutes ont éclaté au Burundi pour s’opposer au 3 mandat de Pierre Nkurunziza.
ché les manifestants de quitter les quartiers périphériques de la capitale burundaise Bujumbura venir, c'est une question de jours et de stratégie”, a déclaré
et de rejoindre le centre-ville, resté calme, selon les Charles Nditije, l'un des principaux opposants au chef
de l'État. “Nous allons l'acculer” à renoncer à sa candiagences de presse.
L'opposition, dont l'objectif est précisément de rallier le dature, a-t-il poursuivi. “Il n'aura d'autre choix que d’y
centre-ville, cherche, quant à elle, à forcer ce “barrage”. renoncer parce que nous sommes décidés à aller jusqu'au
“On est en train de s'organiser pour qu'on puisse y par- bout”, a-t-il encore ajouté.

D

e

L. M./AFP

D. R.

■ Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé, hier, l'arrestation de
93 suspects, présentés comme des partisans du groupe État islamique
(EI/Daech). Riyad a affirmé avoir déjoué des attentats, dont un contre
l'ambassade des États-Unis.
Les suspects, majoritairement saoudiens, sont, pour la plupart, liés à l'EI
“à l'étranger”, dont l'une des cellules a été baptisée “Jund Bilad AlHaramaïn (Soldats du pays des deux saintes mosquées)”, a indiqué le
porte-parole du ministère dans un communiqué.
Ce groupe de 15 partisans de l'EI, dirigé par un expert en explosifs, avait
pour mission de s'attaquer aux forces de sécurité, à des militaires et à
des quartiers résidentiels, a ajouté le porte-parole. Une deuxième cellule,
formée de 65 membres, dont un Palestinien, un Syrien et deux apatrides,
a projeté des attaques contre des quartiers résidentiels et “des
opérations destinées à fomenter la sédition confessionnelle”, a affirmé le
porte-parole, en faisant état notamment d'un projet d'attentat-suicide à
la voiture piégée contre l'ambassade des États-Unis à Riyad.
L'Arabie saoudite, membre de la coalition internationale qui mène sous
la conduite des États-Unis des raids aériens contre l'EI en Irak et en Syrie,
a multiplié ces derniers temps les déclarations sur la présence sur son
sol de partisans de ce groupe jihadiste.

tic a fait valoir que les renseignements bosniens disposaient déjà depuis vendredi d'une information
quant à une possible “attaque terroriste” en Bosnie, sans toutefois
connaître le lieu et le moment de l'attaque. “Nous devons définitivement
affronter le fait qu'il y a un problème
sérieux de terrorisme qui prend de
l'ampleur en Bosnie et nous devons

Des

20

Gens

& des

Mercredi 29 avril 2015

Faits

LIBERTE

Vous écrivez des histoires et aimeriez les faire publier. Envoyez-les nous à l’adresse suivante : libertehistoires@gmail.com. Si après sélection, elles retiennent l’attention de la rédaction, elles seront publiées.

CHRONIQUE DU TEMPS QUI PASSE
Récit de Adila Katia

L’inaccessible
56e partie

Cinquième chapitre : Malgré elle…

-Non  ! Ce n’est pas possible  !
s’écrie Yahia. Souad, appelle ta
belle-sœur et demande après
Maria ! Je dois la voir et lui parler !
Dis-lui que je vais divorcer !
La cousine n’a jamais vu Yahia
aussi désespéré. Elle veut bien
appeler Dalila.
- Fais-le tout de suite ! la presse-til. Je vais devenir fou !
- Ne crie pas  ! Tu oublies qu’on
n’est pas seuls ! Mes beaux-parents
vont se poser des questions !
- Je leur dirais tout ! Ma femme ne
veut pas vivre ici et moi je ne peux
pas laisser ma mère seule  ! Elle a
besoin de moi ! Avant, j’étais tranquille, elle était avec papa Allah
yarahmou  ! Je ne me souciais pas
d’elle ! Maintenant, c’est différent !
Majda veut bien s’occuper d’elle
mais là-bas !
- Il faut la comprendre  ! Tu lui

demandes de quitter sa famille,
son pays ! Elle ne veut pas souffrir
de l’éloignement  ! Toi, tu lui as
prouvé que tu étais capable de
vivre loin des tiens ! Dans le fond,
tu veux rester ici pour ta mère ou
pour Maria ?
- Les deux, avoue-t-il. Mais appelle Dalila ! C’est son amie. Elle doit
savoir quelque chose !
Souad s’exécute sur-le-champ et
joint sa belle-sœur. Dalila est surprise d’apprendre que Maria n’est
pas chez elle.
- Je comprends pourquoi ça ne
répond pas chez elle ! Ça fait longtemps que vous avez ramené vos
affaires de son appartement ?
- Oui. On a tout pris. On lui a
rendu les clefs trois ou quatre jours
après ton mariage  ! Donc, tu ne
sais pas où elle est ?
- Peut-être qu’elle est retournée

Dessin/Mokrane Rahim

chez elle  ? émet Dalila. Pourquoi
tiens-tu tant à la voir ?
- C’est Yahia ! Il est malheureux…
- Oui, je le sais ! La dernière fois,
je le lui avais dit mais cela ne semblait pas la toucher, se rappelle
Dalila. Je crois que c’est depuis ce
soir-là que je suis sans nouvelles
d’elle !
Souad raccroche. Yahia est déçu
mais il a l’idée d’aller voir chez elle.
- Peut-être qu’elle est chez elle ? J’y
vais…
Une heure plus tard, Yahia frappait à l’appartement de Maria. Une
femme âgée ouvre.
- Nâam wlidi ? Oui mon fils ?
- Je cherche Maria… Cet appartement est le sien !
Elle secoue la tête.
- Chrinah wlidi ! On l’a loué mon
fils  ! On habite ici depuis trois
semaines !
Yahia prend conscience que Maria
a disparu volontairement de sa vie.
Il retourne chez sa mère et la
prend avec lui à Tunis. Sa petite
famille l’y attendait avec joie…
Dix ans après. On est en 2007.
Salem est un beau garçon de treize
ans. C’est un garçon calme et studieux. “Le fils à maman” lui rend
bien son amour et sa dévotion.
Maria a continué à s’occuper de lui

Résumé : Maria a décidé de ne pas reprendre avec Yahia
même si elle en souffre. Elle demande à l’agent
commercial de vendre son appartement et de lui en
trouver un autre. Elle ne veut plus fréquenter les mêmes
endroits que Yahia. Ce dernier a respecté son besoin de
réfléchir, mais un jour, las d’attendre, il retourne à
Rouiba. Il découvre qu’ils sont partis sans laisser
d’adresse…

comme s’il était un bébé. Parfois
elle a conscience qu’elle pourrait
l’étouffer. Sa vie tourne autour de
lui. Elle travaille dans une entreprise étrangère et sa responsable
est une Française. Elles s’entendent très bien. Magalie est au courant pour sa situation. Maria assiste le responsable des ressources
humaines. Son travail leur permet
de mener une belle vie. Elle a
emmené deux fois son fils à Paris.
Ils ont visité le Maroc et se sont
rendus en Espagne. Maria y a fait
une sorte de pèlerinage. Que de
souvenirs d’elle et de Yahia lui
sont revenus ! Quand elle regarde
Salem, elle voit le fruit de son
amour. Qu’est-ce que serait sa vie
sans lui ? À Aïn Allah où ils vivent

depuis des années, Maria n’a pas
cherché à se lier d’amitié avec les
voisines. En plus de Magalie, elle a
sympathisé avec la propriétaire
d’une pizzéria du quartier. Il arrive
à son fils de rester auprès de
Ferrouz. Ferrouz a la quarantaine
comme elle. Elle est mariée et
maman d’un garçon, Ali, de l’âge
de Salem. Ils fréquentent le même
collège. Parfois, il reste faire ses
devoirs avec lui quand elle le prévient qu’elle rentrera tard.
Comme ce soir. Seulement, si
d’habitude il l’accueille chaleureusement. Ce soir, il est dans le salon
et il semble bouder…
(À SUIVRE)
A. K.

adilaliberte@yahoo.fr
VOS RÉACTIONS ET VOS TÉMOIGNAGES SONT LES BIENVENUS.

Récit de Yasmina Hanane

Dessin/Amouri

62e partie

Résumé : Mordjana dévoile ses appréhensions à sa
grand-mère. Elle aimait Samir et voulait le combler… Il
avait tant fait pour elle… Et elle ? Pourquoi n’arrivaitelle donc pas à lui donner un enfant ? Sa grand-mère
l’exhorte à être patiente. Dieu fait toujours les calculs à
sa manière… Mais elle devrait inciter son mari à voir
un médecin… Samir arrive sur ces faits…
Elle hoche la tête d’un air entendu :
-Sois le bienvenu parmi nous…
Nos portes te seront toujours
ouvertes… Je te remercie Samir de
tout ce que tu as fait pour

Mordjana… Grâce à toi, elle est
aujourd’hui une femme comblée.
-Si ma femme est heureuse, je le
suis encore plus… Je n’ai fais que
mon devoir de mari… Elle était
angoissée à l’idée de me montrer

Mordjana

son visage au début de notre
mariage... Je devais donc faire
quelque chose pour lui permettre
de reprendre confiance en elle.
-Et tu en as fait plus qu’il n’en fallait mon fils… Ma petite-fille est
épanouie et vient de me faire tes
éloges… Ce n’est pas tous les jours
que les femmes tombent sur des
maris comme toi… Mordjana te
doit beaucoup. Que Dieu vous
garde et bénisse votre union.
Samir l’embrasse sur le front :
-Que Dieu te garde aussi pour
nous grand-mère.
Mordjana se lève :
-J’aimerais te montrer quelque
chose Samir.
-Où ça ?
-En ville… Nous allons nous
rendre dans un lieu que tu n’as
jamais vu de ta vie.
Samir se demande quel est le
hasard qui a bien pu organiser son
union avec Mordjana.
Ils sortaient d’un mausolée où on
venait de leur narrer avec précision non seulement l’histoire de la
région mais aussi les nombreuses
conquêtes qu’elle avait connues, et
qui avaient fait que plusieurs
savants, de grande renommée,
étaient enterrés là.
Le lieu qu’ils venaient de visiter
racontait à lui seul mille et un
récits sur les légendes, les
croyances populaires et les rites
des habitants de la ville. Mordjana
lui avait révélé que les couples stériles venaient se recueillir sur le
tombeau du saint qui se trouvait à

l’intérieur du mausolée, et retournaient chez-eux pour voir,
quelques jours plus tard, leurs
vœux se réaliser. Samir, un peu
dérouté par les dires de sa femme,
se demandait en quoi cela pouvait
les intéresser. Lorsqu’il tente d’en
connaître un peu plus sur ses
intentions, elle lui rétorquera d’un
ton qui n’incitait pas à l’insistance,
qu’elle va en rediscuter de toute
cette affaire avec lui, dès leur
retour chez-eux. Sur le chemin du
retour, ils rencontrèrent un cortège de mariage. La mariée, juchée
sur un chameau, et ses accompagnatrices autour d’elle, faisaient
penser à une fête d’une autre
époque. Les cavaliers sur leurs
chevaux tiraient des coups de feu
en l’air et les femmes poussaient
des youyous.
-On dirait que vous avez gardé
toutes vos traditions ancestrales,
lance Samir à sa femme.
Cette dernière hoche la tête :
-Dans la mesure du possible, les
familles tentent de renouer avec
leurs traditions. Ce n’est pas toujours facile, car ces fêtes coûtent
les yeux de la tête. Beaucoup de
jeunes gens de nos jours se rabattent sur les mariages modernes…
Quoi que l’on dise, les fêtes
contemporaines ont pris le dessus… On loue des salles des fêtes
et les services d’un DJ ou d’un
orchestre… Ah  ! Que les temps
changent vite !
Samir lui prend le bras :
-Toi tu n’as eu droit à aucune

fête… Je n’ai pas pu t’offrir autre
chose qu’un simple regroupement
familial… Elle hausse les épaules :
-Ce n’est pas ça l’essentiel Samir,
tu le sais bien… J’ai été surprise de
découvrir, le jour de mes noces,
que l’image que je me faisais de
mon futur époux était bien plus
agréable. Tu aurais pu donner une
grande fête, mais je ne t’aurais
peut-être pas aimé dès la première
minute de notre rencontre.
Il sourit :
-Je ne pouvais pas donner une
fête… J’étais moi aussi déphasé…
Un mariage aussi hâtif que le nôtre
aurait pu engendrer une tempête… Grâce à Dieu, ce n’était pas le
cas... Nous sommes heureux d’être
ensemble et je ne regrette rien.
Mordjana se mordit les lèvres :
-Tu es sûr de ce que tu avances
après deux années de vie
commune ?
Il hoche la tête :
-Bien sûr… Et toi  ? Tu n’es pas
sûre de tes sentiments envers ton
petit mari ?
Elle se serre contre lui :
-C’est la chose la plus concrète et
la plus réelle dont je suis certaine… Mon cœur ne cesse de battre
pour toi… Mais il nous manque
encore quelque chose Samir…
Quelque chose qui complètera
définitivement notre bonheur...
(À SUIVRE)
Y. H.

y_hananedz@yahoo.fr
VOS RÉACTIONS ET VOS TÉMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS.

LIBERTE

Mercredi 29 avril 2015

Sudoku

8

Jeux 21

N°1953 : PAR FOUAD K.

9 1
2
3

6
6
8
6

2
3 9

Comment jouer ?

7 8
4 1

7
9 2
3
8 3
7 1
1

4

2 7 3 6 5 4 9 1 8
1 2 6 7 4 9 3 8 5
6 1 2 4 9 8 5 7 3
7 3 9 2 6 5 8 4 1

8

9 10

Il y aurait beaucoup à dire sur un
sujet qui vous préoccupe. Regardez-y
à deux fois avant de prendre position. Vous avez raison de vouloir en
parler publiquement mais vous
savez aussi que toute vérité n'est pas
toujours bonne à dire, surtout en de
telles circonstances.

VI

GÉMEAUX

VII

(22mai-21juin)
Votre honnêteté ne sera pas mise en
cause malgré des ragots colportés de-ci
de-là. Faites le point avec la personne
qui vous semble concernée par cette
affaire. De bonnes occasions se présentent à vous, et vous êtes sensible à certaines propositions sérieuses.

VIII
IX
X
HORIZONTALEMENT - I - Pays des morts. II - Roche
métaphorique. III - Écrit établissant un droit. Vieux. IV Article ibère. Dresser. V - Propre. Lac d’Amérique. VI - Sans
aspérités. Cardinal. VII - Castor du Canada. Titane. VIII - En
forme d’œuf. Vedette. IX - Le propre de l’homme.
Instrument de musique. X - Hitlérien. Permis.
VERTICALEMENT - 1- Pièces d’orfèvrerie dans lesquelles on
expose. 2- Qui sert. Nœud. 3- Pot de laboratoire. Ancienne
dynastie anglaise. 4- Peu abondant. Mauvais film. 5- Durée
sans fin. 6- Titane. Infinitif. Lettres de Séville. 7- Monnaie de
terroriste. Océan de terres. 8- Femme acariâtre. Rappel. 9Grosse mouche. 10- Légumineuse. Allongés.

Solution mots croisés n°5364
1
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

O
B
E
L
I
S
Q
U
E
S

2

3

4

F
R
O
I
D
E
U
R

F
E
S
T
I
V
I
T
E
E S

5

U S
V E
C
S
O T
I R
O
I C
L
S I

6

7

Q U
R
A D
R U
S
F
T A
A I
E T
L E

8

9

CANCER
(22 juin- 22 juillet)
Votre pouvoir de persuasion vous permet d'obtenir ce que vous voulez. C'est
le bon moment pour demander un
entretien car on sera à votre égard dans
de bonnes dispositions d'esprit.

LION
(23juilet-22août)
Vous subissez une légère baisse de régime, ce qui n'a rien de dramatique en
soi. Vous vous ressaisissez facilement
car vous avez la chance inouïe de pouvoir garder votre calme face à une provocation arrogante.

VIERGE

10

(23août-22septembre)

E N T
U E S
E A U
N N
E T A
A I M
S I
R E
A N G
T A

Vous serez sensible à l'opinion de quelqu'un pour qui vous avez beaucoup de
considération. Les relations superficielles que vous avez eues jusque-là
vont s'améliorer. Une attitude trop rigide pourrait provoquer une rupture,
soyez souple et saisissez la chance qui
vous est offerte.

BALANCE
(23septembre-22 octobre)
Il y a des instants décisifs dans la vie où
il faut savoir faire un choix. On ne sait
pas ce qu'il convient de faire ou de ne
pas faire. C'est sans doute le moment
d'envisager des changements déterminants, ou même repartir à zéro.

s

SCORPION

Enfler la
peau
--------------------Incohérence

(23octobre-22 novembre)

s

s

Une décision importante vous concernant pourrait être prise en votre absence prochainement. Vous pensez devoir
vous préparer pour en connaître tous
les détails. C'est bien inutile car on
vous annoncera la bonne nouvelle
avant les autres.

s

Pirate
--------------------Indien

s

s

Union
européenne
--------------------Pays africain
--------------------Fleuve d’Espagne

s

s

Personne
--------------------Petites
outres

s

s

s

s

s

s

s

Stupéfier
--------------------Comprendra
--------------------Sur le gâteau

s

s

s
Bramerai
--------------------Dieu de la
guerre

s

s

Volonté
--------------------Contracté
--------------------Consonnes

s s

s

s

Démonstratif
--------------------Rivière
de France

s

s

s

s

(20février-20mars)

s s

s

s

s

POISSONS

Colère
--------------------Préposition

Pétrole brut Argile
--------------------- --------------------Là
Article

Deux de rot

s

s

(21mars-20avril)

s
s

Gloutonne
--------------------Direction

s

s

Votre énergie sera à son maximum car
vous aurez la chance de pouvoir
recharger facilement vos batteries.
Vous aurez l'occasion de passer un
moment agréable en bonne compagnie.

BÉLIER

s

s

Faire tort

Répand
--------------------Dévêtus

SOLUTION
DES MOTS FLÉCHÉS N° 459

s

s

Palmipède
--------------------Bières
anglaises

Vous avez suffisamment la grande
forme pour vous sortir de votre routine
journalière. Il faut aller franchement
de l'avant. Il n'y a aucune raison de
douter de vous car toutes les chances
sont de votre côté si vous savez saisir la
nouvelle opportunité qui va se présenter.

Lascif
--------------------Iridium

Poème
--------------------Tirade

Faux marbre
--------------------Id est
--------------------Arsenic

(21janvier-19février)

s

s

Manie
--------------------Personnel

Un événement ou un désaccord pourrait vous atteindre au cours d'une rencontre amicale. Faites preuve de
patience et de compréhension. Restez
calme et regardez les choses sous leur
vrai jour, et ce sera pour vous une journée réussie.

VERSEAU

Sélénium
--------------------Enfreindre
les régles

s

(21décembre-20janvier)

s

Vin vieilli
--------------------Mets
--------------------Ceintures
de crin

CAPRICORNE

s

s

Pronom
relatif

s

s

s

Ville
de l’Ouest
--------------------Édit

Sirop
d’amandes
--------------------Champion

Il y aurait beaucoup à dire sur un sujet
qui vous préoccupe. Regardez-y à deux
fois avant de prendre position. Vous
avez raison de vouloir en parler publiquement mais vous savez aussi que
toute vérité n'est pas toujours bonne à
dire, surtout en de telles circonstances.

s

s

s

Terre
détrempée
--------------------Bouger
Arbrisseau
à fleurs
blanches

(23novembre-20 décembre)

Dernier repas
du Christ
--------------------Métro parisien

s

Rongea
--------------------Issue de…

s

SAGITTAIRE

s

s

MOTS FLÉCHÉS N°460

de Mehdi

AUJOURD’HUI

V

C'est la maison
de Dieu, où on
ne boit ni ne
mange.

8 4 5 1 3 7 2 6 9

7

(21avril-21mai)

C'est la fin qui
couronne
l'œuvre.

5 9 7 8 1 3 6 2 4

6

L’HOROSCOPE
TAUREAU

C'est l'hôpital
qui se moque
de la charité.

3 8 4 5 2 6 1 9 7

5

IV

Bruine obscureTrois jours dure,Si elle poursuitEn dure huit.

9 6 8 3 7 1 4 5 2

4

III

Proverbes
français

4 5 1 9 8 2 7 3 6

3

II

Cette grille est de niveau
moyen : elle contient déjà
30 chiffres.

5

2

N°: 5365 PAR FOUAD K.

I

- chaque bloc de 3X3
contienne tous les
chiffres de 1 à 9.

Solution Sudoku n° 1952

Par :
Naït Zayed

1

- chaque ligne contienne
tous les chiffres
de 1 à 9 ;
- chaque colonne
contienne tous les
chiffres de 1 à 9 ;

2 4

4

Mots croisés

Le sudoku est une grille de
9 cases sur 9, divisée ellemême en 9 blocs de 3
cases sur 3. Le but du jeu
est de la remplir
entièrement avec des
chiffres allant de 1 à 9
de manière que :

Léthargique - Palais - Rouet - At - Tétée - Élu - Cène - Ers - Éd - Ire - Crasse - E - Fière - Tiens - It - A - Songeur Cercle - Méat - A - Astuce - Sa - T - Cid - Tine - Réel - Éetion - I - Plier - Édit - Cr - E - Outrée - Eut - Anse - RSF.

Vous aurez beaucoup de choses à faire.
Heureusement la grande forme est là.
Vous pourrez compter sur l'aide efficace d'une personne qui voudra vous
aider. Acceptez son offre et encouragez-la car vous allez pouvoir compter
longtemps sur sa coopération active.

Mercredi 29 avril 2015

22 Sport
RCA

LIBERTE

BOUGIE RETIENT AUJOURD’HUI SON SOUFFLE POUR LA VENTE DES BILLETS

Mihoubi confiant

Zerdab : “On doit honorer
la Kabylie”

L’

Vente des billets
aujourd’hui à Larbâa
En outre, la vente des billets
d’accès au stade MustaphaTchaker de Blida est prévue
aujourdhui au stade SmaïlMakhlouf de Larbâa, a
annoncé le vice-président du
RCA, Mustapha Zerrouk. Les 11
000 tickets destinés au
supporters du RCA seront
vendus “mercredi à partir de
11h au niveau des guichets du
stade Smail-Makhlouf”, a
indiqué Zerrouk. Afin d’éviter
la revente au marché noir des
billets, la direction du RCA a
fixé la vente d’au maximum
deux billets par personne, a-til signalé, affichant son
souhait de “voir les présidents
des comités de quartiers se
rapprocher de la direction du
club pour acquérir, chacun,
une quantité déterminée de
tickets selon le nombre des
adhérents de chaque comité”.
“La direction du RCA va tout
mettre en œuvre pour éviter
une revente
au marché parallèle des billets
et insiste à ce que tous la vente
des billets se fasse dans
l’équité et sans favoriser une
certaine catégorie de gens”, at-il affirmé, appelant les
supporters à “s’ organiser pour
leur déplacement au stade
Tchaker et à faire preuve d’
esprit sportif avant, durant et
après le match”.

ression terrible des fans sur la direction,
marche nocturne vers le siège de la wilaya pour exiger que les billets soient
vendus à “la maison”, et Farid Zizi, la
cheville ouvrière  du club  qui jette
l’éponge avant de se raviser, c’est ce
qui a caractérisé, hier, le train mobiste.
Une situation confuse qui risque de se répercuter
sur la concentration générale de l’équipe à quelques
encablures  de cette  finale historique pour les
Crabes. Sur le plan technique, la bande à Amrani
s’envolera finalement aujourd’hui vers Alger afin
de préparer son explication avec le RCA. Amrani
récupère même deux pions essentiels dans son échiquier, à savoir Ferhat et Hamzaoui. Un retour qui
donnera, le jour “J”, plus de solutions au staff technique des Vert et Noir de la Soummam.Interrogé, Zerdab, milieu de terrain du MO Béjaïa, soulignera que “c’est une finale inédite, car les deux clubs
n’ont jamais joué à ce stade. C’est un match difficile qui se jouera sur des détails. On cherchera et
on fera tout pour gagner et faire honneur à Béjaïa
et à la Kabylie”. S’agissant des derniers préparatifs
de son team et du retour des blessés au sein du groupe, notre interlocuteur dira : “Nous avons bien travaillé ces derniers jours, même si la pression qui fait
partie du football est déjà là. Pour ce qui est du retour de certains blessés, le coach aura ainsi l’embarras
du choix même si au MOB nous sommes un groupe, et chaque joueur va donner le maximum pour
triompher. C’est notre objectif.” Sur l’appréciation
qu’il fait de son adversaire, en l’occurrence le
RCA, Zerdab reconnaîtra qu’une finale se jouera sur

P

Liberté

entraîneur Mohamed
Mihoubi dont l'équipe,
RC Arbâa, s'apprête à
disputer le 2 mai prochain la
finale de la Coupe d’ Algérie
face au MO Béjaïa, s’ est dit
confiant quant à la capacité
de son équipe à remporter le
trophée, malgré la difficulté
de la mission. “Le RCA est
capable de gagner cette coupe,
un titre qui sera le premier
dans l’ histoire du club. Les
joueurs sont sereins et
confiants dans leur aptitude à
surpasser le MO Béjaïa et une
préparation psychologique
spéciale leur est assurée avant
ce match”, a ajouté le coach.
L’absence du joueur Hocine
Harrouche, une des pièces
maîtresses du système du jeu
du RCA, expulsé dimanche
lors du match RCA-NAHD ( 26e
journée du championnat de
Ligue 1Mobilis), est “une
grosse perte pour l’ équipe”, at-il estimé, affirmant toutefois
posséder des solutions à
même de pallier cette
défaillance.
“Personnellement, j’ aurais
souhaité la présence de
Harrouche, au vu de son poids
dans l’effectif, mais le RCA
possède un groupe riche en
individualités à même de
combler cette absence”, a-t-il
assuré. Le match face au MOB
est “très difficile” et il se
jouera “sur des détails”, a
indiqué, en outre, l’entraîneur
du RCA, estimant que “l’équipe
qui saura faire preuve de
sérénité et d’intelligence dans
le jeu gagnera ce trophée”.
Qualifiant le MO Béjaia de
“très bonne équipe, solide dans
tous les compartiments et
dirigé par un grand entraîneur
(Abdelkader Amrani, ndlr)”,
Mihoubi a émis, par ailleurs,
son souhait de “voir une très
bonne partie de football et
surtout un grand esprit
sportif” lors de cette “fête” du
football national

des détails, “comme nous, ils joueront avec pression
leur première finale et essayerons de la gagner. À nous
simplement d’être prêts physiquement et tactiquement le jour du match. Nous ferons tout pour satisfaire notre merveilleux public”, conclut-il. Par
ailleurs, la vente des billets de la finale commencera
aujourd’hui à partir de 10h dans un seul point de

vente, à savoir le stade de l’Unité maghrébine, comme l’ont décidé les décideurs de Béjaïa. Bougie retient son souffle, car cela va certainement chauffer aux alentours de l’Opow qui verra déferler des
milliers de personnes pour  s’arracher  le fameux
sésame. Nous y reviendrons 
A. HAMMOUCHE 

LES EULMIS METTENT LE CAP SUR LE CS SFAX

MCEE-JSS à huis clos
a Commission de discipline de
la LFP, réunie lundi 26 avril, a
infligé un match à huis clos et
une amende  de 100 000,00 DA  au
MCEE pour mauvaise organisation
avec faits aggravants à l’issue du match ayant opposé samedi au stade
Messouad Zegghar le club de Babya à
l’USMBA. Du coup, les Eulmis joueront leur prochaine sortie face à la JSS
pour le compte de la 28e journée sans
la présence de leurs supporters. Une
sanction qu’on attendait quelque part
du côté d’El Eulma notamment après
les graves accusations du président de
l’USMBA Amroune qui n’a pas hésiter a fustiger le président Arrès Harada
à la fin de la rencontre lui reprochant
d’avoir “monté” des stadiers pour
s’attaquer aux joueurs de Bel-Abbès
dans le tunnel menant aux vestiaires
à la fin de la première mi-temps. Cela
dit, c’est demain que les Chennihi et

L

consorts rallieront la Tunisie en vue
du match face au CS Sfax programmé
dimanche au stade Taïeb-Mhiri de
Sfax. Après avoir bénéficié de deux
jours de repos bien mérité au lendemain de la victoire face à l’USMBA (10), les partenaires de Zeghidi devaient se rencontrer à l’aéroport
Houari-Boumediene de la capitale
pour rallier d’abord Tunis où ils passeront la nuit avant de poursuivre leur
voyage pour rejoindre Sfax.
Une fois arrivée, la délégation eulmie
prendra ses quartiers dans l’un des hôtels de la ville de Sfax où elle élira domicile durant son séjour. 21 joueurs
ont été retenus par le coach Jules Accorsi qui devra se passer des services
de certains éléments comme Oussalah
et Hammami suspendus ainsi que
Bourzama et Madani qui souffrent de
blessures. Des défections qui pèseront
à coup sûr mais cela n’empêche que les

protégées du président Arrès Harada
sont bien déterminé à jouer le coup à
fond pour essayer d’arracher la qualification à la phase des poules de la
LDC. Une performance qui marquera certainement la Ligue des Champions d’Afrique de cette édition
puisque c’est peut-être la première fois
qu’une équipe pourrait se qualifier à
la fameuse phase des poules pour sa
première participation continentale.
“C’est un match qu’on compte aborder
avec la ferme intention de bien le négocier et arracher la qualification à la
phase des poules de la LDC” nous a dit
à ce titre Tem Beng absent lors de la
dernière sortie face à l’USMBA pour
suspension et qui ajoute : “Nous
sommes sur une bonne dynamique en
Coupe d’Afrique. Le groupe commence véritablement à prendre goût à cette compétition. Nous avons déjà réalisé de bons résultats hors de nos bases.

J’estime que nous avons les atouts
pour faire face à cette équipe sfaxienne et réaliser le rêve de toute la population d’une région” ajoute le milieu de
terrain camerounais devenu depuis
son arrivé un élément important du
onze de Babya. Concernant l’objectif
principal de son team à savoir le
maintien, notre interlocuteur pense
que la situation de l’équipe au classement s’est nettement améliorée par
rapport au début de la saison. “Disons
qu’on est sur la bonne voie. Cependant,
il reste que nous devons garder notre
sang-froid et ne pas prendre la tête. On
aura quatre matches à jouer avant la
fin du championnat dont deux qu’on
jouera a domicile. Moi personnellement, je suis confiant quant à nos
moyens pour finir en beauté la saison
avec à la clé une qualification à la phase des poules de la LDC”, conclut-il.
FARÈS ROUIBAH

USMH

Stage à la Corne d’or
la faveur des deux victoires consécutives enregistrées respectivement face au MOB au
stade de l’Unité maghrébine de Béjaïa (0-1)
et à l’ESS (1-0) au stade du 1er-Novembre de Mohammadia, l’USMH a fait un excellent bond, pour
se retrouver à la 2e place au classement général avec
39 points, contre 41 pour le leader l’Entente de Sétif.
Cette situation a ravivé l’espoir chez les supporters
qui ne parlent désormais que du titre. Classée à deux
points du leader sétifien et avec un calendrier très
favorable, l’USMH rendra visite au MCA et à la JSK
et recevra à Lavigerie le NAHD et le CRB, l’espoir
est donc permis pour les Harrachis qui croient dur
comme fer en leur équipe. Le retour de Boualem
Charef à la barre technique est pour beaucoup dans
ce sursaut, après que le club a connu un passage à
vide. Connaissant parfaitement l’équipe harrachie pour l’avoir entraînée pendant six années

À

consécutives avant de partir à l’orée de cette saison
au MCA puis à l’USMBA, Charef n’a pas tardé à
marquer de son empreinte son retour gagnant, faisant taire ceux qui n’étaient pas favorables à son retour et qui sont toujours au conseil d’administration du club.
Par calcul ou stratégie, il refuse pour le moment de
verser dans l’optimisme béat et élude par-là même
d’évoquer le titre, pour ne pas mettre la pression sur
ses joueurs, comme l’a affirmé son adjoint Nacer
Bechouche. “Il est vrai que nous sommes dans une
bonne position au classement général, cela ne veut
rien dire avec ce championnat paradoxal, il suffit de
perdre un match pour se retrouver au fond. On essayera de maintenir cette dynamique de victoires, très
bonne psychologiquement pour le moral des joueurs
qui affronteront nos prochains adversaires avec beaucoup de motivation et d’ambition. On essayera de
finir toutefois sur le podium pour jouer une com-

pétition africaine”, dira l’ancien défenseur central
harrachi des années 80.
L’USMH qui reste sous le coup d’une suspension
de deux années ferme infligée par la CAF de toute compétition africaine, pour son retrait de la LDC
la saison passée, devra faire un recours devant l’instance africaine pour espérer retrouver la compétition. Pour éloigner ses joueurs de la grosse pression
des supporters et leur donner un temps de répit,
Charef s’isolera avec ses joueurs à partir d’aujourd’hui à la Corne d’or à Tipasa pour trois jours qui
seront ponctués, vendredi, d’un match d’application face au MC Cherchell. Il reprendra dimanche
la préparation du grand derby qui l’opposera samedi
9 mai à son grand rival, le MCA, au stade OmarHamadi de Bologhine.
Notons que le dernier championnat remporté par
l’USMH remonte à 1998.
RACHID ABBAD   

LIBERTE

Mercredi 29 avril 2015

Sport 23
LE MCO ÉCOPE D’UNE SIMPLE AMENDE

MC ALGER : ESPÉRANT FINIR LA SAISON AU COMPLEXE MOHAMED-BOUDIAF

Le derby d’Oran se jouera en présence
du public

Raïssi : “MCA-USMH
au 5-Juillet ? Ça sera difficile !”
aintenant
que le stad e d u
5-Juillet est
fi n p r ê t
pour accueillir des matches de football, le Mouloudia d’Alger souhaite retrouver son temple ;
c’est en tout cas ce que souhaite le président des Vert et Rouge, Raïssi : “On veut bien revenir au 5-Juillet pour cette fin de
saison, je ne sais pas si ça sera
possible et si les autorités nous
accorderont le droit de revenir.
Personnellement, j’aimerais bien
que nos prochaines rencontres se
déroulent au 5-Juillet. Je sais
également qu’il y a encore
quelques travaux à terminer, à
savoir le placement des caméras
et autres, et qu’il est trop tard
pour notre prochain match face
à l’USMH. Mais pourquoi pas
pour les matches suivants ?”
Ce dernier assure que le Mouloudia sera domicilié la saison
prochaine au 5-Juillet. “Ce qui
est sûr, c’est que notre équipe recevra ses adversaires dès la saison prochaine au 5-Juillet, il
sera le stade du Mouloudia. Je
vais en tout cas profiter de cette
mini-trêve pour aller voir le directeur du stade, M. Kara, et le

M

Zehani/Liberté

■ Le derby tant attendu entre le MCO et
l’ASMO se déroulera en présence du large
public oranais. C’est ce qu’a logiquement
décidé la commission de discipline de la
Ligue de football professionnel après étude
du rapport ayant trait au dernier MCO-JSS.
“Vu l’article 4 alinéas 1 et 2, l’article 5 alinéa
3, l’article 6, l’article 9 alinéa 1, les articles
10, 31, 37, 38, 39 et 45 du code disciplinaire de
la Fédération algérienne de football ; vu
l’article 26 alinéa 1 et l’article 62 alinéas
1, 6 et 7 du règlement des championnats de
football professionnel et suite à l’examen
des pièces versées aux dossiers, aux rapports
des officiels de la rencontre, ainsi qu’aux
auditions, la commission de discipline (CD),
après délibération, a décidé d’une sanction
sous la forme d’une amende de 30 000 DA
(art. 68) pour le MCO pour utilisation de
fumigènes”, indiquait, ainsi, la CD dans son
procès-verbal portant numéro 38 et publié
mardi et lundi soir par la LFP sur son portail
internet.
C’est que toute la galerie mouloudéenne
craignait énormément un sale remake du
match aller lorsque, suite à un fumigène
balancé des tribunes du stade AhmedZabana à quelques minutes de la fin du
match ASMO-CRB, le derby entre les voisins
et rivaux de M’dina J’dida et d’El-Hamri
s’était joué à huis clos. Samedi dernier, alors
que les Rouge et Blanc se dirigeaient vers
une victoire tranquille aux dépens des
Sudistes de la JS Saoura, un fumigène jeté
des gradins avait provoqué un miniincendie sur le tartan et mis le feu aux
tribunes. Le coupable a, d’ailleurs, été passé
à tabac par les supporters du MCO et n’a dû
son salut qu’à l’intervention du service
d’ordre qui a usé de matraques et
d’intimidations pour arracher ce jeune à
une horde mouloudéenne déchaînée qui
voulait lui faire payer le prix fort car, “ayant
appris à l’avance que certains voulaient
provoquer un huis clos exprès”.
Fort heureusement, la LFP a eu le mérite de
privilégier l’intérêt collectif au détriment
d’étroits calculs personnels. Ce qui
permettra à El-Bahia de renouer avec
l’effervescence et la passion d’un derby
qu’elle n’a plus connues depuis huit longues
années…

solliciter pour nous autoriser à
jouer nos prochaines rencontres
au 5-Juillet, histoire de terminer
la saison dans ce stade”, dira-til. Par ailleurs, une délégation de
la commission d’inspection de
la Confédération africaine de
football (CAF) est attendue
bientôt à Alger pour visiter le
stade du 5-Juillet et se prononcer sur l’homologation de cette
infrastructure. Procédure réglementaire incontournable
pour que la FAF puisse y domicilier à nouveau les matches
officiels de l’équipe nationale.
Pour l’heure, la FAF, présidée
par Mohamed Raouraoua, a
programmé la première
confrontation des Verts dans les
éliminatoires de la CAN-2017
contre les Seychelles, le 13 juin
prochain, au stade Tchaker de
Blida. Pour rappel, l’équipe nationale n’a plus joué sur le terrain du 5-Juillet depuis son
match amical contre la Bosnie,
le 14 novembre 2012 et que le
dernier match du Mouloudia
d’Alger au 5-Juillet remonte à
septembre 2013 lors du derby
face à l’USMA qui a connu un
drame, après la chute mortelle
de deux supporters de l’USM
Alger.
AHMED IFTICEN

ILS SERONT DISTRIBUÉS DANS LA MATINÉE D’AUJOURD’HUI,
AUX GUICHETS DU STADE DE BÉJAÏA

Les tickets de la finale offerts aux Mobistes
écidément, la direction du Mouloudia
Club de Béjaïa ne veut lésiner sur aucun moyen pour réussir sa première finale de Coupe d’Algérie, y compris l’option
d’offrir gratuitement les billets d’entrée au stade. Cette initiative inédite est à mettre à l’actif du porte-parole et actionnaire du club, en
l’occurrence Farid Zizi qui a décidé, hier, de
payer de sa poche les 11 000 billets attribués
par la FAF à la galerie mobiste pour le match
de la finale prévue samedi prochain au stade
Tchaker de Blida.

D

À raison de 300 dinars le ticket, les
11 000 billets ont coûté au responsable du
MOB, la bagatelle de 330 millions de centimes.
La distribution de l’ensemble de ces tickets est
prévue demain aux guichets du stade de
l’Unité maghrébine de Béjaïa.
Cette opération est confiée à la direction de
l’Opow de Béjaïa. Chaque supporter aura
droit à deux tickets sur présentation de la pièce d’identité. C’est ce qui nous a été confirmé,
hier, par le premier concerné lui-même, à savoir M. Zizi qui justifie son action par, dit-il,

RACHID BELARBI

RCA

d’une part, sa volonté de permettre aux supporters d’acquérir les billets de la finale sans
avoir recours au marché parallèle, et d’autre
part, mettre fin à la polémique née autour de
cette question ces derniers jours. C’est aussi,
poursuit-il, une manière de satisfaire, sans
sanction, les supporters des quatre coins de la
wilaya, voire de la Kabylie.
L’opération de distribution des tickets, assure M. Zizi, se déroulera sous le contrôle de la
police.

La Coupe d’Algérie présentée hier
à l’Arba

ment de l’affaire (tentative d’arrangement du résultat de match).” Notons que jeudi dernier, la
CD avait radié l’arbitre juge assistant, Mohamed-Amine Rezgane, dans le cadre de la même
affaire.

■ C’est à 10h que le trophée de la
compétition la plus populaire de Coupe
d’Algérie de l’édition 2015 a été présenté,
hier, à l’Arba. Il a été présenté au public
local au complexe sportif du 1er-Novembre
du centre-ville où des centaines de
supporters d’Ezzerga ont fait la queue
devant le portail du complexe pour voir le
trophée que devra disputer leur club fétiche,
le RCA, contre le MOB, samedi prochain, à
16h, au stade Tchaker de Blida. Le fameux
trophée a été présenté au public de l’Arba en
présence du président de la commission
d’organisation de la Coupe d’Algérie, Ali
Malek, du P-DG de Mobilis, Saâd Damma, en
sa qualité de parrain officiel de la
compétition, du DJS de Blida, M. Bouziane,
du P/APW de Blida, M. Zitouni, sans oublier
les autorités locales de l’Arba, ainsi que les
dirigeants du club du RCA. Lors de sa courte
allocution, le DJS de Boumerdès a affirmé
que les tickets seront tous vendus au niveau
des clubs. “Nous avons partagé les tickets de
la finale entre les deux clubs. Ainsi, chaque
club prendra sa part de 11 000 tickets qui
seront vendus exclusivement au niveau
local. Il n’y aura pas de vente de tickets au
stade Tchaker.” Quant au président Ali
Malek, il a déclaré à cette occasion : “Nous
sommes très contents d’avoir visité la ville de
l’Arba, comme nous l’avons fait pour Béjaïa.
C’est un événement sportif historique pour la
population de cette ville. Nous souhaitons le
fair-play, que la finale soit une fête, et que le
meilleur gagne.” Il est à signaler que la
présentation du trophée a duré jusqu'à 18h,
ce qui a permis aux écoliers des
établissements scolaires, tous paliers
confondus de l’Arba, d’assister à cet
événement pour voir le trophée. Rappelons
que le joueur du RC Arba, Hocine
Harrouche, a été suspendu pour quatre
matches à la suite de son exclusion lors du
match perdu à domicile par son équipe face
au NA Hussein-Dey (1-0).

RACHID ABBAD

NASSER ZERROUKI

FARID ABDELADIM

AFFAIRE CSC-NAHD

Bechirène et Saoudi radiés par la LFP

L

LFP apporte la précision “avec récidive” sans pour autant donner
plus de détails ; est-ce à dire que
Béchirène est déjà concerné par
une affaire de tentative de corruption ? Pour rappel, il est accusé
dans l’affaire CSC-NAHD d’avoir
servi d’intermédiaire. Concernant le cas du président de section
du NAHD, Kamel Saoudi, convoqué pour l’audition du 27 avril, il
ne s’est pas présenté de nouveau
après avoir boudé la première
séance de la semaine passée. À cet
effet, la CD de Hamid Haddadj a
décidé de le suspendre comme
mentionné dans son communiqué. “Convoqué régulièrement aux
séances de la commission de discipline des 20 et 27 avril 2015 et absences non justifiées, dans le cadre
de l’affaire mentionnée ci-dessus où
il a été cité comme acteur, la commission de discipline décide, après
délibération, la sanction à l’encontre de M. Saoudi Kamel, président de section du NAHD : in-

D. R.

a commission de discipline
de la Ligue de football professionnel a confirmé,
hier, l’information  révélée par Liberté faisant état de l’exclusion de
l’arbitre assistant, Choukri Bechirène, du corps arbitral pour
une affaire de corruption. En
effet, dans un communiqué publié
lundi soir sur son site Internet, la
LFP annonce qu’“après reprise
des auditions menées la séance
précédente, la commission de discipline considère que l’infraction
reprochée au concerné (non-information de la hiérarchie) tombe
sous le coup des dispositions de l’article 77 du code disciplinaire de la
Fédération algérienne de football
avec récidive, décide, après délibération, la sanction ci-dessous : Bechirène Choukri - arbitre
assistant : interdiction de toute
fonction et ou activité en
relation avec le football, et ce, sans
préjudice des poursuites judiciaires
éventuelles.”Le communiqué de la

terdiction de toute fonction et ou
activité en relation avec le football
avec proposition de radiation, et ce,
sans préjudice des poursuites judiciaires éventuelles au motif de refus de collaboration et de témoignage à l’effet d’apporter les éclaircissements nécessaires au traite-

Mercredi 29 avril 2015

24 Publicité
JIJEL
A vendre des locaux de services.
Vue sur mer. Différentes
superficies : de 35 m2 à 59 m2.
Prix à partir de 450 millions.

F.1066

Pour tout renseignement :
Tél. : 0774 72 56 56
0661 97 90 74

OFFRES
D’EMPLOI
—————————————
Société privée sise à Dély
Ibrahim cherche une assistante de
direction. CV à envoyer à l’adresse : recru.rcg@gmail.com
Contact : 0560 18 88 78 BR8394
—————————————
Importante société de distribution
de produits pharmaceutiques et
parapharmaceutiques
recrute
dans l’immédiat pour ses besoins
à Tizi Ouzou chauffeurs, livreurs,
opératrices
commerciales.
Envoyer CV par fax au 031 66 08
33
Email
:
smedicpharm@yahoo.com F.1039
—————————————
Ag. imm. cherche secrétaire maîtrise bien le français et l’outil
informatique, habitant Draria.
Tél. : 0550 26 23 89 BR8409
—————————————
Hôtel Lala Doudja recrute réceptionnistes, chef de cuisine, serveurs, femmes de chambre.
Tél. : 0540 00 60 34 BR8412
—————————————
Ecole privée, sise à la résidence
Afak, Sebala, El Achour - Tél. :
0770 26 49 17 - 0770 53 25 62
recrute dans l’immédiat : cuisinier, aide-cuisiniers, agents travaux ménagers (H/F), agents de
sécurité (h), éducatrices, aideéducatrices, surveillantes, chauffeurs (h), enseignants langues
arabe/français primaire, professeurs enseignement moyen de
différentes matières.
Envoyer CVpar email :
generation_college@yahoo.fr
F.1086

—————————————
Centre de remise en forme El
Achour cherche kinésithérapeute,
femme et assistante f.
Tél. : 0555 20 60 70
Email : sante_pluss@yahoo.fr
F.1041

—————————————
Famille cherche chauffeur habitant Bouzaréah.
Tél. : 0553 24 21 75 F.8413
—————————————
Restaurant-pizzeria à Kouba,
Garidi, cherche cuisinier, serveur,
plongeur. Tél. : 0771 11 80 82 0561 60 11 44 - 0661 72 84 16 ALP
—————————————
Famille à Chéraga cherche
femme de ménage.
Tél. : 0558 98 04 47 BR8410
—————————————
Entreprise
privée
cherche
conducteur d’engins (rétrochargeur). Tél. : 0550 02 09 60 F.1093
—————————————
Société privée recrute développeurs Java, détails et dépôt de

PETITES
ANNONCES

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane,
El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

candidature :
www.gpcdz.com/carrière. BR8415
—————————————
Vous êtes étudiant ou chômeur,
âgé de moins 30 ans, sté étrangère vous offre l’opportunité de
faire carrière commerciale, salaire intéressant plus prime. Appeler
le 0556 41 56 82 Acom
—————————————
Ecole de langues à Draria cherche
enseignants d’anglais.
Tél. : 0770 56 70 89 BR8416
—————————————
Cherche technicien programmation informatique CV mail :
barre_codes@hotmail.com F.1096

COURS
ET LEÇONS
—————————————
SBL English School votre partenaire pour améliorer votre anglais
lance nouv. promo pour adultes et
enfants 1er mai. SBL Alger
Grande-Poste 021 74.20.58 0550 86.47.84 SBL Rouiba cité
EPLF en face Coca-Cola
0561 38.64.33 - SBL Boumerdès
Coop. 11 Déc. en face pâtisserie
Mezghena 024 91.41.95 - 0550
10.14.76 -www.sblschool.org - F913
—————————————
ELTC English School lance cours
en anglais de communication
pour adultes et enfants nouv. session 1er et 2 mai.
Tél. : 021 92 27 99 - 0549
53.92.93 - boulevard Bougara, à
proximité de l’ambassade de
Russie, El Biar. Page facebook :
ELTC.school - F916
—————————————
ELTC language school lance
français oral en partenariat avec
Didier Hachette-France pour
adultes et enfants les 1er et 2 mai
et français d’entreprise.
Tél. : 021 92.27.99 - 0549
53.92.93 Bd Bougara proximité
ambassade de Russie, El Biar
Page facebook : ELTC.school F916

—————————————
IMA avec horaires au choix et
tarifs intéressants forme caméraman (woman), montage vidéo,
infographie, Web designer, développeur Web, Java, C#, Delphi,
Access, Autocad, 3 DS Max
internet, power point et bureautique. Tél. : 021 27.59.36/73 0551 959 000 - F629

DIVERSES
OCCASIONS
—————————————
A vendre presse injection marque
Sandretto, 140 t + moule injection
Taloche GM + moule siphon (s) +

m. frottoir.
Tél. : 0550 40 90 34 BR8414
—————————————
Vends présentoir à glace, marque
italienne + 1 machine Carpigiani
+ 1 lot de chaussures. Tél. : 0771
53 55 25 - 0561 27 08 49 ALP

AVIS DIVERS
—————————————
Réparation TV + Plasma à domicile 7/7 “Lyes” Sonacat.
Tél. : 0561 27 11 30 - BR8362
—————————————
Prends
travaux
étanchéité,
maçonnerie.
Tél. : 0550 14 96 29 - BR8372
—————————————
Inst. rép. réfrigérateur, congélateur, frigo-présentoir, machine à
laver, cuisinière, climatiseur,
chambre froide. Tél. : 0660 82 01
76 - 021 86 20 79 F.1058
—————————————
Disposons gros moyens pour travaux de terrassement, bull, niveleuse. char. pelle avec br.
Tél. : 0559 31 52 36 Epcom
—————————————
Dame cherche un prêt raisonnable intérêt ou sans. Tél : 0792
40 41 73 ABR43217
—————————————
Réparation frigo, machine à laver,
cuisinière, chauffage 7j/7 à domicile. Tél. : 0790 54 31 05 ABR43218

VILLAS
—————————————
Béni Saf vends ou loue à sté sup.
villa 420 m2 bâtis, acte + livret
foncier, vue sur plage, 6 appartements R+2, 2 garages, 3 façades,
jardin 300 m2, hammam, eau
h24, chau. cent.
Tél. : 0778 25 17 97 F.1061
—————————————
Vends ou loue villa à Zéralda
R+2 avec acte.
Tél. : 0555 59 31 42 XMT
—————————————
Vends pour client potentiel grande villa pieds dans l’eau 1200/600
m2, 3 f. avec acte cne de Aïn
Taya, w. d’Alger.
Tél. : 0550 69 06 06 Epcom

TERRAINS
—————————————
A saisir terrain bien situé au bord
de la RN 26 Béjaïa (de 4 000 m2)
avec maison, hangars, puits, verger, toutes commodités eau, élect,
acte et livret foncier, tout inclus
15 000 DA le m2.
Tél. : 0771 20 61 92 F.1033
—————————————
Vends lot terrain avec acte 330
m2 Douéra, 3 logements, 3
garages, 3 magasins, coop. côté
hôpital Bordj Menaïl w. 35.

Condoléances
Le président-directeur général, les cadres dirigeants
et l’ensemble du personnel du Groupe
EPE/DICOPA/SPA, profondément attristés par le
décès de la mère de Monsieur Adjerid Saïd
directeur de l’administration et des finances.
présentent à ce dernier, à sa famille
ainsi qu’à ses proches leurs
sincères condoléances. Que Dieu Tout-Puissant
accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde
et l’accueille en Son Vaste Paradis.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
ANEP n°206 823 Liberté du 29/04/2015

Tél. : 0770 62 18 73 Comega
—————————————
Vends terrain Ouled Slama prix
raisonnable avec acte + c. urbanisme. Tél. : 0665 99.72.78 0667 97.14.07 - XMT
—————————————
Aït Toudert, commune Aït
Ouacif, Tizi Ouzou, vends 1er lot
10 000 m2 de terrain + 1 hangar
630 m2, 2e lot 5000 m2 de terrain, 3e lot 5000 m2 de terrain
totalité du site 20 000 m2 + hangar. Pour plus d’information,
contacter M. Hatem au
0550 17 09 45 F.1079
—————————————
Vente de terrain à Dély Ibrahim,
285 m2, acte, livret foncier, permis de construire.
Tél. : 0556 84 68 47 BR8405
—————————————
Vends terrain acte, viabilisé à
Tigzirt, 260 m2.
Tél. : 0669 09 30 27 F.1092

LOCAUX
—————————————
Vends 2 locaux commerciaux
jumelés, toutes commodités
refaits à neuf acte de propriété,
livret foncier chacun sup. 55 m2,
aux Vergers, Birkhadem.
Tél. : 0550 34 66 08 BR8407

LOCATION
VILLAS

—————————————
Mehalma centre à côté du château
d’eau en location très belle villa
composée de 5 appartements,
individuels et F4 avec cuisine
équipée, chauffage central. Pour
visite, contacter : 021 32 33 20 0661 52 70 79 Comega
—————————————
Particulier loue villa 3 étages,
10 pièces, 2 terrasses, usage
administratif, Chéraga.
Tél. : 0550 34 93 07 XMT

PROSPECTION
—————————————
El Biar Château neuf location
villa pour étranger toute commodité 12 chambres, 5 salons + hammam, grand garage et terrasse.
Pour information, contacter 0662
49 23 26 - 050 73 43 89 Comega
—————————————
Cherche pour clients apparts, studios,
location
ou
vente
vides/meublés à Alger ou environs.
Tél : 0552 66 04 44 Acom
—————————————
AG Amel cherche en location et à
l’achat du studio au 30 pièces
pour clients sérieux.
Tél. : 021 63 31 79 - ABR43063

DEMANDES
D’EMPLOI
—————————————
JH sérieux avec exp. cherche
emploi comme agent de sécurité
dans ste privée ou nle, étudie
toute proposition.
Tél. : 0782 17 64 77
—————————————

Carnet
—————————————

Décès
—————————————

La famille Megherbi d’Aït
Ouarzdine (Tadmaït) a la
douleur de faire part du décès
de son cher et regretté fils,
Megherbi Kamel.
L’enterrement aura lieu
aujourd’hui à Aït Ouarzdine.
“À Dieu nous appartenons et

LIBERTE

A VENDRE
Un terrain promotionnel
de 7 300 m2, daïra Amizour,
wilaya de Béjaïa, avec acte,
sur le grand boulevard.
F.1085

JH sérieux, dynamique ayant
expérience dans le commercial,
maîtrisant parfaitement le français cherche emploi dans le
domaine ou autre.
Tél. : 0552 97 66 05
—————————————
JH marié, sérieux avec exp. dans
la gérance d’un parc de matériaux
de construction, gérance d’un
cyber café et chauffeur toutes
catégories,
superviseur
des
ventes, maîtrise l’arabe, le français et l’outil informatique
cherche emploi dans le domaine
ou autre. Tél. : 0551 61 41 00
Email : nbgougam@gmail.com
—————————————
H marié titulaire d’Etat CED,
CMTC, PC compta, PC paie,
MMS, disponible 5 ans d’exp,
cherche emploi environ AlgerDar El Beïda Tél. : 0772 13.34.46
—————————————
F mariée ayant diplôme en sciences
et juridique administrative 15
d’exp. comme ressources humaines
maîtrise très bonne législation de
travail cherche emploi environs
Staouéli, Bou Ismaïl, Zéralda.
Tél. : 0669 11 19 20
—————————————
JH, pâtissier, spécialité orientale,
sérieux et dynamique cherche
emploi. Tél. : 0553 09 58 36
—————————————
JF TS en secrétariat de direction principale, expérience 3 ans, cherche
emploi. Tél. : 0559 43 31 28
—————————————
JH 32 ans dynamique, sérieux,
marié (3 enfants) poss. véhicule
récent, exp. de chauffeur démarcheur, cherche emploi.
Tél. : 0559 92 17 16
—————————————
JH 24 ans, diplôme technicien
spérieur en GRH, 3 ans stage en
GRH cherche emploi.
Tél. : 0554 05 54 18
—————————————
Femme mariée licence en
sciences juridiques et adm. +
Capa et TS en RH exp. assistante
adm. cherche emploi.
Tél. : 0557 76 24 95
—————————————
Homme 50 ans père de famille
cherche emploi en qualité de chaufeur ou autres dans entreprise nle
ou privée. Tél. : 0551 46 19 01
—————————————
JF juriste chargée du personnel
sollicite un poste similaire dans
une grande structure à Alger,
francophone, ex-avocate, véhiculée. Tél. : 0795 47 14 51
—————————————
H. 66 ans, sérieux, titulaire du
brevet français, cherche emploi
administratif. Tél. : 0549 73 22 77
—————————————
Homme conducteur des travaux
coordinateur, maîtrise TCE et C
en VRD cherche emploi dans le
domaine.
Tél. : 0658 29 49 90
—————————————
Homme marié cherche emploi
comme chauffeur dans une socié-

à Lui nous retournons.”
—————————————

La famille Tilmatine a la
douleur de faire part du décès
de son fils, Tilmatine
Youcef, survenu le 20 avril
2015 au Canada.
L’enterrement a eu lieu le
jour même, au Canada.
“À Dieu nous appartenons et
à Lui nous retournons.”
—————————————

Les familles Allim et
Guemouri
d’Aït-Anane
(commune
de
Béni-

Contacter :
Tél. : 0661 63 64 37
té privée ou étatique 22 ans d’expérience dans le domaine.
Tél. : 0775 32 36 71
—————————————
Cadre 15 ans d’exp. dans les ressources humaines et administration cherche emploi dans ste
étrangère. Tél. : 0673 52.46.58
—————————————
H chauffeur grande expérience
connaissant tout le territoire
national cherche emploi.
Tél. : 0771 54.07.33
—————————————
Conducteur de travaux bâtiment
TCE génie civil, VRD, niveau
ingénieur 40 ans d’expérience,
cherche emploi ou sous-traitance,
maçonnerie, assitance technique,
métrés, suivi de chantier jusqu’à
100 km de rayon Ouest d’Alger.
Tél. : 0662 91 23 37
—————————————
JH 31 ans cherche emploi.
Tél. : 0772 23 64 89
—————————————
H. 66 ans retraité, très bonne
santé et dynamique ex-chef de
service matériel et gestionnaire
de stock ayant 35 ans d’expérience, niveau d’étude 3e année
secondaire cherche emploi magasinier, gestionnaire de stock ou
autre, polyvalent et sérieux dans
le travail. Tél. : 0556 45 58 38
—————————————
Cherche emploi tous travaux de
maçonnerie, faïence, dalle de sol,
carrelage. Tél : 0551 14 65 93
—————————————
Homme 55 ans cherche emploi
comme agent de sécurité.
Tél. : 0555 89 86 85
—————————————
Homme 60 ans cherche emploi
comme agent de sécurité ou d’entretien ou agent polyvalent
Tél. : 0779 15 55 42
—————————————
Homme 53 ans cherche emploi en
qualité de chauffeur ou d’agent de
sécurité. Tél. : 0792 17 77 06
—————————————
Ingénieur GC avec 18 ans dans la
gestion des projets bâtiment et
ouvrages hyd. postule au poste de
chef ou directeur des grands projets. Tél. : 0782 23 43 64
—————————————
Ingénieur génie civil grande
expérience professionnelle dans
le domaine, plus de 19 ans, désire
poste en rapport, accepte le Sud.
Tél. : 0779 59 67 77
—————————————
H retraité cherche emploi répondant au profil tel que gadiennage,
agent de sécurité ou chauffeur.
Tél. : 0553 26 13 16
—————————————
JH 29 ans diplôme en informatique de gestion, 6 ans d’exp,
cherche emploi, résidant Alger.
Tél. : 0770 81 43 99

SOS
•• Cherche
Amantadine 100mg
Tél. : 0661 36 51 32
Zmenzer), parents et alliés,
ont l’immense douleur de
faire part du décès tragique
de leurs chers et regrettés
fils, Allim Si Toufik et
Guemouri Nassim, survenu
lors d’un accident de la circulation au Barrage de Taksebt
(Tizi Ouzou).
L’enterrement aura lieu
aujourd’hui à 12h au cimetière d’Aït-Anane (commune de
Beni-Zmenzer).
“À Dieu nous appartenons, à
Lui nous retournons.”

LIBERTE

Mercredi 29 avril 2015

Publicité 25

OFFRE DʼEMPLOI

ANNIVERSAIRE

Société privée sise à la zone industrielle
El Harrach, active dans la fabrication
dʼemballage flexible, recrute

UN AGENT COMMERCIAL
ayant expérience dans lʼemballage souple.

F.1084

Envoyer CV au : 021 52 73 01
ou par mail au :
recrutcommercial2015@gmail.com

Direction de la distribution Blida
Division exploitation électricité

AVIS DʼINFRUCTUOSITÉ
DE LA CONSULTATION N°01/2015
MISE À NIVEAU DE RÉSEAU ANTI-INCENDIE
(LOT N°01 TUYAUTERIE
ET EQUIPEMENT DE POMPAGE)
NIF : 000116001740284

Pour améliorer sa qualité de service et consolider
son réseau, la Direction de la distribution de Blida
entreprend des travaux d’entretien qui nécessiteront l’interruption de fourniture d’électricité la
journée du 29/04/2015 entre 09h00 et 16h00, au
niveau de la commune de Béni Merad
Localités concernées :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Lʼassociation TAGMATS ALI ZAMOUM tiendra
son assemblée générale ordinaire le vendredi
1er mai 2015 à 9h, en son siège sis à Boghni.
Ordre du jour : Présentation des bilans moral et
financier et programme dʼaction 2015.
La présence des membres de lʼassociation est
Le président
indispensable.

L’Entreprise A.C.S SPA informe l’ensemble
des soumissionnaires ayant participé à la
consultation n°01/2015 relative à la mise à
niveau de réseau anti-incendie (lot n°01
Tuyauterie et équipement de pompage), parue
dans les journaux Liberté et Echourouk du
26/02/2015, que la consultation a été déclarée
infructueuse par la commission d’ouverture
des offres.

Condoléances
M. Hamid Chader, directeur
général de la BU Services et
Logistique, M. Safi Lazreg,
directeur général de Numilog
affilié au groupe Cevital, ainsi
que les directeurs du comité de
direction de Numilog,
profondément attristés par le décès
du père de M. Ferrah Kamel,
directeur projet à Numilog,
présentent à ce dernier ainsi qu’à
toute sa famille leurs sincères
condoléances et prient Dieu ToutPuissant d’accorder au défunt Sa
Miséricorde.
A Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons.
F.1098

Pensée
Le 26 avril 2009
nous a quittés
EL MOUDJAHID
SAÏD BESSALAH
DIT DA EL HOCINE
En cette mémorable occasion,
son épouse, ses enfants et ses
petits-enfants demandent à
tous ceux qui l’ont connu
d’avoir une pieuse pensée en
sa mémoire et prient Allah
Tout-Puissant qu’Il l’agrée en
Son Vaste Paradis et qu’il
repose en paix.
F.1094

025 20 75 61
La Direction de la distribution de Blida
s’excuse pour les désagréments causés.
ANEP N°321 490 Liberté du 29/04/2015

LIBERTE

Pensée
Dure et cruelle fut la
journée du 29/04/2014
quand nous a quittés
brutalement notre cher
et bien-aimé
ABDELKADER GASMI
En ce douloureux souvenir, ta femme,
ton fils, ta bele-mère, ta belle-sœur,
tes neveux Réda, Ali Mehdi et Samy,
tes nièces Myriam et Maya du Canada
et ta nièce Mounia
des Etats-Unis demandent à tous
ceux qui t’ont connu et apprécié
d’avoir une pieuse pensée pour le
repos de ton âme. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

PUB

ALGER
37, rue Larbi Ben M’hidi
Tél : 021 73 04 89
Fax : 021 73 06 08

Les familles Nassar, Chelgham,
Boursas, Gomri, Salah-Bey, Abtroun et
Nedjaï demandent une pieuse pensée en ces
douloureuses journées des 26 avril 2014 et 10
octobre 2014, suite au décès de leur frère
HADJ NASSAR AMOR
ex-président de la Cour suprême
à l’âge de 92 ans et
MME BOURSAS NÉE NASSAR LOUISA
à l’âge de 81 ans.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons.

Cela fait déjà 40 jours,
le 19 mars 2015, date à
laquelle nous a quittés pour
un monde meilleur notre
cher fils
YATAGHANE SID ALI
qui nous a laissé un vide incommensurable
que nul ne peut combler. Ton ombre, ton
odeur, tes réflexions, tes blagues et ta gentillesse sont toujours parmi nous. Notre douleur est toujours très profonde et rien ne peut
l’atténuer. Ta maman, ton père et tes sœurs
demandent à tous ceux qui t’ont connu
d’avoir une pieuse pensée pour toi.
Repose en paix, Alilou.
Que Dieu t’accueille en Son Vaste Paradis.
Les parents informent proches et amis que la
commémoration aura lieu ce vendredi 1er
mai à leur domicile Tibane. A Dieu nous
appartenons et à Lui nous retournons.

Décès

Le 29/04/2001 nous a
quittés notre cher et
regretté
SMAÏN MADAOUI
Sa famille demande à
tous ceux qui l’ont
connu d’avoir une
pieuse pensée en sa
mémoire.

La famille Bouchouchi a
la douleur de faire part
du décès du
Professeur Mokrane
Bouchouchi
Son enterrement a eu
lieu le vendredi 24 avril
2015 au cimetière de
Thiais. Ina lilah oua ina
ilayhi radjioune

C0166

Pensée
A notre cher et regretté oncle
BACHA MOHAND OU RABAH
tombé au champ d’honneur dans les
Hauts-de-Seine il y a déjà 58 ans. La
disparition à la fleur de l’âge du fils unique que tu fus
pour nos grands-parents a laissé un vide incommensurable, difficile à combler. Aussi, les personnes qui
t’ont connu ou côtoyé garderont toujours le souvenir
de ta grande modestie, de ton extrême générosité et
surtout de ton sens profond du devoir et du sacrifice
au service des nobles causes. Repose en paix, cher
oncle Mohand Ou Rabah. Nous ne t’oublierons pas.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
Tes neveux Boulhares.
G
Mebarek.

Remerciements

ALP

Suite à la disparition
cruelle et inattendue de
leur fils
YATAGHANE
SID ALI
survenue le jeudi 19
mars 2015 à l’âge de
31 ans, les familles Yataghane, Mazouz,
parents et alliés, profondément touchés
par les marques de sympathie qui leur
ont été témoignées, expriment leurs sincères remerciements à tous ceux qui, par
leur présence et leurs marques d’affection
et d’amitié, ont compati à leur douleur.
Merci de nous avoir soutenus dans cette
dure épreuve. Puisse Dieu Tout-Puissant
accorder au défunt Sa Miséricorde et
l’accueillir en Son Vaste Paradis. Repose
en paix, Alilou ammi azizen.
F.1067

F.1089

Pensée

Pensée

SOS •• Le jeune Ammouchi Omar, 24 ans,
handicapé, soutien de famille, demande à toute
âme charitable de l’aider pour l’achat d’une
prothèse afin de pouvoir travailler et aider
son père âgé et sans ressources. Dieu vous le
rendra. Tél. : 0550 73 01 17

40e jour

Remerciements
M. Salah
Mokrani de
Larbaâ Nath
Irathen, ses
frères, ses sœurs,
son oncle Ali, sa
tante Dahbia,
ses neveux et ses
nièces remercient toutes les
personnes qui leur ont témoigné
sympathie et compassion suite au
décès de leur très cher et regretté
L’HADJ MEZIANE
survenu le 22 avril 2015 à l’âge
de 85 ans. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

F.1100

Pensée

G

BR8404

F.1080

A notre grand-père, père,
époux et beau-père
RAMLA KHALED
Quarante jours sont passés
depuis ton départ et pourtant
pas un instant ne s’est écoulé
sans que tu sois présent dans le cœur et l’esprit de
ceux qui t’aiment. Avant de partir, nous te disions
tout notre amour, nous te disions notre reconnaissance pour tout ce que tu nous as donné et appris,
notre reconnaissance pour ces grandes choses de
la vie qui ont fait ta vie et sur lesquelles tu souhaitais nous ouvrir. Tu disais que la vie n’avait de
sens que si celle-ci était consacrée à la recherche
de la vérité, à la recherche de la justice et du bien
pour tous, c’est ce sens que tu donnas à ta vie jusqu’à la fin de tes jours. Tu manques à tes petitsfils que tu aimais tant, tu nous manques à tous.
Notre réconfort est que nous te retrouverons là où
nous honorons ta vie et ta mémoire. En cette circonstance, nous tenons à remercier tous ses
proches et amis qui ont été présents à nos côtés et
ont partagé notre douleur. Repose en paix. Ta
famille Ramla
BR8417

Pour plus d’informations, contactez la Direction
de la distribution de Blida sur le numéro suivant :

ANEP N° 206 818 Liberté du 29/04/2015

Rabah ZAMOUM

G.

DOMAINE YAKHLEF - BRISSONIER

Joyeux anniversaire
à notre cher
directeur
M. LARBI RAFIK
L’équipe de
DANIMEX
vous souhaite
un heureux
anniversaire.

Pensée
29 avril 2005
29 avril 2015
Cela fait déjà 10 ans que
tu nous as quittés, très
cher papa
MAZOUZI OMAR
mais sois tranquille, tu es toujours présent
à la maison et partout avec ta gentillesse,
ton silence et ton autorité.
Papa, tu peux dormir tranquillement car
tes conseils sont suivis à la lettre et nous,
tes enfants et ta femme Djohra, restons
unis et le resterons jusqu’au jour où nous
te rejoindrons. Après 10 ans de ta séparation, je demande à tous les gens qui t’ont
connu d’avoir une pieuse pensée en ta
mémoire. Repose en paix, cher mari.
Repose en paix, cher papa.
Ta femme et tes enfants qui t’aiment
XMT

26 Télé

Mercredi 29 avril 2015

LIBERTE

NUMÉROS UTILES
URGENCES MÉDICALES : 115
- Samu 021 43.55.55 / 021.43.66.66
- Centre antipoison 021.97.98.98
- Sûreté de wilaya 021.73.00.73
- Gendarmerie nationale 021.76.41.97
- Panne gaz 021.68.44.00
- Panne électricité Bélouizdad
021.67.24.52
- Panne électricité Bologhine
021.70.93.93
- Panne électricité El-Harrach
021.52.43.29
- Panne électricité
Gue de Constantine
021.83.89.49
- Service des eaux
021.67.50.30 - No vert : 1594
- Protection civile
021.71.14.14
- Renseignements : 19
- Télégrammes : 13
- Gare routière Caroubier :
021 49.71.51/021 49.71.52/021 49.71.53 021
49.71.54
- Ministère de la Solidarité nationale, de
la Famille et de la Communauté nationale
à l’étranger. Personnes en difficulté ou
en détresse :
No vert : 15-27

MARVEL :
LES AGENTS
DU S.H.I.E.L.D.
19H50

GREY'S ANATOMY

CANAL+

THE GRAND BUDAPEST HOTEL

19H55
April voit d'un mauvais œil l'arrivée de ses trois
sœurs, venues l'aider pour son mariage. Matthew
et Jackson sont témoins d'un accident et contraints
de faire équipe pour prendre en charge le blessé.

21H30
Dans les années 1960, un romancier se rend
dans un ancien hôtel de luxe d'Europe centrale.
Il y fait la connaissance de Zero, le propriétaire, qui
lui raconte sa vie... 

HÔPITAUX

DISPARUE

- CHU Mustapha: 021.23.55.55
- CHU Aït Idir : 021.97.98.00
- CHU Ben Aknoun : 021.91.21.63 021.91.21.65
- CHU Beni Messous : 021.93.15.50 021.93.15.90
- CHU Kouba : 021.28.33.33
- CHU Bab El Oued : 021.96.06.06 021.96.07.07
- CHU Bologhine : 021.95.82.24 021.95.85.41
- CPMC : 021.23.66.66
- HCA Aïn Naâdja : 021.54.05.05
- CHU El Kettar : 021.96.48.97
- Hôpital Tixeraine : 021.55.01.10 à 12
(standard)

19H55
Léa laisse un message sur le répondeur
de son père, mais ce
dernier ne parvient
pas à la rappeler : la
jeune femme est sur
messagerie. Il se
rend aussitôt à la police, où le commissaire Molina lui assure qu’il va tenter
de localiser l’appel. 

COMPAGNIES AÉRIENNES
AIR ALGÉRIE
1, place Audin 16001 Alger
- Tél. : +213 21.74.24.28
- +213 21.65.33.40
Réservation : 021.68.95.05
AIGLE AZUR
Aéroport d’Alger H - B
- Tél. :+213 21.50.91.91
21.50.91.91. Poste 49.31
AIR FRANCE
Centre des affaires
- Tél. :021.98.04.04
- Fax. :021.98.04.43

DES RACINES ET DES AILES
19H50

LE PLUS BEAU
JOUR DE MA VIE
19H50

M6 FÊTE LES 30 ANS
DU TOP 50 - LES TUBES
QUI FONT DANSER ! VOLUME 2
19H55
Après une première soirée, la fête du Top 50 se poursuit sur la scène du Palais des Sports de Paris. Tout au
long de l'émission, les animateurs accueillent sur scène des artistes d'hier et d'aujourd'hui qui interprètent
les tubes qui ont fait danser plusieurs générations au
cours des trente dernières années. 

LA VIE RELIGIEUSE
Horaires des prières
10 radjeb 1436
Mercredi 29 avril 2015
Dohr............................. 12h46
Asr................................ 16h31
Maghreb.................... 19h38
Icha................................. 21h05
11 radjeb 1436
Jeudi 30 avril 2015
Fadjr............................. 04h20
Chourouk................... 05h56

En plein désert, la mystérieuse Lorelei parvient à
convaincre une bande de
motards de se mettre à
son service. Pendant ce
temps, Skye reprend des
forces mais doit encore se
reposer.

Arthur Després, écrivain,
file le parfait amour avec
sa compagne Lola tout en
étant persuadé qu'il ne
tombera jamais dans les
clichés du couple. Mais
Lola, qui vient d'avoir 30
ans, veut une preuve
d'amour de la part de
son homme, à savoir une
belle cérémonie de mariage.

Du Pays d’Auge aux forêts du Perche jusqu’aux îles anglo-normandes, la Normandie
est une mosaïque de paysages que décryptent
historiens, naturalistes ou agriculteurs. Arnaud
Guérin, photographe et géologue, survole la
Basse-Normandie. 

LIBERTE

Directeur de la Publication-Gérant : Abrous Outoudert
e-mail : abrousliberte@gmail.com

Quotidien national d'information - Édité par la SARL - SAEC - Capital 463 000 000 DA
Siège social : 37, rue Larbi-Ben M'Hidi - Alger BP. 178 Alger-Gare

Directeur de la rédaction : Saïd Chekri

DIRECTION ET RÉDACTION

PUBLICITÉ

Lotissement Ezzitoune n° 15 Oued Roumane- El Achour - Alger
Tél. : (021) 30 78 47/ 48/ 49 (lignes groupées)
Fax (021) 31 09 09 (direction générale) - Fax : 021 30 78 70 (rédaction)

BUREAUX RÉGIONAUX
ANNABA
26, rue Mohamed-Khemisti
Tél / Fax : (038) 86 75 68
CONSTANTINE
36, avenue Aouati-Mostéfa
Rédaction : Tél. : (031) 91 20 39
Tél./ Fax : (031) 91 23 71
Publicité : 39, avenue
Aouati-Mostéfa
Tél. : (031) 92 24 50
Tél./ Fax : (031) 92 24 51

ORAN
26, rue de Nancy
(derrière l’ex-consulat de
Russie)
Fax : (041) 41 53 99
Tél. : (041) 41 53 97
MASCARA
Maison de la Presse :
Rue Senouci Habib - Mascara
Tél. / Fax : (045) 80 36 85

BLIDA
79, boulevard Larbi-Tébessi
Tél. / Fax: (025) 40 85 85
TIZI OUZOU
Bâtiment Bleu - cage C
2e ét Tél. : (026) 12 67 13
Fax : (026) 12 83 83
BÉJAÏA
Route des Aurès - Bt B - Appt
n°2 - 1er étage
Tél. / Fax : (034) 16 10 33

Siège Liberté Tél. : (021) 30 78 97 / Fax : (021) 30 78 99
ANEP 1, avenue Pasteur - Alger
Tél. : (021) 73 76 78 / 73 71 28 Fax : 021 73 95 59

TIARET
Maison de la presse
Saim-Djillali
Tél. / Fax : (046) 41 66 92
CHLEF
CIA des Fonctionnaires
Bt C cage M n°03
Tél. / Fax : (027) 77 00 17

OUM EL-BOUAGHI
Cité 1000-Logements (NASR)
Tél./Fax : (032) 55 78 99

PAO
SARL - SAEC
IMPRESSION

SIDI BEL-ABBÈS
Immeuble Le Garden
(face au jardin public)
Tél./Fax : (048) 65 16 45

Centre : Liberté : 021 87 77 50
Ouest : Liberté - Est : Sodipresse
Sud : Sarl TDS : 0661 24 209 10
Agence BDL 1 rue, Ali Boumendjel
16001 (Alger)
CB : 005 00107 400 229581020

SÉTIF
9, rue Colonel Amirouche.
Tél/fax : 036 84 33 44

Les manuscrits, lettres et tous documents remis
à la Rédaction ne sont pas rendus
et ne peuvent faire l’objet d’une quelconque
réclamation.

ALDP - Simprec - Enimpor - SIA-SUD
DIFFUSION

LIBERTE

Mercredi 29 avril 2015

Publicité 27

F.1097

Sarl PROFILOR Alger
vous propose une large gamme de produits

• Rayonnage métallique
Modèle lourd et léger en différentes dimensions

• TN 40 En tôle galvanisée épaisseur 0,7 mm, longueur sur commande
• Métal déployé En plusieurs dimensions
Pour toute information, contacter le service commercial :
Adresse : RN n°5, BP n°20, El Merdja, Bab Ezzouar, Alger
Tél. : 021 50 77 16 - 50 86 79 - 50 59 48 - Fax : 021 50 86 08 - 50 59 48
Mobile : 0661 55 70 02
Email : commerciale@profilor-dz.com - contact@profilor-dz.com - Site web : www.profilor-dz.com

• Lames de rideaux galvanisées
En modèles pleines et perforées d’épaisseurs 0,8 et 1 mm et de largeur 120 mm

• Fourniture et pose rideaux électriques
(Lames et rideaux galva teinté)
Tél./Fax : 021 51 87 06 - Email : socomeg@gmail.com
F.837

ANEP N°206 715 Liberté du 29/04/2015

Bureau études techniques
bâtiment Alger recherche
✔ MÉTREURS VÉRIFICATEURS
CONFIRMÉS

✔ ARCHITECTES AUTOCAD ET REVIT
✔ INGÉNIEURS GÉNIE CIVIL
- SAP OU ROBOT
✔ PROJETEURS ARCHITECTURE
✔ PROJETEURS
BÉTON

- CHARPENTE
F.1050

Envoyer CV :

drh_projet2015@hotmail.com

C0166

F.1088

F.1088

Les élèves de l’école primaire
Maâmar-Amar rendent visite à “Liberté”

LIBERTE
LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D'INFORMER

www.liberte-algerie.com
g

Louiza/Liberté

- www.facebook.com/JournalLiberteOfficiel
- twitter : @JournaLiberteDZ

ALGER

Une secousse tellurique
de 3,8 degrés

■ Une secousse tellurique de
magnitude 3,8 degrés sur l'échelle de
Richter a été enregistrée hier à 19h27
(heure locale) à Alger, a indiqué le
Centre de recherche en astronomie,
astrophysique et géophysique (Craag).
L'épicentre du séisme a été localisé à
22 km au nord de Bologhine (en mer), a
précisé la même source.
R. N./APS

DILEM
Les élèves de troisième année
primaire l’école Maâmar-Amar de
Tizi Ouzou ont rendu visite, hier
matin, à Liberté, accompagnés de
trois de leurs enseignantes de français et d’arabe. Durant près d’une
heure, leur curiosité les a amenés
dans presque tous les services du
journal où ils ont eu droit à un exposé détaillé sur chaque service de
la rédaction et le processus de réalisation de l’édition du jour. Leur in-

alidilem@hotmail.com

térêt s’était également porté sur
tous les aspects du métier de journaliste. L’espace d’une brève rencontre, et à travers leurs questions,
ils ont montré une véritable prédisposition pour se lancer dans le
métier de journaliste. Selon leurs
enseignantes, il s’agit de leur première sortie pédagogique qu’ils ont
envie de renouveler, dès que l’occasion se présentera.
LIBERTÉ

VIDÉO D’UN ENFANT MALTRAITÉ PAR UN CHIEN

Arrestation des auteurs à Oran
■ Les auteurs de la vidéo d’un jeune enfant maltraité par un chien,
sous l’instigation d’individus, ont été arrêtés dans la nuit de lundi à mardi, avons-nous appris de sources policières. En effet, ce sont
quatre individus qui ont été arrêtés après la diffusion de cette vidéo sur les réseaux sociaux mais également sur une chaîne privée,
montrant le jeune Aymen, âgé de 7 ans, se faire attaquer par un
chien de race berger allemand, encouragé par les individus en question, alors que le jeune enfant effrayé criait et pleurait sous les rires
sarcastiques du propriétaire du chien. L’intervention des forces de
police, fait suite à la saisine du procureur général aux enquêteurs
de retrouver les auteurs de cette agression. L’enquête a permis d’identifier la victime, en l’occurrence le jeune Aymen et localisé l’adresse de ses parents qui vivent au quartier Ibn-Sina ex-Victor-Hugo.
Les mis en cause vont être traduits en justice, avons-nous appris.
L’enquête se poursuit pour déterminer les tenants exacts de cette affaire.
AYOUB A.

SELON UN COMMUNIQUÉ DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ

La grève du SNPSP “peu suivie”
La grève initiée lundi par le Syndicat national des praticiens de la
santé publique (SNPSP) serait un
” selon le ministère de la San“échec”,
té, de la Population et de la Réforme hospitalière, dans un communiqué rendu public hier aprèsmidi.
Aux 75% de taux de suivi annoncé
par le SNPSP, le ministère de tutelle
a avancé le chiffre de 10,58%, pré-

cisant que sur les 48 wilayas du
pays, 20 d’entre elles ont enregistré
un taux nul de suivi, ajoute le communiqué. “Loin des déclarations
fantaisistes du syndicat, ces chiffres
(…) traduisent l’échec des initiateurs
de cette grève que la justice a déclarée illégale et signifient un aveu
” lit-on encore dans le texcinglant”,
te transmis à notre rédaction.
LYÈS MENACER

TIARET

■ Les habitants du quartier Carrière de Frenda, à Tiaret, ont été choqués, hier, en apprenant les conditions tragiques ayant provoqué
la mort d’une jeune femme de 48 ans, mère de deux enfants. Cette dernière a été brûlée vive en son domicile. Selon les premières
informations, la victime, qui s’affairait à ses tâches ménagères, se
serait approchée des flammes d’un appareil de cuisson qui seraient
à l’origine de brûlures profondes. Le corps a été déposé au service de médecine légale et une enquête a été déclenchée pour déterminer les circonstances exactes de cet accident.
R. SALEM

KHENCHELA

Deux morts et trois blessés
dans l’explosion d’une mine
Deux personnes ont été tuées et
trois autres grièvement blessées,
hier, dans la localité de Boudekhane, au sud de la wilaya de Khenchela, dans l'explosion d'une mine,
au passage de leur véhicule de type
4×4, selon une source sécuritaire.
L’engin explosif aurait été, selon
notre source, récemment enfoui
sous terre, surtout lorsque l’on sait
que la région est connue pour être
le fief des terroristes qui activaient

sur la bande frontalière sud-est de
la wilaya de Khenchela. Les blessés
ont été évacués en urgence vers l’hôpital Saâdi-Maâmar de Chechar
en vue de recevoir les soins nécessaires, a-t-on indiqué de même
source.
Des renforts sécuritaires ont été dépêchés dans la région pour assurer
la situation sécuritaire et une enquête a été ouverte.
A. ALLIA

Sept terroristes abattus à Azazga
Les forces de l’ANP, qui ont déclenché une opération de ratissage
non loin du village Hendou, dans région d’Azazga, ont réussi à éliminer
sept terroristes, hier, vers 16h, a-t-on
appris de sources sécuritaires dans la
région. Selon nos sources, les sept
terroristes abattus à la suite d’un intense échange de tirs avec les militaires appartenaient à katibat Enour,
qui active dans le massif forestier qui
s’étend d’Azazga à Yakourène et
Akerrou. Le dernier acte terroriste
perpétré par le groupe en question
est l’attaque qui a coûté la vie à un
fournisseur de l’ANP, le 18 mars dernier, sur la route de Tifrit Aït El-

Hadj, dans la commune
d’Akerrou.
C’est sur la base de renseignements faisant état
de leur passage près du
village Hendou que les
troupes de l’armée ont
déclenché leur opération.
Leurs armes ont été récupérées et les corps devaient être acheminés
vers la morgue du CHU de Tizi
Ouzou pour procéder à leur identification. En fin de journée, les
troupes de l’ANP poursuivaient
l’opération, selon nos sources. Le
dernier bilan rendu public par le mi-

SYRIE

Accrochages entre Al-Qaïda
et État islamique sur le Golan
Des combats ont opposé,
hier, pour la première fois,
des rebelles syriens alliés au
Front al-Nosra et des terroristes de l’Organisation de
l’État islamique (EI) sur le
plateau du Golan, à la lisière des positions israéliennes,
selon une ONG et l'opposition. “Ce sont des batailles
importantes car l'EI est maintenant présent dans le sud de
la Syrie et se trouve près de la
ligne de cessez-le-feu (avec Israël) sur le Golan”, a déclaré

Newpress

Une mère de famille brûlée
accidentellement

SUITE À UNE OPÉRATION DES FORCES DE L’ANP

nistère de la Défense faisait état de
cinq terroristes abattus et de la récupération de quatre armes de type
Kalachnikov, d’un pistolet-automatique, de munitions, d’explosifs et de
téléphones portables.
S. LESLOUS

SAHARA OCCIDENTAL

L’ONU p
prolonge
g le mandat
de la Minurso

le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel
Rahmane, cité par l’AFP. Les
combats ont opposé des éléments du Front al-Nosra, la
branche syrienne d’Al-Qaïda, à ceux de Jaïch al-Jihad,
un groupe qui a fait allégeance à l’EI, dans la localité d'Al-Qahtaniyé, non loin
de la partie du Golan occupée par Israël, a ajouté Rami
Abdel Rahmane.

■ Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté, hier,
la prolongation du mandat de la Mission onusienne au Sahara occidental (Minurso), pour un
an supplémentaire, appelant aussi à la relance des négociations entre les deux parties au
conflit, le Front Polisario et le Maroc.
La résolution onusienne a été adoptée à l’unanimité par les 15 membres du conseil, coparrainée par les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l'Espagne. La Minurso a été déployée en septembre 1991 afin de surveiller le
cessez-le-feu et d'organiser un référendum pour
l'autodétermination du peuple sahraoui.

L. M./AFP

L. M./APS


Documents similaires


Fichier PDF cherif rahmani 106 etle voleur de l algerie
Fichier PDF fichier pdf sans nom 40
Fichier PDF tartag djamel
Fichier PDF djamel tartag
Fichier PDF onu sos djamel tartag
Fichier PDF gds algerie


Sur le même sujet..





Home Decor | Watch now! | Lissage Bresilien Inoar Marroquino KIT 2 X 100 Ml GANTS OFFERT