Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Le manuel du savoir vivre .pdf



Nom original: Le manuel du savoir vivre.PDF
Titre: Microsoft Word - LE_SAVOIR_VIVRET.DOC
Auteur: EMMANUEL

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par ADOBEPS4.DRV Version 4.50 / Acrobat Distiller 5.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/06/2011 à 00:43, depuis l'adresse IP 184.160.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 26017 fois.
Taille du document: 1 Mo (90 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Manuel du savoir-vivre

Manuel du savoir-vivre
Blanche de Kersaint

1

Manuel du savoir-vivre

Avant-propos
Dans beaucoup d'esprits, le savoir-vivre n'est qu'un poussiéreux manuel
qu'il convient d'apprendre dès son plus âge sous peine de ne pas être.
Plus simplement et avant d'être codifié, il est en réalité le fruit d'une
éducation en société acquise par imitation ou par intuition naturelle, pour
respecter les principes de sociabilité, d'équilibre et de respect.
Respect d'autrui, discrétion, maintien, contenance, délicatesse, voilà les
grandes valeurs du savoir-vivre. Laissons dire aux philosophes que la
politesse est la première des hypocrisies, car si dire bonjour, s'excuser,
remercier, aider quelqu'un qui en a besoin, être attentifs aux autres, est
de l'hypocrisie, nous acceptons l'injure, et sans défense.
Le chapitre qui suit n'est donc pas une liste de préceptes ennuyeux sans
lesquels on ne peut vivre, mais plus un état d'esprit qui permet d'adoucir
les rapports souvent très égocentriques qui régissent notre vie moderne,
en se basant sur le respect de soi-même et des autres.
N'est-ce pas le savoir-vivre qui permet souvent de départager deux
candidats pour un poste ? N'est-ce pas lui qui nous surprend tant il est
rare ? N'est-ce pas lui encore que l'on appelle souvent " charme " car il
est séduction ?

1-Savoir-vivre en société
a) L'art du costume
Selon un vieil adage " l'habit ne fait pas le moine ". Pourtant de fait il
contribue à la première image que l'on donne de soi ; soignée, négligée,
sobre, coquette, sophistiquée… et compte donc énormément.
L'art du costume repose dans l'aisance que l'on a à le porter, et dans le
fait d'être toujours dans le ton voulu par la circonstance : ni trop habillé,
ni pas assez. S'il est certaines personnes qui ont cette grâce, ce petit
quelque chose qui fait que tout leur va toujours comme un gant, que l'on
appelle tout simplement l'élégance ; pour les autres, il relève du bon
sens d'éviter les décolletés plongeants à 9 heures du matin, le costume 3

2

Manuel du savoir-vivre
pièces pour un pique-nique à la campagne ou encore les robes très
moulantes si l'on est très forte. L'ensemble doit être harmonieux et bien
assorti pour être joli ; l'excentricité saura se faire entendre au regard des
circonstances et de son bon goût.
Sans vouloir entrer dans les détails, voici quelques règles à respecter ou
à éviter :
Tenue de ville sur une invitation signifie tenue de cocktail, c'est à dire
élégante et habillée mais courte, tailleur ou une robe courte pour les
femmes et costume sombre pour les hommes.
Cravate noire indique aux hommes de porter un smoking et aux femmes
une robe du soir, courte ou longue selon la mode.
Tenue de soirée signifie de porter l'habit pour les hommes (de plus en
plus relayé par le smoking) et une robe longue pour les femmes.
Les chaussures doivent toujours être parfaitement cirées et assorties
de préférence aux gants, au sac à main et à la ceinture.
Les chapeaux ont perdu leur usage quasi quotidien pour devenir un
accessoire réservé aux circonstances très particulières : mariage et
enterrement

essentiellement,

ainsi

que

quelques

manifestations

publiques très élégantes. Il est assorti à une tenue habillée et s'il se
garde pour un déjeuner et un cocktail, il s'enlève obligatoirement pour un
dîner.
Les accessoires sont très importants car ils font l'élégance ; une même
petite robe noire pourra paraître très sobre, habillée ou très habillée en
fonction de son " accessoirisation " ; elle est d'ailleurs la parade à bien
des manières de s'habiller. On ne mélange pas des accessoires noirs
avec des accessoires bleus marine.
A proscrire à tout jamais :
- les chaussettes blanches
- les costumes noirs (à part les smoking) ou bleus marine
- les spencer (sauf pour les militaires)
- les baskets en guise de chaussures de ville
- " tomber la veste " dans une assemblée élégante.

3

Manuel du savoir-vivre

b) Galanterie
Galanterie, voici un mot qui a perdu de son sens depuis que les hommes
ne la pratiquent presque plus, de peur de se faire traiter de " macho " par
des femmes féministes ! Les bonnes manières auront-elles raison d'une
guerre des sexes un peu déplacée ? Il est en effet certaines femmes qui
sont outrées - là où elles devraient être flattées - lorsqu'un honnête
homme leur propose de porter leurs bagages !
La galanterie, c'est une infinité de gestes courtois et protecteurs à l'égard
des femmes : s'effacer dans un escalier en croisant une femme pour la
laisser passer ; lui céder le passage devant une porte, mais la précéder
en entrant dans un restaurant ; lui avancer sa chaise lorsqu'elle s'assied
; l'aider à enfiler son manteau ; la précéder en descendant et la suivre en
montant les escaliers afin de la protéger si elle venait à tomber ; lui
laisser le haut du pavé afin d'éviter qu'elle ne soit éclaboussée, lui ouvrir
la portière avant de monter soi-même dans la voiture et la refermer
doucement sur elle ; ramasser un objet qu'elle aurait laissé tomber ; lui
porter sa valise ; attendre qu'elle soit entrée dans son immeuble après
l'avoir raccompagnée… et tant d'autres petites attentions insignifiantes
en soi mais qui font toute la différence.
Du reste toutes ces manières sont à appliquer par tous, hommes et
femmes, à l'égard des personnes âgées.

c) Voisinage
Il arrive que le voisinage tourne au cauchemar, et à l'heure du procès à
tout va, il est plus que précieux d'être en bons termes avec ses voisins.
En majorité nous vivons dans des appartements ou des maisons
individuelles, près de personnes que nous n'avons pas choisies et qui
ont parfois une éducation et des modes de vie radicalement opposés aux
nôtres. Il est donc important de respecter quelques règles élémentaires
afin de maintenir avec ces gens-là des relations courtoises.
Il convient tout d'abord lorsque l'on déménage de se présenter au
gardien s'il y en a un, et à son ou ses voisins de palier ou de rue. Par
leur ton et leur attitude, ils manifesteront probablement tout de suite soit
une sympathie naissante (attention aux débordements !), soit une

4

Manuel du savoir-vivre
aversion immédiate (présage d'ennuis), ou encore une aimable distance
(de loin préférable aux autres).
Garder son territoire est capital si l'on tient un minimum à son intimité,
car nombreux sont les sans-gêne qui croient trouver dans votre domicile
une annexe au leur. Mais échanger un mot courtois lorsque l'on
rencontre un voisin, tenir la porte de l'ascenseur, saluer une personne
que l'on croise dans les escaliers, s'excuser de travaux passagers,
prévenir et s'excuser du bruit à la perspective d'une soirée entre amis,
sont des signes de civilité qu'il est bon et nécessaire de pratiquer.
Quant aux cavalcades dans les escaliers à toute heure, aux scènes de
ménage portes et fenêtres ouvertes, aux fumets de barbecue, aux bruits
de tondeuses le dimanche matin, aux chiens qui hurlent à la mort toutes
les nuits, ce sont autant de nuisances que l'on n'aime pas subir et que
l'on doit donc ne pas imposer aux autres.

Au bureau
La vie en entreprise est heureusement régie par des règles de savoirvivre sans lesquelles la cohabitation, quelque sept ou huit heures par
jour de personnes qui ne se sont pas choisies, pourrait facilement
devenir invivable.
Les rapports entre les gens ne sont pas les mêmes dans une start-up ou
un ministère, on s'en doute, mais c'est surtout la personnalité de chaque
directeur ou responsable qui donne le ton.
Comment se parler et s'appeler ?
Dans certaines sociétés le tutoiement est pratiqué au-delà des barrières
hiérarchiques, dans d'autres le vouvoiement est de rigueur. La question
n'est pas de savoir quelle est la meilleure formule dans l'absolu, mais
dans chaque entreprise, le tutoiement d'un supérieur ne se fera qu'à sa
demande et ne doit en rien conduire à une familiarité ou amputer le
respect qui lui est dû.
Pour les autres, le mieux est de suivre les règles du bureau ou encore
son propre instinct. De la même manière, on s'appellera Pierre, Dupont,
Monsieur, ou Monsieur Dupont (formellement interdite dans la vie
courante, la formule d'appel Monsieur + nom est tolérée dans la vie

5

Manuel du savoir-vivre
professionnelle), en fonction des usages de l'entreprise, de l'âge du
destinataire ou des rapports d'intimité que l'on entretient.
Comment se comporter ?
Poliment et discrètement : dire bonjour et au revoir pour commencer,
toujours frapper à la porte avant d'entrer dans un bureau, se lever
lorsque quelqu'un arrive dans son bureau, ne pas s'investir dans les
bruits de couloir, respecter les horaires, participer à la vie collective du
bureau (lorsqu'un pot est donné par exemple), ne pas toujours refuser de
déjeuner avec les autres, ne pas insister pour déjeuner avec une
personne qui visiblement n'y tient pas, ne pas abuser du téléphone ni de
l'Internet pour usage personnel, considérer avec respect les personnes
qui occupent des postes inférieurs, arriver à l'heure à ses rendez-vous,
suivre les règles de l'entreprise en matière d'usage du tabac.
Un employé respectera sa hiérarchie même si leurs vues divergent. Il ne
se permettra pas de familiarités mais saura solliciter son aide en cas de
problèmes ou de questions. Il s'abstiendra avec lui de toute comparaison
avec un autre employé et se gardera bien de dénigrer ses
collaborateurs.
Un responsable saura manifester son estime à l'égard de ses
subordonnées, et même les remercier pour la réalisation d'une tâche
particulière - n'entrant pas dans la définition de leurs fonctions par
exemple. Il n'abusera pas avec eux des réunions tardives afin de leur
permettre de se libérer à temps, et tâchera d'être attentif à leurs modes
de vie professionnel et personnel.

Dans la rue et en voiture
Les règles de savoir-vivre dans la rue reposent comme ailleurs sur le
respect d'autrui et l'aide à son prochain. Certains gestes demandent peu
d'efforts et permettent de rendre la vie plus agréable : aider un aveugle à
traverser la rue, soutenir une personne âgée pour monter dans un bus,
ou tenir la porte de la boulangerie à une femme enceinte flanquée de
deux enfants ; mais aussi remercier d'un signe de tête l'automobiliste qui

6

Manuel du savoir-vivre
nous cède le passage, s'assurer de ne pas boucher tout le trottoir
lorsque l'on rencontre un ami dans la rue, garder son papier de bonbon
dans sa poche plutôt que de le jeter par terre, s'effacer pour faciliter le
passage d'un piéton visiblement plus pressé…
C'est probablement en voiture qu'est proféré le plus d'injures et de
grossièretés ! Il est vrai qu'il est parfois difficile de se retenir devant la
bêtise de certains qui se croient les maîtres du monde dès qu'ils sont au
volant ! Ce sont ceux-là qui le plus souvent refusent les priorités,
occupent deux files pour ne pas être dépassé, semble ignorer l'existence
des clignotants, collent la voiture de devant qui a comme unique tort de
respecter les limitations de vitesse, se hâtent de se garer par l'avant là
où une malheureuse allait tenter pour la sixième fois de réussir son
créneau, jettent leurs ordures par la fenêtre, et pour finir vous couvrent
d'injures si vous avez l'affront de les klaxonner ! Chacun a sa méthode,
mais le mieux est sans doute de contenir sa rage afin de ne pas
s'abaisser soi-même à tant d'incivilités.
Quant au code de la route, il doit être respecté à la lettre, ne serait-ce
que par égard pour les autres et pour soi-même.

Au restaurant
Un restaurant est un lieu public dans lequel on vient passer un moment
en privé, en tête-à-tête ou à plusieurs. Il implique donc une certaine
tenue qui vise essentiellement à ne pas perturber les autres tables.
En voici les grandes lignes :
Au restaurant, l'homme mène la danse puisque c'est normalement lui qui
convie (et paie l'addition). Si à un déjeuner d'affaires, la personne qui
invite est une femme, elle adoptera le même comportement qu'un
homme dans un cadre privé. L'homme donc, entre le premier, laisse la
banquette ou la place tournée vers l'extérieur à la femme qui
l'accompagne, appelle le serveur quand c'est nécessaire, choisit le vin et
enfin, règle la note.
Dans les grands restaurants les cartes destinées aux femmes ne
comportent pas de prix afin d'affranchir leur choix de toute arrière

7

Manuel du savoir-vivre
pensée. C'est la femme qui commande en premier, et l'homme doit la
suivre dans ses désirs afin de ne pas l'embarrasser ; si elle décide de
prendre un apéritif ou une entrée, il en fera de même, et cela même s'il
ne l'escomptait pas.
A ne pas faire :
- parler trop fort et faire profiter tout le restaurant de sa propre discussion
(les personnes qui agissent ainsi ne parlent en général que d'eux).
- se remaquiller ou se recoiffer à table ; ces gestes sont réservés à un
cadre intime.
- abuser des retours de plats à la cuisine sous prétexte que vous en avez
le droit.
- faire éclater un scandale sous prétexte que le vin n'est pas chambré.
- Les remarques se feront discrètement et seulement si elles sont
vraiment justifiées.
- vérifier quatre fois l'addition devant son invitée.
- A plusieurs, la meilleure méthode est de diviser l'addition par le nombre
de personnes, car cela fait partie du jeu de partager. Il paraîtrait assez
déplacé de revendiquer le fait qu'on a pris ni vin ni café, et que les
comptes sont faux, à moins qu'une âme attentive le signale pour vous.

A l'opéra, au théâtre, au cinéma
Les règles de savoir-vivre sont sensiblement les mêmes au cinéma, au
théâtre ou à l'opéra, mais avec des degrés croissants de sévérité.
L'exactitude est, dit-on, la politesse des rois, et il convient d'y veiller
particulièrement lorsque l'on se rend au spectacle.
Au cinéma le retard est admis, mais il perturbe indéniablement les
autres spectateurs. Il s'agit donc de se faire le plus discret possible, par
exemple en enlevant son manteau dans l'allée pour éviter de cacher trop
longtemps la vue de ses voisins de derrière.
Au théâtre, les retardataires ne dérangent pas seulement les autres
spectateurs, mais également les comédiens. Arriver une fois la pièce
commencée est, en plus d'un risque de déconcentration, la preuve d'un
fort manque de respect pour les acteurs.

8

Manuel du savoir-vivre
Quant à l'opéra, la question ne se pose pas puisqu'il est interdit d'entrer
une fois le spectacle commencé ; les retardataires doivent attendre la fin
d'un acte pour retrouver leurs places.
Le bruit sous toutes ses formes est très gênant au spectacle, que ce
soient les commentaires à voix hautes ou basses d'ailleurs, les
discussions entre amis, les quintes de toux (souvent contagieuses) ou
encore le froissement des papiers de bonbons… Il est plus difficile
d'éviter ces derniers au cinéma puisque les confiseries sont vendues
dans les salles, mais elles sont à proscrire à jamais au théâtre et à
l'opéra.
Quant aux téléphones portables, il semble bien évident qu'ils doivent être
éteints une fois la salle de spectacle franchie ; ce que quelques sansgêne intraitables semblent pourtant encore ignorer !

Dans les lieux publics et dans les transports
Le savoir-vivre est souvent la réponse au bon déroulement des scènes
quotidiennes qui rassemblent plusieurs personnes, notamment dans les
lieux publics et les transports en commun.
Dans les lieux publics :
- La première des politesses consiste à dire bonjour en entrant chez un
commerçant ou dans une salle d'attente ! Cela semble évident,
pourtant…
- Savoir rester calme face à la nonchalance excessive du guichetier tout
en attendant son tour dans la file, dîtes-vous que ce n'est qu'un moment
difficile à passer.
- Penser aux personnes qui sont derrière soi, en agissant vite ; régler ses
achats avant de terminer de les emballer par exemple, pour libérer la
place.
- Parler à voix basse si l'on est à deux, pour ne pas briser le calme qui
doit régner dans une salle d'attente.
- Savoir céder son tour au profit d'une personne âgée, d'une femme
enceinte ou accompagnée de jeunes enfants.

9

Manuel du savoir-vivre
Dans les transports :
- Ne pas s'étaler ni mettre ses pieds sur les banquettes.
- Avancer au maximum dans le bus pour répartir le flux des passagers.
- Ne pas stationner devant les accès à moins de les dégager à chaque
station.
- Céder sa place à une personne âgée, une femme enceinte ou
accompagnée de jeunes enfants. Ce geste qui devrait être un réflexe
pour tous se fait tellement rare que les compagnies de transport ont dû
créer des places réservées à leur attention, et les administrations des
cartes de priorité.

Téléphone et téléphone portable
Le téléphone tient une très grande place dans notre mode de vie
moderne et remplace souvent les rapports de visu. La distance pourtant
n'efface pas les bonnes manières, bien au contraire car appeler
quelqu'un c'est souvent le déranger, le surprendre ou l'interrompre.
Pour cette raison on ne laisse pas sonner le téléphone au-delà de huit
coups - un peu plus à la campagne si la maison est grande - et on veille
à respecter les horaires de la vie privée. A moins de connaître
expressément l'emploi du temps de ses interlocuteurs et en cas de force
majeure, on n'appelle pas avant 9 heures ni après 21 heures 30, et on
évite autant que possible les heures des repas. Il est donc nécessaire
après avoir salué et s'être présenté, de s'assurer que l'on ne dérange
pas et que le moment est opportun pour parler - il faut savoir dans
certains cas différer un appel. La concision est de rigueur, sauf avec une
très bonne amie où tout est permis, mais attention de ne pas bloquer la
ligne trop longtemps. De la même manière, sur un répondeur on ne
laisse pas d'interminables messages qui utilisent toute la bande et
risquent fort d'être coupés.
Le haut-parleur ne s'utilise qu'exceptionnellement, lorsque plusieurs
personnes doivent suivre la conversation et que c'est entendu avec le
correspondant. L'attitude de certains qui ne peuvent s'en passer pour
téléphoner est déplorable car, en plus d'être désagréable, elle peut

10

Manuel du savoir-vivre
mettre très mal à l'aise le correspondant qui ignore s'il est écouté par une
ou plusieurs personnes.
Le téléphone portable a envahi nos cartables et sacs à mains en
quelques années au point de devenir indispensable pour beaucoup.
Joindre et être joint à tout moment et en tout lieu est très pratique, il est
vrai, mais cela ne doit pas pour autant gêner les personnes qui nous
entourent.
Avec le téléphone portable sont nées beaucoup d'attitudes désagréables
qui

relèvent

pour

la

plupart

du

sans-gêne

et

d'une

forme

d'exhibitionnisme. En voici quelques-uns unes :
- la grossièreté de continuer sa conversation tout en payant un article
dans un magasin par exemple.
- l'impudeur de faire participer à une conversation privée - souvent d'une
désespérante platitude - des personnes qui ne l'ont pas choisi et qui
peuvent le ressentir comme une agression, dans un train par exemple.
- la manie de téléphoner pour téléphoner.
- L'indécence, au restaurant, de poser son téléphone sur la table afin
d'attendre qu'il sonne et ainsi faire profiter toute la salle de sa
conversation.
- l'indélicatesse de laisser son téléphone en marche dans des endroits
où c'est expressément interdit, comme au cinéma. La plupart des
téléphones n'ont-ils pas une fonction vibreur ?
La base de la courtoisie est de s'excuser lorsque l'on reçoit un appel et
d'abréger une conversation susceptible de déranger. Savoir éteindre son
téléphone dans certaines circonstances ou le mettre en position vibreur
est une preuve de maturité que tous les utilisateurs n'ont pas encore
acquise. De même les services d'envoi de messages écrits ou d'e-mails
qui tendent à se développer sont la réponse à bien des tracas et des
discussions inutiles, et ont par ailleurs le mérite d'aller à l'essentiel.

d)L'art du langage
Merveilleux outil que le langage qui permet tant de nuances mais aussi
tant de transparence.

11

Manuel du savoir-vivre
La voix, vecteur du langage est aussi un instrument de charme ou de
vulgarité. On peut tomber amoureux d'une voix et en détester une autre.
Le langage à lui seul est un révélateur car il trahit un état, la timidité ou
l'assurance par exemple, mais aussi, osons le dire, l'origine sociale,
culturelle et parfois régionale de l'orateur. Une liaison mal à propos peut
suffire à en ridiculiser son auteur, un seul mot peut suffire à faire
retomber un parvenu à son point de départ, une maladresse commise
peut suffire à fermer des portes…
Le langage parlé ou familier peut se permettre certaines libertés que ne
peut souffrir le langage écrit, plus soutenu. De la même manière,
certaines expressions argotiques ou branchées naturelles dans la
bouche d'adolescents, sont épouvantables dans celle de personnes plus
âgées : l'important est de se positionner par rapport à son interlocuteur
de manière à ce que le message soit bien transmis. A l'évidence, on ne
parlera pas en verlan avec un ministre ni n'utilisera un vocabulaire
d'académicien pour s'adresser à une classe de maternelle.

Règles du langage en quelques points :
- ne pas faire de fautes de français, c'est le plus important.
- poser sa voix afin d'articuler clairement et bien se faire comprendre,
cela peut d'ailleurs aider à clarifier l'esprit.
- ne pas s'emporter sur un sujet sous prétexte que l'on a un point de vue
bien arrêté, mieux vaut tempérer sa passion.
- ne pas couper la parole.
- parler des autres plus que de soi.
- prendre garde à la trop facile médisance.
- éviter les sujets délicats (politique, religion, argent) avec des inconnus.
Dire et ne pas dire

Le français est une langue immensément riche et donc pleine de pièges.
Pour les éviter il faut surveiller à la fois la syntaxe, les liaisons parfois
dangereuses, les expressions communes ou régionales, dont certaines
sont impardonnables car de très mauvais goût :
…mais

On ne dit pas…

12

Manuel du savoir-vivre
Bonjour chez vous

Transmettez

mon

meilleur souvenir à votre
femme
Enchanté

Je suis ravi de vous avoir
rencontré

Au plaisir

Au revoir

Messieurs-dames

Bonjour

Monsieur,

Bonjour Madame
Votre dame

Votre épouse

Votre maman (papa)

Votre mère (père)

Mon époux (épouse)

Mon mari (ma femme)

Des fois

Parfois ou quelquefois

Le sac à ma sœur

Le sac de ma sœur

A quelle heure on mange

A quelle heure déjeune

?

(dîne) t-on ?

Ce midi

A midi ou A l'heure du
déjeuner

Bon appétit

- ne rien dire -

Je vous remets bien

Je me souviens bien de
vous

Elle fréquente

Elle a un petit ami

Aller au coiffeur

Aller chez le coiffeur

Faites donc

Je vous en prie

De rien

Je vous en prie

Je m'excuse

Je

vous

prie

de

m'excuser ou Excusezmoi
Causer

Parler

Malgré que

Bien que

C'est ma faute

C'est de ma faute

Lire sur le journal

Lire dans le journal

Monter en haut

Monter

Parler à quelqu'un

Parler avec quelqu'un

13

Manuel du savoir-vivre
Amener un gâteau

Apporter un gâteau

Je me rappelle

Je me souviens

Je m'en rappelle

Je me le rappelle

Il lui a fait :

Il lui a dit :

Quitter (ôter) sa veste

Enlever sa veste

Nous avions convenu de

Nous étions convenus de

Etre

Etre

furieux

après

quelqu'un

furieux

contre

quelqu'un

2-Usage et langage des fleurs
a) Fleurir la vie
Les fleurs accompagnent les événements de notre vie : indispensables
témoins des plus grands, elles embellissent également les plus petits.
Tiennent-elles leur pouvoir de leur vie éphémère, en tout cas à elles
seules des fleurs peuvent transformer l'atmosphère d'une pièce, un
bouquet

livré

peut

faire

pardonner

la

faute

que

l'on

croyait

impardonnable, un autre lever le doute sur la nature des sentiments de
son donateur… ?
Eléments de décoration magnifique, les fleurs sont aussi des
accessoires symboliques lors des événements religieux et des cadeaux
de tous les jours. Tous les motifs sont bons pour offrir des fleurs, mais on
ne les offre pas n'importe comment à n'importe qui.

b) Comment offrir des fleurs ?
- Les fleurs livrées doivent toujours être accompagnées d'une carte de
visite ou d'un petit mot dicté par le donateur et écrit par le fleuriste.
- on n'offre des fleurs qu'à une femme ou une jeune fille (éventuellement
à un monsieur très âgé)
- les fleurs coupées s'offrent toujours par nombre impair.
- à une jeune fille, on n'offre que des fleurs très pâles.

14

Manuel du savoir-vivre
- en général on s'abstient d'offrir des fleurs à quelqu'un qui vit à la
campagne.
- si l'on vit soi-même à la campagne, on peut apporter des fleurs de son
jardin.
- glisser une rose rouge dans un bouquet, c'est déclarer son amour.

c) Dans quelles circonstances offrir des fleurs ?
- Pour remercier d'un dîner, d'une soirée, d'un geste ou de toute attention
particulière. Les fleurs s'envoient avant ou après la réception
accompagnées d'une carte de visite. Elles ne s'apportent qu'à un dîner
entre amis intimes. Voir le chapitre l'accueil - qu'apporter ?
- Pour réconforter et soutenir un ami hospitalisé ou une jeune accouchée
- on veille à choisir des fleurs au parfum léger et on s'assure que l'hôpital
admet les fleurs, ou à l'occasion d'un enterrement - à moins que la
famille n'ait expressément précisé " sans fleurs ni couronnes ". Dans ce
dernier cas, les fleurs se font livrées au domicile du défunt ou à l'église
dans laquelle a lieu l'enterrement, avec une carte de visite.
- Pour s'excuser d'un geste maladroit ou d'une parole déplacée. Les
fleurs peuvent être livrées ou apportées en main propre.
- Pour déclarer son amour, à n'importe quel moment et sans modération,
livrées ou apportées, elles seront toujours les bienvenues.
- Pour des fiançailles, le fiancé doit faire livrer " une corbeille " de fleurs
blanches chez la fiancée et tous les invités doivent eux aussi offrir des
fleurs de couleur pâles.
- Pour un mariage, le marié offre traditionnellement le bouquet de la
mariée.
- Pour accueillir et décorer la chambre d'un invité, une pièce de
réception, le buffet d'un cocktail etc… Dans ce cas là, on n'offre pas des
fleurs dans le sens strict du terme, mais la jouissance de la vue et de
l'odeur subtile d'un beau bouquet.
15

Manuel du savoir-vivre

d) Symbolique des fleurs
Probablement personne ne se soucie plus du langage symbolique des
fleurs, et ne les choisit avec d'autres intentions que celle de faire plaisir.
Chacun sait pourtant que l'on n'offre jamais de chrysanthèmes ni
d'œillets car ils sont accusés de porter malheur, et que les roses rouges
sont réservées pour déclarer sa flamme.
Voici malgré tout pour les nostalgiques et les romantiques les messages
véhiculés par quelques fleurs…
Anémone

Ne m'abandonnez pas

Aubépine

Il

vous

est

permis

d'espérer

Bleuet

Je vous serai toujours
fidèle

Bouton d'or

Vous êtes une ingrate

Camélia

Je mourrai à vos pieds

Capucine

Je brûle d'amour

Colchique

Les beaux jours sont finis

16

Manuel du savoir-vivre
Cyclamen

Nos plaisirs sont enfuis

Ephémère

Chaque

jour

je

vous

découvre

Géranium rose

Je m'ennuie de vous

Géranium citronné

Vous me tyrannisez

Giroflée

Je suis déçu

Glaïeul

Vous m'êtes indifférente

Gui

Notre

liaison

est

dangereuse

Hortensia

Vous êtes belle mais
indifférente

Immortelle

Je vous aime pour la vie

Iris

Vous êtes inconstante et
frivole

Jasmin

Vous enivrez mes sens

17

Manuel du savoir-vivre
Jonquille

Je vous désire

Lavande

Répondez-moi

Lilas

Mon amour s'éveille pour
vous

Lis

Vous

êtes

la

pureté

même

Marguerite

Adieu

Marjolaine

Séchez vos larmes

Muguet

Soyons heureux

Myosotis

Ne m'oubliez pas (forget
me not, en anglais)

Narcisse

Vous n'aimez que vousmême

Œillet

Vous avez une rivale

Pâquerette

Vous êtes jolie

18

Manuel du savoir-vivre
Pavot

Vous

éveillez

mes

soupçons

Pensée

Je ne pense qu'à vous

Pervenche

Vous êtes mon premier
amour

Pivoine

Je suis confus

Pois de senteur

Vous

êtes

l'élégance

même

Primevère

Aimez-nous

le

temps

d'une saison

Renoncule

Vous avez toutes les
séductions

Rose blanche

Votre

beauté

est

innocente

Rose jaune

Vous êtes volage

Rose rose

Votre beauté est à son
comble

19

Manuel du savoir-vivre
Rose rouge

Mon amour est ardent

Souci

Je suis jaloux

Tulipe

Mon amour est sincère

Violette

Vous êtes modeste

Volubilis

Je

vous

couvre

de

caresses

Fleurs blanches :

innocence,

pureté,

naïveté, joie

Fleurs rouges :

impudence,

passion,

ambition, puissance

Fleurs bleues :

sagesse, amour pur et
platonique,
communication des âmes

Fleurs jaunes :

richesse, réussite, gloire,
infidélité

Feuillage (vert) :

espérance,
succès

20

jeunesse,

Manuel du savoir-vivre

3-Correspondance

La plume et le papier, depuis plusieurs années, cèdent leur place au
clavier et à l'écran informatique. Le temps de nos grands-mères, qui
échangeaient un nombre souvent impressionnant de lettres, semble bel
et bien révolu avec l'apparition du courrier électronique.
Bien loin de vouloir dénigrer le génial e-mail, l'art épistolaire n'en
demeure pas moins un style qui, plus que tout autre, véhicule l'émotion,
rapporte l'anecdote, transmet l'époque, exprime la joie, reflète les
sentiments… et trouve de nos jours encore quelques adeptes
inconditionnels. Ceux-là connaissent un plaisir unique, bien supérieur
encore à celui de leurs destinataires. Il suffit de sentir une fois la joie de
voir danser sur une page blanche les pleins et les déliés pour en
soupçonner la mesure, et révéler à celui qui s'essaie un art nouveau.
Les lettres manuscrites, heureusement, demeurent obligatoires dans
quelques circonstances, protocolaires et usuelles, et doivent alors
répondre à un certain nombre de règles, plus ou moins élémentaires,
qu'il convient de respecter sous peine de manquer totalement
d'éducation.
Souhaitez-vous témoigner votre sympathie à votre Tante Jeanne qui
vient de perdre son frère, ou remercier la mère de votre ami Paul qui
vous a reçu le temps d'un week-end à Carnac ?
Souhaitez-vous écrire à une princesse souveraine, un archevêque ou un
ambassadeur ?
Us-coutumes.com a fait confiance au Bottin Mondain, et vous aide, par
ses conseils et ses exemples à écrire la lettre adaptée à chaque type de
destinataire et de circonstance.

21

Manuel du savoir-vivre

a) Rappel des définitions

¾

La suscription :

est la reproduction sur l'enveloppe du nom et du titre, ou de la qualité, du
destinataire.
Exemple : " Son Excellence, Monseigneur X
Evêque de … ".
¾

L'appel :

est le titre officiel du destinataire par lequel on l'interpelle (en début de
phrase ou de lettre).
Lorsque l'on parle à la 2ème personne on n'utilise que l'appel.
Il figure le plus souvent en vedette au-dessus de la première ligne d'une
lettre :
" Sire, Monseigneur, Monsieur l'Ambassadeur… " sont des appels.
L'appel peut également figurer sur la ligne, dans un style expéditif,
Exemple : " Monsieur, c'est avec plaisir que… "
ou encore dans la ligne, pour un style plus élégant,
Exemple : " C'est avec plaisir, Monsieur, que… ".
¾

Le traitement :

est le titre que l'on donne à la personnalité à laquelle on s'adresse (dans
le corps de la phrase ou de la lettre).
Lorsque l'on parle à la 3ème personne on n'utilise que le traitement,
alors précédé du mot "Votre ".

22

Manuel du savoir-vivre
" Votre Majesté, Votre Excellence " sont des traitements.
Le traitement ne doit pas être employé à la place de l'appel,
on dira " Oui, Sire "
et jamais " Oui, Majesté ",
on dira " Comment allez-vous, Monsieur l'Ambassadeur ? "
ou " Monsieur l'Ambassadeur, comment va Votre Excellence ? "
et jamais " Comment allez-vous Excellence ? ", erreur pourtant très
répandue.
Pour éviter la répétition du traitement dans le corps de la lettre, on le
remplace par le pronom " Elle " ou " Lui " selon le corps de la phrase.
¾

La courtoisie :

est la formule de politesse qui termine la lettre.
La formule de courtoisie est conditionnée par la formule d'appel utilisée
en début de lettre.
Exemples : " C'est avec un profond respect que j'ai l'honneur de me
déclarer, Sire, de Votre Majesté, le très humble et très obéissant
serviteur et sujet "
" Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments respectueux
".
¾

La réclame :

est l'indication en tête de lettre du nom et du titre du destinataire.
Elle est parfois placée en bas à gauche.
La souscription :

Est l'indication sous la signature du nom et du titre de l'expéditeur.
Un homme signe de son prénom (ou initiale) et de son nom - s'il est chef
de famille, il peut signer du nom seul.
23

Manuel du savoir-vivre
La particule ne s'emploie que précédée du prénom ou de l'initiale.
Une femme mariée signe de son nom de famille suivi du nom de son
mari, ou encore de son prénom (ou initiale), suivi du nom de son mari.

b) Correspondance protocolaire
EMPEREUR, ROI, IMPERATRICE, REINE :
Suscription :

à Sa Majesté (Impériale, Royale, Impériale et Royale), l'Empereur ou le
Roi de…
à Sa Majesté (Impériale, Royale, Impériale et Royale), l'Impératrice ou la
Reine de…

Appel :

Sire.
Madame.
Traitement :

Votre Majesté.
Courtoisie :

C'est avec un profond respect que j'ai l'honneur de me déclarer, Sire, de
Votre Majesté, le très humble et très obéissant serviteur (servante) et
sujet (sujette).
C'est avec un profond respect que j'ai l'honneur de me déclarer,
Madame, de Votre Majesté, le très humble et très obéissant serviteur et
sujet.
En Belgique :
à Sa Majesté le Roi

24

Manuel du savoir-vivre
J'ai l'honneur d'être, Sire de Votre Majesté, le très respectueux et très
humble serviteur (la très respectueuse et très humble sujette).
Daigne, Votre Majesté, agréer l'hommage de mon plus profond respect.
A Sa Majesté la Reine
J'ai l'honneur d'être avec la plus profonde déférence, Madame, de Votre
Majesté, le très respectueux et très humble serviteur (la très
respectueuse et très humble sujette).
Daigne, La Reine, agréer l'expression de ma plus profonde déférence et
de mes hommages les plus respectueux.
GRAND DUC DE LUXEMBOURG :
Suscription :

à Son Altesse Royale le...
Appel :

Monseigneur.
Traitement :

Monsieur le Grand Duc.

Courtoisie :

C'est avec un profond respect que j'ai l'honneur de me déclarer,
Monseigneur, de Votre Altesse Royale, le très humble et très obéissant
serviteur et sujet.

25

Manuel du savoir-vivre
GRANDE DUCHESSE :
Suscription :

à Son Altesse la...
Appel :

Madame.
Traitement :

Votre Altesse Royale.
Courtoisie :

Daigne, Votre Altesse Royale, agréer l'hommage de mon profond
respect.

PRINCES SOUVERAINS (MONACO, LIECHTENSTEIN), PRINCESSES SOUVERAINES :
Suscription :

à Son Altesse Sérénissime.
Appel :

Monseigneur.
Madame.
Traitement :

Votre Altesse Sérénissime.
Courtoisie :

C'est avec un profond respect que j'ai l'honneur de me déclarer,
Monseigneur, de Votre Altesse Sérénissime, le très humble et très
obéissant serviteur(servante) et sujet (sujette).

26

Manuel du savoir-vivre
C'est avec un profond respect que j'ai l'honneur de me déclarer,
Madame, de Votre Altesse Sérénissime, le très humble et très obéissant
serviteur et sujet.
GRAND MAITRE DE L'ORDRE SOUVERAIN DE MALTE :
Suscription :

à Son Altesse Eminentissime, Monseigneur le Grand Maître de l'Ordre
Souverain de Malte.
Appel :

Monseigneur.
Traitement :

Votre Altesse Eminentissime.
Courtoisie :

C'est avec un profond respect que j'ai l'honneur de me déclarer,
Monseigneur, de Votre Altesse Eminentissime, le très humble et très
obéissant serviteur et sujet.

PRETENDANTS AU TRONE, EPOUSES DE PRETENDANTS :
Suscription :

à Monseigneur, Monseigneur le Prince, ou Duc, ou Comte de…
à Madame, Madame la Princesse, ou Duchesse, ou Comtesse de…
Appel :

Monseigneur.
Madame.
Traitement :

27

Manuel du savoir-vivre
le Prince.
La Princesse.
Courtoisie :

J'ai l'honneur de me déclarer, Monseigneur, du Prince, le très dévoué et
obéissant serviteur.
J'ai l'honneur de me déclarer, Madame, de la Princesse, le très dévoué
et obéissant serviteur.
ou Daigne Monseigneur, le Prince, agréer l'expression de ma très
respectueuse considération.
Daigne Madame, la Princesse, agréer l'expression de ma très
respectueuse considération.
PRINCES DES MAISONS SOUVERAINES, PRINCESSES DES MAISONS SOUVERAINES :
Suscription :

à Son Altesse (Impériale, Royale ou Sérénissime), Monseigneur, le
Prince de (pays ou dynastie)
à Son Altesse (Impériale, Royale ou Sérénissime), Madame, la
Princesse de (pays ou dynastie)
à Leurs Altesses Royales le Prince et la Princesse…
Appel :

Monseigneur (Prince est plutôt utilisé pour les membres des Maisons
Princières régnantes).
Madame (Princesse est plutôt utilisée pour les membres des Maisons
Princières régnantes).
Traitement :

Votre Altesse (Impériale, Royale, Impériale et Royale ou Sérénissime
suivant la qualité du chef de la Maison).
28

Manuel du savoir-vivre
Courtoisie :

Daigne, Monseigneur, Votre Altesse (Impériale, Royale, Impériale et
Royale ou Sérénissime), agréer l'hommage de mon profond et
respectueux dévouement.
Daigne, Madame, Votre Altesse (Impériale, Royale, Impériale et Royale
ou Sérénissime), agréer l'hommage de mon profond et respectueux
dévouement.

PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE :
Suscription :

à Son Excellence, Monsieur le Président de la République
Appel :

Monsieur le Président.
Dans la conversation, on dira Monsieur le Président de la République.
Traitement :

Votre Excellence (non utilisé en France, sauf pour les étrangers).
Courtoisie :

Daignez agréer, Monsieur le Président, les assurances de ma très haute
considération.
ou J'ai l'honneur, Monsieur le Président, de vous prier d'agréer
l'expression de ma très haute considération.
DUCS & DUCHESSES FRANÇAIS(ES)
Suscription :Monsieur le Duc...
ou à Monsieur, Monsieur le Duc… sur deux lignes, plus élégant.

29

Manuel du savoir-vivre
Madame la Duchesse…
ou à Madame, Madame la Duchesse…sur deux lignes, plus élégant.

Appel :
Monsieur le Duc…
Madame la Duchesse…
Ils ont en France la préséance sur les Princes des Maisons non Souveraines. Le titre
est toujours précédé de Monsieur ou Madame.
PRINCES & PRINCESSES du Saint Empire, des anciennes Maisons Souveraines et des
Maisons Médiatisées auxquelles l'Empereur a reconnu le titre de Sérénissime.
Suscription :
Son Altesse le Prince… Pour les Princes & Princesses
Son Altesse la Princesse… auxquels le titre d'Altesse est attaché.
Le Prince…
La Princesse…

Appel :
Prince…
Princesse…
Traitement :
Votre Altesse Sérénissime.
AUTRES TITRES
Suscription :
Monsieur et Madame X…
Comte et Comtesse…

30

Manuel du savoir-vivre
Général X et Madame…
Colonel et Baronne…
Madame (prénom et nom

femme mariée.

de son mari)
Madame (prénom et nom

femme divorcée.

de jeune fille)
ou Madame (son prénom et
nom de son mari)
Général Comte de…

seuls les généraux peuvent conserver le titre avec le
grade.

Comte de …
ou à Monsieur, Monsieur le plus protocolaire, sur deux lignes.
Comte…
Monsieur le Directeur

pour les chefs d'un établissement commercial, industriel,

Madame la Directrice

d'enseignement

Monsieur le Président

pour tous les présidents de Conseil d'Administration,

Madame la Présidente

d'associations, de partis politiques, de sociétés…

Le prénom ne sera pas en abrégé.
On peut ajouter la qualité du destinataire sur une ligne en dessous du nom.

Appel :
D'un homme à une femme :
Madame (de préférence à Chère Madame)
D'un homme à un autre homme :
Monsieur ou Cher Monsieur.
Cher Monsieur et Ami (pour marquer de l'amitié et de la déférence)
Mon cher Docteur, Confrère.

31

Manuel du savoir-vivre
Mon cher Comte. (Voir De l'usage des titres)
D'une femme à une autre femme :
Madame.
Chère Madame.
D'une femme à un homme :
Monsieur.
POUR TOUS
Courtoisie :
Daignez agréer… Je vous prie d'agréer… Veuillez agréer… Agréez,…
Veuillez croire, recevoir… Je vous prie de croire en, de recevoir…
...l'assurance, l'expression…
Pour les souverains, chefs d'Etat, hautes personnalités :
- de ma très haute considération.
- de mes sentiments respectueusement dévoués.
- de mes sentiments déférents et dévoués.
Pour les autres :
- de mes sentiments distingués.
- de mon amical souvenir.
- de mes sentiments les meilleurs.
- de mon fidèle et amical souvenir.
- de ma parfaite considération.
- de mes sentiments respectueux.
D'un homme à une femme (pas de sentiments) :
- de mon très profond respect.

32

Manuel du savoir-vivre
- de mes respectueux hommages.
- de mes hommages.
D'une femme à un homme (pas de sentiments) :
- de mon meilleur souvenir.
- de mon respectueux souvenir.
Entre femmes :
- de mes sentiments respectueux, affectueux.
- de mon respectueux souvenir.
- de mes sentiments les meilleurs.
Pour les lettres de condoléances :
- de ma très respectueuse sympathie.
- de mes très sincères condoléances.
- de mes sentiments profondément attristés.
Formules plus cérémonieuses :
Veuillez transmettre mes respectueux hommages à Madame X… et me rappeler au
souvenir de vos enfants.
Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de mes sentiments les meilleurs et présenter à
Madame X mes très respectueux hommages.
Je vous prie de déposer mes très respectueux hommages aux pieds de Madame X…
(en désuétude)

b) Correspondance usuelle

33

Manuel du savoir-vivre

Quelques généralités d’usage

De l'orthographe :

La règle première et fondamentale consiste à respecter avec minutie
l'exactitude de l'orthographe du nom et du titre (de noblesse ou de ses
fonctions) du destinataire.
L'orthographe est une marque indispensable et impérative de courtoisie,
d'où l'importance de la relecture. Les ratures, pâtés et autres corrections
ne peuvent être tolérées ; dans le cas de ratures réécrire la lettre
s'impose.
De la forme :

Il est préférable d'envoyer une lettre manuscrite pour s'adresser à un
supérieur, une personne plus âgée, une très haute personnalité, ou
encore si la lettre comporte un caractère confidentiel ou intime ;
cependant la lettre dactylographiée est de plus en plus admise à
condition de rédiger à la plume (noire ou bleue*) les formules d'appel et
de courtoisie, ou d'ajouter quelques mots manuscrits en fin de lettre.
Et dans tous les cas si votre écriture est illisible et que vous n'arrivez pas
à la dompter, optez pour la lettre dactylographiée : épargnez ainsi à votre
destinataire, quel qu'il soit, le déplaisir et la difficulté de vous déchiffrer.
* Il est vrai que l'encre de rigueur est noire ou bleue, mais si vous avez le
discernement et le goût de l'élégante fantaisie, ne vous privez pas. Un
faire-part imprimé en couleur sera probablement plus élégant si
l'enveloppe est rédigée dans une encre de cette même couleur, créant
ainsi une unité et un raffinement supplémentaire, à condition d'éviter les
couleurs trop criardes !

De la syntaxe :

Une lettre ne doit jamais commencer par " Je " ; sauf dans le cas de la
formule " J'ai l'honneur " qui est admise.

34

Manuel du savoir-vivre
La date ne s'écrit jamais en abrégé ; il est d'usage de la faire précéder
du nom de la ville ou du lieu duquel on écrit ; l'expression " ce mardi " est
à bannir.
Dans la correspondance, il convient de toujours utiliser la majuscule
dans le traitement et la suscription : " Monsieur le Préfet, Monsieur le
Ministre ", même si on écrit " préfet " et " ministre " dans les autres
documents.
Du papier :

Le format et la qualité du papier dépendent du goût de chacun il convient
cependant d'éviter trop de fantaisie. Un papier blanc mat de 90 à 110 g
est idéal, cependant on peut, si on le souhaite, choisir un papier
légèrement bleuté, grisé ou ivoire, et /ou avec un léger grain. Au-delà de
cette règle assez stricte, on peut s'octroyer une certaine liberté ; écrire à
sa meilleure amie sur un très beau papier bleu et l'envoyer dans une
enveloppe assortie n'a rien de choquant ! En revanche, évitez les
marques un peu trop fantaisistes et les timbres secs ou tout autre motif
en filigrane !
Le format le plus courant est 21x29.7 cm, plié ou non. Il est de bon ton
de faire imprimer, ou mieux encore, graver son adresse (jamais son
nom) en haut à gauche du papier. Cependant si l'on envoie plusieurs
pages, seule la première est imprimée.
De la présentation :

La date, apparaît en haut à droite, à 5 ou 6 centimètres du bord haut.
L'appel, vient s'inscrire à 7 ou 8 centimètres du bord gauche, plus ou
moins à la hauteur du 1er tiers de la page. Plus l'appel est placé bas
dans la page, plus on manifeste de la déférence au destinataire. Il faut
cependant rester dans des proportions raisonnables qui ne dépassent
pas le milieu de la page.
Le texte à proprement parler commence au niveau du milieu de la page,
et, de même que chaque nouveau paragraphe, s'aligne sur l'appel. Les
lignes suivantes suivent une marge de plus ou moins 5 centimètres.

35

Manuel du savoir-vivre
La marge de droite, quant à elle, est moins importante que celle de
gauche ; elle n'excède pas 2 ou 3 centimètres.
La signature vient à droite dans la moitié inférieure de la dernière page ;
on peut éventuellement noter son nom en lettres capitales en dessous, si
le destinataire risque de rencontrer des difficultés pour identifier
l'envoyeur.
Du protocole :

Toute lettre appelant une réponse, les personnes d'un certain rang social
doivent savoir qu'il serait irrévérencieux de l'exiger de certaines
personnalités ; et que, pour cette raison en principe, on n'écrit pas au
Pape mais au prélat chargé de la Secrétairie d'Etat ; on n'écrit pas à un
Souverain mais à son secrétaire particulier ou à l'un des membres de sa
maison ; on n'écrit pas au Président de la République mais à son
directeur de cabinet civil ou au Secrétaire Général de l'Elysée.
Les titres de noblesse - exceptés ceux de prince-princesse et ducduchesse - ne doivent jamais être employés dans une lettre. Seule
l'expression " Mon cher Comte, Baron, Marquis… " est autorisée. En
revanche il convient de les utiliser sur l'enveloppe (suscription).
Certains titres comme ceux de ministre, procureur général ou préfet sont
conservés au-delà de la cessation de fonction. En ce qui concerne les
règles relatives aux grades et aux décorations, voyez le chapitre
protocole.

De la particule :

La particule " de " ne s'emploie que lorsqu'elle est précédée d'un titre ou
d'un prénom, sauf
- pour les noms ne comportant qu'une syllabe prononcée,
- pour les noms commençant par une voyelle ou un " h " muet, où elle est
toujours associée au nom.

36

Manuel du savoir-vivre
Les particules " des, du, d' " ainsi que " La, Le et Les " ne se dissocient
pas du nom.
Les particules non nobiliaires (souvent celles précédant des noms
belges), elles aussi, restent attachées au nom, et de surcroît
commencent par une majuscule " De ".

De l'enveloppe :

L'enveloppe doit être assortie au papier et doublée, par respect pour le
destinataire.

Il

existe

deux

formats

d'enveloppes,

l'un

allongé

(commercial ou à l'américaine) recommandé pour les lettres d'affaires, et
l'autre plus carré préféré pour la correspondance privée. La feuille doit
être pliée en trois dans le sens de la largeur pour les premières, et en
quatre (deux fois dans le sens de la largeur) pour les secondes.
La lettre doit être introduite dans l'enveloppe pliures vers le bas, de façon
à ce que le destinataire ne la déchire pas en ouvrant l'enveloppe. Il
convient d'écrire soigneusement sur l'enveloppe car elle est le premier
contact du destinataire avec le courrier, et bien entendu de suffisamment
l'affranchir afin de ne pas imposer à son destinataire de payer une
surtaxe !
Lorsque l'on confie une lettre à une tierce personne (pour qu'il la remette
en mains propres ou la poste), il convient de lui remettre l'enveloppe non
cachetée, signe de la confiance qu'on lui accorde. Cette personne doit la
cacheter devant celui ou celle qui lui a confié la lettre, en signe de
confiance réciproque.
De la carte de visite :

Les cartes de visite sont en bristol blanc, d'un format proche de
15.5x11cm. Elles sont imprimées ou gravées en gris ou noir dans un
caractère classique de forme bâton pour le nom et le titre, en " anglaises
" pour l'adresse. Cette dernière peut se placer en haut à droite ou en bas
à gauche, auquel cas on peut ajouter le numéro de téléphone en bas à
droite.

37

Manuel du savoir-vivre
Une carte de visite s'écrit toujours à la troisième personne et ne se signe
jamais.
Un homme seul fait imprimer son prénom et son nom sans les faire
précéder de Monsieur.
Un couple n'écrit pas en toutes lettres Monsieur mais M., ni Madame
mais MME.
Les titres nobiliaires sont eux aussi abrégés BON, BONNE ; VTE,
VTESSE ; CTE, CTESSE ; MIS, MISE ; DUC, DESSE ; PCE, PCESSE.
Une jeune fille met son nom (et éventuellement son téléphone portable)
mais pas son adresse.
Les enfants, avant 18 ans, utilisent les cartes de leurs parents dont ils
barrent en diagonale les titres et prénoms pour ajouter le leur à la plume.
La carte de visite s'utilise pour remercier (invitation, cadeau), féliciter
(fiançailles, mariage, naissance), accompagner un cadeau, exprimer des
vœux. En aucun cas, elle ne remplace une lettre quand celle-ci s'impose
(condoléances, lettre de château).

Types de courriers
Invitations :
Cocktail, dîners :

Une invitation d'ordre privé peut être faite par carte de visite ou carte
imprimée (ou gravée) pour des dîners " priés ", ou verbalement pour des
dîners intimes. Dans ce dernier cas elle doit être confirmée par une carte
portant la mention " Pour mémoire " à la place de " RSVP ".
L'invitation doit indiquer la nature de l'invitation (cocktail, soirée, dîner), le
jour et l'heure et éventuellement la tenue (tenue de soirée veut dire habitrobe longue, cravate noire veut dire smoking-robe du soir - pour plus de
détails voir le chapitre savoir-vivre, l'art du costume). L'invitation doit être
envoyée au moins trois semaines à l'avance. Le carton d'invitation peut
être imprimé spécialement pour l'occasion, ou imprimé avec des blancs
destinés à être complétés à la plume. Dans ce cas, les mêmes cartons
peuvent servir pour plusieurs réceptions.
38

Manuel du savoir-vivre

Soirées :

Les invitations aux soirées sont celles qui répondent le moins à des
règles et permettent le plus de fantaisie. Les cartons blancs imprimés en
anglaises noires d'il y a quelques années encore, sont devenus
totalement désuets pour une soirée d'une certaine importance, en tout
cas à Paris. Les mères des jeunes filles de bonne famille doivent
déborder d'imagination, ou alors - à voir le nombre de sociétés
spécialisées dans l'organisation de soirées - faire confiance à des
professionnels.
Dans tous les cas les cartons des rallyes d'aujourd'hui rivalisent
d'originalité et ridiculisent nos vieux cartons d'antan ; cassette vidéo, cdrom, cartons à teasing, sites Internet, cartons aux multiples découpes,
couleurs, volets… rien ne semble arrêter les organisateurs !
Seul le texte semble immuable et garde un caractère classique ; ce sont
encore les mères des jeunes filles (des jeunes garçons pour les cours de
39

Manuel du savoir-vivre
danse) qui reçoivent pour leurs enfants. Comme pour tous les faire-part
l'enveloppe ne se cachette pas.

Remerciements :
La lettre de château :

Comme son nom ne l'indique pas, la " lettre de château " s'envoie après
un séjour, même très court, passé chez quelqu'un, habitant ou non dans
un château. Adressée à la maîtresse de maison dans les jours qui
suivent la fin du séjour, la lettre de château a pour but de remercier de
l'accueil, de vanter l'ambiance de la maison, la beauté de la région, les
talents de cuisinière de votre hôtesse etc…
Elle doit être sincère et flatteuse et si possible insister sur des détails du
séjour ; autant d'invitations, autant de lettres de château, que vous ayez
été reçu pour la première fois, que vous soyez un habitué de la maison,
ou que vous reveniez de chez vos grands-parents…
La lettre de château, souvent considérée comme une corvée par la jeune
génération, a tendance à se faire trop rare, et c'est fort dommage. Elle
reste d'ailleurs un signe indispensable de bonne éducation !
Modèle

40

Manuel du savoir-vivre

41

Manuel du savoir-vivre
Après un deuil :

Il convient après le deuil d'un proche, de remercier les personnes qui ont
manifesté leur sympathie, soit par leur présence aux obsèques, soit par
une lettre de condoléances. On peut écrire une lettre individuelle à
chacun, ou encore si le nombre le justifie, faire imprimer des cartons sur
lesquels on ajoutera un petit mot à la plume. On choisira alors des bristol
blancs cernés d'un fin liseré noir ou gris, avec éventuellement sur la
gauche une croix en réserve blanche dans un fond gris. La formule sera
du type :
Madame Pierre Durand
Monsieur et Madame Louis Dubois et leurs enfants
Très touchés par vos témoignages de sympathie dans cette épreuve,
vous prient d'accepter l'expression de leurs sentiments émus et
reconnaissants.
Autres :

D'une manière générale, il convient de remercier de tous les égards qu'on nous
témoigne (promotion, cadeau, fleurs,…) par une lettre ou une carte de visite, en
fonction de l'importance du présent et de la gratitude que l'on souhaite
manifester.
Condoléances :
La lettre de condoléances :

On peut présenter ses condoléances (du latin cum : avec, dolere :
souffrir) par oral lorsqu'on se rend à un enterrement, mais également et
surtout par écrit, que l'on se déplace ou non aux obsèques. La lettre de
condoléances s'adresse aux enfants, parents, femme ou mari, frères ou
sœurs du défunt, afin de témoigner sa sympathie, son regret et son
soutien ; elle doit être envoyée dans les plus brefs délais après la
nouvelle du décès.

42

Manuel du savoir-vivre
La lettre de condoléances est probablement la plus difficile - et la plus
indispensable - à écrire, car elle exige un sens très prononcé de la
mesure et de la sincérité. Elle ne doit pas être emphatique ; évitez les
panégyriques trop flatteurs si vous avez à peine connu le défunt, mais
rappelez un bon moment passé avec lui ; ne tentez pas de consoler
votre destinataire, mais manifestez-lui votre affection… Enfin, si la
religion a un sens pour votre destinataire et pour vous-même, une petite
phrase sur le sens religieux de la mort est la bienvenue.
Voir les formules finales de courtoisie recommandées aux lettres de
condoléances.
Modèle

43

Manuel du savoir-vivre
Félicitations :
Fiançailles, Mariage, Naissance :

Que l'on ait reçu un faire-part ou simplement lu dans le journal une
annonce, il est courtois d'envoyer ses félicitations. Une carte de visite
convient parfaitement pour ce type de courrier, que l'on peut
éventuellement accompagner d'un cadeau, surtout si on a expressément
reçu un faire-part de naissance, par exemple.
Modèle

44

Manuel du savoir-vivre

Distinctions :

Lorsqu'un ami ou une connaissance fait l'objet d'une distinction suite à
une décoration, un succès à un concours, ou une nomination, il est
d'usage de lui transmettre ses félicitations par le biais d'une carte de
visite.
Modèle

45

Manuel du savoir-vivre

Faire-part :
Mariage :

Le faire-part de mariage évolue beaucoup ces dernières années avec les
mariages tardifs où les fiancés choisissent d'annoncer et d'assumer euxmêmes leur mariage, et les remariages de divorcés de plus en plus
nombreux. Nous ne pouvons aborder chaque cas particulier dans le site,
aussi nous contenterons-nous de présenter ici des faire-part classiques.
Si vos questions restent sans réponses, posez-les-nous dans la rubrique
contacts ; nous nous efforcerons d'y répondre au mieux.
Le faire-part de mariage classique est composé de deux doubles feuillets
insérés l'un dans l'autre ; l'un est réservé à la famille de la jeune fille et
l'autre à celle du jeune homme. Plus modestement, on peut se contenter
d'un double feuillet où chaque famille a son côté. Dans les deux cas, les
familles placent en tête dans l'enveloppe le côté les concernant, avant
d'envoyer les faire-part à leurs invités.
Les papiers utilisés couramment sont le Vélin d'Arche ou le van Velde.
Traditionnellement, les faire-part de mariage étaient imprimés en
anglaises noires, mais aujourd'hui on en voit de plus en plus imprimés en
rouge, vert ou bleu, ce qui leur donne une note colorée de bon goût.
Apparaissent d'abord les faisant part, c'est-à-dire (arrière)grands-parents
et parents, les uns sous les autres, chaque nom étant ferré à droite, qui
selon la formule, " ont l'honneur de faire-part du mariage de leur

46

Manuel du savoir-vivre
(arrière)petite fille et fille, Mademoiselle Prénom Nom, avec Monsieur
Prénom Nom ". Chaque nom est accompagné s'il y a lieu, des titres
nobiliaires, distinctions honorifiques et dans certains cas professions.
Un paragraphe suit pour inviter à la célébration religieuse - messe de
mariage ou bénédiction nuptiale - en précisant le jour, l'heure et le lieu de
la cérémonie, et également le nom du célébrant ; " et vous prient
d'assister ou de vous unir par la prière à la messe de mariage qui sera
célébrée le samedi 30 septembre 2000, en l'église Saint Pierre, place de
la République, à Vannes.
Le consentement des époux sera reçu par le Père Prénom Nom, curé de
la paroisse. "
En bas à gauche, enfin sont notées les adresses des personnes
précitées par ordre d'apparition sur le faire-part, c'est-à-dire du plus âgé
au plus jeune.
Modèle 1 | Modèle 2

47

Manuel du savoir-vivre

48

Manuel du savoir-vivre

L'invitation à la réception est imprimée sur un petit carton à part
(10.5x15cm), plus épais, sur lequel les mères des mariés annoncent le
lieu et la nature de la réception. (cocktail, dîner, soirée). On peut
imprimer le plan d'accès au dos.
Quand les trois se suivent, les cartons sont parfois imprimés avec
l'invitation au cocktail uniquement, et les invitants ajoutent à la plume " +
dîner" (qui implique naturellement la soirée) afin de ne pas imprimer
deux sortes de cartons.
Il est d'usage lorsque le cocktail est suivi d'un dîner de préciser l'heure
de fin du cocktail, cocktail de 17 heures à 19 heures, de manière à
rappeler poliment aux personnes qui ne sont pas invitées au dîner qu'il
sera temps pour eux de s'éclipser vers 20 heures.
Modèle 3
49


Documents similaires


Fichier PDF apellation des nobles
Fichier PDF le manuel du savoir vivre
Fichier PDF lettre ouverte a dana
Fichier PDF lettre retraite norvege
Fichier PDF cystiteinterstitielle frfrpub10441
Fichier PDF wilson frfrpub134


Sur le même sujet..





Six Years (2013) | Los 3 idiotas | 他是龙